background preloader

17

Facebook Twitter

Sequence-05 - Tragédie et comédie au XVIIe siècle.pdf. Dom Juan - Molière. Introduction. PRÉCIEUX ET BURLESQUES. Don Juan. Histoire du théâtre au 17e siècle - Français Première - Les Bons Profs. Molière. Auteurs français ► XVIIe siècle ► vous êtes ici Auteurs français Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière Les débuts De son vrai nom Jean-Baptiste Poquelin, Molière naquit à Paris le 15 janvier 1622.

Molière

L’illustre-Théâtre Molière ne profita pourtant pas de la possibilité de promotion sociale qui lui était offerte car, dès 1643, il décida, contre l’avis de son père, de devenir comédien. L’année suivante, il prit la direction de la compagnie, sous le pseudonyme de Molière, qu’il choisit pour des raisons jamais élucidées. L’Illustre-Théâtre connut d’abord un semblant de succès : installé sur la rive gauche, dans le jeu de paume des Métayers, il ouvrit ses portes le 1er janvier 1644 et bénéficia de l’incendie qui avait dévasté la salle des comédiens du théâtre du Marais, l’une des deux troupes concurrentes avec celle de l’Hôtel de Bourgogne.

Tournées en province Une fois Molière libéré, la troupe rejoignit en province celle de Dufresne avec le souci d’éviter les erreurs du passé. Louis XIV. Louis XIV choisit le soleil pour emblème.

Louis XIV

Le soleil, c'est Apollon, dieu de la paix et des arts ; c'est aussi l'astre qui donne vie à toutes choses, qui est la régularité même, qui se lève et qui se couche. A l'instar du dieu, Louis XIV, héros guerrier, ramène la paix ; il protège les arts, il est le dispensateur de toutes les grâces. Par la régularité de son travail, par ses levers et couchers publics, il marque la ressemblance, imprimée dans la pierre.

Partout le décor de Versailles mêle les représentations et les attributs du dieu (lauriers, lyre, trépied) aux portraits et aux emblèmes royaux. Le régime absolutisteLe monarque réside dans le corps central du Château, au premier étage, où trois appartements lui sont réservés. Affaibli par 72 années de règne, Louis XIV meurt le 1er septembre 1715. Vidèo: Les fastes du Baroque et du Rococo. Quelle Aventure : A la cour de Louis XIV. Le classicisme en littérature. 1.

le classicisme en littérature

À l'origine du classicisme 1.1. Définition de la notion Comme tous les termes généraux qui sont d'autant plus vagues qu'ils nous sont familiers, il est malaisé d'élucider ce que recouvre la notion de classicisme. Pour l'opinion commune, serait « classique » toute œuvre grande et belle qui aurait passé l'épreuve des ans, toute œuvre qui présenterait un caractère esthétique manifeste et confirmé par le jugement des siècles.

Mais, à ce compte, n'importe laquelle des plus admirables productions de l'esprit humain serait classique : à divers titres, les œuvres de Shakespeare, de Dante, de Dostoïevski en seraient les exemples les plus probants, tout comme celles des meilleurs écrivains dits « romantiques » (→ le romantisme en littérature). Accorder l'appelation de « classicisme » à la seule beauté reconnue et éprouvée par le temps conduit ainsi vers des contradictions et des confusions. 1.2. Le siècle de Louis XIV En France L'apparition du classicisme n'est pas le fait du hasard. Et ailleurs ? Fiche-classicisme.pdf. LE CLASSICISME. Jean Racine. Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 1h 45min | Genre : Théâtre « Titus, reginam Berenicen, cui etiam nuptias pollicitus ferebatur, statim ab urbe dimisit invitus invitam.

Jean Racine

C’est-à-dire que Titus, qui aimait passionnément Bérénice, et qui même, à ce qu’on croyait, lui avait promis de l’épouser, la renvoya de Rome, malgré lui et malgré elle, dès les premiers jours de son Empire, parce qu’elle était reine et que la loi romaine interdisait aux empereurs d’épouser une étrangère et surtout une reine. Cette action est très fameuse dans l’histoire. Le dernier adieu qu’elle dit à Titus, et l’effort qu’elle se fait pour s’en séparer, n’est pas le moins tragique de la pièce, et j’ose dire qu’il renouvelle assez bien dans le cœur des spectateurs l’émotion que le reste y avait pu exciter. » (Racine, Préface de Bérénice).