background preloader

Yue2000

Facebook Twitter

My name is

My life is potatoe

«Changer le nom d'une entreprise coûte des millions d'euros» INTERVIEW - Aéroports de Paris a été rebaptisé ce jeudi Groupe ADP. Quel intérêt ? Quel coût ? Et quel retour sur investissement ? Réponse avec un spécialiste de la stratégie de marques. LE FIGARO - Qu'est-ce qui pousse une entreprise à changer de nom? Marcel BOTTON* - Trois raisons à cela: soit parce que le nom ne correspond plus à l'activité de l'entreprise, soit parce que le nom est trop typé géographiquement. S'appeler France Telecom est un handicap vis-à-vis du client final si vous voulez vous développer à l'étranger. Certaines comme GDF Suez (rebaptisé Engie, ndlr) ou PPR (rebaptisé Kering, ndlr) ont choisi des noms anglo-saxons. L'anglais est la langue des affaires. Quelle solution pour satisfaire tout le monde? On compte 6500 mots qui ont les mêmes racines en français et en anglais. N'y a-t-il pas un risque d'oublier le nouveau nom? C'est vrai que la presse continue de rajouter «ex-PPR» pour Kering et «ex-GDF Suez» pour Engie).

Aéroports de Paris devient Groupe ADP. Doggy bag : pas obligatoires mais fortement conseillés - 12/01/2016. L’Umih recommande l’utilisation de ces boîtes permettant d’emporter ses restes au lieu de les laisser au restaurant. Qu’en est-il à Blois ? Au tout début, il y a un malentendu. « Plusieurs articles de presse, datés du 2 au 4 janvier 2016, font référence à l'obligation pour les restaurateurs de proposer au 1er janvier 2016 à leurs clients des doggy bags, écrit l'Umih (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie) sur son site Internet. Avant d'apporter les précisions suivantes : au 1er janvier 2016, les restaurateurs sont soumis à une obligation de tri lorsqu'ils produisent plus de 10 tonnes de biodéchets par an, soit environ 150 à 200 couverts/jour.

Cette obligation est issue de la loi […] dite Grenelle 2. La réglementation n'impose aucune obligation sur le doggy bag. » " Dans une boîte à pizza ou en aluminium " Le premier syndicat patronal du secteur affirme que « cette solution est cependant recommandée comme un des moyens de lutter contre le gaspillage alimentaire ». Le « doggy bag » recommandé dans les restaurants depuis le 1er janvier 2016. Le "contrat agile", solution miracle contre le chômage ? Par François Lenglet , Loïc Farge Il s'agirait d'inscrire dans le contrat de travail les motifs de séparation éventuelle : par exemple, la baisse du chiffre d'affaires de l'entreprise, la fin d'un chantier, ou la non réalisation, par le salarié, des objectifs qu'on lui donne.

L'intérêt serait d'éviter ou de limiter les recours contentieux aux prud'hommes qui sont longs, coûteux et imprévisible. Les patrons veulent pouvoir se séparer d'un salarié sans subir une longue procédure. C'est pour cela qu'ils appellent aussi ce contrat "sécurisé". Ce serait sécurisé pour eux, les employeurs. On peut déjà licencier si le chiffre d'affaire diminue : cela s'appelle le licenciement économique. Mais il faut pour cela faire un plan social. Partage du risque Un tel contrat peut probablement aider à faire baisser le chômage, parce qu'il changerait le partage du risque entre l'employeur et le salarié. Notre droit du travail et les tribunaux, les prud'hommes, donnent plutôt raison aux salariés.

Voie moyenne. Aimer le vin, c'est aussi avoir un grain de raison : la campagne qui fait débat. Vin & Société lance sa première campagne d’information nationale grand public sur les repères de consommation "2.3.4.0" définis par les autorités de santé. Une campagne et des slogans qui font débat. "Aimer le vin c'est aussi avoir un grain de raison", "Le vin je l'aime, je le respecte". Ce sont les slogans qui accompagnent les affiches de la campagne publicitaire lancée par l'association Vin & Société. Une campagne censée donner aux Français les "repères de consommation" de vin baptisés "2.3.4.0".

Soit deux verres maximum par jour pour les femmes, trois pour les hommes, quatre verres maximum en une seule occasion, et enfin zéro verre un jour par semaine. La Haute Autorité de Santé dénonce "une campagne publicitaire qui détourne un outil médical de lutte contre les dangers de l'alcool". "On est sur des sources officielles, on n'a rien à se reprocher" rétorque la déléguée générale de l'association qui regroupe producteurs et négociants viticoles.

AMAZON A-T-IL ENCORE DES RIVAUX ? PHILIPPE MOATI pour LIBÉRATION | L'Obsoco. Une plateforme logistique de la Fnac, à Wissous (Essonne). La livraison en moins de vingt-quatre heures est capitale pour concurrencer Amazon.Photo Denis Allard Quinze ans après le débarquement en France d’Amazon, les poids lourds hexagonaux du commerce ont pris conscience du danger. Sur l’air du «tous contre Amazon», ils tentent aujourd’hui de faire barrage au leader mondial de la vente en ligne.

L’entreprise américaine créée il y a vingt ans à Seattle par Jeff Bezos submerge ses concurrents du e-commerce et menace les réseaux de magasins physiques. Le libraire en ligne des débuts vend aujourd’hui à peu près tout, y compris des produits frais avec Amazon Fresh lancé aux Etats-Unis et peut-être bientôt en France, où ce service est annoncé depuis plus d’un an.

Ses armes : des prix cassés, une logistique très performante et des formules tout compris, comme Amazon Premium, qui garantit une livraison le lendemain moyennant un abonnement de 49 euros par an. Patrick Cappelli. 2016 : priorité à l’éthique et l’agilité, Marketing digital. Rachat de Groupama Banque et de Bouygues Télécom: Pourquoi Orange passe à l’attaque. TELECOMS Le groupe se lance dans deux projets distincts de rachat... N.Beu. Publié le Mis à jour le Orange est sur tous les fronts. Après avoir annoncé lundi qu’il entrait en négociations exclusives avec Groupama en vue de l’acquisition de 65 % du capital de sa filiale bancaire, le groupe a confirmé ce mardi « la reprise de discussions préliminaires avec le groupe Bouygues » en vue d’un rachat de ses activités télécoms. Un groupe qui va mieux… Plus de trois ans après l’arrivée de Free sur le marché du mobile, Orange n’a toujours pas totalement digéré la révolution, au même titre que SFR et Bouygues.

…mais qui a besoin de consolider ses positions… Dans cet univers ultra-concurrentiel, les opérateurs savent qu’ils doivent réagir pour mieux résister. …et de se diversifier En parallèle, Orange se lance donc dans des discussions avec Groupama. Mots-clés : Bouygues et Orange confirment discuter d'un rapprochement.