background preloader

Bangladesh

Facebook Twitter

Oxfam presents interactive documentary on impact of climate change in Bangladesh | Environment. Bangladesh: Réduction des risques de catastrophe. Des bangladaises travaillent ensemble à l'amélioration des routes et de l'infrastructure communautaire. Photo: PNUD Bangladesh. Un pays d’une exceptionnelle vulnérabilité face aux risques naturels L’histoire du Bangladesh est ponctuée de catastrophes naturelles. Il y en a eu 219 de 1980 à 2008. Celles-ci ont causé plus de 16 milliards de dollars US de dégâts au total. Le PNUD apporte depuis longtemps un soutien au Bangladesh pour atténuer cette vulnérabilité.

Pour un programme global d’atténuation des catastrophes Après les inondations colossales des années 1980, le Bangladesh, aidé par le PNUD, a mis au point un plan d’action qui a fait naître une culture préventive de gestion des catastrophes et de réduction des risques. En 1991, un cyclone catastrophique l’a poussé à prendre des mesures supplémentaires. Au début des années 2000, cette approche s’est vue renforcée. Un changement concret pour un impact décisif Les clés de cette transformation sont les suivantes : Bangladesh: Rendre la terre aux Charlanders | Terre des hommes. 17 déc. 2012 Crises humanitairesBangladesh Août 2007, sur l’ilot Rosulpur Un ilot fertile, entouré de deux gigantesques rivières descendues de l’Himalaya et sur lequel vivent des milliers de “charlanders” (littéralement habitants d’ilot), est recouvert par les eaux fluctuantes du Brahmapoutre et du Dudhkumor.

C’est une inondation plus importante que d’habitude. Les charlanders démontent précipitamment leurs maisons, rassemblent le bétail, et fuient pour continuer leur vie sur berge opposée, à Raulia. Septembre 2012, cinq ans plus tard sur l’ilot Raulia Les inondations des dernières années ont rapidement érodé la terre, et les maisons installées au bord de la rivière menacent à leur tour de disparaître. 10 décembre 2012 ilot Rosulpur 295 personnes s’affairent depuis une semaine, à la chaîne, paniers remplis de terre sableuse sur la tête pour construire une grande plinthe qui accueillera leurs maisons. Les “charmen” sont les habitants de ces ilots appelés “chars”. Bangladesh. Bangladesh - Interactive Flood Risk Map.