background preloader

Glyphosate

Facebook Twitter

Quel est l'impact environnemental des OGM Roundup-Ready? - Le blog des Bactéries et de l'Evolution. La majorité des OGM cultivés aujourd'hui sont des plantes résistantes à un herbicide, dont les OGM dits "Roundup-Ready" (RR), commercialisés par... Monsanto, bien sûr! Le Roundup, c'est le nom commercial d'un herbicide total qui a fait la fortune de la célèbre firme d'agrochimie: le glyphosate. Cette molécule s'attaque à tous les végétaux, sauf ceux qui disposent du bon gène de résistance (codant pour une enzyme modifiée) que l'on peut introduire dans n'importe quelle plante. Le mode d'emploi est simple: sur une culture de ces OGM résistants, on pulvérise du Roundup qui éliminera toutes les mauvaises herbes, mais sans toucher à la plante cultivée (ni à l'os de Rex).

Ces OGM constituaient pour Monsanto une parade à l'expiration de son brevet sur le glyphosate: la molécule est certes tombée dans le domaine public, mais ceux qui voudraient bénéficier des OGM "Roundup Ready" sont censés utiliser le Roundup commercial de Monsanto... A tous ceux qui veulent bannir le glyphosate. A tous ceux qui veulent bannir le glyphosate ! A tous ceux qui on du mal à se faire un avis sur le sujet et souhaitent une approche plus argumentée qu’une opposition radicale et idéaliste. A tous ceux qui savent garder le bon sens comme ligne directrice dans un monde influencé par la surenchère et manipulation médiatique. Version téléchargeable et imprimable Pour aller plus loin : et ; sans oublier : L’idée de ce billet n’est pas de défendre aveuglement le glyphosate et de devenir un protagoniste de plus dans ce le jeu de ping-pong médiatique mais d’apporter une position modérée et constructive. Quel est réellement le risque du glyphosate sur la santé et l’environnement ?

DOSSIER #1 - La croisade anti-glyphosate. - Science's Facts. Le vrai scandale du glyphosate : les « Portier Papers » Une partie des médias, y compris environnementaliste, est moins offensive contre le glyphosate. Mais l’offensive de certains environnementalistes se radicalise toujours plus. A entendre les plus militants, Monsanto est le diable en personne et les agences de sécurité sont à ses ordres.

Accusé de tous les maux. Mais est-ce si sûr ? Où l’on voit que Portier le chevalier blanc de la lutte contre le glyphosate, comme le CIRC, seule agence qui ne soit pas vendue à Monsanto (ironie), sont très loin d’être irréprochables… Par exemple, LCP retransmet le discours de Phil Hogan, commissaire européen, à l’Assemblée Nationale. Terre-Net fait part « Des voix venues d’ailleurs s’élèvent pour démêler le vrai du faux » sur le glyphosate : essentiellement quelques blogs et la Fondation Concorde.

Euractiv veut « apporter un peu de sérénité dans le débat européen sur le glyphosate » La source des pseudo-révélations du Monde est essentiellement Christopher Portier. Une mystérieuse épidémie de maladies rénales au Sri Lanka. L’augmentation du nombre de cas de maladie rénale chronique d’origine inconnue (CKDU) est rapidement en passe de devenir une nouvelle crise sanitaire au Sri Lanka. En effet, 80 pour cent des décès des patients des hôpitaux de la province la plus touchée du pays seraient liés à une insuffisance rénale. La maladie - certains parlent de « fléau inconnu » - a provoqué des migrations intérieures, notamment chez les jeunes vivant dans les régions les plus exposées au phénomène.

Les chercheurs n’ont pas réussi à en identifier la cause, ce qui limite les efforts pour enrayer la maladie qui cause une insuffisance rénale et, dans le pire des cas, la mort. D’après les dossiers d’hospitalisation, les hommes de plus de 40 ans seraient les plus exposés, ce qui pousse de nombreuses familles de la région du centre-nord de l’île (la plus touchée du pays) à encourager les jeunes hommes à migrer. « Nous ne pouvons pas trouver de travail, car nous en sommes incapables. Des problèmes de données dh/pt/cb-fc/amz. Glyphosate : le nouvel amiante ? Cela fait maintenant de nombreuses semaines que la Commission Européenne peine à se mettre d’accord sur le renouvellement — ou pas — de l’autorisation du glyphosate, cet herbicide largement utilisé, et commercialisé depuis 1974 par Monsanto sous l’appellation Round-Up.

Les batailles d’influence font rage, expertises et contre-expertises se succèdent, et comme le soulignent plusieurs titres de presse, l’affaire ressemble de plus en plus à un précédent de sinistre mémoire : celui de l’amiante. Dans les deux cas on retrouve les mêmes ingrédients : Un produit massivement utilisé par des professionnels, qui se retrouvent de fait fortement exposés (les agriculteurs pour le glyphosate, et les ouvriers travaillant dans le secteur de l’amiante)Un lobby industriel puissant ayant un intérêt financier considérable à ce que le produit ne soit pas interdit.Des batailles d’influence concernant le caractère cancérigène des produits.

Le parallèle semble saisissant, non ? Le cas de l’amiante On peut noter : Peer review of the pesticide risk assessment of the potential endocrine disrupting properties of glyphosate. Glyphosate : une désinformation que vous avalez dès le matin | La Théière Cosmique. L’info est tombée aujourd’hui : nos céréales matinales ainsi que plusieurs légumineuses sèches seraient envahies par le glyphosate. Le rapport Glypho 2 de Générations Futures d’où sort le scoop est repris rapidement à la radio, sur 2 chaînes TV d’information en continu et 15 journaux et magazines dont 4 au niveau national franco-belge. Doit-on avoir peur du petit déjeuner ? A-t-on empoisonné nos enfants et nos proches pendant tout ce temps ? Non. Avons-nous déjà employé quasiment mot pour mot cette introduction l’année dernière ? 1/ Un rapport qui se veut porteur d’information scientifique Le rapport est rédigé avec pour objectif de « combler [le] manque en matière de connaissance [à propos de l’exposition au glyphosate] » et essaie d’imiter la forme d’une étude scientifique. 2/ Une méthodologie qui imite celle de la science, mais bien loin de l’égaler C’est un mot bien pompeux, “méthodologie”. 3/ Des résultats partiels, au bas mot Mais que doit-on faire d’un tel résultat ?

Conclusion. Glyphosate : Les bêtises et manipulations de Générations Futures. 6 vérités sur le glyphosate, que personne n’ose rappeler - Coordination Rurale (CR) Publié à 17:16 le 5.10.2017 dans Actualités agricoles, Articles en une En dépit des raccourcis médiatiques, le glyphosate n’est pas cancérigène ! Pour l’ensemble des médias, la messe est dite : le glyphosate est bel et bien « cancérigène » ! Et pourtant, aucun pays dans le monde ne classe ce produit comme tel, pas même le CIRC[1] qui lance les hostilités en mars 2015, en déclarant que « le glyphosate est probablement cancérigène pour l’Homme (groupe 2A) », tout en précisant « que les preuves d’une carcinogénicité du glyphosate pour l’Homme sont limitées » (p78).

Mais bien d’autres avis contrebalancent celui du CIRC, à commencer par celui de l’EFSA, rendu en novembre 2015 : « ni les données épidémiologiques (portant sur l’homme), ni les éléments issus d’études animales n’ont démontré de causalité entre l’exposition au glyphosate et le développement de cancer chez les humains. » Le rapport est donc de 4 contre 1 ! La firme Monsanto sert d’épouvantail ! Adieu à l’agro-écologie ! Déclaré non cancérigène : Vers une poursuite de l’utilisation du Glyphosate et du RoundUp dans l’UE ? – Quoi dans mon assiette. L’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a déclaré ce mercredi 15 mars, qu’elle ne classait pas le glyphosate parmi les agents cancérogènes. Cette molécule active du RoundUp de l’entreprise américaine Monsanto est une des plus utilisées en agriculture. Ce pesticide controversé avait été déclaré suspecté cancérigène par l’OMS, dénoncé par plusieurs ONG et des groupes parlementaires.

Qu’est-ce que le glyphosate ? Le glyphosate C3H8NO5P est un herbicide à spectre large de la famille des amino-phosphonates, utilisé depuis les années 1970. En France en 2009, 6000 tonnes de ce pesticides ont été commercialisées (INERIS). Comment l’Homme est exposé au glyphosate ? Par voie cutanée : lors d’une utilisation ou si on touche une plante encore humide près utilisation du glyphosate. Dans l’environnement ? Le glyphosate n’est pas naturellement présent dans l’environnement, ses principales sources sont son utilisation humaine en tant qu’herbicide.

Des conflits d’intérêts et des enjeux économiques. Glyphosate : le nouvel amiante ? Glyphosate Use and Cancer Incidence in the Agricultural Health Study | JNCI: Journal of the National Cancer Institute. Skip to Main Content Sign In Register Advanced Search Online ISSN 1460-2105 Print ISSN 0027-8874 Copyright © 2017 Oxford University Press Connect Resources Explore Oxford University Press is a department of the University of Oxford.

Close. La révolution des nouveaux désherbants «bio» AU JARDIN CE WEEK-END - Chaque week-end, Marc Mennessier, journaliste au Figaro, ingénieur agricole et amoureux des plantes vous livre ses conseils et astuces pour faire de votre jardin un Éden. Cette fois c'est du sérieux. Les jardiniers soucieux de contrôler la propagation des «mauvaises» herbes sans recourir à des désherbants «chimiques» vont pouvoir le faire en mariant efficacité et protection de l'environnement. Fini les pseudo recettes à base d'eau bouillante ou de vinaigre blanc (une calamité pour les sols acides!) Déversés sur les indésirables -qui repoussent d'ailleurs aussi sec. 100% naturel Plusieurs spécialités à base d'acide pélargonique, une substance naturelle aux effets herbicides que l'on retrouve dans le géranium, viennent, en effet, de faire leur apparition sur le marché comme Herbistop de Clairland, Finalsan de Neudorff et Katoun mis au point par Jade, une PME bordelaise.

Cuticule cireuse Deux applications par an Au potager • Semez les haricots. . • Protégez vos carottes. Christopher Portier, l’un des principaux conseillers du CIRC sur le glyphosate et l’un des auteurs du rapport de 2015 sur la probabilité cancérigène du glyphosate, possède une définition très conceptuelle du conflit d’intérêts. Depuis plusieurs années, le CIRC défend sa mesure dans son monographe sur le glyphosate concernant l’aspect cancérigène. Mais Christopher Portier se trouve au milieu d’un énorme scandale qui a été révélé par le site Risk Monger et on a également une traduction française sur le blog de Seppi qui est disponible.1 2 Les conflits d’intérêts Christopher Portier Il a établi le potentiel cancérigène du glyphosate alors qu’il avait un contrat de consultant pour des firmes juridiques qui allaient attaquer Monsanto en prétendant que l’herbicide provoquait le cancer chez les humains.

Et il avait conclu ce contrat dans les mêmes semaines avant la publication du rapport par le CIRC. 160 000 dollars pour cancérigéner le glyphosate ? Christopher Portier Les Portiers Papers. Glyphosate : Christopher Portier, mensonges, lobbying et hypocrisie. Glyphosate : Le CIRC a modifié son rapport pour exclure les résultats négatifs. L’avis des principales agences de régulation sur le glyphosate. On accuse souvent Monsanto de corrompre les agences de régulation et ci-dessous, nous fournissons une liste des évaluations sur le glyphosate par des agences de différents pays pour prouver que cette accusation ne tient absolument pas la route. EFSA (Europe) En novembre 2015, l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) a estimé que le profil toxicologique du glyphosate montre qu’il est improbable qu’il présente un danger cancérogène pour l’homme et propose une nouvelle mesure de sécurité qui permettra de renforcer le contrôle des résidus de glyphosate dans l’alimentation.

L’EFSA a également mis à jour son DJA (Dose journalière acceptable) à 0,5 mg/kg. Pour les autres agences, la DJA est à 1,75 à 2 mg/kg.1 ECHA (Agence européenne des produits chimiques) En mars 2017, le Comité d’évaluation des risques de l’ECHA a estimé qu’il n’y a pas de preuves suffisantes pour classer le glyphosate comme cancérigène, mutagène ou toxique pour la reproduction. EPA (États-Unis) L’APVMA (Australie) Glyphosate, l’étude qui dérange.