background preloader

1a1a

Facebook Twitter

Beldonor - The Perfect Match. Beldonor - The Perfect Match. La transplantation permet de sauver des patients qui sont atteints d’une maladie très grave qui ne peut être guérie que par le remplacement de l’organe malade. Il faut donc qu’il y ait des donneurs d’organes. Que dit la loi ? Les lois définissent les droits et les devoirs de chacun d’entre nous. En Belgique, une loi pour les prélèvements et la transplantation d’organes a été votée en 1986 et mise en application en 1987. La loi établie pour les prélèvements et la transplantation repose sur le principe « Qui ne dit mot consent ». Elle signifie que chaque citoyen est d’accord de donner ses organes s’il ne dit rien. Pour ou contre ?

Notre pays dispose d’une loi qui est très bien faite. Comment faire pour exprimer ta volonté ? C’est très simple. Et si tu changes d’avis ? Pas de problèmes. Que prévoit notre loi ? Elle prévoit que des organes peuvent être prélevés sur toute personne qui est en mort cérébrale. Beldonor - The Perfect Match. Des vies peuvent être sauvées grâce au d’organes… La transplantation permet de sauver des patients qui sont atteints d’une maladie très grave. Cette maladie ne peut être guérie que par le remplacement de l’organe malade. Il faut donc qu’il y ait un donneur d’organes. Deux catégories de donneurs existent… Le donneur peut être une personne vivante ou un donneur mort. Différentes causes peuvent provoquer la mort du cerveau… Les donneurs en mort cérébrale représentent la majorité des donneurs d’organes.

Une très grosse chute, Un vaisseau sanguin qui éclate, Un accident de voiture, Une trop grosse pression dans la tête. Quand le cerveau est mort, les médecins ne savent plus rien faire pour sauver la personne. On ne transplante que les organes nécessaires à la survie… Un organe est une partie de l’organisme qui assure une fonction particulière. Le cœur, Les poumons, Le foie, Le pancréas, Les reins, Les intestins La transplantation permet de remplacer l’organe malade par un organe sain. En bref… Secret professionnel - VD.CH. Le patient a droit au respect de la confidentialité des données le concernant. Les professionnels de la santé ont l’obligation de respecter le secret professionnel, aussi appelé secret médical. Ils doivent garder pour eux les informations dont ils ont eu connaissance dans la pratique de leur profession. Sauf exception prévue par la loi, ils ne peuvent pas les transmettre sans l’accord de leur patient.

Le secret professionnel s’applique également entre professionnels de la santé. Le secret professionnel a pour but de protéger le patient et ses intérêts. Le médecin peut, voire doit partager des informations avec les autres professionnels de santé impliqués dans votre traitement pour assurer la meilleure prise en charge. Le professionnel de la santé n’a le droit de transmettre à vos proches des informations sur votre état de santé que si vous l’y autorisez. Le certificat médical ne doit contenir des informations que sur votre aptitude à travailler.

Date de mise à jour. Ethique. Le diagnostic de mort cérébrale L’incompréhension, la révolte et la souffrance extrême d’une famille confrontée par la mort brutale d’un proche l’empêchent souvent de comprendre ce qui se passe exactement. Les médecins annoncent le décès et la mort cérébrale. Ils expliquent que les organes sont maintenus artificiellement en vie et dans la même foulée parlent d’un prélèvement d’organes. Pour le citoyen il était donc utile d’avoir une loi qui fixe les modalités de prélèvement d’organes. Il est rassurant de savoir que trois médecins, indépendants de l’équipe de prélèvement et de transplantation confirment le diagnostic de la mort cérébrale. Autorisation de prélèvement Dès l’annonce d’un donneur potentiel par un médecin intensiviste, le coordinateur de transplantation (CT) consulte le registre national afin de vérifier si une opposition a été formulée (via ce service) par le patient qui vient de décéder. Religions et cultures Gratuité du don Anonymat Dernières modifications : 26 février 2014.

Déontologie : le don d'organes et de tissus (révision des partiels). Quiz… Déontologie : le don d'organes et de tissus (révision des partiels). Quiz… Faire. Le don d'organes en Belgique est régi par une loi, d’application depuis 1987, basée sur le principe de la solidarité présumée. Cela signifie que toute personne n’ayant pas manifesté son opposition à cette loi de son vivant est supposée être d’accord avec le prélèvement d’organes après la mort. En quelques mots, la loi prévoit trois possibilités. Vous approuvez la loi. Vous pouvez porter sur vous un document ou une carte de donneur : celle-ci n’a aucune valeur légale, mais elle facilite le dialogue entre la famille du candidat donneur porteur d'un tel document et le médecin.

Il est néanmoins souhaitable de renseigner votre famille de votre opinion favorable vis-à-vis du don d’organes. Les membres de la famille au premier degré et le conjoint, peuvent en effet s’opposer à votre don d’organes. Vos volontés seront transmises de votre Maison communale à une banque de données centrale située au ministère de la Santé publique (Registre national).

Qu’est-ce que la mort cérébrale ? Oui. Non. Non. Faire. Faire. Gêner. Déranger quelqu'un dans son corps, dans sa liberté de mouvement, lui procurer une sensation de gêne physique : Le col de ma chemise me gêne, il est trop étroit. Déranger quelqu'un dans son action, entraver, freiner l'action de quelque chose ; embarrasser : Ce paquet vous gêne, donnez-le-moi. Contrarier le bon déroulement d'un processus, d'une action, constituer un obstacle, une entrave : En restant planté là, vous gênez la circulation. Causer du dérangement à quelqu'un en lui infligeant sa présence, en lui imposant quelque chose : Ça vous gêne que je vienne avec vous ? Faire éprouver à quelqu'un un malaise d'ordre psychologique, intellectuel, moral, l'embarrasser : Tu vas le gêner à lui faire des cadeaux aussi importants. Le Petit Larousse 2017 sur iPhone Télécharger sur l'AppStore pour 9,99 € Cette application est universelle, une fois achetée, vous pouvez l'installer sur votre iPhone, iPod Touch ou iPad sans frais supplémentaires pour une interface adaptée à chaque appareil.

Réagir face à une communication gênante. Comprendre et réagir face à l'agressivité. Le mot « agressivité » vient du latin aggredior, qui signifie « aller vers ». L’agressivité est une pulsion qui contribue à la survie de l’espèce. Elle nous pousse à nous protéger des dangers et à nous mobiliser pour atteindre nos objectifs.

Puisqu’elle est naturelle, l’agressivité n’est donc ni un bien, ni un mal. C’est la manière de l’exprimer et de la gérer qui sera constructive (limites exprimées de manière socialement acceptable) ou destructrice (agression physique ou verbale). L’agressivité peut mener à des comportements destructeurs… A moins d’être gérée de manière constructive Dans le langage courant, l’utilisation du mot « agressivité » se substitue tantôt au mot « colère » (alors qu’elle préexiste à la colère), tantôt à l’agression violente, alors que cette pulsion instinctive peut se traduire par des comportements respectueux.

En cas d’agressivité, il est déconseillé de toucher ou de s’approcher de l’interlocuteur, même dans l’intention louable de le calmer avec douceur.

Réagir face une situation gênante