background preloader

HGTice

Facebook Twitter

Serious gaming : détourner des jeux vidéo à des fins pédagogiques. Avant les "serious games", des enseignants se sont essayés au "serious gaming", le détournement de jeux vidéo à des fins pédagogiques. Témoignage de Yvan Hochet. Quand il était professeur d'histoire-géo, il utilisait “Sim City” ‎avec sa classe de 6ème. Sim City 2000 / Maxis A l’école primaire, tout comme dans le secondaire, la tendance est aux serious games, ces jeux sérieux, ou ludo-éducatifs, conçus spécialement pour apprendre en s’amusant. Mais depuis plus de vingt ans déjà, une poignée d’enseignants se sont essayés à une autre pratique : l’utilisation de jeux vidéo de “divertissement”, issus du commerce.

Détournés de leur usage premier (divertir), ces jeux deviennent de véritables supports pédagogiques. “Serious games” vs “Serious gaming” Yvan Hochet, conservateur des médiathèques de l’ESPE de Poitiers, responsable de la section “Éducation Formation”, a été professeur d’histoire-géographie pendant vingt ans, de 1991 à 2011, dans l’académie de Caen. Sim City (1989) – Maxis Fabien Soyez. « M’sieur, quand est-ce qu’on joue? »

D’habitude, c’est à mes élèves de remplir une petite fiche de présentation quand vient le mois de septembre. Inversons les rôles : je m’appelle Romain Vincent et je suis enseignant en Histoire-Géographie dans l’académie de Créteil depuis 2010. Cette première contribution vise à présenter mes différentes activités liant mon métier et les jeux vidéo. En tant qu’enseignant, je vous raconterai comment j’utilise des œuvres vidéoludiques en classe : je partagerai mes séquences pédagogiques ainsi que des pistes de réflexion sur l’enseignement grâce au jeu, tout en vous transmettant au maximum les réactions de mes élèves.

En tant qu’historien de formation, je vous proposerai également mes analyses de la représentation du passé dans les jeux vidéo à travers mes chroniques vidéos. « Faire des cours ludiques? Tu plaisantes? » Balayons rapidement les stéréotypes : les enseignants jouent et font jouer. Peut-on jouer en Histoire-Géo ? En effet, le jeu vidéo est modulable, adaptable. Creer_qr_codes_personnalises.pdf. Le drapeau confédéré ne flottera plus dans l’App Store. Apple a supprimé plusieurs applications « utilisant le drapeau confédéré d’une manière choquante ou sectaire », en référence à la règle 19.1 de validation de l’App Store.

Réagissant à l’actualité américaine, la firme de Cupertino a ainsi retiré Civil War: Gettysburg ou Ultimate General: Gettysburg, mais assure vouloir préserver les usages éducatifs et historiques. La « tuerie de Charleston » — le meurtre raciste de neuf personnes afro-américaines dans une église symbolique du mouvement des Droits civiques — a ravivé le débat sur l’utilisation du drapeau confédéré dans le Sud américain. Si le Dixie flag n’a jamais été le drapeau des États confédérés, il fut adopté par le général Lee pendant la Guerre de Sécession, et reste donc associé — contrairement à ce que l’on a pu parfois lire en s’étouffant — à la défense de l’esclavage contre l’émancipation des Afro-américains. ZotPlus/zotero-report-customizer. Zotero report customizer.

EMI

Lire et écrire à l'ère du numérique. Table ronde 4. Copie pédagogique - CFC, gestion des droits de reproduction. Pour enrichir, illustrer ou compléter leurs cours, les enseignants et les formateurs peuvent être amenés à diffuser, sous format papier ou numérique, des copies de publications à leurs élèves, étudiants, apprentis ou stagiaires... Ces copies peuvent concerner différents types d’œuvres. Si certaines relèvent du domaine publicExpression qui désigne l'ensemble des œuvres non protégées par la propriété littéraire et artistique. Appartiennent, notamment, au domaine public, parce que non protégés : les lois, décrets, arrêtés, circulaires administratives, arrêts, jugements, plans comptables, bulletins et journaux officiels, brevets d'invention publiés. et peuvent être utilisées sans autorisation préalable, d’autres sont protégéesUne œuvre de l'esprit bénéficie de la protection par le droit d'auteur, quels que soient son genre, sa forme, son expression, son mérite ou sa destination, à la condition d'être originale.

Consultez le site Enseignants. Sans titre. Quel logiciel (gratuit) utiliser pour faire mes cartes mentales ? Voici une petite sélection des différents logiciels gratuits que l’on peut trouver sur le net afin de réaliser des cartes mentales sur son ordinateur : Le plus connu sans doute c’est FREEMIND (que l’on peut retrouver sur tous les ordis60). Simple d’utilisation il souffre cependant d’un rendu visuel peu convainquant et d’une manipulation un peu frustre.FREEPLANE est née suite aux critiques émises à propos de Freemind et son développement est donc très prometteur.La version gratuite de XMIND possède de nombreux atouts : interface simple d’utilisation, graphiquement abouti, facilité de manipulation… Seul petit bémol il n’est disponible qu’en anglais ! Comment débuter avec FREEMIND ? FREEMIND est présent sur tous les ordis60 dans le dossier « créer » présent sur le bureau.

WiseMapping - Mooc : Education aux Médias et à l'Information. Les outils de pédagogie numérique.

Radio

TICE. Le modèle SAMR : une référence pour l’intégration réellement pédagogique des TIC en classe. Le modèle SAMR, élaboré par Ruben Puentedura, est une référence théorique très importante pour les éducateurs qui souhaitent réfléchir à l’intégration efficace et réellement pédagogique des technologies en classe. En voici un résumé. Le modèle SAMR offre une méthode permettant de mieux saisir comment la technologie peut avoir un réel impact sur l’enseignement et l’apprentissage. Ainsi, il aide l’enseignant à comprendre qu’intégrer les TIC ne signifie pas d’utiliser la technologie à tout prix, mais d’engager l’élève dans son apprentissage.

La technologie devient donc un outil pour atteindre ce but. Les lettres signifient Substitution, Augmentation, Modification et Redéfinition. Voici une image qui résume le tout. Allons voir de plus près chacune des composantes du modèle SAMR, mis en place par Ruben Puentedura. Substitution Définition : La technologie est utilisée pour effectuer la même tâche qu’avant. Exemple : L’élève utilise un traitement de texte au lieu d’un crayon pour écrire un texte. Usages pédagogiques. Voici quelques usages recensés par les enseignants :Lecture de livres numériques [ex. iBooks, collection Chocolapps]Création de livres numériques [ex. iBooks Author, Book Creator, CBB, …]Lecture de la presse [La Presse+, ex. quotidiens et hebdomadaires belges, presse internationale]L'info en direct [ex. fil d'info des quotidiens et chaînes télévisées]Dissections virtuelles [ex.

Frog Dissection - Rat Dissection]Utilisation de tableaux périodiques animés [ex. Atomes]Utilisation de manuels scolaires numériques [ex. Sesamath, lelivrescolaire.fr]Utilisation d'exerciseurs, d'outils de révision pour les mathématiques, le français [ex. Successfully Learning, iTooch, MathBoard]Recherche documentaire pour exposé [ex. GeoPhoto, National Geographic, Musées Quai Branly, MoMA] Recherche dans les dictionnaires [ex. Vous souhaitez en savoir plus… Des expérimentations ont lieu avec des tablettes dans des classes ou des lieux culturels. Vidéos Ludovia Vidéos sur le site Agence des usages TICE. Dans le domaine du numérique, les universités sont en retard. Le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a demandé à Opinionway de réaliser une étude sur les usages pédagogiques du numérique. 1 004 étudiants et 297 enseignants ont été interrogés en ligne.

En matière d’accessibilité des cours numériques, les universités sont en retard. C’est l’opinion de 65 % des étudiants et de 78 % des enseignants. Les étudiants pensent que l'offre de formation disponible sur Internet peut être déterminante dans le choix d’un établissement. Internet s’impose davantage chez les étudiants que chez les enseignants 72 % des étudiants déclarent utiliser très souvent Internet dans le cadre de leurs études. 96 % des étudiants utilisent Internet au moins de temps en temps, 1 % jamais. 56 % des enseignants utilisent très souvent Internet pour préparer leurs cours, 91 % l’utilisent au moins de temps en temps, 2 % jamais. Plus de 80 % des étudiants et des enseignants ont déjà utilisé des cours dématérialisés. Blog de M@rcel : des technologies et des pédagogies qui travaillent ensemble. Introduction : répondre ou débattre Ce billet portera sur la contribution de deux collègues, Alain Beitone et Margaux Osenda, qui ont publié « La pédagogie inversée : une pédagogie archaïque » (des extraits de cet article seront proposés en bleu ci-dessous) Il ne s’agit pas pour moi de « répondre » à leurs arguments ou de les démonter en tentant de démontrer combien le propos serait incorrect, inapproprié, fallacieux … Je l’ai souvent dit : en matière d’innovation (gardons ce concept pour le moment), il me paraît important de considérer tous les points de vue même ceux envers lesquels, personnellement et subjectivement, on ne peut d’emblée marquer son accord.

En effet, les propos des thuriféraires et autres évangélistes doivent être considérés avec circonspection voire méfiance, ceux des « grognons » (comme je les appelle chaleureusement) avec attention en ce qui concerne les alarmes qu’ils nous envoient. La classe inversée n’a rien d’innovant ! Introduction I.1. I.2. I.3. Les technologies, outils de socialisation des ados? Facebook, Twitter, smartphones... Les ados sont "hyperconnectés". Omniprésentes dans la vie de ces "digital natives", les techniques de l'information et de la communication (TIC) sont-elles pour autant néfastes?

Si, intuitivement, la réponse est "oui", de récentes études avancent le contraire. Passage en revue. Certes, l'usage des nouvelles technologie est bien plus répandu en 2012 qu'en 2006. Selon une grande enquête menée par l'Inpes auprès de 11 638 collégiens français, 22% des garçons et 31% des filles ont quotidiennement recours à Internet et aux téléphones portables. Ce taux monte à 46% des garçons et 65% des filles avant l'entrée au lycée. Bonne ou mauvaise nouvelle? En effet, les adolescents sondés ont déclaré avoir un plus large réseau d'amis depuis qu'ils utilisent ces outils. Autre bienfait des TIC, souligne une récente étude israélienne: les SMS (ou textos) permettent aux jeunes les plus réservés de s'extérioriser plus facilement que dans la vie de tous les jours.

Pour quelles raisons j’autorise les élèves à utiliser en classe leur smartphone, ou iPod, ou éventuellement tablette. L’apprentissage est en premier lieu un processus, un mouvement, une évolution. Rien n’est figé, immuable et définitif. Les interdictions sont incompatibles avec les progrès émergents grâce aux compétences. En début d’année, j’annonce aux élèves, toujours très surpris, que la salle dans laquelle ils se trouvent est une «salle-laboratoire» et que leur cahier est un «cahier-laboratoire» : ils vont émettre des hypothèses toute l’année, tâtonner, faire des erreurs et s’améliorer. Je leur annonce qu’ils sont autorisés à travailler en groupe ou avec leurs voisins. Ils apprendront à travailler ainsi grâce au Kanban. Je leur annonce encore qu’ils sont autorisés à se lever pour prendre et utiliser un dictionnaire ou un des nombreux manuels scolaires (de français, d’histoire-géographie, de biologie ou de physique) disponibles au centre de la classe.

Je leur annonce également qu’ils peuvent discrètement et à tout moment manger un fruit ou boire de l’eau dès qu’ils en ressentent le besoin. . - etc. Nipédu. C’est un vrai grand moment pour le podcast : un nouveau compagnon de route et pas des moindres ! Jean-Philippe MAITRE, docteur en sciences de l’éducation. Qui est-il ? Que fait-il ? D’où vient-il ? Un chercheur dans Nipédu ?

Autant de questions auxquelles cet épisode apportera, nous l’espérons, quelques réponses pour installer tranquillement Jean-Philippe dans son nouveau costume de podcasteur et surtout vous présenter cette nouvelle voix (voie) qui rythmera la toute prochaine saison 5 de Nipédu. *L’effet Maitre dans la littérature Nipédu, le podcast qui parle #école, #éducation et #numérique. Du lourd, du très très lourd pour cet épisode avec l’un de nos inspirateurs favoris, chantre de l’innovation et grand promoteur du développement professionnel enseignant pour une réussite des élèves : François MULLER Continuer la lecture de Nipédu 83 – Développement professionnel des enseignants.

Comment ils pourrissent le web. Et l’école avec… L’éducation est un lucratif marché d’avenir. Nombreux sont ceux qui l’ont bien compris et se lancent pour être les Mark Zuckerberg et Larry Page de demain. Tous les grands groupes technologiques, qu’ils vendent des ordinateurs ou des tablettes, des logiciels, des applications ou des systèmes d’exploitation, des tableaux numériques ou des solutions numériques, se positionnent sur ce grand marché1. Les éditeurs scolaires traditionnels ont eux-mêmes fait leur mue numérique (Paraschool.com de Bordas ou Maxicours.com de Magnard).

Plus spécifiquement, compte tenu du spectaculaire naufrage de l’école, le secteur du parascolaire suscite les convoitises les plus aiguisées : nous avions déjà parlé ici de Oodoc.com (rebaptisé depuis touslesDocs.com) et de Oboulo.com, deux sites monnayant des corrigés en ligne, ou de Monamphi.com, un site proposant de commercialiser en ligne les prises de notes des étudiants. Kartable.fr Rien ne vaut un cas d’école.

Des contenus d'une rare qualité. Travail collaboratif à distance — Enseigner avec le numérique. J'ai testé pour vous Plickers. J'ai testé la semaine dernière un nouvel outil gratuit "trop-génial" qui s'appelle Plickers. Pour l'utiliser, le maitre doit être équipé d'une tablette ou smartphone (IOS ou Android) et... c'est tout. [en commentaire 20, on apprend que la connection internet est inutile en classe : il suffit de préparer les questions à l'avance depuis chez soi] Le système remplace les boitiers de vote que l'on peut se procurer (fort cher) quand on a la chance d'avoir un TBI en classe.

Ici, pas besoin de débourser un sou, pas besoin de boitier de vote, de TBI ni rien. Les élèves n'ont besoin de rien d'autre que d'un bout de papier. A quoi cela sert-il ? A interroger oralement la classe avec une question de type QCM, à recueillir instantanément les réponses individuelles de chacun et à les conserver. Comment ça marche ? 1. 2. 3. Optionnel : Il parait que le scan de la classe est un peu lent ? Je l'avais entendu dire mais avec mon iphone, franchement, c'est quasi instantané. Les - par rapport à l'ardoise Les + • 50 idées pour utiliser Twitter en classe • - Google Docs. Histoire.pdf. Outils de productivité et utilitaires.

Quelques idées d'une prof qui s'amuse. 5 extensions chrome pour les enseignants. Le navigateur Chrome est le plus utilisé au monde. Le mois dernier près de 40 % des internautes l’avaient choisi pour surfer sur le web devant Internet explorer, Firefox ou Safari. Rapide, robuste, Chrome propose aussi toute une longue série d’extensions permettant d’en optimiser l’usage. Plusieurs d’entre elles sont très pratiques pour un enseignant (ou un étudiant). Voici une liste de 5 extensions chrome pour les enseignants. 1 – Save to Google Drive Cette extension pour Chrome permet de sauvegarder des images trouvées sur le web ou des captures d’écran complètes dans votre Google Drive. 2 – Awesome Screenshot Cette extension est aussi extrêmement pratique pour faire des captures d’écran très facilement. 3 – Split Screen Pas toujours très pratique de consulter deux pages web en même temps. 4 – Whitelist for Chrome Cette extension pour Chrome permet de limiter la navigation sur Internet à une liste de sites que vous allez indiquer dans une sorte de liste blanche. 5 – Dot ePub.

Tuto_diapo.pdf. Images Actives - Le logiciel pour explorer l'image. MoveNote. Creer des lecons en video. Créer des vidéos pédagogiques. Quand le numérique raconte l'Histoire.

Analyse. Enseigner avec Minecraft en cours de technologie. Jeux vidéos. Questions de recherche autour des serious games. Serious Games - Histoire Géo EMC. Le jeu sérieux LGV Construis ta voie est disponible. L'iPad à l'école : Français : Primaire - Secondaire : Grand Duc en ligne. A list of All The Best iPad Apps Teachers Need. Applications_ipad_-_iphone. Animer un graphique ou une carte avec Gimp - La boîte à outils des historiens.