background preloader

Walidzer

Facebook Twitter

slt

Sony Xperia X : Sony abandonne-t-il vraiment la série Z ? À l’occasion du Mobile World Congress, Sony a présenté trois smartphones, tous membres d’une même série : Xperia X. Nouveau visage de le stratégie de la marque japonaise, la série X remplacerait même totalement la série Z. Nous ne cesserons de le dire : la série Xperia X est une excellente proposition de la part de Sony. D’autant plus que sa présence à Barcelone a surpris de nombreux observateurs, parce qu’elle n’était pas attendue avant le printemps. Son lancement commercial n’est cependant pas prévu avant la fin du premier semestre : les rumeurs étaient donc fondées, Sony a simplement décidé de prendre les devants.

Le Xperia X de Sony Cependant, comme de nombreux amateurs de la marque, nous nous sommes demandé quel pourrait être l’avenir de la gamme Z avec cette série X omniprésente, notamment parce que le Xperia X Performance ressemble beaucoup à un hypothétique Xperia Z6. Plus aucun Xperia Z à l'avenir Mais ce n’est pas la seule question qui s’impose, bien au contraire. Sony se lance dans le marché des luminaires multifonctions connectés. Sony souhaite transformer les luminaires des foyers en véritables stations connectées. Et chez la marque, cela commence avec la Multifunctional Light, un plafonnier qui intègre divers composants de smartphone pour déployer des services sans fil dans les pièces.

L'éclairage peut ainsi s'adapter en fonction de l'humeur de l'utilisateur, être programmé en fonction d'un planning défini ou suivant la géolocalisation de l'utilisateur. Il est possible d'allumer et d'éteindre la lumière depuis son smartphone ou depuis Internet, puisque le tout est connecté via WiFi au réseau de la maison. Mais Sony va plus loin en intégrant une foule de capteurs dans son système. Proposé au Japon dans le courant du premier semestre, le luminaire pourrait être déployé en Europe d'ici la fin d'année. Sony redresse la barre avec sa PlayStation 4 et ses capteurs photo.

Tout se passe bien pour Sony, et même mieux que prévu si l'on se penche sur les ventes de la PlayStation 4. La console de salon de la marque japonaise s'est écoulée à plus de 7 millions d'exemplaires au premier semestre 2015, ce qui permet au groupe de réviser ses objectifs à la hausse pour l'année et de tabler sur 16,5 à 17,5 millions d'exemplaires écoulés, soit plus que lors de la première année de commercialisation. La PS4 aura généré 2,7 milliards d'euros de recettes ce trimestre. Ce n'est pas le cas de la branche mobile qui accuse un recul de 15% des recettes, Sony espère toutefois écouler 27 millions de smartphones grâce à la sortie de l'Xperia Z5. En 2014, la firme en avait écoulé 39 millions. Les efforts de réorganisation et d'économies au sein de Sony finissent par payer : la perte opérationnelle dans le mobile a été divisée par 9 pour se stabiliser à 151 millions d'euros entre juillet et septembre.

L'autre secteur qui tire Sony vers le haut est celui des capteurs photo. PlayStation VR : informations techniques du casque de réalité virtuelle de Sony. Prévu pour sortir l'année prochaine, le PlayStation VR ( anciennement connu sous le nom de Project Morpheus ) se présente sous la forme d'un casque de réalité virtuelle qui sera utilisé sur la console PlayStation 4. Signé Sony, ce matériel livre aujourd'hui ses caractéristiques techniques, au moyen d'une vidéo diffusée par le constructeur. Ainsi, nous apprenons que le PlayStation VR disposera d'un écran OLED de 5,7 pouces, une définition de 1920 x 1080 pixels ( 960 x 1080 pixels par oeil ), un taux de rafraîchissement à 120 Hz, un temps de latence plutôt bas ( moins de 18 millisecondes ) et d'un champ de vision d'environ 100°.

Au niveau de la gestion de mouvements, le matériel est également équipé d'un gyroscope et d'un accéléromètre, ainsi qu'un tracking à 360° par le biais de 9 LED. Le casque apporte également le support audio 3D avec mini jack micro et stéréo, ainsi qu'une interface HDMI et USB. Sony : la FES Watch à encre électronique sort au Japon. Sony et la NASA en partenariat autour des casques de réalité virtuelle pour contrôler des robots. On le sait, la NASA a de plus en plus recours à des sondes robotiques pour mener ses diverses missions, et notamment celles impliquant une exploration sur une planète distante. Mais dans les années à venir, la robotique s'invitera plus largement dans l'espace, notamment pour limiter les actions risquées des astronautes. Pour profiter d'une interface de contrôle plus précise, il est désormais question de miser sur la réalité virtuelle, et la sortie des casques spécialisés dans le domaine dès l'année prochaine participera à cette évolution.

La NASA s'est ainsi rapprochée de Sony pour développer un jeu vidéo en réalité virtuelle qui permet de former les ingénieurs à prendre le contrôle à distance de robots. Baptisé Mighty Morphenaut, le jeu est déjà compatible avec le PlayStation VR de la marque. Le jeu met l'opérateur face à un ensemble de problèmes auxquels il pourrait être confronté et notamment celle de faire évoluer un robot humanoïde dans un environnement sans gravité.

Sony : la branche mobile encore et toujours en difficulté. Si Sony Corporation peut dans l’ensemble être satisfait de ses résultats financiers enregistrés sur l’année fiscale 2015, il n’en va pas de même de la branche Sony Mobile qui accuse de lourdes pertes. C’est maintenant au tour de Sony de fournir ses résultats financiers, et l’on doit cette fois s’attarder sur l’année fiscale qui s’est achevée au 31 mars 2015. Globalement, l’année de Sony a été bien plus satisfaisante que la précédente, avec des branches qui sont presque toutes dans le vert, mais la branche mobile reste le mauvais élève du groupe. En effet, Sony Corporation a enregistré un chiffre d’affaires de 61,5 milliards d’euros, en hausse de 5,8 %, et un bénéfice de 495 millions d’euros contre seulement 200 millions d’euros l’année précédente.

La branche Devices (semi-conducteurs et composants) du groupe a d’ailleurs eu des résultats très intéressants cette année avec un bénéfice de 698 millions d’euros grâce à des ventes en hausse de 26 %. Sony s'offre un partenariat avec Hideo Kojima. Alors qu’il n’est désormais plus lié contractuellement parlant avec Konami, Hideo Kojima peut enfin annoncer officiellement son départ de chez l’éditeur japonais et dire ce qu’il souhaite sans que quelqu’un contrôle le moindre de ses faits et gestes comme cela avait été le cas lors des Game Awards 2015. Celui qui est à l’origine de la franchise Metal Gear Solid n’a d’ailleurs pas perdu de temps pour en dire plus sur son futur dans l’industrie du jeu vidéo. En effet, dans la matinée, Andrew House, PDG de Sony Computer Entertainment, a fait une incroyable annonce avec la présence de Kojima-san : le studio de développement Kojima Productions va rouvrir ses portes en indépendant et va s’occuper d’un titre exclusif aux consoles PlayStation.

Le partenariat entre le studio de Hideo Kojima et Sony pourrait être similaire à celui de Quantic Dream, le studio français de David Cage à qui l’on doit The Nomad Soul, Fahrenheit ou encore dernièrement Beyond : Two Souls. Sony : un milliard de pertes malgré 22,3 millions de PS4 vendues. Après avoir révisé par deux fois ses prévisions (à la hausse) ces dernières semaines, Sony a finalement dévoilé ses résultats financiers pour l'ensemble de son dernier exercice fiscal. Le géant japonais affiche toujours de très lourdes pertes, mais promet de redresser la barre dès l'an prochain. Ces derniers temps, Sony a enchaîné les mauvaises nouvelles sur le plan financier. Entre la vente de ses immeubles à New York, la dévaluation de sa branche mobile et ses déboires sur le marché des PC, la multinationale nipponne n'a vraiment eu l'occasion de briller. Cela ne l'a toutefois pas empêché de signer un exercice fiscal un peu meilleur que prévu.

Presque un milliard d'euros de pertes nettes Sur le dernier exercice, Sony a réalisé un chiffre d'affaires de 8 216 milliards de yens, soit 63,4 milliards d'euros, en hausse de 5,8 % par rapport aux 7 767 milliards de yens récoltés un an plus tôt. Le résultat net de la société ne laisse par contre pas de place aux réjouissances. Un franc succès pour Sony qui remporte trois récompenses aux TIPA... - Sony. La prestigieuse Technical Image Press Association salue à nouveau l'innovation de Sony en matière d'imagerie numérique. Meilleur appareil photo/camera professionnel : a7S Sony récolte les fruits de sa stratégie consistant à utiliser des photosites plus grands sur un capteur CMOS Exmor plein format (12,2 mégapixels).

Cette technologie se révèle en effet payante puisqu’elle offre une plage dynamique très large (15,3 EV), d'excellentes performances en basse lumière (autofocus rapide et intelligent jusqu'à -4EV et faible bruit) et une sensibilité extrêmement étendue (plage ISO de 50 à 409600). La « lecture directe des photosites » utilise toute la largeur du capteur sans élimination de ligne (line skipping) ni regroupement des pixels (binning), ce qui signifie que les données vidéo HD et 4K sont traitées au niveau de chaque pixel du capteur.

Meilleur appareil photo hybride entrée de gamme : a5100 Meilleur appareil d'imagerie mobile : ILCE-QX1 A propos de Sony. Les leçons du succès de Sony. En 1946, dans le Tôkyô en ruine de l'après-guerre, deux ingénieurs créent une petite société de produits électriques. Cette "petite entreprise" n'est autre que Sony, aujourd'hui géant mondial de l'électronique grand public et de l'industrie du divertissement, à l'origine de nombreux produits qui ont révolutionné notre univers quotidien. Nous avons cherché au travers de cette synthèse à tirer les enseignements d'un tel succès. A partir du livre Business The Sony Way et de plusieurs articles, il ressort 3 principes à l'origine dont le succès de Sony invite à s'inspirer : - Ne pas être esclave du court terme.

Sony sait donner à ses investissements le temps nécessaire pour qu'ils portent leurs fruits. - Donner la priorité à l'innovation. Le succès de Sony est dû largement à sa capacité d'inventer des produits qui sortent de l'ordinaire. - Anticiper les changements pour ne pas avoir à les subir. Synthèse n°126b ajouter à mon panier abonnés, identifiez-vous pour télécharger la synthèse.