Par Guilhem Bertholet Un mail d’un jeune entrepreneur croisé il y a peu m’a fait très plaisir ces derniers jours : il me reprenait en détail notre conversation, répondait à une question qui l’avait laissée un peu sec sur notre échange, et me donnait quelques news, liens, et infos sur son business. Le tout avec un petit coup de brosse à reluire, et une demande d’aide sur un point ou deux. Ce mail tombe pour moi typiquement dans la catégorie de « bon follow-up », que tout entrepreneur devrait pratiquer… Voilà donc 5 conseils pour pratiquer un bon suivi… parce que c’est vraiment facile de marquer des points et booster son projet ! Envoyez systématiquement un mail après un RDV Ça doit devenir une pratique routinière, organisez-vous comme vous voulez, par exemple en le faisant en tout premier lieu chaque matin en vous levant. Follow-up = $$ | Creation d'entreprise ! | Guilhem Bertholet Follow-up = $$ | Creation d'entreprise ! | Guilhem Bertholet
Comment (bien) se répartir le capital de départ (partie 2) | Creation d'entreprise ! | Guilhem Bertholet [Ce post a l'air un peu technique, comme ça, mais vous verrez qu'il n'en est rien, c'est assez simple et ce n'est que du bon sens et quelques multiplications répartition du capital initial entre eux. Nous continuons la série aujourd’hui, avec quelques idées sur comment BIEN se le répartir. En effet, pas facile – surtout lorsque l’on ne se connaît pas bien – de savoir à l’avance comment l’autre (ou les autres) vont se comporter et se qu’ils vont apporter au projet. D’où la tentation parfois de couper le capital à la machette, en parts égales, ou au contraire de le donner en priorité à celui qui parle le plus (ou le plus fort) et qui endosse ainsi le rôle de patron. Le seul souci, c’est que l’entrepreneur le sait déjà, tout cela, mais qu’au moment de prendre la décision – et souvent, après de longues et déchirantes discussions – il n’y a pas vraiment d’outils capables de faire la répartition de manière équitable (et non égalitaire). Comment (bien) se répartir le capital de départ (partie 2) | Creation d'entreprise ! | Guilhem Bertholet
Je viens de lire avec surprise un article sur le toujours très bon blog de Jason Cohen. Cet article décrit un outil très efficace que j’utilise avec tous mes clients porteurs de projet, créateurs de startups, ou même responsable de business unit dans un grand groupe. Honnêtement j’avais un peu de gène à le partager avec vous. Il s’agit de calculer la date de la mort de votre projet. Attention, ce n’est pas un indicateur particulièrement complexe à calculer. Je demande d’ailleurs en général aux financiers présents dans la salle de bien vouloir sortir cinq minutes pour pouvoir montrer cela. Startup : quand allez-vous mourir ? Startup : quand allez-vous mourir ?
Trouver nom entreprise Trouver nom entreprise Il y a eu la phase « Trouver une idée de business » et logiquement, peu après, nous avons dû nous confronter à la phase « Trouver un nom ». Au premier abord, on pourrait croire que trouver une idée de business est de loin plus difficile que trouver un nom pour une société. Et bien en ce qui nous concerne, trouver un nom fût au moins aussi laborieux… Le nom est une chose essentielle pour une société. Si celui-ci n’est pas bien choisi dès le départ, il peut avoir une très mauvaise influence sur le business de la société.
Le 23 janvier 2011 par Loic dans Entrepreneuriat. J’ai commencé la création d’entreprise il y a environ 2 ans, dans ce beau pays qu’on appelle la France, avec la création de mon auto-entreprise, fournissant des services de développement web aux entreprises. Quelques bons contrats honorés, quelques problèmes surmontés et de très bonnes rencontres m’ont mené à fonder l’agence web Wype un an plus tard, entouré de très bons partenaires. Ces deux années très chargées m’ont permis de retenir quelques histoires qui sèmeront votre chemin d’embûches. C'est impossible, vous êtes trop jeunes (et autres histoires) C'est impossible, vous êtes trop jeunes (et autres histoires)