Hadopi

Facebook Twitter

Exclusif : la convention négociée entre l'Hadopi et les FAI. C'était l'un des secrets les mieux gardés.

Exclusif : la convention négociée entre l'Hadopi et les FAI

Le décret du 5 mars 2010 qui crée le "Système de gestion des mesures pour la protection des œuvres sur internet", ou fichier Hadopi, prévoit la signature d'une convention pour encadrer les échanges automatisés de données personnelles entre la Haute Autorité et les fournisseurs d'accès. Elle doit déterminer le protocole à suivre pour réceptionner les listes d'adresses IP à identifier, et renvoyer à l'Hadopi les noms et adresses des abonnés à avertir.

Mais ni les opérateurs ni l'Hadopi n'avaient souhaité s'exprimer le mois dernier sur le sujet, lorsqu'il est apparu que l'identification des premiers abonnés s'était faite en dehors de toute convention signée. Frenchelon: la DGSE est en “1ère division” - BUG BROTHER - Blog LeMonde.fr. : à la demande de la DGSE, j'ai retiré les illustrations que j'avais extraites de son site web : elles ne sont pas "libres de droit". Invité par l’Association des Réservistes du Chiffre et de la Sécurité de l'Information ( Arcsi ), Bernard Barbier, le "directeur technique" de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE), a levé une partie du voile sur le fonctionnement des "grandes oreilles" de la "grande muette". Où l'on apprend que le "renseignement technique" (interception des télécommunications, géolocalisation, lutte informatique offensive) réprésente "80% à 90% du renseignement", que les réseaux grand public sont la "cible" principale de la DGSE parce que, pour les terroristes, "l'internet est un moyen de se cacher", qu'elle stocke "tous les mots de passe", qu'elle s'est faite "engueulée" par les services de renseignement américain à cause de l'Hadopi, et que "l'internet, c'est le bordel"...

Nous ne sommes pas des "barbouzes" Hadopi. API's vs Hadopi. Une baffe europ. La réponse française après la gifle européenne est déjà prête.

Une baffe europ

Vendredi, Franck Riester, rapporteur du projet de loi Création et internet a expliqué que le vote du rapport de l'eurodéputé grec Stavros Lambrinidis sur le « renforcement de la sécurité et des libertés fondamentales sur Internet » n’avait « aucune portée juridique ». A l’AFP, le député maire de Coulommiers a soutenu que le texte français « n'empêche pas les gens d'avoir accès à internet, mais d'avoir accès à internet à partir d'un poste qui télécharge illégalement. ». Une nuance que ne fait pas le rapport Lambrinidis. Ce rapport, voté à une écrasante majorité par les eurodéputés, explique que « l'accès à Internet, comme l'accès à l'éducation, ne devrait jamais être bloqué par des gouvernements ou des compagnies privées » et qu'« un tel accès ne devrait pas être refusé comme une sanction par des gouvernements ou des sociétés privées ». La France avait mené un lobbying ultra actif contre ce rapport (notre document). Cr.

Censure

Lettre ouverte aux pro-HADOPI. Madame la députée, Monsieur le député, Le cœur du dispositif de « riposte graduée » instauré par la loi « Création et Internet », dite « HADOPI », que vous avez votée le 12 mai dernier était, selon le Conseil constitutionnel dans sa décision datée du 10 juin 2009, contraire aux principes de séparation des pouvoirs et de présomption d'innocence, mais également restrictive des libertés d'expression et d'information et du droit à un procès équitable.

Lettre ouverte aux pro-HADOPI

Nous vous avions alerté à de multiples reprises sur ces points au cours des mois qui ont précédé son examen. Le Deep Packet Inspection s’infiltre dans l'Hadopi. Lors de la soirée de présentation de la Hadopi, Éric Walter officialisera ce qu’un de nos confrères, Emmanuel Paquette, avait révélé sur son blog de l’Express : La rédaction des spécifications fonctionnelles pour la labellisation des outils de sécurisation a été confiée à Michel Riguidel, enseignant-chercheur, à Telecom Paris Tech.

Le Deep Packet Inspection s’infiltre dans l'Hadopi

Celui-ci devra rendre sa copie d’ici septembre, promet-on, avec un point d'étape dès le mois de juin. Derrière se trame un enjeu d'importance pour l'avenir de l'Internet en France. Le logo de la Hadopi, détourné C’est à cet enseignant que reviendra la difficile mission d'étudier ces fameuses spécifications que devront respecter les logiciels être labélisés par l'Hadopi et donc contrer le téléchargement illicite.