background preloader

Shoah & Résistance

Facebook Twitter

Marceline Loridan-Ivens : renaître à la vie. Hiroshima après la Bombe. Contexte historique Montrer Hiroshima L’assemblage de Little Boy, son installation dans la soute du B-29 Enola Gay, le décollage de l’appareil, le raid aérien, le largage, l’explosion et ses conséquences : les images du bombardement d’Hiroshima, le 6 août 1945, sont nombreuses. Pour impressionner définitivement les Japonais mais également signifier qu’elles ont « gagné la course à la Bombe » (contre les Nazis et les Russes), les autorités américaines ont en effet finalement décidé de « montrer Hiroshima » et, mieux, de médiatiser leur opération à des fins de propagande.

Dès le 7 août et plus encore dans les jours et les semaines suivantes, les photographies, les films et les témoignages sur cet épisode font la "une" de toutes les actualités du monde. Prise six ans après cet événement, Deux garçons dans un champ de ruines est l’œuvre du photojournaliste Bernd Lohse. Analyse des images Apocalypse now Interprétation Hiroshima, 1945-1951 Bibliographie GUILLAIN Robert, La Guerre au Japon. Si je reviens un jour : les lettres retrouvées de Louise Pikovsky. En 2010, lors d’un déménagement au sein du lycée Jean-de-La-Fontaine, dans le 16e arrondissement de Paris, des lettres et des photographies ont été trouvées dans une vieille armoire. Enfouis là depuis des dizaines d’années, ces documents appartenaient à une ancienne élève, Louise Pikovsky. Plusieurs mois durant, cette jeune lycéenne a correspondu avec sa professeure de lettres.

Son dernier courrier date du 22 janvier 1944, jour où elle est arrêtée avec sa famille. Internés à Drancy, le père, la mère et les quatre enfants ont été déportés à Auschwitz. Ils n’en reviendront pas. Informée de cette découverte, Stéphanie Trouillard, journaliste de France 24, a prêté main forte à Khalida Hatchy, une professeure de l’établissement qui souhaitait reconstituer le parcours de cette jeune fille. À partir des documents de Louise, elles ont pu retrouver des témoins, des cousins éloignés et des anciennes élèves.

Un site : Si je reviens un jour. Les lettres retrouvées de Louise Pikovsky : un webdocumentaire de France 24 - Lettres - Éduscol. Un site consacré à la correspondance entre une lycéenne juive et son professeur de lettres entre 1942 et 1944. Si je reviens un jour. Les lettres retrouvées de Louise Pikovsky est un webdocumentaire conçu par France 24 avec le soutien de la Fondation pour la mémoire de la Shoah. En 2010, un ensemble de lettres et de photographies est retrouvé par hasard dans une armoire du lycée Jean de La Fontaine, à Paris. Il s’agit de la correspondance entre Louise Pikovsky et son professeur de lettres, Anne-Marie Malingrey, entretenue jusqu’au jour de l’arrestation de la famille Pikovsky en janvier 1944. Internés à Drancy, les parents et les quatre enfants ont été déportés à Auschwitz début février 1944.

Le webdocumentaire, déroulant le fil de l’histoire tragique de la famille Pikovsky, est le fruit d’un travail collaboratif entre Stéphanie Trouillard, journaliste de France 24, et Khalida Hatchy, professeur du lycée Jean de La Fontaine. La plateforme en ligne propose : Autre actualité en lien : Le procès de Nuremberg. EPI français-histoire 3e.

1. Travail en amont Les deux professeurs ont commencé par une séance d’une heure en co-animation afin d’expliquer aux élèves le projet, d'autant plus nouveau pour eux qu’ils arrivent en fin de cycle 4. Elle comprend une première partie consacrée aux présentations de l’EPI, du concours, de la production finale et des modalités d’évaluation et une seconde partie d’échanges (élèves-élèves/élèves-professeurs). Le travail s’appuie sur les connaissances acquises dans le cadre des enseignements disciplinaires : individu et totalitarisme, "théories raciales", génocide, politique d'extermination et vie dans les camps, collaboration, Résistance, victoire alliée, libération, dénazification. Les professeurs ont proposé une séance de commentaire de texte en co-animation sur un document commun, extrait de L’Ecriture ou la vie de Jorge Semprun, dans le but de mettre en lumière les spécificités propres au commentaire littéraire et au commentaire historique. 1) La déportation 3) L’arrivée au camp 2.

Formation des enseignants : comment transmettre l'histoire de la Shoah ? En ce jeudi ensoleillé de mars 2015, ils sont une quarantaine, professeurs de collège ou de lycée, formateurs, inspecteurs, tous en provenance de l’académie de Nantes, à avoir délaissé leurs classes pour se former pendant quatre jours à "l’enseignement de l’histoire de la Shoah", à l'invitation du Mémorial de la Shoah en partenariat avec les rectorats. "Nous avons proposé ce voyage uniquement aux enseignants qui avaient manifesté leur intérêt pour le sujet, en participant par exemple à des projets sur la Seconde Guerre mondiale, au concours national de la Résistance ou encore en travaillant sur la mémoire", justifie Françoise Janier-Dubry, l’IA-IPR (inspectrice d'académie - inspectrice pédagogique régionale) nantaise en charge du projet. Depuis 2008, le Mémorial de la Shoah emmène des professeurs d’histoire-géographie en Pologne.

L’objectif ? Mieux comprendre la mise en œuvre de la "solution finale" pour mieux l’enseigner. Un manque de formation Appréhender la réalité du génocide. Les deux albums d'Auschwitz. Chefs de projet Cyril Roy et Dominique Trimbur Chef de projet web Olivier Martzloff Un webdocumentaire écrit par Olivier Martzloff, Cyril Roy, David Tessier Conception Olivier Martzloff, Cyril Roy, Vianney Sicard, David Tessier Développement Olivier Martzloff, Vianney Sicard Création graphique David Tessier Sound Design David Tessier Infographie Aurélie Jaumouille Montage vidéo et encodage Bernard Taillat Analyses des photos Album d’Auschwitz : Marcello Pezzetti, Sabine Zeitoun (sauf photos 26 : Alexandre Bande) Sur les photographies présentées ici, des personnes ont pu être identifiées grâce aux chercheurs de l’Institut Yad Vashem de Jérusalem.

Album de Höcker : USHMM, traduction Peggy Frankston, Cyril Roy. Notices historiques et fiches pédagogiques Alexandre Bande, Gilles Gaudin, Emmanuelle Hamon, Danielle Simon Voix Hélène Archereau Interview Lili Jacob Les interviews de Lili (Jacob) Meier (1996) sont issues des archives de l’USC Shoah Foundation. Ce site respecte le droit d'auteur. "Les Héritiers": la joyeuse promo de Mohamed Seddiki chez lui à Amiens. "Les Héritiers", film de Marie-Castille Mention Schaar raconte l'histoire poignante et réelle d'une enseignante d'histoire (Ariane Ascaride) qui décide d'inscrire sa seconde la plus faible au concours de la Résistance. Pour son troisième film, la réalisatrice a fait appel à de jeunes acteurs rencontrés dans la rue, pas forcément habitués aux plateaux de tournage.

Parmi eux, Mohamed Seddiki, comédien de théâtre issu du Cours Florent. Il interprète un jeune homme d'origine algérienne, un peu paumé dans ses idées, qui se laisse tenter par une forme de radicalisation religieuse. Une situation que le jeune homme a rencontrée plusieurs fois dans son entourage. En pleine promotion, Mohamed accueille ses amis du film à Amiens, sa ville d'origine pour une séance spéciale. Reportage : N. Mohamed Seddiki est tombé dans le chaudron du théâtre à 22 ans. "Les héritiers" : la bande-annonce. Les commandos de la mort 1/2: les fosses. Les commandos de la mort 2/2: les Buchers. 2e GUERRE MONDIALE. Argentine : 36 ans après, la leader des Grands-mères de la place de Mai retrouve son petit-fils. Par Francetv info avec AFP Mis à jour le , publié le "Je ne voulais pas mourir avant de le serrer dans mes bras.

Je vais bientôt pouvoir l'embrasser. Je veux le toucher, regarder son visage. " Estela Carlotto, figure historique des Grands-mères de la place de Mai en Argentine, vient de retrouver la trace de son petit-fils Guido, disparu pendant la dictature militaire, entre 1976 et 1983. Un premier contact téléphonique a eu lieu, mardi 5 août, entre cette infatigable militante de 83 ans et Guido, un musicien aujourd'hui âgé de 36 ans. D'après le récit d'un compagnon de détention de sa mère Laura Carlotto, cette membre de la guérilla des Montoneros l'a baptisé Guido après l'avoir mis au monde le 26 juin 1978, alors qu'elle était emprisonnée dans les geôles de la dictature. "Il est très ému, il a besoin de temps", estime Estella Carlotto au sujet de son 14e petit-fils, qui demandé un peu de temps pour réaliser, avant de rencontrer sa famille biologique.

Exhibitions. "Fighting for Freedom"Special Exhibition Marking 70 Years since VE Day The Death Marchto Volary 1300 women. 500 miles. 106 days. DP Camps and Hachsharot in Italy after the War The Anguish of Liberation as Reflected in Art 1945-1947 Armenian Righteous Among the Nations“Having witnessed the Armenian Genocide, we decided to save them” Pran Tashchiyan "Here Their Stories Will Be Told…" The Valley of the Communities • About the Valley • Featured Communities • Virtual Tour The Auschwitz AlbumThe Auschwitz Album is the only surviving visual evidence of the process leading to mass murder at Auschwitz-Birkenau. Les combattants de l'ombre - Paroles de résistants. Après leur défaite, des nazis ont constitué une armée secrète.

À partir de 1949, près de 2.000 anciens officiers de la Wehrmacht et de la SS ont travaillé secrètement à la constitution d'une armée anticommuniste capable de mobiliser 40.000 hommes en cas d'invasion soviétique ou de guerre civile, rapporte Der Spiegel cette semaine. L'histoire de cette armée de l'ombre, dont l'existence n'avait jusqu'à présent jamais été rendue publique par les autorités allemandes, dormait depuis plus d'un demi-siècle dans les archives du BND, le service des renseignements allemand. Jusqu'à qu'un historien, Agilof Kesselring, qui menait des recherches sur l'histoire du BND, soit tombé par hasard sur un dossier de 321 pages étiqueté sous un nom trompeur: «Assurances».

Der Spiegel a pu avoir accès à son contenu. publicité Cette armée secrète voit le jour en 1949 sous l'égide de l'ancien colonel nazi Albert Schnez, dans la région de Stuttgart. «Les débats tournaient toujours autour de la question: que faire si les Russes ou leurs alliés est-allemands débarquent? Le témoignage inédit d'un pilote américain sur le massacre d'Oradour-sur-Glane. McKay Smith sait garder des secrets. En tant que juriste pour le Département de la Justice, au sein de la Division pour la sécurité nationale, il conseille les agences de renseignement américain sur la légalité de quelques-uns des dossiers les plus confidentiels du pays. En particulier, la division est chargée de superviser des opérations de surveillance électronique et de contre-terrorisme et, quotidiennement, Smith voit passer des données et des documents classifiés qui ne sortiront pas au grand jour, au mieux, avant plusieurs dizaines d'années.

Mais en découvrant un bulletin de renseignement, vieux de soixante-dix ans, et rédigé par un jeune lieutenant des Army Air Corps, le sang de Smith n'a fait qu'un tour. Ce jour là, il a décidé de sortir de l'ombre et d'endosser un nouveau rôle, celui d'informateur public. Il y a trois ans, Smith obtenait la copie d'un «rapport de fuite et d'évasion», autrefois top-secret, et dans lequel le Lt. Lt. Smith suit l'affaire Christukat de près. Shoah. Nuit et Brouillard 2 de 2. Nuit et Brouillard est un film documentaire[1] réalisé par Alain Resnais, à l'initiative d'Henri Michel (historien), et sorti en 1956.

Il traite de la déportation et des camps de concentration nazis, en application des dispositions dites « Nuit et brouillard » (décret du 7 décembre 1941). Nuit et Brouillard est une commande du Comité d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale[2], un organisme gouvernemental fondé en 1951, dont la fonction était de rassembler de la documentation et de poursuivre des recherches historiques sur la période de l'occupation de la France en 1940-1945, et dont Henri Michel était le secrétaire général[3]. D'une durée de trente-deux minutes, le film est un mélange d'archives en noir et blanc et d'images tournées en couleur. Le texte, écrit par Jean Cayrol, est dit par Michel Bouquet.

Le film tire son titre du nom donné aux déportés aux camps de concentration par les nazis, les NN (Nacht und Nebel), qui semblaient ainsi vouloir jeter l'oubli sur leur sort. Nuit et Brouillard 1 de 2. Nuit et Brouillard est un film documentaire[1] réalisé par Alain Resnais, à l'initiative d'Henri Michel (historien), et sorti en 1956. Il traite de la déportation et des camps de concentration nazis, en application des dispositions dites « Nuit et brouillard » (décret du 7 décembre 1941). Nuit et Brouillard est une commande du Comité d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale[2], un organisme gouvernemental fondé en 1951, dont la fonction était de rassembler de la documentation et de poursuivre des recherches historiques sur la période de l'occupation de la France en 1940-1945, et dont Henri Michel était le secrétaire général[3].

D'une durée de trente-deux minutes, le film est un mélange d'archives en noir et blanc et d'images tournées en couleur. Le texte, écrit par Jean Cayrol, est dit par Michel Bouquet. Les images sont accompagnées de la lecture d'un texte de l'écrivain français Jean Cayrol, résistant français déporté dans le KZ Mauthausen en 1943. A quoi ressemblait la Parisienne pendant la Libération ? | Chroniques parisiennes. Entre les infirmières courant sous les tirs de snipers, les femmes au brushing impeccable embrassant leurs libérateurs, et toutes les autres, tondues par des coiffeurs improvisés, ou endeuillées par la perte d’un mari ou d’un fils, il n’y a sans doute pas grand-chose en commun entre toutes ces femmes. A part des émotions extrêmement fortes, expliquant pourquoi tant de femmes ont embrassé de parfaits inconnus pendant les journées d’août 1944. Avec un bonheur non dissimulable.

L’embrasseuse a de la classe Le cliché est tenace et les images le confortent : la Parisienne de la Libération aime ses libérateurs et le montre avec autant de joie que de fierté. Toujours perchée sur ses petits talons, avec une jupe légère, des cheveux bien peignés et un peu de rouge sur les lèvres : l’embrasseuse est souvent élégante. Libération de Paris, août 1944 (Gaston Paris/Roger-Viollet) Là, comme ça, dans le Paris de l’été 2014, non.

Là, comme ça, dans le Paris de l’été 2014, non. Résistance régionale en France – Webdocs France 3. L’institutrice d’Izieu de Dominique Missika | Adepte du livre. Présentation de l’éditeur : "Je remarquai leur attitude fière, parfois grave et je compris qu’ils ne s’en laisseraient pas conter ! (…) Ces enfants avaient souffert, étaient mûris avant l’âge. Jamais ils ne me dirent qu’ils étaient juifs : ils voulaient et savaient garder leur secret. » Gabrielle Perrier. Le 6 avril 1944, à Izieu, 44 enfants âgés de 5 à 17 ans et leurs sept moniteurs sont emmenés par des soldats allemands, sur ordre de Klaus Barbie. Gabrielle Perrier est leur institutrice, elle a 21 ans. Depuis la veille, elle est rentrée chez elle pour les vacances de Pâques.

Ce jour-là, son monde s’effondre. Éditions du Seuil – 246 pages Depuis le 13 mars 2014 en librairie. Ma note : 2,5 / 5 Broché : 19 euros Ebook : 13,99 euros C’est un triste anniversaire qu’à voulu célébrer Dominique Missika en écrivant L’institutrice d’Izieu. Vous aimerez sûrement : Like this: J'aime chargement… France3tv: Les Résistances, 8 ... Home — Français. Après avoir combattu Franco ils ont libéré Paris: l'histoire de la Nueve en BD.

Accueil | Connaître Leclerc-Moulin. Colloque sur les résistantes au Sénat - Sénat. « Voyages en résistances » webdoc et jeux sérieux | Education.francetv. Home — Français. A Teacher's Guide to the Holocaust Site Map. Une carte interactive de la déportation des enfants juifs en France. Le ghetto de Wilno. Des marionnettes pour conter Auschwitz. Avec "Kamp", Hotel Modern reproduit Auschwitz en miniature.

LettreResistance072. "Voyages en résistances"