background preloader

Climat et météo

Facebook Twitter

Une année en 6e EIST : un voyage vers Mars. Introduction La progression annuelle proposée ici est le fruit du travail pluridisciplinaire mené par l’équipe pédagogique impliquée dans l’EIST du collège Boris Vian à Paris, qui est composée de professeurs de physique-chimie, de sciences de la vie et de la Terre et de technologie.

Une année en 6e EIST : un voyage vers Mars

Elle a été mise en œuvre pour la première fois en 2012/2013 dans plusieurs classes de 6e EIST et est reconduite, après quelques ajustements, en 2013/2014. Cette progression annuelle, construite autour du thème d’un voyage sur Mars, est divisée en neuf modules. Pour chacun d’entre eux, la problématique, les activités et les éléments des programmes de physique-chimie, SVT et technologie mobilisés sont indiqués.

Ce document correspond aux conditions spécifiques de la 6e EIST dans le cadre des programmes en vigueur en 2012/2013. Le module 8 intitulé « Comment explorer le sol martien ? Télécharger l'ensemble de la progression au format pdf. La circulation océanique. Les océans représentent environ 97,5% du volume d’eau de la planète.

La circulation océanique

Ils exercent une influence considérable sur les climats car leurs eaux, qui se déplacent sur de longues distances, participent aux transferts de chaleur entre différentes régions du globe. Il existe des courants océaniques superficiels et des courants profonds. El niño. El niño est une manifestation des perturbations climatiques naturelles qui affectent la planète.

El niño

Ce dérèglement a lieu aux environs de Noël (ce qui explique son nom:"el niño" signifie "l'enfant Jésus"). El niño est la conséquence de la modification de la circulation océanique:un courant marin réchauffe les eaux du littoral du Chili et du Pérou. Le phénomène débute par une accentuation des vents du Sud Est, ce qui entraîne une montée des eaux chaudes dans le Pacifique Ouest. Quand les vents tendent à revenir normaux, le Pacifique Est est envahi par les eaux chaudes en provenance du Pacifique Ouest. Le phénomène el niño est alors déclenché.

El niño est la cause d'effets inverses à la normale : l'Équateur connaît des pluie diluviennes, certaines régions habituellement humides subissent la sécheresse (Asie du Sud Est, Philippines, Nord de l'Australie), des cyclones se produisent en Polynésie française, etc. Les glaciers. Les glaciers sont un phénomène essentiel à la surface du globe en raison de leur extension présente et passée.

Les glaciers

L'extension actuelle. (valeurs en km2). Deux familles de glaciers se partagent la surface de la Terre, les calottes aux hautes latitudes et les glaciers de montagne. Les calottes: Antarctique :13 586 000 km2 jusqu'à 3 000 m d'épaisseur, en moyenne Groenland : 1 700 000 km2, 2000 à 3 000 m d'épaisseur. L'évolution des climats. Depuis au moins un million d'années, la Terre connaît une succession de périodes de glaciation et de périodes plus chaudes.

L'évolution des climats

Les paramètres météorologiques. L'histoire de la météorologie. Les climats de la Terre. Le Soleil, principale source d’énergie pour les êtres vivants, est la source d’énergie qui réchauffe la Terre et y rend la vie possible.

Les climats de la Terre

Les climats de la Terre (température, ensoleillement, précipitations) sont influencés par la circulation de l’air et de l’eau. Les masses d’air et d’eau se déplacent en fonction de leur réchauffement et de leur refroidissement, donc en fonction du rayonnement solaire. Les climats varient de façon importante d’un point à l’autre du globe et la cause première est la quantité d’énergie solaire reçue en ces différents points. Chaque point du globe reçoit en moyenne, sur une année, 12 heures d’ensoleillement par jour et pourtant la quantité de chaleur reçue varie de l’équateur aux pôles. Le flux d’énergie solaire correspond à la quantité de chaleur par unité de surface. La température de l’air ne varie pas uniquement en fonction des latitudes mais également en fonction de l’altitude.

Le bilan radiatif terrestre. L'atmosphère terrestre. Bien que le bilan radiatif de la planète, c'est-à-dire le rapport entre le rayonnement qu’elle reçoit du Soleil et le rayonnement qu’elle émet dans l’espace, soit globalement nul, les quantités d’énergie reçues à la surface de la Terre varient dans le temps (jour/nuit, saisons) et dans l’espace (latitude, altitude).

L'atmosphère terrestre

Il existe ainsi de grandes disparités selon les régions et les périodes, l’énergie reçue au niveau de l’équateur, par exemple, étant bien supérieure à celle reçue au niveau des pôles, en raison de l'inclinaison de l'axe de rotation de la Terre sur le plan de son orbite. Du fait de cette inclinaison, la masse d'atmosphère traversée par le rayonnement solaire est d'autant plus petite que l'on s'éloigne des pôles et elle est minimale à l'équateur. L'énergie incidente est donc plus élevée à l'équateur qu'aux pôles. L'atmosphère terrestre. L'atmosphère est un mélange de gaz L'atmosphère est une enveloppe gazeuse d'environ 500 km d'épaisseur, peu épaisse par rapport au rayon du globe terrestre qui mesure quelque 6 500 km.

L'atmosphère terrestre

Elle est retenue à la surface de la planète par la pesanteur. L’atmosphère de la Terre est un mélange de gaz. Elle est constituée principalement de diazote (N2, 78 %) et de dioxygène (O2, 21 %) et de quelques gaz beaucoup moins abondants comme le dioxyde de carbone (CO2, 0,038 %) et des gaz rares comme l'argon (Ar, 1 %). L’atmosphère présente aussi des traces d'hélium, d'hydrogène, de néon, de krypton, de xénon, d'ozone et de méthane. L'effet de serre. Nous avons jusqu'à présent considéré les échanges de chaleur par convection et par évaporation-condensation, ainsi que les mouvements d'air, les vents associés.

L'effet de serre

Nous allons maintenant évoquer les échanges d'énergie par rayonnement en utilisant l'analogie classique entre ce qui se passe dans l'atmosphère et ce qui se passe dans une serre d'habitation ou dans un capteur solaire destiné au chauffage. Cette analogie porte le nom d'effet de serre. L'effet de serre fait intervenir à la fois le rayonnement solaire et le rayonnement infrarouge. Autant le premier nous est familier, autant le second demeure souvent mystérieux.

Pourtant, ils sont de même nature physique : ce sont des rayonnements électromagnétiques qui ne se distinguent que par leur LONGUEUR D'ONDE. Les saisons sur Terre. Si vous visualisez ci-dessus une terre qui tourne sur elle même et que vous parvenez à la déplacer à l'aide de la souris, vous possédez le plug-in Flash 4 et vous pouvez voir une animation complète sur le sujet.

Les saisons sur Terre

Sinon, vous pouvez télécharger le plug-in. La rotation de la terre sur elle-même crée l'alternance des jours et des nuits. Les zones à l'ombre sont dans la nuit, les zones directement éclairées par le soleil sont dans le jour. La terre réalisant un tour sur elle-même en à peu près 24 heures, un jour dure 24 heures. Le vent. Le vent correspond à un déplacement d'air.

Il se caractérise par sa force et sa direction. On distingue les vents locaux tels que la brise de mer et la brise de terre, les vents de vallée et les vents à grande échelle sur lesquels nous nous concentrerons ici. Ces mouvements trouvent leur origine dans deux phénomènes qui se combinent : - l'inégalité de la distribution et de l'absorption du rayonnement solaire à la surface de la Terre ; - la rotation de la Terre. Quel temps fera-t-il demain? L'atmosphère est un mélange de gaz compressibles où s'effectuent des échanges d'énergie en provenance du Soleil. Idées reçues en météorologie. Le trou d'ozone est-il un trou dans l'atmosphère ? Climat et météo, c'est pareil ? Non. Régulièrement, les médias rapportent des informations relatives au trou d'ozone, en montrant du doigt les activités industrielles, jugées responsables de la présence de ce trou dont on craint les pires conséquences. Le changement climatique mondial. 29 notions-clefs : la physique du climat.

Le climat peut être défini comme l’ensemble des situations météorologiques propre à une région de la Terre plutôt que comme un hypothétique « état moyen ». Cet ensemble de situations météorologiques évolue sur toutes les échelles de temps, du mois à plusieurs millions d’années, en passant par des cycles glaciaires de cent cinquante mille ans ou des fluctuations d’un siècle à l’autre. Nous n’évoquerons pas, dans cet exposé, cette variabilité du climat ni les mécanismes sous-jacents.

Nous présenterons plutôt quelques-uns des processus physiques fondamentaux du climat, nous les illustrerons, si possible, par des expériences simples et nous montrerons comment ils interviennent dans le système climatique. Climat et Soleil. 29 notions-clefs : changement climatique et biodiversité. Untitled. Untitled. Article climat petit. Lettre 21 climat Acady mie sciences.

Livret environnement Academie sciences. 29 notions-clefs : Le Soleil. Forme Comme la Lune et à la différence des étoiles ou des planètes vues à l’oeil nu, le Soleil sous-tend un angle significatif, qu’on appelle son diamètre apparent : un demi-degré ou 30 minutes d’angle, soit la largeur du pouce (environ 1 cm) tenu à bout de bras (environ 1 m). Nous exprimerons volontiers les angles en radians (abrégé en rd), unité plus commode que les degrés, minutes et secondes d’angle. 180° = π rd = 3,14 rd. Un angle, dans le cas où sa valeur est très inférieure à 90° et dans ce cas seulement, s’exprimera alors comme le rapport de deux longueurs, ici la largeur du pouce (environ 1 cm) et la longueur du bras (environ 1 m), soit : diamètre angulaire du Soleil = 1/100 = 0,01 rd. Le Soleil (ou la Lune) pourraient avoir un diamètre de 10 km et être situés à 1 000 km, ou de 1 million de km et être situés à cent millions de km, etc. Actions sur la Terre Qu’il soit proche ou lointain, le Soleil agit sur la Terre.

La distance du Soleil. 29 notions-clefs : effet de serre et climat. Contexte et aspects historiques. Climat: nouveau record mondial de chaleur en mai. La planète a connu le mois de mai le plus chaud jamais enregistré, a annoncé jeudi l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA). Il s'agit du treizième mois consécutif au cours duquel un record de chaleur a été battu. Le réchauffement climatique progresse.

L'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) a publié jeudi son dernier rapport, et il est significatif. En mai 2016, la température moyenne à la surface des terres et des océans a été 0,87°C au-dessus de la moyenne du siècle passé pour s'établir à 14,7°C. Le record de 2015 a ici été battu de 0,02°C. Ces données s'inscrivent dans une évolution climatique courant depuis 1997. Réchauffement climatique -Rôle des nuages,des rayons cosmiques, du soleil et de la galaxie. Sans titre. Pour le cours au format word ,cliquer ici. Vidéos TS spé Atmosphère, hydrosphère, climats. « Climat, atmosphère et hydrosphère »