background preloader

Institutions

Facebook Twitter

Écarter le père pourrait engager la responsabilité de l’État français à l’égard des enfants. Dans un avis publié mercredi, le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) recommande d’étendre la procréation médicalement assistée (PMA) à « toutes les femmes sans discrimination », qu’elles soient célibataires ou en couple avec une autre femme. Boulevard Voltaire a interrogé Aude Mirkovic, porte-parole de Juristes pour l’enfance, à ce sujet… Le Haut Conseil à l’Egalité évoque la « discrimination » pour réclamer la PMA pour les « couples » de femmes et les femmes célibataires… Que leur répondre ?

Ce qui a déjà été dit des centaines de fois. L’égalité ne signifie pas de traiter tout le monde de la même manière, mais seulement ceux qui sont dans des conditions équivalentes au regard de la question traitée. Le rapport précise que « l’accès à la PMA des femmes célibataires ou en couple de femmes soulève également des enjeux en matière de déconstruction des normes du masculin et du féminin et interroge l’hétérosexualité érigée en norme ». Rating: 5.0/5 (1 vote cast) PMA et risque de malformations. Depuis la naissance des premiers bébés éprouvette, une même question revient de manière récurrente : ces techniques d'assistance médicale à la procréation ont-elles des conséquences pour le bébé ?

Une vaste étude française indique que ces enfants ont des risques de malformations plus élevés que les autres. Une vaste étude française 1 identifie un sur-risque de malformations importantes chez les bébés issus des techniques d'assistance médicale à la procréation. Enième rebondissement dans un débat récurrent aussi vieux que l'arrivée du premier bébé éprouvette (Louise Brown née en 1978 au Royaume-Uni) ou réelle remise en cause de ces pratiques ? L'AMP représente 2,5 % des naissances en France L'assistance médicale à la procréation (AMP) est mise en oeuvre lorsqu'un couple se trouve face à une infertilité constatée ou pour éviter la transmission d'une maladie grave à l'enfant ou à l'un des membres du couple.

Davantage de risques de malformations avec l'AMP David Bême Mis à jour le 20 avril 2011. Reproduction humaine et environnement / Environnement et santé. Les troubles de la reproduction humaine sont très divers et le concept de santé reproductive s’impose peu à peu pour rendre compte de la diversité de ces troubles. Si la santé reproductive inclut les questions de fertilité, elle recouvre également, selon l’OMS, de façon plus large, les processus, fonctions et systèmes reproductifs à tous les stades de la vie.

Cette notion englobe notamment les pathologies des organes reproductifs dont les cancers, les malformations urogénitales, des caractéristiques biologiques (niveau des hormones reproductives) et les effets reproductifs transgénérationnels. On sait aujourd’hui que des expositions environnementales à faibles doses peuvent avoir des effets biologiques particulièrement importants à certaines étapes de la vie, par exemple lorsque l’organisme ou les cellules d’un organe se développent rapidement : vie embryonnaire et fœtale, petite enfance, puberté notamment. AMP Vigilance. Mis à jour le : 05.01.16 AMP Vigilance : Dispositif de vigilance relatif à l’assistance médicale à la procréation Dispositif d’AMP Vigilance Lettre d’information AMP Vigilance’infos Fiche de déclaration d’AMP Vigilance Rapport annuel AMP Vigilance Réunion des correspondants locaux d’AMP Vigilance Erreur d’attribution de gamètes et/ou d’embryons Sécurité virale en AMP Syndrome de Turner Retour d’expérience vis-à-vis d’un effet indésirable grave (EIG) à type d’accident d’anesthésie au cours d’une ponction ovocytaire Thromboses artérielles et veineuses dans le cadre de l’AMP : prévention et prise en charge Contacts Textes juridiques Dispositif d’AMP Vigilance Conformément aux dispositions européennes (directives du 31 mars 2004 et du 24 octobre 2006), le décret n°2008-588 du 19 juin 2008 détermine les modalités du dispositif de vigilance relatif à l’assistance médicale à la procréation (AMP).

Sa mise en œuvre a été confiée à l’Agence de la biomédecine. Il a pour objet la surveillance : Assistance médicale à la procréation. Un couple est considéré comme infertile s’il n’a pas pu concevoir d’enfant après 12 à 24 mois de tentatives sans contraception. Après un an de tentatives sans contraception, 18% à 24% des couples restent sans enfant, selon l’Observatoire épidémiologique de la fertilité en France (Obseff). Après deux ans, 8% à 11% des couples sont toujours en attente d’une grossesse.

Dans environ 15% des cas, cette incapacité est inexpliquée. Dans d’autres cas, elle est liée à une altération de la qualité de sperme chez l’homme (nombre et/ou mobilité des spermatozoïdes), à un trouble de l’ovulation ou encore à un problème de trompes chez la femme. Il s’agit aussi souvent de problèmes de fertilité mixtes, c’est-à-dire concernant les deux membres du couple. Une infertilité en hausse ? Le recul de l’âge des femmes désirant concevoir un premier enfant est une cause importante d’infertilité et de recours à l’AMP. Pour en savoir plus sur l'infertilité et ses causes. L’accès à la PMA pour toutes les femmes : le HCEfh appelle à mettre fin à une double discrimination. Actualités 1er juillet 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE du 1er juillet 2015 L’accès à la PMA pour toutes les femmes : le Haut Conseil à l’Egalité appelle à mettre fin à une double discrimination Le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) publie ce mercredi 1er juillet son Avis portant contribution au débat sur la procréation médicalement assistée (PMA).

La PMA recouvre un ensemble de techniques médicales reconnues en France depuis la loi de bioéthique de 1994, et réservé jusqu’à maintenant aux couples hétérosexuels. L’ensemble des questions soulevées par l’ouverture de la PMA à toutes les femmes a déjà été tranché : la légitimité de l’homoparentalité et de la monoparentalité ont été reconnues respectivement par l’ouverture de l’adoption aux personnes célibataires en 1966, et par l’ouverture du mariage aux couples de même sexe en 2013. Retrouvez les trois recommandations et l’Avis du HCE dans son intégralité ici : bit.ly/1GX4Vaf.