Big data

Facebook Twitter

Liste et tendances. Big data for Smart cities – How do we go from Open Data to Big Data for Smart cities. Note: This is a long blog.

Big data for Smart cities – How do we go from Open Data to Big Data for Smart cities

You can download pdf version here Big Data for Smart cities: How do we go from Open Data to Big Data for Smart cities .. (pdf) I have been involved in working with Smart cities through the World Smart Capital program and last month, we announced the Big Data for Smart Cities conference. In many cases, Smart cities are linked to the idea of ‘data’. KIT DE RESSOURCES OPENDATA.

Open Data Census. Creadata - Un peu de donnée, un peu de créativité. The Birth of a Data Driven Civil Society? Jake Porway, founder of Data Without Borders, keynoting at Code for America's Big Data for the Public Good event last night said that we're at watershed moment - that the shift to a data driven society is accelerating.

The Birth of a Data Driven Civil Society?

Soon it will be common to make life and public decisions using the vast amount of data that is being generated by our information driven lives and society. The data, technology, and skills needed to do this are becoming increasingly accessible which will enable even struggling communities to use data to make intelligent decisions for the common good. But, we're not their yet, and hence the need for Data Without Borders. Porway noted that useful data, social need, and the skills needed to use data for good often live in different communities or organizations.

Therefore, easily solvable social problems are left unsolved. That may be a long way off, but hackathons are part of a new pattern that's clearly set and the incentives to participate are surprisingly strong. Réseaux sociaux (3/3) : ces algorithmes qui nous gouvernent. Les 12 et 13 décembre 2011 se tenait à Lyon un colloque universitaire sur les réseaux sociaux organisé par l’Institut rhône-alpin des systèmes complexes.

Réseaux sociaux (3/3) : ces algorithmes qui nous gouvernent

Suite et fin de notre compte rendu… Les algorithmes peuvent-ils se tromper ? Tarleton Gillespie professeur à l’université Cornell devait conclure ces deux jours, mais il n’a pu être présent. Il semblait néanmoins intéressant de jeter un oeil sur son propos qu’il a notamment développé sur CultureDigitally : est-ce que les algorithmes peuvent se tromper ? L’implication publique des plateformes privées. La réflexion de Tarleton Gillespie prend son origine dans les contestations émises à l’encontre de Twitter, accusé de censurer sa liste de Tendances.

Bien sûr, la vigueur et la persistance de la charge de la censure n’est pas surprenante, estime Tarleton Gillespie. Les tendances de Twitter ne sont qu’un de ces outils parmi les plus visibles. Il est essentiel de dépecer les algorithmes, estime Tarleton Gillespie. Hubert Guillaud. #Lift12 : Notre surcharge informationnelle en perspective. Une passionnante lecture de Xavier de la Porte nous a récemment présenté Anaïs Saint-Jude (@anaisaintjude), fondatrice et responsable du programme BiblioTech de la bibliothèque de Stanford.

#Lift12 : Notre surcharge informationnelle en perspective

Elle était sur la scène de Lift 2012 pour mettre en perspective la question de la surcharge informationnelle, l’un des maux qu’on attribue aux nouvelles technologies. Mais est-ce si sûr ? Anaïs Saint-Jude, dans sa présentation intitulée de Gutenberg à Zuckerberg, a commencé par faire référence à L’homme sans qualité de l’écrivain autrichien Robert Musil. Cet épais roman qui se déroule en 1913, au crépuscule de l’empire austro-hongrois, montre comment l’individu passe sa vie dans ses propres sensations, pensées, perceptions. Dans l’un des chapitres du livre, le général Stumm visite l’ancienne bibliothèque impériale d’Autriche et est confronté à un ordre dont l’infinité dépasse ses capacités d’entendement.

Image : Anaïs Saint-Jude sur la scène de Lift, photographiée par Ivo Näpflin pour LiftConference. La CI en 7 leçons. E05. La culture de l’information repense les aspects de la formation liés à l’information.: Suite de la série hiémale sur la culture de l’information.

La CI en 7 leçons. E05. La culture de l’information repense les aspects de la formation liés à l’information.:

Pour rappel, l’épisode 1 est ici, le second est là , le troisième ici et le précédent est là. Une des principales difficultés réside dans le fait de savoir de quelle information, il s’agit au sein de la culture de l’information. A priori, l’adjonction des deux termes parait presque antithétique avec une culture inscrite dans la durée et une information souvent perçue comme éphémère. Il convient donc de clarifier la notion d’information en la regardant dans une perspective historique plus large et différente de celle qui assimile l’information à des simples flux ou à de brèves nouvelles issues des médias. En premier lieu, il convient de rappeler la prise de forme qui s’effectue dans l’information. La notion de forme doit être remplacée par celle d’information, qui suppose l’existence d’un système en état d’équilibre métastable pouvant s’individuer : l’information, à la différence de la forme, n’est jamais un terme unique.[1] Cdn.oreilly.com/radar/2011/09/Evolution-of-Data-Products.pdf.

- Big Data est-ce que le deluge de donnees va rendre la methode scientifique obsolete SecuObs.