background preloader

Tunisie

Facebook Twitter

Sidi Bouzid: Rationaliser l'exploitation de l'eau devient une urgence. Les problèmes relatifs à l’exploitation des ressources hydrauliques dans le gouvernorat de Sidi Bouzid ont été au centre d’un séminaire organisé par le commissariat régional du développement agricole (CRDA) en collaboration avec l’union régionale de l’agriculture et de la pêche (URAP) et l’association « Ressources naturelles et développement ». Le séminaire organisé à Sidi Bouzid à l’occasion de la journée mondiale de l’eau, a enregistré la participation de plusieurs experts et des ingénieurs opérant dans le domaine.

L’objectif du séminaire est de jeter la lumière sur le système hydraulique de la région et la recherche des mécanismes à même d’en assurer la pérennité en rationalisant l’exploitation de l’eau et d’éviter surtout la surexploitation des ressources disponibles. Les participants ont souligné qu’il y a une exploitation abusive des eaux de surface qui a atteint 147,7% à travers l’utilisation de 11 mille 249 puits dans le gouvernorat. SONEDE: 40% des tunisiens payent moins de 3 dinars par mois. 40% des tunisiens payent moins de 3 dinars, par mois et par logemement, pour la consommation de l’eau (les frais d’assainissement compris), selon le Directeur central des études à la SONEDE, Adnen Boubaker.

Seulement 8% des abonnés regroupant les industriels, les hôtels et les personnes aisées, payent plus que 17 dinars par mois, a-t-il déclaré à l’Agence TAP, en se référant aux dernières statistiques de la société pour 2013. Ports: hausse de 3%, mais sans atteindre le niveau de 2010. Plus : Di avec TAP Economie Société Top News Tunisie Lire aussi... CFAD. Tunisie- Union européenne: Lancement du programme d'appui à la société civile (PASC) Le programme d'appui à la société civile en Tunisie (PASC) a été officiellement lancé jeudi à Tunis, dans le cadre de l'aide apportée par l'Union européenne à la transition démocratique en Tunisie.

PASC-Tunisie, d'un coût de sept millions d'euros (15,2 millions de dinars) et d'une durée de 36 mois (2013-2016), est initié par la délégation de l'UE, en partenariat avec la société civile tunisienne et le ministère du développement et de la Coopération internationale. Laura Baeza, ambassadrice, chef de la délégation de l'Union Européenne en Tunisie, a félicité le peuple tunisien pour "l'adoption d'une nouvelle constitution qui garantit les libertés privées et publiques".

Selon elle, "le PASC va permettre de mettre à niveau la société civile tunisienne, en lui assurant une formation sur les méthodes de travail, d'une association ou d'une organisation associative dans un pays démocratique". "Nous avons déjà gagné la confiance des institutions publiques. Privatisation de la SONEDE: la Troïka osera-t-elle ce que n'avait pas osé Ben Ali? L’assurance risque de la Sonede augmente de 60% Par Béchir Lakani25/03/2014 à 10h56 « L’assurance des installations de la Sonede - qui s’étendent sur 50 000 km de canalisations à travers tout le pays – est désormais de plus en plus élevée.

Elle a augmenté de 60% en l’espace d’une année, passant de 1,3 MDT en 2013 à plus de 2,5 MDT en 2014», a souligné Hedi Belhaj, PDG de la Sonede à l’occasion d’une journée d’information avec l’assureur retenu Lloyd tunisien. Les raisons de cette excessive augmentation ? La dégradation criminelle et le sabotage des installations de la société, notamment les pompes à eau et les équipements des puits profonds, particulièrement dans les petites agglomérations, a-t-il expliqué. Evoquant les projets futurs, M. «Plusieurs bailleurs de fonds ont accepté de cofinancer ces projets, notamment la Banque Mondiale, la BID et l’Agence française de développement (AFD). L'état des plages entre Rades et Hammam-Lif. Connaissez-vous les plages de la banlieue sud de Tunis? Les habitants d'Ezzahra, Hammam-Lif, Radès et autres quartiers adjacents les connaissent très bien et s'y rafraîchissent en été.

Pourtant, beaucoup d'entre elles sont loin des images de cartes postales estivales de mer turquoise et de sable fin qu'on retrouve à Kelibia, Hammamet, Mahdia ou Hammam El Ghzez. Le journal Le Quotidien avait publié, dans son édition du 5 juin denier, la liste des plages à éviter selon les données fournies par la Direction Générale de l'Hygiène du Milieu et de la Protection de l'Environnement (DGHMPE) relevant du ministère de la Santé. En effet, cette liste répertorie 12 plages tunisiennes avec un taux de pollution au-dessus de la moyenne, conséquence du rejet des eaux usées par l’ONAS, des rejets industriels et des ordures ménagères. >> Comment se protéger du soleil? Voici une série de photos prises entre Radès et Hammam-Lif: Loading Slideshow. Ksar Hellal (Monastir) : Le personnel de l'ONAS réclame la nomination d'un nouveau directeur régional. "Eau secours ! ", l’art et la manière.

Par Hamza Marzouk29/03/2014 à 12h12 Pour débattre sur le sujet de la rareté de l’eau, les campagnes de sensibilisation, les spots publicitaires et les tables rondes ne sont plus les moyens les plus efficaces pour interpeller le large public ou vulgariser cette problématique vitale. L’Agence française de développement (AFD) a choisi d’emprunter d’autres chemins pour aborder ce sujet épineux, à savoir le mariage des débats sur une question donnée avec l’art et la créativité. En partenariat avec l’Institut français de Tunis, l’Agence française de développement a organisé une conférence-débat autour de la rareté de l’eau, suivie d’une pièce de théâtre intitulée « Eau secours », réalisée par Nawel Skandrani : jeux de mots mimant toute la problématique par le biais de l’art.

En ce qui concerne, M. Hédi Bel Hadj, il a replacé le sujet dans son contexte à savoir le manque de l’eau dans le monde entier. La deuxième question a été posée par un ancien responsable aux nations-unis. Construire l'équité territoriale de la Tunisie. Colloque international, Tunis, 17-19 novembre 2011 : Construire l’équité territoriale de la Tunisie Colloque organisé par : La Fédération tunisienne des Clubs UNESCO-ALECSO, Club « Savoir et développement durable » (FTCUA-SDD, Tunis) Le Laboratoire de recherches de l’Ecole nationale supérieure du paysage (LAREP, ENSP, Versailles) L’Institut supérieur des technologies de l’environnement, de l’urbanisme et du bâtiment (ISTEUB, Université de Carthage) Nul n’en doute aujourd’hui, l’année 2011 marquera une étape majeure dans l’histoire de la Tunisie.

Ce que seront ses conséquences sur le reste du monde reste une inconnue, mais ce qui est certain, c’est que la manière dont la Tunisie évoluera dans les mois et les années qui viennent aura des répercussions qui s’étendront bien au-delà de ses frontières. L’enjeu de cette évolution est donc, lui aussi, majeur, et les chercheurs de tous horizons ne peuvent rester en marge de ce qui se construit aujourd’hui. avant le 15 juin 2011. La STEG sera-t-elle privatisée ? Que se passe-t-il à la Société Tunisienne pour l’électricité et le gaz (STEG) ? Sans coup férir, voilà qu’on nous annonce qu’il n’a jamais été dans l’intention du gouvernement de privatiser la STEG.

C’est le chef de cabinet du ministère de l'Industrie Ahmed Souibki, qui déclare même que "cette institution restera une institution nationale", comme pour insister sur le démenti ! Mais il n’y a jamais de fumée sans feu. Et si ce démenti existe, c’est notamment pour calmer les ardeurs du bureau syndical de la STEG, qui par le biais d’un communiqué, s’est opposé à la privatisation de la société !

Tunisie: L’UGTT dénonce la tentative du ministre de l’Agriculture de faire de la SONEDE un bouc émissaire et les manœuvres pour sa privatisation. Le syndicat général de la SONEDE relevant de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) a appelé le ministre de l’Agriculture à revenir sur sa décision de révocation de certains directeurs centraux de la Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux (SONEDE) et a demandé leur réhabilitation. Le syndicat a indiqué dans un communiqué, à l’issue d’une réunion extraordinaire consacrée à l’examen des derniers développements, relatif au dossier concernant les perturbations dans l’approvisionnement en eau survenus dernièrement et dont TunisieNumerique a obtenu une copie, qu’il fallait chercher les véritables causes qui ont conduit à ces perturbations.

Le communiqué insiste sur la nécessité de traiter les dossiers stratégiques notamment celui de la sécurité hydraulique et son impact sur la garantie de la sécurité alimentaire du peuple tunisien. Lire aussi. Du vent et des protestations dans les collines de Bizerte. 9 juillet 2013 La Tunisie dans le débat sur la transition énergétique La Tunisie est polarisée par les luttes politiques et idéologiques entre sa majorité parlementaire islamiste et son opposition composite. Cette situation masque une série d’enjeux socio-économiques très lourds, dont celui d’une nécessaire transition énergétique aux contours encore très flous. Le 27 juin dernier a eu lieu une conférence gouvernementale consacrée au lancement d’un débat national sur l’énergie, piloté par le ministère de l’Industrie et le secrétariat d’Etat à l’Energie et laissant à vrai dire peu de place à la discussion (voir le commentaire de Med Dhia Hammami sur Nawaat).

L’urgence de la réflexion vient du poids croissant des subventions à l’énergie sous ses différentes formes, que l’Etat très endetté et sans guère d’autres de solutions que de se tourner vers le FMI, se doit de contenir et même de diminuer. Les enjeux locaux de la transition énergétique : le cas de la région de Bizerte Imprimer ce billet. Www.cafrad.org/Workshops/Tanger26-28_09_11/Mokhta_ Hammami_tunisie.pdf.