background preloader

Viols et victimes

Facebook Twitter

Viol - Les chiffres. Que faire pour accompagner une personne qui a vécu un viol ou des violences? Depuis que je suis féministe et que je me définis comme telle, j’ai pris conscience graduellement de la réalité des violences sexuelles : elles sont vraiment partout.

Que faire pour accompagner une personne qui a vécu un viol ou des violences?

En France, une femme sur 3 est victime de viol ou de violence sexuelle dans sa vie. Il existe des structures qui s’occupent d’accueillir les personnes victimes (on peut les trouver sur la page “ Que faire ” de Textes VS). Soutenir un-e survivant-e d'agression sexuelle. Si vous êtes une personne qui vit et évolue sur cette planète, vous connaissez quelqu’un qui a survécu à une agression sexuelle.

Soutenir un-e survivant-e d'agression sexuelle

Le nombre de femmes, hommes et personnes trans (c’est-à-dire des personnes qui ne rentrent pas dans un système de genre binaire mâle/femelle) qui subissent des agressions sexuelles est inconnu, ceci à cause des phénomènes de silence culturel, mise en doute de la parole de la personne, et de la peur d’encore plus de violence autour du viol. La liste de principes qui va suivre a été faite dans le but de vous aider à soutenir quelqu’un dans son processus « d’aller mieux », au cas où vous vous trouveriez dans une situation où vous pourriez le faire. Neuf principes pour le soutien aux survivant-e-s : Polyvalence-mp. Voici les adresses et les numéros utiles que vous pouvez contacter : Le numéro d’écoute 08 842 846 37(numéro non-surtaxé) qui vous informera sur vos droits et vous orientra vers les associations d’aide aux victimes.

Polyvalence-mp

C’est le numéro de telephone de la federation INAVEM qui est en contact direct avec 150 associations.Le 3919, le numéro national d’écoute pour les cas de violences conjugales.Le numéro 0 800 05 95 95(numéro non-surtaxé) du Collectif féministe contre le viol pour vous écouter et vous aider dans vos démarches.Les assistants de service socialprésents dans les collèges, lycées et universités, dans les hôpitaux ou auprès de l’infirmerie de votre établissement scolaire. Brochure « Je ne veux plus être un violeur » A télécharger ici.

Brochure « Je ne veux plus être un violeur »

L’auteur J’ai été identifié comme un garçon à la naissance, et élevé comme tel. J’ai donc grandi du bon côté du système d’oppression sexiste. Et de la plupart des autres systèmes d’oppression, d’ailleurs. Où sont les violeurs?  Le traitement médiatique du viol a ceci d'étonnant qu'il décrit toujours l'agresseur et la victime avec un champ lexical similaire.

Où sont les violeurs? 

Pour la victime, nous avons jeune, pauvre au sens de "à plaindre", seule parfois, et souvent un détail physique accablant du type "elle avait les cheveux longs (la salope)" (blonde, au 36 quai des Orfèvres ; jolie, dans le métro de Lille). Les fausses allégations de viol sont rares. Dans l'enquête de victimation Enquête "Cadre de vie et sécurité" 2011 réalisée conjointement par l'INSEE et l’ONDRP (Observatoire National de Délinquance et des Réponses Pénales), on mesure qu'en 2009-2010, 1% des femmes de 18 à 75 ans ont déclaré avoir été victimes de violences sexuelles soit un peu moins de 220 000 femmes.

Les fausses allégations de viol sont rares

Ce taux est de 0,3% pour les hommes de 18 à 75 ans : un peu plus de 60 000 hommes seraient victimes de violences sexuelles chaque année . En 2011, d'après les statistiques centralisées par la Direction centrale de la Police Judiciaire, 4983 personnes majeures ont porté plainte pour viol en commissariat de police et de gendarmerie.

Les mythes, les idées reçues et les préjugés autour du viol. La rengaine sereine de la victimisation. On dirait que ça revient comme les saisons, les trois petits mots conjugués différemment suivant ton interlocuteur, mais qui reviennent toujours au même. « Tu te victimises. » « Elle se victimise. » « Vous vous victimisez. » « Ils se victimisent » Ce qui est bien avec cette affirmation c’est qu’on peut l’utiliser à peu près à chaque fois que l’on n’a pas trop envie de réfléchir pour essayer de comprendre ce que l’autre nous dit.

La rengaine sereine de la victimisation

Comment être une bonne victime de viol. Nous le savons tous et toutes, la société française est extrêmement attentive au problème du viol, et tant au niveau éducatif que répressif, mène une lutte sans relâche contre ce crime.

Comment être une bonne victime de viol

Néanmoins il convient de parfois faire preuve de bon sens - et disons le tout net les femmes en manquent souvent - prodiguons leur quelques conseils afin de devenir une parfaite victime de viol. Cela vous semblera, de prime abord, pas totalement évident, mais en y mettant un peu du vôtre, vous devriez y arriver. - Ne soyez pas un homme. Je ne supporte plus vos abjections au sujet du viol. *Les passages en italique correspondent aux commentaires cités Donc il y a ce passage (1/9 du texte) de mon dernier article qui relate qu'après avoir passé la soirée avec un groupe de mecs que je ne connaissais pas très bien, j'ai préféré partir malgré le froid et le fait que je n'avais nulle part où aller (Le texte se déroule à une époque où j'étais SDF, vous pouvez le lire ici pour mieux comprendre de quoi il s'agit), et puis y'a ce commentaire d'un courageux anonyme qui tombe.

Je ne supporte plus vos abjections au sujet du viol

Il chouine parce que je suis trop méchante d'assimiler groupe de mecs et viol, et que putain, il en a marre de toujours lire ce genre d'histoires où les relations humaines sont réduites à des coups. Et puis que merde, SYSTEMATIQUEMENT, on assimile groupe de mecs et viol, et qu'on s'en sort plus dans la vie quoi. Just ask the right question. Des questions autour du viol. Quelques mises au point sur les hommes victimes de viol. Quelques notes en guise de préambule, et tout d’abord, un avertissement sur le contenu, ou trigger warning pour les initié·e·s : je ne m’épargnerai pas, dans ce modeste texte, des descriptions (brèves et peu graphiques) de viol, des références à des propos remettant en cause ou minimisant les sentiments des victimes, des allusions à des plaintes déposées aux forces de l’ordre, et des évocations de violences racistes, validistes, homophobes et transphobes.

Quelques mises au point sur les hommes victimes de viol

«Celles qui refusent les relations sexuelles peuvent rester seules» Une Belge sur cinq est ou a été violée par son partenaire. Le résultat d’une enquête d’Amnesty. Rapists Who Don’t Think They’re Rapists. You know the guy who "accidentally" rapes women? How Being A Feminist Monopolized My Rape. Since I was a little girl I would consider myself a feminist. It didn’t take me reading Betty Friedan to know something was up. Even in what most people would consider a balanced relationship, it didn’t take long to notice something I didn’t agree with in my parents’ relationship. It would just take my Dad being mad for me to notice.

He could yell and threaten, sometimes silently, and my Mom would shut down. I reveled in my feminism, in my being part of a solution to what I saw as the greatest injustice in society. That was all until I was raped. It took days for me to even label what happened to me was rape. I was a women’s studies minor — if there was one thing I knew about, it was the injustice of rape. But in class rape wasn’t what happened to you on your own couch after watching a movie with someone. I found myself telling myself I was lucky. But I couldn’t shake the feeling that I didn’t want it. In the days after my rape, I sweated nervously in my Feminist Philosophy class. Pas mort d’homme. (TW : violences sexuelles) Il suffit que la parole se libère, qu’une seule ose dire, pour que les autres, timidement, racontent, moi aussi, elles aussi.

Elle aussi se souvient de cette nuit de chantage où il questionnait, demandait, boudait, grognait, tonnait, parce qu’elle avait ses règles et qu’elle ne souhaitait pas avoir de rapports sexuels. Elle se souvient de l’érection du garçon malgré ses refus, des yeux tristes de l’homme, pourquoi tu ne veux pas me faire plaisir, on se voit pas souvent, on est bien, juste une pipe, c’est rien.

Et puis elle y a été, comme on part à l’usine, les gestes mécaniques, pour que ca cesse, pour qu’elle puisse dormir, elle a posé sa bouche sur le sexe et elle s’est laissée pénétrer, la gueule bien ouverte, la tête bien vide, ne pas y penser, cela va bientôt s’arrêter. C’est aussi quand il la retourne. Je connais un violeur.

Je connais un violeur. C’est un ami, c’est un ami de ma meilleure amie. On avait déjà passé une nuit ensemble, je ne voulais pas coucher avec lui, il l’a bien pris et a été adorable. Mais pas ce soir-là. Rentrés chez lui après une soirée, on couche ensemble, je m’endors. Pas lui. La Parade des violeurs est le Silence des violées. Je n'ai pas porté plainte et je vous emmerde. Les vitamines du bonheur. « Aller de l'avant » - Une dernière pour la route. Angst and other colours — The Problem with Lena Dunham Defenders...from a survivor. College rape survivor will carry her mattress around campus until her rapist is expelled. On the first day of her sophomore year of college, Emma Sulkowicz was raped in her dorm room bed. The Columbia University senior says the perpetrator was a fellow student. He still is — and has been since he allegedly assaulted Sulkowicz and two other female students.

As Sulkowicz reported in Time earlier this year, all three cases against her offender were dismissed. So, she’s not taking it anymore. After joining a federal complaint in April over Columbia’s mishandling of rape cases and speaking out about the school’s failure to address her assault, Sulkowicz is now embarking on yet another effort — an artistic one — to make change on campus. “A mattress is the perfect size for me to just be able to carry it — enough that I can continue with my day, but also heavy enough that I have to continually struggle with it,” Sulkowicz said in a video for the Columbia Spectator. Project Unbreakable.

Andrea Dworkin  Je veux une trêv. Our Need for Privacy: The Blueprint of Abuse - « Pourquoi le viol, c'est vraiment hilarant », la vidéo qui brise le coeur.