background preloader

CIRC ( Collectif d'Information et de Recherches Cannabiques )

Facebook Twitter

Le site de la Fédération des CIRCs et du 18 Joint. Circ France. Circ France1. Quel Circ ?

La Fédération des CIRCs sur Facebook

Le CIRC - CF le parti préventif. Le 11/04/2008 Les actions et informations du CIRC ne sont pas liés au CF , cette page est içi a titre informatif . Les proposition du CF n'engage pas le CIRC. L'Appel du 18 joint de 1976 à 2006 Il y a trente ans, quelques agitateurs bien attentionnés lançaient par l'intermédiaire de Libération " l'Appel du 18 joint ".Cet Appel qui demandait " la dépénalisation totale du cannabis, de son usage, sa possession, sa culture (autoproduction) ou son introduction sur le territoire français en quantité de consommation courante ", a été signé par une future star de la politique, Bernard Kouchner, mais aussi par le futur président de la Ligue des droits de l'homme Henry Leclerc...Et par des intellectuels et des artistes : Gilles Deleuze, Philippe Sollers, Bernadette Laffont, Bertrand Tavernier, Isabelle Huppert, Philippe Druillet...

Consultez l'appel originel du 18 juin 1976 Consultez également le formidable historique de la prohibition réalisé par Jean-Pierre Galland : La Galerie Photo du 18 Joint. LE CANNABIS EST-IL SOLUBLE DANS LA POLITIQUE ? QUAND LA RÉPRESSION ATTEINT LES LIMITES DU SUPPORTABLE - Encod.org. Publié le 3 septembre 2009 par encod Déclaration du CIRC Toutes les versions de cet article : [français] Le jardinier qui cultive du cannabis pour atténuer les douleurs d’une sclérose en plaques et se fait saisir ses plantes, a raison de se révolter. Le maire qui affirme qu’il faut trouver une alternative au tout répressif afin d’éviter un drame comme celui qui s’est produit cet été à Sevran, a raison. L’officier de police qui confie son ras-le-bol de la « politique du chiffre » instaurée par Nicolas Sarkozy et incite le gouvernement à suivre l’exemple de la Hollande, a aussi raison.

La saison de la chasse aux cultivateurs en herbe est ouverte. La saisie d’une trentaine de pieds de chanvre chez un Gersois atteint d’une sclérose en plaques a suscité une certaine émotion et relancé le débat sur le cannabis thérapeutique. Pour soumettre un conducteur à un test dépistage, il faut avoir de bonnes raisons, par exemple un accident. Le mur de la prohibition se fissure. Jean-Pierre Galland. C'EST QUOI LE "18 JOINT" ? Le site de la Fédération des CIRCs et du 18 Joint. Appel du 18 joint. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En 1993, le Collectif d'information et de recherche cannabique ressort le texte de l'appel pour en faire une pétition ; depuis, il organise annuellement des rassemblement, le 18 juin, pour interpeller l'opinion publique et relancer le débat sur la prohibition du Cannabis.

L'appel du 18 Joint de 1976[modifier | modifier le code] Contenu de l'appel original[modifier | modifier le code] Le texte commençait ainsi : « Cigarettes, pastis, aspirine, café, gros rouge, calmants font partie de notre vie quotidienne. En revanche, un simple « joint » de cannabis peut vous conduire en prison ou chez un psychiatre ». Le manifeste demandait « la dépénalisation totale du cannabis, de son usage, sa possession, sa culture (autoproduction) ou son introduction sur le territoire français en quantité de consommation courante ».

Le texte précise clairement qu'il n'appelle pas à la consommation mais à la fin d'une politique qui nie le sujet. L' "Appel du 18 joint". SIGNEZ LA PÉTITION DE L'APPEL DU 18 JOINTS ! Ce n'est pas un hasard si la première et dernière phrase de " L'Appel du 18 joint " actuel sont celles de l'Appel original.En effet, depuis 1976, nous attendons des différents gouvernements qu'ils adoptent des solutions pragmatiques. Pour ne prendre qu'un exemple, en 1978, Monique Pelletier (auteur du premier rapport officiel sur la " drogue "), demandait que soit dépénalisé l'usage du cannabis.Trente ans plus tard, l'usage en privé est toujours interdit et la chasse aux amateurs est ouverte toute l'année 24 heures sur 24.

Trente ans plus tard, les discours officiels n'ont pas évolué et le cannabis est toujours présenté sous un jour très défavorable. Il commençait par : " Cigarettes, pastis, aspirine, café, gros rouge, calmants font partie de notre vie quotidienne. En revanche, un simple joint de cannabis (sous ses différentes formes : marijuana, haschich, kif, huile) peut vous conduire en prison ou chez un psychiatre ".De quel texte s'agissait-il ? > Liste complète des signataires. Appel du 18 JOINTS 2004. SiGNEZ L’APPEL DU 18 JOINT 2006 !

APPEL DU 18 JOINTS 2015

Cannabis et l'appel du 18 Joint : un combat à coup de soufflettes. 20 ans de lutte et les lignes n'ont pas bougé entre les partisans du tout répressif et ceux de la légalisation du cannabis. Ce ne sont pas les plus virulents des combattants ces défenseurs pour la liberté de fumer son joint en toute légalité mais ils sont bien présents, au moins une fois par an, le 18 juin pour souffleter dans les bronches des gouvernants. Petit rappel historique : A savoir si le Général Charles de Gaulle s'est retourné dans sa tombe lorsqu'il a vu son fameux Appel du 18 juin détourné sans vergogne et non sans humour pour une cause jugée toujours aujourd'hui par les autorités comme illégale mais cet appel a bien eu lieu une première fois le 18 juin 1976 ( il y a donc pas moins de 37 ans) par un collectif .

Cet Appel du 18 joint publié dans le journal Libérationavait déjà pour but de demander la légalisation du cannabis. Aujourd'hui : Qu'en est-il aujourd'hui ? Du même auteur : Le cannabis gros consommateur d'électricité trahit son producteur. 1997 : Opération “Chanvre aux députés” Toujours dans la série des archives du C.I.R.C (Collectif d’Information et de Recherche Cannabique), on se souvient qu’en 1997, ils envoyait à tous les députés une lettre contenant un joint, accompagné d’un petit bouquin : « Lettre ouverte au législateur » pour expliquer tout ce qu’il fallait à nos ignorants députés. Les réactions des élus vont de l’ignoble à l’hilarant : » C’est comme un petit sachet de verveine-tilleul-menthe mais un peu biseauté pour permettre aux parlementaires de violer la loi « , a décrit Arnaud Montebourg (PS, Saône-et-Loire) l’un des premiers récipiendaires. Le député de Saône-et-Loire a reconnu avoir » reniflé » le » joint » avant de le mettre à la poubelle. « Je suis comme le président (Bill) Clinton, je n’avale pas la fumée.

Je ne l’ai même pas allumé. Je me demande bien si tout cela est légal « , s’est demandé l’avocat. Se déclarant » formellement opposé » à la libéralisation de la drogue, M. C’est une atteinte à ma vie privée. Messieurs, Monsieur le Député, Opération "Chanvre des Députés". Jean Pierre Galland. Les joints ne font qu'un tour à l'Assemblée. Le Collectif d'information cannabique avait envoyé un pétard à chaque député. Christine Boutin, députée UDF, n'a pas apprécié. Pas apprécié du tout l'opération 577 pétards à l'Assemblée nationale, lancée mercredi par le Collectif d'information et de recherche cannabique (Circ), et révélée par Libération le jour même. «C'est une atteinte à ma vie privée.

C'est scandaleux. On m'envoie un joint et je n'ai rien demandé.» Et la députée des Yvelines de se demander: «Qu'est-ce que je vais en faire? (1) Cannabis: lettre ouverte aux législateurs, éditions L'esprit frappeur, 96 pp., 10 F. DUFRESNE David. Pétards envoyés à l'Assemblée: le Circ condamné. La 14e chambre du tribunal correctionnel de Paris a condamné, hier, le président du Collectif d'information et de recherche cannabique (Circ) à 250 jours-amende de 200 francs.

Pour avoir envoyé, le 10 décembre, 577 pétards à l'Assemblée nationale, Jean-Pierre Galland a 250 jours pour trouver 50 000 F. Sinon, il devra effectuer une peine d'emprisonnement de 125 jours. Pour l'écrivain, le pire a été évité. Le procureur avait requis 18 mois de prison dont six ferme. Mais la menace plane toujours sur Galland, qui se dit plutôt étonné par ce jugement qualifié d'«hypocrite»: «le tribunal n'a pas osé me mettre en prison et se mettre, lui, dans l'embarras.

La chasse au cannabis bat son plein. Six mois ferme requis contre le président du Circ pour l'opération «Chanvre des députés». «Pour la énième fois», aux dires du procureur Pagès de la XIVe chambre correctionnelle de Paris, Jean-Pierre Galland a décliné hier les raisons de son engagement. Président du Centre d'information et de recherche cannabique (Circ), l'habitué des tribunaux comparaissait pour «avoir acquis, détenu, transporté, offert ou cédé, provoqué à l'usage et présenté sous un jour favorable» sa substance préférée: le cannabis.

C'était le 10 décembre 1997. Avec plusieurs membres du Circ, l'écrivain avait expédié un pétard aux 577 députés de l'Assemblée nationale. Joint assorti d'un livre (1), présenté comme une «analyse de la prohibition». But de l'opération «Chanvre des députés»: provoquer un débat sur la drogue, «déjà ouvert dans la société». Hier, le procès du Circ ne ressemblait pas aux précédents. Ce sont d'abord les préparatifs de l'opération «Chanvre des députés» qui intéressent la présidente du tribunal, Jeannine Drai. DUFRESNE David. Malgré la répression, la lutte doit s’intensifier ! Le CIRC (Collectif d’Information et de Recherches Cannabiques), né en 1991 suite à des rencontres entre quelques usagers, a connu ses heures de gloire dans les années 93/94. A cette époque le livre " Fumée Clandestine " se vend bien, le nombre d’adhérent-es dépasse les quelques milliers, une journée internationale est organisée dans la salle du Trianon, le 18 joint est relancé avec succès.

Parallèlement des espoirs institutionnels naissent : la commission Henrion nommée par Pasqua suggère d’essayer une dépénalisation du cannabis... A cette même époque, les premiers procès pointent leur nez au nom du L.630 (rebaptisé L34 21-4) qui condamne tout propos qui pourrait montrer sous un jour positif des stupéfiants illicites. Galland en prison ? Le refus de payer de Jean Pierre Galland est à la fois un ras-le-bol suite à une dernière amende (novembre 2001 à de 90000 francs alors qu’il lui restait encore plus de 65000 francs à payer), mais aussi un pari.

Régis.