background preloader

Homme augmenté

Facebook Twitter

L’humain augmenté, un enjeu social  Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.

L’humain augmenté, un enjeu social 

Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org. Agar N. (2004), Liberal Eugenics. In Defence of Human Enhancement, Oxford, Blackwell Blackwell Publishing Lt. Allhoff F., Lin P. & D. Moore (2010), What Is Nanotechnology and Why Does It Matter? Annas G., Andrews L.B. et R. Bailey R. (2005), Liberation Biology: the Scientific and Moral Case for the Biotech Revolution, Amherst, New York, Prometheus Books. Transplanter un cerveau humain dans un robot : utopie ? Pas si sûr... - H+ MAGAZINE. Dans le cadre de la conférence Global Future 2045 de cet été, trois des plus grands neurologues actuels ont échangé sur la possibilité d’implanter un cerveau humain dans une machine et du type d’interface nécessaire au maintien de la conscience de cette créature – à condition qu’elle réside bien dans notre cerveau.

Transplanter un cerveau humain dans un robot : utopie ? Pas si sûr... - H+ MAGAZINE

Le cerveau fait l’objet de beaucoup d’expériences depuis des décennies. Dernièrement, une équipe de l’Université de Washington est parvenue à faire bouger la main d’une personne grâce au cerveau d’une autre à distance. Ray Kurzweil, le chef de file des transhumanistes l’affirme : nous pourrons numériser les informations de notre cerveau d’ici 2045. La finalité est bien sûr la quête de l’immortalité. Et le débat en est tout aussi passionant car des personnes dans des domaines aussi variés que la neurologie, biologie, philosophie, la politique, le droit et l’éthique ont leur mot à dire. Réparer son corps avec une imprimante 3D - H+ MAGAZINE.

L’impression 3D multiplie les prouesses et dépasse tous les espoirs de la médecine moderne.

Réparer son corps avec une imprimante 3D - H+ MAGAZINE

Les progrès incroyables de cette technologie permettent aujourd’hui de remplacer des membres entiers et bientôt des organes. Peut-on imaginer un futur dans lequel on change un rein ou une jambe comme on change un pneu ? La médecine est capable de réparer un corps des pieds à la tête. Littéralement. L’impression 3D permet de créer des prothèses financièrement plus accessibles, mais surtout parfaitement adaptées à chaque patient. L’année dernière, une équipe américaine a remplacé avec succès la quasi-totalité du crâne d’un patient par une structure en PEKK, un polymère bien plus léger que les pièces métalliques utilisées habituellement.

Il est également possible de reconstruire des segments du visage dont les os ont été brisés. Il y a seulement quelques jours, un homme de 54 ans souffrant d’une tumeur grave au niveau du sternum s’est fait retirer une partie de la cage thoracique. Une prothèse de la DARPA qui rend le sens du toucher - H+ MAGAZINE. La DARPA a annoncé le 11 septembre avoir réussi un tour de force en installant une prothèse sur une personne ayant souffert d’un traumatisme de la moelle épinière, prothèse qui a permis au patient de recouvrer partiellement le sens du toucher.

Une prothèse de la DARPA qui rend le sens du toucher - H+ MAGAZINE

Cette annonce fait suite à celle de juillet dernier dans laquelle la DARPA avait déclaré avoir équipée Glen Lehman, un ancien militaire américain, d’un membre prothétique contrôlé par le cerveau. L’exploit récent de la DARPA ouvre de nouvelles possibilités puisque l’agence a réussi à équiper un patient anonyme de 28 ans, qui avait souffert d’un traumatisme médullaire dix ans auparavant, d’une prothèse directement connectée à son cerveau. Cette connexion lui permet non seulement de commander la prothèse, mais aussi de ressentir assez bien les sensations de sa main pour savoir, lors d’un test, quel doigt était touché.

L'Homme augmenté : un fantasme qui devient réalité - H+ MAGAZINE. Coeur artificiel, implants cérébraux ou encore œil bionique… La fusion entre la technologie et le corps donne lieu à de nombreux questionnements.

L'Homme augmenté : un fantasme qui devient réalité - H+ MAGAZINE

C’est la combinaison des nanotechnologies, des biotechnologies, de l’informatique et des sciences cognitives (les NBIC) qui nous donne aujourd’hui la possibilité de « réparer » les capacités humaines, mais aussi de les améliorer. Le débat se trouve justement à la frontière de ces deux notions. Alors, où en est-on ? Vers où va t-on ? Quelle est la limite ? Qui seront les premiers hommes augmentés ? Car l’Homme augmenté est une réalité dont les fondations prennent racine depuis plusieurs dizaines d’années. Mais si les avancées technologiques sont indéniables, un autre élément doit être pris en compte : celui de leur acceptation par le grand public.

Marlène Moreira (@mrlnmoreira) Ex-Aldebaran et passionnée d’innovation et de robotique.