background preloader

Généalogie

Facebook Twitter

Service International de Recherches en Allemagne. Dictionnaire des noms de famille. Archives départementales, importants lieux de recherche généalogique. Chaque département possède ses archives. Elles se trouvent généralement dans les chef-lieux des départements. Pour trouver l'adresse, allez sur la page Adresses des archives départementales (dans Annexes). Une page spéciale est consacrée à Paris : Recherche généalogique à Paris et toutes les Archives en ligne pour la généalogie Après quelques formalités administratives et gratuites (inscription), vous pouvez commencer vos recherches.

Si vous vous sentez perdu, vous pouvez demander conseil auprès du personnel. Avant d'aller aux archives départementales Il vaut mieux se renseigner sur le fonctionnement des archives. En effet, chaque dépôt d'archives a son propre fonctionnement : Certains sont ouverts en continu toute la journée, d'autres ferment le midi.Des A. Les archives n'effectuent pas de recherches. : Il est inutile d'écrire aux archives départementales pour effectuer une recherche ou pour obtenir la photocopie d'un acte. Pourquoi aller aux archives ? Microfilms et archives numérisées. Frise chronologique historique : creer, imprimer, modifier et generer pdf, excel, openoffice. © 1997 Les Métiers de nos Ancêtres, D.Chatry. Votre ancêtre se remarie : pensez à l'inventaire ! Il est un acte passé chez le notaire qu’il est intéressant de connaître.

Il s’agit de l’inventaire avant dissolution de communauté. Cet inventaire intervient lorsqu’un veuf ou une veuve souhaite se remarier et qu’il ou elle a des enfants mineurs du premier mariage. Les biens qu’ils possédaient en commun avec le premier conjoint reviennent en grande partie aux enfants mineurs et doivent être inventoriés avant que le nouveau conjoint entre dans la maison. Un exemple d’inventaire dans la maison Chiribarro à Lohitzun-Oyhercq Nous sommes en 1840, Marie Eyherabide jeune veuve de 40 ans a décidé de se remarier. Son mari Dominique Quéheille est décédé deux ans plus tôt en laissant trois enfants mineurs. La première partie de l’inventaire indique la liste des enfants vivants du décédé : Marie-Haurra, Guilhaume et Marianne.

Inventaire Quéheille - AD64 -3E8728 Première page de l’inventaire. La deuxième partie consiste en une visite pièce par pièce de la maison. Au rez de chaussée A l’étage. Mon organisation généalogique. Comme le mentionnait Sophie Boudarel récemment, le blog permet de s'organiser dans sa tête, passage nécessaire pour tenter une avancée plus efficace dans ses recherches. Il est vrai que cet article a pour but de me structurer pour l'avenir de mes recherches mais je sais aussi que je ne suis pas le seul à me poser ces questions et que cela aidera d'autres débutants ou d'autres généalogistes confirmés.

Je ne suis pourtant plus débutant, même si on le reste toujours un peu, car on apprend tous les jours. Cependant, j'ai toujours cherché à tout va, sans vraiment m'organiser. Du coup, tout est vraiment dispersé (surtout au niveau électronique) : Une bonne partie de mes trouvailles n'est toujours pas rentrée dans mon logiciel : des mesures s'imposent! Ne sommes nous pas au printemps? = eh oui! Ces informations sont déjà le plus souvent notés mais chaque ancêtre ne se situe pas sur le même rang d'égalité, sans avoir pourtant de préférences pour l'un ou l'autre. - une pour les fichiers. Les erreurs en généalogie : nature, origines...

Dans les arbres généalogiques, les erreurs sont fréquentes. C’est le lot de toute discipline qui rime avec informations, bases de données, saisie manuelle, recherches et déductions, copies et recopies… Avant d’évoquer les différentes erreurs en généalogie et leurs conséquences, parlons… des généalogistes eux-mêmes ! Le généalogiste : en quête de la vérité Les généalogistes sont pour la plupart conscients de l’existence des erreurs et soucieux de les traquer et de les corriger. Pour s’en convaincre, il suffit de lire les pages d’accueil des généalogies publiées sur Internet (sites Web personnels, arbres généalogiques sur GeneaNet, etc.). Nombreuses sont celles sur lesquelles l’auteur, présentant le fruit d’années et d’heures de travail, avertit son lecteur : « cette généalogie contient sans doute des erreurs »… Il s’excuse presque par avance d’avoir failli à son devoir envers la vérité historique et généalogique !

L’erreur en généalogie : une malédiction Alexandre Vialatte 1. Normannia - Presse ancienne. Presse ancienne bas-normande (1786 1944) En Basse-Normandie, l’histoire de la presse commence en 1786, à Caen, avec la parution du premier journal imprimé dans la région Affiches, annonces et avis divers de la Basse-Normandie. C’est à partir du règne de Napoléon 1er, que se multiplient ces feuilles principalement destinées à publier certains actes de justice et avis commerciaux.

Chaque chef-lieu d’arrondissement bas-normand en est bientôt doté. Sous la monarchie de Juillet, ces feuilles, abandonnent leur ancienne appellation pour de nouveaux titres et deviennent de véritables journaux : Le Journal de Cherbourg (1833), L’Avenir de Caen (1837). Ils s’ouvrent à des informations plus variées, donnent des nouvelles locales, s’agrémentent d’un feuilleton et de diverses rubriques. Seule la politique est exclusivement réservée à des journaux soumis au contrôle du pouvoir. Il faut attendre 1881 pour qu’une liberté de la presse s’instaure de manière durable. Ont pris la mesure de leur fragilité. Pages Web Généalogies.

La grande histoire

Chercher moins pour trouver plus ! Plus on remonte le temps, plus les registres sont laconiques et plus les recherches généalogiques deviennent longues et difficiles. Et si nous réfléchissions un peu, avant de nous lancer dans une quête effrénée, pour optimiser notre temps et obtenir de meilleurs résultats ? Imaginons un acte de mariage du début du XVIIIe siècle qui indique les noms des parents des mariés mais aucun lieu d’origine. Nous remontons le temps dans les registres pour trouver la naissance des époux et nous ne trouvons que celle de la femme, aucune trace de la famille de l’homme.

Comme c’est souvent le cas, le mariage était célébré dans la paroisse de l’épouse et l’homme venait d’ailleurs. Si nous utilisions les moyens modernes et strictement mathématiques, nous pourrions prendre une carte, poser la pointe du compas sur la paroisse de mariage et tracer des cercles concentriques pour déterminer les autres lieux où chercher l’origine du marié… Erreur ! Ecrit par Pierre-Valéry Archassal. Généalogie : comment mener une recherche efficace. Que vous soyez généalogiste débutant ou aguerri, vous souhaitez voir votre arbre grandir.

Mais comment s'assurer que les branches ne soient pas malades ? Comment donner envie aux autres de le regarder ? Pour qu'un arbre grandisse, quelques règles de "jardinage" sont à respecter. Au fur et à mesure de mes recherches généalogiques, je me suis aperçue que la généalogie n'était pas un "simple loisir de retraité" dans le sens péjoratif du terme : après-midi ronflantes en salles d'archives, saisies à la pelle de dates, tour de France des restaurants en découvrant les villages des ancêtres, .... La généalogie nécessite un raisonnement équivalent au raisonnement scientifique : je pars d'un fait ou d'une hypothèse, je mène mon expérience - dans le cas présent, mon enquête - , je conclue en validant par des preuves - ici je présenterai des sources. Pour que votre recherche soit efficace, respectez ces cinq principes : #1 Ne tirez pas de conclusions hâtives. . #2 Faites vos propres recherches. Bigenet.

GeneaWiki. Genealogie Nord-Pas-de-Calais (GenNPdC) Salle des inventaires virtuelle. 52 - La main-d'oeuvre française exploitée par le IIIe Reich : le S.T.O. On citera juste deux ouvrages majeurs : Patrice ARNAUD, "Les STO. Histoire des Français requis en Allemagne nazie. 1942-1945", Paris, CNRS Éditions, 2010, 592 p. B. GARNIER et J. En règle générale, les documents conservés aux Archives nationales sont avant tout des dossiers généraux sur les conditions de l’exploitation de la main-d’œuvre française et les rapports franco-allemands.

Dans le cas de recherches individuelles : il convient de s’adresser au Bureau des archives des victimes des conflits contemporains, B.P. 552, 14037 Caen cedex, qui relève du Service historique de la Défense. On peut également s’adresser aux archives départementales, où sont conservés notamment des documents relatifs aux réquisitions et aux bureaux de placement, des fiches individuelles de travail, des tableaux de départs et des listes de réfractaires. 1.

État français – Secrétariat particulier du chef de l’État, dossiers de M. . – Dossiers de M. Accès et horaires de la salle de lecture du SHD à Caen.