background preloader

Les luttes des femmes pour l'égalité au XIXème siècle

Facebook Twitter

Quelles sont les femmes qui au XIXème siècle ont lutté pour l'égalité entre femmes et hommes ?

Olympe de Gouges, la rédactrice de la Déclaration des Droits de la femme et de la citoyenne. Marie Gouze, dite Marie-Olympe de Gouges, née à Montauban le 7 mai 1748 et guillotinée à Paris le 3 novembre 1793, est une femme de lettres, devenue femme politique et polémiste.

Olympe de Gouges, la rédactrice de la Déclaration des Droits de la femme et de la citoyenne

Elle est considérée comme une des pionnières du féminisme. Après s'être mariée (elle donne naissance à un garçon, Pierre, en 1766), Olympe de Gouges arrive à Paris et y découvre le théâtre. Elle développe son activité lors de la Révolution française qui agite la France de l'époque. Après l'adoption de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen (26 août 1789) par l'Assemblée nationale, elle estime que les femmes ont, elles, aussi droit à une déclaration. Elle écrit alors la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne en 1791. Biographie[modifier | modifier le wikicode] Olympe de Gouges défend la cause des Noirs et demande l'égalité des sexes, mais ses engagements vont encore plus loin. Eugénie Niboyet, journaliste et féministe. Eugénie Niboyet photographiée par Nadar Eugénie Niboyet, de son nom de naissance Eugénie Mouchon, est une écrivaine, militante, féministe, née le 11 septembre 1796, décédée en 1883.

Eugénie Niboyet, journaliste et féministe

Ses œuvres[modifier | modifier le wikicode] Arrivée à Paris le 4 novembre 1829, elle commence à gagner sa vie avec l’écriture. En 1830, elle participe au concours de la société de la morale chrétienne1 sur le thème « Des aveugles et de leur éducation ». Elle se rapproche du mouvement de Charles Fourier et y rencontre Flora Tristan. George Sand, la plus grande écrivaine du XIXème siècle. Portrait de George Sand par Auguste Charpentier.

George Sand, la plus grande écrivaine du XIXème siècle

George Sand, contrairement à ce que laisse penser son prénom, est une femme de lettres française du XIXe siècle. On la surnomme aussi « la Bonne Dame de Nohant ». Avant d'écrire[modifier | modifier le wikicode] Amandine Aurore Lucile Dupin (son vrai nom) est née en 1804, à Paris. Son père, Maurice Dupin de Francueil, était un aristocrate descendant des rois de Pologne. Louise Michel, une révolutionnaire et anarchiste très connue. Portrait photographique de Louise Michel, vers 1880.

Louise Michel, une révolutionnaire et anarchiste très connue

Jeanne Deroin, première femme candidate à une élection. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jeanne Deroin, première femme candidate à une élection

Certaines informations figurant dans cet article ou cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes »(mars 2020). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes. Maria Deraismes, 1ère femme française franc maçonne. Portrait de Maria Deraismes.

Maria Deraismes, 1ère femme française franc maçonne

Hubertine Auclert, une grande suffragette éprise d'égalité. Hubertine Auclert en 1910 Hubertine Auclert (1848-1914) (morte à 66 ans) est une journaliste et militante féministe qui combat pour le droit de vote des femmes.

Hubertine Auclert, une grande suffragette éprise d'égalité

Une vie de militante[modifier | modifier le wikicode] Julie-Victoire Daubié, la première française à obtenir le bac... en 1861 ! Journaliste française, militante des droits des femmes... ''Mademoiselle Daubié est certainement le premier bachelier de sexe féminin qu'ait proclamé l'Université de France'' !

Julie-Victoire Daubié, la première française à obtenir le bac... en 1861 !

C'est aussi la première licenciée ès lettres en octobre 1871, alors que les cours à la Sorbonne ne sont pas ouverts aux femmes ! Julie-Victoire Daubié naît en 1824 à Bains - les Bains, dans les Vosges. A vingt ans, elle obtient le « certificat de capacité », brevet d'enseignante, rendu obligatoire pour les jeunes femmes qui désirent enseigner mais dont les institutrices des congrégations religieuses sont exemptées ; ce contre quoi Julie-Victoire s ‘élèvera, sans pour autant être contre un enseignement catholique. En effet, elle a un frère prêtre qui va l’aider à étudier le latin et le grec, matières indispensables pour se présenter au baccalauréat. Elle prend la défense des enfants adultérins privés de droits par le Code Napoléon.

Total respect pour Julie Victoire Daubié ! Séverine, première grande journaliste, écrivaine et féministe française. Caroline Rémy, dite "Line", la future Séverine, première grande journaliste, libertaire... et féministe, pourtant ignorée des dictionnaires !

Séverine, première grande journaliste, écrivaine et féministe française

(cette biographie est extraite du livre de Séverine Auffret, Une Histoire du Féminisme de l'Antiquité grecque à nos jours, parue en février 2018 aux éditions de l'Observatoire / Humensis) Caroline Rémy, dite "Line", la future Séverine, naît en 1855 à Paris dans une famille petite bourgeoise et conformiste. Adolescente, la jeune fille rêve d’être actrice. Sa mère s’oppose à cette vocation. Line sera institutrice ou… mariée ! À 16 ans et demi, elle épouse un homme plus âgé qu’elle, mais déchante vite. À 23 ans, elle entre comme lectrice au service d’une riche veuve suisse dont le fils tombe raide dingue amoureux de Line.

Entre Jules et Line c’est le coup de foudre (plus intellectuel que sensuel). Après la mort de Vallès, Séverine dirigera le journal jusqu’en 1888. Elle défendra sans relâche l’émancipation des femmes. Total respect pour Séverine.