background preloader

A)De quoi ont peur les français aujourd'hui?

Facebook Twitter

Pourquoi avons-nous peur de l'islam. © Jupiter Les chiffres sont éloquents : pour près de la moitié d’entre nous, l’islam apparaît comme une menace.

Pourquoi avons-nous peur de l'islam

Pour la grande majorité, il se révèle incompatible avec les valeurs de la société française. Incompréhension, peurs, malentendus… Enquête sur l’origine d’une phobie très particulière. Isabelle Taubes La peur de l’islam n’est pas un phénomène nouveau. Ces faits renvoient au passé. Sémantique et amalgame Les chiffres clés 42 % des Français voient l’islam comme une menace, et 68 % estiment que les musulmans ne sont pas bien intégrés dans la société. (« Islam et intégration, le constat d’échec francoallemand », Le Monde, 4 janvier 2011, selon un sondage Ifop). 74 % pensent que l’islam « n’est pas compatible avec les valeurs de la société française » (« France 2013, les nouvelles fractures », sondage Ipsos - Le Monde - Fondation Jean-Jaurès - Cevipof, janvier 2013).

La France a peur ! Autres articles Commentaires sur la vidéo [LIRE CET ARTICLE EN PDF : commentaire-video-hacking-social] On avait pour habitude jusqu’ici, lors de la diffusion d’un épisode, de joindre à la vidéo un petit texte ou éventuellement le script.

La France a peur !

Pourquoi la France a-t-elle si peur de la religion ? La France ainsi que d'autres pays ont été entraînés dans une vive polémique lorsque deux étudiantes furent expulsées de leurs établissements scolaires pour avoir porté le voile islamique.

Pourquoi la France a-t-elle si peur de la religion ?

Le gouvernement français a élargi cette interdiction en proposant une loi qui condamne le port de vêtements et de signes religieux, symboles ostentatoires d'une appartenance religieuse. Outre le voile islamique, cette loi qui a provoqué un concert de réactions, touche la croix chrétienne ainsi que la kippa des juifs.

Les pays musulmans, le Royaume-Uni, les États-Unis et l'Allemagne ont tous condamné cette loi, ils ont souligné que sa mise en application serait la cause de tensions et de replis communautaires en France. Ces pays ont également affirmé que cette loi était contraire aux principes de liberté de culte et aux droits fondamentaux de l'homme. Mais jusqu'à présent, ces réactions n'ont pas conduit le gouvernement français à revenir sur sa décision. Le siècle des lumières. La France a-t-elle peur de sa jeunesse ? Ce lundi 12 mars 2012, au palais d’Iéna, siège du Conseil économique, social et environnemental, tous les acteurs du colloque organisé par les Apprentis d’Auteuil étaient d’accord.

La France a-t-elle peur de sa jeunesse ?

Le pessimisme qui règne sur les questions scolaires, sociales et d’insertion est le premier des maux qui mine la jeunesse aujourd’hui. Pour autant, ils s’accordent également sur un constat peu brillant. Une jeunesse en difficulté. Eric Zemmour, symptôme des angoisses françaises. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Luc Bronner Le succès éditorial du livre d’Eric Zemmour (Le Suicide français, Albin Michel) n’est pas seulement un coup marketing parfaitement réussi.

Eric Zemmour, symptôme des angoisses françaises

Il faut le comprendre comme un indicateur de l’état de la société française, de ses fractures, de ses contradictions, de ses trous noirs aussi. Dit autrement, il ne s’agit pas uniquement de la dérive individuelle d’un polémiste, qui flirte clairement avec l’extrême droite. « On a besoin d'affectivité dans une société française anxiogène » - France-Monde. En 2010, Jean-Paul Delevoye, alors médiateur de la République, avait alerté le pays sur l’état de fatigue moral et psychique des Français.

« On a besoin d'affectivité dans une société française anxiogène » - France-Monde

Un diagnostic établi à partir des saisines de la médiature. Il publie cette semaine « Reprenons-nous », avec ses réflexions pour sortir du « burn out » – syndrome d’épuisement – qui est toujours là. Des réflexions envoyées par ses soins aux candidats d’une campagne présidentielle assez mal engagée… "La France est la société la plus anxiogène d'Europe" Une société anxiogène - Le Café Politique. Nous vivons, depuis une trentaine d’années, des changements dans le statut social qui modifient le rapport entre les individus et les collectifs sociaux : le niveau de la sécurité collective atteint dans les années 70, qui protégeait chacun contre les aléas de la vie (chômage, maladie, vieillesse…), s’effrite progressivement devant les coups de buttoir de l’économie néolibérale, créant un état général d’insécurité sociale.

Une société anxiogène - Le Café Politique

Un climat de défiance et de peur se diffuse insensiblement dans le tissu social au fur et à mesure que des strates entières de la société connaissent la précarité : incertitude des jeunes devant l’avenir, peur des salariés de perdre l’emploi, angoisse des parents face à l’avenir problématique de leurs enfants, hantise dans les classes moyennes de dégringoler dans l’échelle sociale, etc… La ligne de l’horizon s’est brouillée. Karen Thompson Walker: What fear can teach us. Ebola : psychose dans une école de Boulogne-Billancourt. Une école des Hauts-de Seine a pris des mesures de précaution après le retour d'un élève en provenance de Guinée, même si ce dernier ne présente aucun signe de maladie.

Ebola : psychose dans une école de Boulogne-Billancourt

Une prudence qui a généré de l’inquiétude parmi les parents, au point que trois familles ont gardé leurs enfants à la maison. A Boulogne-Billancourt près de Paris, trois familles ont refusé lundi de laisser leurs enfants à l'école "Ancienne mairie", inquiète du retour d'un élève de Guinée, l'un des pays les plus touchés par le virus Ebola. Une inspectrice de l'Education nationale accompagnée de deux médecins a reçu lundi les associations de parents d'élèves pour tenter de calmer la psychose naissante et de gommer quelques clichés sur le virus et sa transmission.

Rue Jean-Jaurès. « On se sent en danger » - Brest. / Sarah Morio / Insultes, agressions, vols, coups de feu...

Rue Jean-Jaurès. « On se sent en danger » - Brest

De Saint-Martin à l'Octroi, en passant par le Pilier- Rouge, commerçants et riverains n'en peuvent plus. Depuis trois ans, ils constatent une recrudescence de la violence et se sentent aujourd'hui directement menacés. Ils viennent de créer un collectif et en appellent aux autorités pour que leur quartier retrouve une certaine sérénité. « C'est mon grand-père qui a ouvert la boutique en 1956. . « Un quartier gangrené » « C'était un vieux quartier où il faisait bon vivre.