background preloader

Psycho

Facebook Twitter

HomePage. Déjà visites sur cette page. Nouveau : Découvrez nos kits de machines opensource et notre nouveau site dédié ! Bienvenue ! Soutenez le site www.mon-club-elec.fr ! Vous aimez le site www.mon-club-elec.fr ? Vous avez gagné du temps avec des codes trouvés sur ce site ? Vous avez appris des choses utiles ? Vous avez réussi à mener à bien un projet grâce aux exemples du site ? Paiement par compte Paypal ou par carte bancaire acceptés Vous pouvez donner dès 1€ ! En cours : portage de la librairie JavacvPro en version PyQt : Ma librairie JavacvPro : la "vision par ordinateur" avec OpenCV sous Processing pour tous ! Je viens de finaliser la version 0.4 de ma librairie JavacvPro qui implémente la librairie OpenCV 2.3.1 sous Processing, permettant de créer facilement des applications de reconnaissance visuelle et d'analyse d'image en temps réel sur un flux vidéo de webcam.

HomePageEssentiel Pour aller droit à essentiel... En cours de mise en place... Contact et support Dernières mises en ligne. Théorie de déviance sociale. Déviance sociale est un terme sociologique décrivant le comportement social indésirable. Grâce à la compréhension de la déviance et comment elle influe société, sociologues ont développé des théories visant à prédire, expliquer et potentiellement résoudre comportement aberrant. Fonction Déviance sociale est définie comme tout comportement qui viole les normes sociales au sein d’une culture ou une grande communauté.

Ce comportement peut être pénal, mais n’a pas nécessairement besoin de violer une loi pour se qualifier. Les actes criminels tels que le vol ou l’agression types communs de déviance sociale, tout comme les comportements accessoires comme mentir, la consommation excessive d’alcool ou la cueillette de nez. La théorie de la déviance sociale est le fondement de l’étude de la criminologie et éclats en trois classes de comportement déviant : conflit, fonctionnalisme structurel et interactionnisme symbolique.

Théories/spéculation. Théorie Association différentielle Théorie du contrôle. La théorie de l'étiquetage modifiée, ou l'« analyse stigmatique » revisitée - cairn.info. L’interactionnisme symbolique, doctrine psychosociologique associée à l’École de Chicago et à la pensée de G.H. Mead (House, 1977), créé en 1937 aux États-Unis par Herbert Blumer, a été longtemps une théorie invisible et propagée uniquement sur le mode de la tradition orale [1] En effet, Blumer ne publie un ouvrage qui porte ce... [1] .

Il faut attendre les années 1960 pour qu’elle émerge sur la scène intellectuelle dans des publications notables. C’est à travers plusieurs sous-théories qu’elle atteint le public spécialisé (Manis et Meltzer, 1972) : ce sont l’approche dramaturgique (Goffman), l’ethnométhodologie (Garfinkel, Cicourel), et surtout la théorie de l’étiquetage (« labeling theory ») Les racines de cette perspective prennent corps au début des années 1950 dans l’œuvre du sociologue Edwin Lemert (1912-1996), qui cherche à élaborer une théorie socio-criminologique de la déviance en essayant d’aller au-delà de la vision en termes de pathologie individuelle ou sociale.

Contrôle social. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Des sarcasmes aux peines de prison, en passant par les remises de peine et les félicitations, le contrôle social désigne l'ensemble des pratiques sociales, formelles ou informelles, qui tendent à produire et à maintenir la conformité des individus aux normes de leur groupe social.

Ses modalités varient d'un type de société à l'autre. Ses effets sont discutés : ciment de la cohésion sociale pour les uns, il est un instrument de domination pour les autres. Les modalités du contrôle social[modifier | modifier le code] Sanctions formelles et sanctions informelles[modifier | modifier le code] Le contrôle social procède en premier lieu par jugements et par sanctions : un écart à la norme suscite des réactions qui signalent au contrevenant — et aux autres membres du groupe — qu'il doit s'y conformer. Les sociétés traditionnelles utilisent surtout un contrôle social informel, exercé par le groupe primaire. La typologie de Merton. Génération Y, par Monique Dagnaud. Ils ont entre 15 et 30 ans et ils ont grandi avec internet. Ils participent massivement aux réseaux sociaux et le web a révolutionné leur façon de regarder le monde et de s'y projeter.

Monique Dagnaud explore en profondeur les cultures de cette nouvelle génération, en multipliant les angles d'observation. Celui de l’émergence d’une « identité numérique » et de l’essor d’une sociabilité originale fondée sur la conversation en continu, les échanges d’images et des productions artistiques amateurs. Puis celui de la dimension politique : culture « lol » faite de plaisanteries potaches, mais aussi de raids de hackers et d’actions protestataires (des grands rassemblements du printemps arabe aux « indignés » de la place Puerta del Sol). Enfin, celui du piratage de produits culturels et de l’attachement à une économie du gratuit ou du low cost. On voit ainsi se dessiner de nouveaux profils psychologiques, une façon de vivre ensemble inédite, dont le modèle économique reste à créer.

Page 1 à 5. Christian Ruby : De l’individualisme à l’obsession narcissique. Christopher Lasch, La culture du narcissisme, La vie américaine à un âge de déclin des espérances, 2006. Christian Ruby Par cet ouvrage, l’éditeur nous propose une publication nouvelle de la version française du Complexe de Narcisse, parue antérieurement chez Robert Laffont, en 1981, et largement tombée dans l’oubli. Le lecteur qui a quelques souvenirs de ses lectures de jadis verra avec plaisir revenir au-devant de la scène de la recherche sociologique et de la scène des débats politiques cette sorte d’admonestation fin de siècle. À l’époque, en effet, le 20e siècle tirait à sa fin, et les promesses du 21e siècle étaient encore dans les limbes. Au demeurant, il convient d’être très attentif au mode de réception appliqué à cet ouvrage, couvert et largement surchargé désormais de commentaires réactifs. Car, on peut, à tout aussi bon droit, tirer de l’ouvrage une leçon plus vigoureuse.

Un système de contrôle rigoureux inaperçu. Or, justement, l’ensemble de ce processus est masqué. Résumé. Psychologie de la forme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La théorie gestaltiste a été proposée au début du XXe siècle, notamment par Christian von Ehrenfels, et se base sur plusieurs postulats. Premièrement, les activités psychiques ont lieu dans un système complexe et ouvert, dans lequel chaque système partiel est déterminé par sa relation à ses méta-systèmes. Deuxièmement, un système est conçu dans la théorie gestaltiste comme une unité dynamique définie par les relations entre ses éléments psychologiques. Troisièmement, et cela à la suite de certains amendements théoriques sur le dynamisme mental, on postule qu'un système montre la tendance vers une harmonie entre toutes ses qualités pour permettre une perception ou conception concise et claire, la « bonne forme »[1].

Histoire de la théorie gestaltiste[modifier | modifier le code] « L'arbre pensé » sans les racines. On trouve son origine dans quelques idées de Goethe. Gestalt et perception[modifier | modifier le code] Points d'un cube imaginaire. Wiki des surdoués, HQI. Zebras Crossing : rencontres entre surdoués, HP, HQI,... zèbres ! L'abandonnique et le déserteur. L'abandonnique est un être habité par une peur permanente, voir obsessionnelle, de perdre l'amour des autres et d'être abandonné qui le pousse à prendre tous les moyens pour plaire.

Chez l'abandonnique, le moindre oubli, la moindre distraction, la moindre absence, le moindre retard peuvent être perçu comme mise à distance. Il a une peur viscérale d'être rejeté qui lui fait interpréter tout geste ou absence de geste comme exclusion. C'est un être marqué par un complexe d'abandon qui le fait énormément souffrir et qui se manifeste dans toutes ses relations.

Aussi, pour ne pas être rejeté, pour ne pas être abandonné, il manifestera un besoin vital de plaire inconditionnellement. Il se niera, se manquera de respect, se laissera envahir, cédera sa place aux autres. L'abandonnique va même jusqu'à prendre la responsabilité des émotions, des problèmes, des déceptions, des échecs et des choix des autres pour leur être agréable.

L'abandonnique et le déserteur se ressemblent.