background preloader

Corée du Nord

Facebook Twitter

Le Canada pourrait servir d’intermédiaire pour négocier un accord avec la Corée du Nord. OTTAWA | L’ancien ministre de l’Immigration et actuel ambassadeur du Canada en Chine, John McCallum, croit qu’Ottawa pourrait jouer un rôle pour apaiser les tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis. Selon M. McCallum, le Canada pourrait endosser le rôle «d'honnête négociateur» lors d’éventuels pourparlers. «Le Canada se tient prêt à aider à négocier la paix. S’il y a quoi que ce soit que nous puissions faire, que ce soit en aidant à déterminer les propositions qui seront sur la table ou en persuadant les parties de venir à la table de négociations, je suis certain que nous serions heureux de le faire», a-t-il déclaré en entrevue à l’émission «Question Period» de CTV, dimanche.

Les dissensions entre les États-Unis et la Corée du Nord représentent, selon le diplomate, la pire crise depuis celle des missiles de Cuba, survenue en octobre 1962 en pleine guerre froide. L’ancien ministre est aussi pessimiste quant à l’effet des sanctions imposées par l’ONU au régime nord-coréen. Nucléaire: la Corée du Nord toujours plus loin - Sputnik France. Lu dans la presse URL courte Selon des responsables sud-coréens, la Corée du Nord aurait effectué une percée dans le domaine des technologies nucléaires en créant des ogives miniaturisées pouvant être installées sur ses missiles de moyenne portée.

Ces informations ont été divulguées sous couvert d'anonymat par un haut responsable du gouvernement sud-coréen. "Nous estimons que la Corée du Nord est parvenue à créer des ogives assez compactes pour pouvoir être installées sur des missiles de type Rodong. La possibilité de tels lancements n'est donc plus désormais qu'une question politique", a-t-il indiqué à un petit groupe de journalistes sud-coréens. Pour la première fois, Séoul a donc confirmé les propos du leader nord-coréen Kim Jong-un qui annonçait en mars que son pays disposait déjà des technologies nécessaires pour fabriquer des ogives nucléaires destinées à ses missiles balistiques.

Les responsables américains ont fait preuve de plus de retenue. La Corée du Nord affirme détenir un remède miracle au Sida, au Sras, et à Ebola. La Corée du Nord n’est pas uniquement à la pointe des armes nucléaires. Les autorités du pays ont affirmé vendredi avoir découvert un remède miracle. Ce médicament pourrait prévenir et guérir le Sida, mais aussi le coronavirus le SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) et Ebola, a repéré le site du « Telegraph ». L’agence de presse officielle a annoncé que le vaccin Kumdang-2 a été développé à partir de ginseng cultivé dans un mélange d’engrais et de terres rares.

Selon le site pro-régime Minjok Tongshn, ce remède aurait été produit dès 1996, rapporte le Telegraph. « Les virus malveillants comme le SRAS le coronavirus ou Ebola sont des maladies liées au système immunitaire, donc elles peuvent facilement être traitées par des injections de Kumdang-2 qui est un puissant revigorant du système immunitaire », ajoute sobrement l’agence nord-coréenne. Aucune preuve n’a évidemment été transmise par le régime. Pourquoi la Corée du Nord a besoin de son arsenal nucléaire – et comment en finir avec cette menace | Mondialisation - Centre de Recherche sur la Mondialisation. Les médias disent : Les USA peuvent ou non tuer des Nord-Coréens pour telle ou telle raison ou sans raisonMais ils appellent la Corée du Nord ‘le régime imprévisible et instable’. b.Tournons-nous vers ce que les médias ne nous disent pas sur la Corée Le ministre Wang, en tant que ‘proche allié’, a sans aucun doute transmis un message autorisé par la Corée du Nord : « L’offre est encore valable et la Chine la soutient ».

La Corée du Nord avait fait la même offre en janvier 2015. L’administration Obama l’avait rejetée. La Corée du Nord avait réitéré l’offre en avril 2015 et l’administration Obama l’avait rejetée de nouveau. Photo Pixabay : Corée du Nord, défilé militaire La Corée du Nord est alarmée, de façon justifiée, chaque fois que les USA et les Coréens du Sud lancent leurs manoeuvres militaires géantes et s’entraînent ouvertement à l’invasion de la Corée du Nord et à tuer son gouvernement et son peuple. Soldats nord-coréens en service dans une région agricole Mise à jour du 15 avril. Sony : La Corée du Nord victime d'une nouvelle coupure d'Internet. La Corée du Nord réactive son principal complexe nucléaire. La Corée du Nord relance un de ses réacteurs nucléaires. Pyongyang a annoncé le redémarrage d’un réacteur du complexe nucléaire de Yongbyon, considéré comme sa principale source de plutonium. Le Monde.fr avec AFP, AP et Reuters | • Mis à jour le Les autorités nord-coréennes ont annoncé, mardi 15 septembre, le redémarrage d’un réacteur du complexe nucléaire de Yongbyon, considéré comme la principale source de plutonium de qualité militaire du pays.

Pyongyang assure que sa filière nucléaire travaillait pour améliorer « en qualité et en quantité » les armes atomiques du pays. Le réacteur de Yongbyon est capable, selon certains experts, de produire environ six kilogrammes de plutonium par an, soit une quantité suffisante pour une bombe nucléaire. Il avait été fermé en 2007 dans le cadre d’un accord échangeant désarmement contre aide, mais la Corée du Nord a commencé des travaux de rénovation après son dernier essai nucléaire en 2013.

Un été chaud dans la péninsule Lire aussi Après trois semaines de vives tensions, les deux Corées signent un accord. Bouclier antimissile américain Thaad : riposte militaire russe ? Afin de montrer sa capacité de défense militaire, la Corée du Nord a effectué de nouveaux essai nucléaire. Pyongyang a affirmé avoir testé avec succès une bombe à hydrogène (bombe H) capable d’être montée sur un missile à longue portée.

Il va sans dire que cette démonstration n’a pas été vue d’un très bon œil par Washington, ni par Séoul, qui songe à renforcer la puissance de son bouclier antimissile américain Thaad (Terminal High-Altitude Area Defense). Ceci inquiète fortement les Russes qui dénoncent une menace pour leur sécurité et envisagent la possibilité d’une contre-offensive. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov a fait part, de son inquiétude face au Thaad en ces termes : Ce nouvel essai nucléaire de la Corée du Nord a suscité la colère de l’ensemble des grandes puissances qui ont condamné cet acte.

Deux lance-missiles du bouclier antimissile américain Thaad ont d’ailleurs déjà été déployés et sont opérationnels. Comprendre la crise coréenne grâce à l’histoire. Corée du Nord : ce que les médias ne vous disent pas. Par Mike Withney – Le 4 septembre 2017 – Source CounterPunch Lundi dernier, la RPDC a tiré un missile balistique de portée intermédiaire Hwasong-12 sur l’île japonaise de Hokkaido. Le missile a atterri dans les eaux internationales au-delà de l’île, sans dommages à la population ni à la propriété. Les médias ont immédiatement condamné le test comme un « acte audacieux et provocateur » qui montre le défi du Nord face aux résolutions de l’ONU et « le mépris pour ses voisins ».

Le président Trump a vivement critiqué le test de missile en disant : « Les actions menaçantes et déstabilisatrices ne font qu’accroître l’isolement du régime nord-coréen dans la région et parmi toutes les nations du monde. Toutes les options sont sur la table. » Ce que les médias n’ont pas mentionné, c’est que, au cours des trois dernières semaines, le Japon, la Corée du Sud et les États-Unis ont été engagés dans des exercices militaires conjoints à grande échelle sur l’île de Hokkaido et en Corée du Sud. Mon œil ! La Corée du Nord compare Obama à un "singe dans une forêt tropicale" Qu'arriverait-il si les USA frappaient la Corée du Nord? -- Sott.net. L'envoi d'un groupe aéronaval américain dans la région de la péninsule de Corée donne l'impression que les États-Unis s'apprêtent à donner au dirigeant nord-coréen Kim Jong-un la même leçon qu'à son homologue syrien Bachar al-Assad. © AP Photo/ Wong Maye-E Si le président Trump a déjà ordonné une attaque contre la base aérienne syrienne, pourquoi ne donnerait-il pas l'ordre de frapper la Corée du Nord?

Depuis son arrivée à la Maison blanche, les discussions vont bon train pour savoir si les USA pourraient tenter de mettre un terme au programme balistique nucléaire de Pyongyang par la force. Mais est-ce réellement le cas? Tous les deux ou trois ans, généralement au printemps, les médias du monde entier se mettent à écrire que la péninsule de Corée se trouve "au seuil de la guerre". Cette année ne fait pas exception. Imaginons un instant qu'en apprenant que Pyongyang prépare les essais d'un missile intercontinental, Donald Trump décide d'utiliser la force contre la Corée du Nord. Le battage médiatique contre la Corée du Nord a-t-il pour but de relancer la guerre des étoiles de Reagan ? Par Moon of Alabama – le 14 août 2017 Depuis que Trump a menacé la Corée du Nord (la RPDC), du « feu et de la fureur » des États-Unis, la raison est revenue aux personnes dotées d’un minimum de bon sens.

Les experts ont largement cessé de parler d’attaques préventives sur la Corée du Nord, attaques qui n’ont d’ailleurs jamais été sérieusement envisagées. La Corée du Nord a de nombreux moyens de riposter à une frappe et ils pourraient tous causer des dommages catastrophiques à la Corée du Sud et au Japon et, partant, aux intérêts américains en Asie.

Il est possible de dissuader la Corée du Nord d’utiliser ses armes nucléaires de la même manière qu’on en dissuade tous les États dotés d’armes nucléaires. Malheureusement, le conseiller en sécurité nationale McMaster n’a pas encore compris ce simple fait : La dissuasion classique a marché contre l’Union soviétique aussi bien que contre la Chine de Mao. . « M. Enregistrer. Malgré la tension, des Suisses continuent de voyager en Corée du Nord. Vers une nouvelle guerre de Corée du Nord ? -- Sott.net. La Corée du Nord appelle la France à abandonner son programme nucléaire -- Sott.net. La Corée du Nord dans le grand jeu nucléaire | Mondialisation - Centre de Recherche sur la Mondialisation.