background preloader

Vincentcaillou

Facebook Twitter

vincent

né en 2002 a Fontainebleau élève de 3 eme a saint Jacques

Première traversée de la Manche d’un avion électrique. Présenté pour la première fois en juin 2013 au salon du Bourget, l'E-Fan est un prototype d'avion biplace à propulsion électrique, développé par Voltair, filiale d'Airbus Group, et soutenu par le gouvernement. L'E-Fan, futur avion-école électrique d'Airbus Group, a effectué, vendredi 10 juillet, sa première traversée de la Manche, entre Lydd, dans le Kent, et l’aéroport de Calais-Dunkerque, dans le Pas-de-Calais. Sur les traces (en sens inverse) de Louis Blériot, qui traversa la Manche en 1909, ce vol doit préfigurer l'aviation électrique du futur.

Le vol a été assuré par le pilote français Didier Esteyne. L'appareil avait déjà effectué une centaine de vols depuis avril 2014. Formation des pilotes Avec une autonomie d'environ quarante-cinq minutes, l'appareil est particulièrement adapté à la formation des pilotes, au remorquage des planeurs et à la voltige, selon Airbus, qui prévoit de commercialiser à partir de fin 2017 une version E-Fan 2.0, pourvue de deux sièges attenants. L'avion électrique d'Airbus sera assemblé à Pau-Uzein. La société Volt'Air, filiale d'Airbus, a confirmé l'implantation sur le site de Pau-Uzein d'une unité d'assemblage de l'avion électrique E-Fan 2.0. Ce petit aéronef dédié aux écoles de pilotage est considéré comme l'avion électrique le plus avancé du monde. Il a été conçu et développé à Mérignac (Gironde) en partenariat avec Aero Composites Saintonge (ACS). Le groupe Airbus va investir 20 millions d'euros dans le projet palois.

Dans un premier temps, cette unité d'assemblage va créer plusieurs dizaines d'emplois directs dans la zone de l'aéroport béarnais, auxquels s'ajouteront les retombées pour les sous-traitants locaux. La construction de l'usine, située en bord de piste, sera lancée en 2016. Un bâtiment de 1500 m2 est prévu sur un terrain de 17 000 m2 en prévision d'extensions futures. Les premiers appareils pourraient sortir de la chaîne d'assemblage béarnaise fin 2017. Jusqu'à 80 appareils pourront être assemblés chaque année à Pau-Uzein, avant d'être vendus dans le monde entier. L'avion tout électrique c'est pas pour demain. L'exploit de Bertrand Piccard et d'André Broschberg, qui ont réussi un tour du monde en avion à l'énergie solaire, permet de rêver à des appareils entièrement propres et silencieux, mais cette perspective reste lointaine, selon les spécialistes. « Très bientôt, il y aura des passagers sur des avions électriques qui seront rechargés sur le sol », a pronostiqué l'un des pilotes de l'avion solaire Solar, Bertrand Piccard, reconnaissant toutefois qu'il faudra attendre avant d'en voir sur des avions solaires.

Pour en arriver là, de nombreux défis technologiques devront être relevés. Des drones et des petits avions légers, oui c'est possible « La surface de cellules nécessaires pour emporter seulement deux humains correspond à la taille d'un Airbus ou d'un Boeing, donc pour un avion de ligne, c'est inconcevable », estime Vincent Jacques Le Seigneur, directeur de l'Observatoire des énergies renouvelables. Solar pèse 1,5 tonne mais a l'envergure d'un Boeing 747 Un biplace électrique en 2017. Un vol réussi pour l'avion électrique d'Airbus. À 10h15 ce vendredi 10 juillet, l'E-Fan, avion silencieux, non polluant et 100% électrique a traversé la Manche, à l'image de Louis Blériot il y a plus d'un siècle. Parti de Lydd en Angleterre pour rejoindre Calais, cet appareil d'à peine 600 kilos et 9,5m d'envergure conçu par Airbus a atterri en France moins de 45mn avant son envol.

L'E-Fan est le résultat de trois ans de travail effectué par Airbus, dans un atelier de Charente-Maritime. Il fonctionne grâce à deux moteurs alimentés par des batteries au lithium situées dans les ailes, avec une autonomie d'une heure et une vitesse de croisière de 160 km/h. Cette performance booste les ambitions du constructeur dans le domaine de l'électrique. À l'horizon 2020 ou 2030, des avions de ligne régionale électrique pourraient arriver sur le marché, avec la capacité d'accueillir une soixantaine de passagers.

Le JT. 1000 km d’autonomie pour l'avion solaire Elektra One Solar de PC-Aero - Aerobuzz. Solar Impulse n’a qu’à bien se tenir. Si le HB-SIA a fait la démonstration que l’énergie solaire peut suffire à faire voler un avion pendant plus de 24 heures, PC-Aero affirme que son Elektra One Solar va se contenter de 7 kg de batteries pour un vol d’une heure. Pas si mal pour un motoplaneur qui se destine à une carrière commerciale – ce qui n’est pas le cas du projet Solar Impulse. Calin Gologan, le concepteur, a réussi à intégrer des cellules photovoltaïques sur un profil laminaire. Il a utilisé un nouveau procédé d’infusion de résine et superposé de très fines couches de fibres de carbone. Un matériau particulier et coûteux, reconnaît-il. L’Elektra One Solar a été présenté au salon Aero 2012 bien que sa construction ne soit pas terminée.

Le nouveau monoplace, une évolution de l’Elektra One, n’a besoin que de 2,5 kW en croisière. Et encore, on peut les charger grâce au « Sun Port », un toit solaire de 20 m2 vendu avec. Du monoplace, Calin Gologan compte extrapoler un biplace. Airbus : l'avion électrique E-Fan s'envole... en silence. Il est mû par des batteries et ne fait pas de bruit. Un vélo ? Non, un avion : l'E-Fan d'Airbus group, qui a réalisé vendredi son premier vol officiel. De quoi époustoufler même le ministre de l'Economie et du Redressement productif, Arnaud Montebourg ,qui, après le vol de démonstration du petit appareil bi-place à l'aéroport de Bordeaux-Mérignac, s'est exclamé : "C'est le miracle d'un avion qui fait le bruit d'un sèche-cheveux domestique et ne consomme pas un goutte de kérosène !

". Une révolution "qui va changer le monde de l'aéronautique, et des riverains des aéroports", selon le ministre. C'est "refranchir le mur du son, en réalité le mur du bruit, par l'accès au silence", a-t-il ajouté, en citant le patron d'Airbus Tom Enders. Le premier vol "officiel" a duré près de dix minutes, mais l'E-fan avait déjà cumulé une quinzaine d'heures d'essais privés depuis mars. Première étape : l'avion-école L'objectif : des avions gros porteurs. Vidéo | Un avion hybride surprenant vole au-dessus du Royaume-Uni. Un système de propulsion hybride promet de révolutionner l'aviation. Un projet financé par l'UE a conçu un système de propulsion hybride électrique, qui réduira les rejets et les coûts en carburant.

Alpha Electro. Illustration: Pipistrel Aircraft Le projet HYPSTAIR, débuté en septembre 2013 et officiellement terminé en février 2016, a conçu un système de propulsion hybride (Une automobile hybride est un véhicule faisant appel à plusieurs types d'énergie distincts pour se mouvoir.) en série. Il est destiné aux petits avions, et utilise un moteur (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou...) électrique pour faire tourner l'hélice (Hélice est issu d'un mot grec helix signifiant « spirale ». Un objet en forme d'hélice est dit hélicoïdal.). De nouvelles spécifications Pour le premier test, les chercheurs ont utilisé une hélice à cinq pales et faible vitesse (On distingue :) de rotation. Une interface graphique personnalisée Les prochaines étapes. Premier vol réussi pour l'avion solaire « Solar Impulse 2 »

L'avion suisse Solar Impulse 2, uniquement propulsé à l'énergie solaire, a réussi tôt lundi son premier vol d'essai sur la base aérienne de Payerne, dans le centre de la Suisse. Avec aux commandes le pilote d'essai allemand Markus Scherdel, l'avion s'est élancé sur la piste avec ses quatre moteurs électriques alimentés par 17 200 cellules solaires. Markus Scherdel avait aussi effectué le premier vol de la précédente version de l'avion en juin 2009. Après quelques centaines de mètres, le Solar 2 a pris lentement l'air porté par son immense aile, plus longue que celle d'un Boeing 747.

Ce premier vol a duré 2 h 15, une demi-heure de plus que ce qui était initialement prévu. Lire : « Solar Impulse 2 », un avion solaire léger comme une voiture L'appareil doit suivre un programme d'essais en vol pendant tout l'été au dessus de la Suisse. Voir : « Solar Impulse 2 », un oiseau solaire plus autonome. Avion solaire. Avion solaire Helios (NASA) Un avion solaire est un avion dont la propulsion électrique est alimentée, complètement ou en partie, par de l'énergie qu'il capte du Soleil grâce à des panneaux photovoltaïques. Disposés habituellement sur la surface de l'aile, ils convertissent l'énergie lumineuse de notre étoile en énergie électrique. Connecté aux panneaux, un circuit électronique appelé MPPT assure une utilisation optimale de cette énergie afin d'alimenter le moteur qui transforme cette énergie électrique en énergie mécanique au travers de l'hélice.

Dans la majorité des cas, une batterie est utilisée pour stocker l'énergie supplémentaire afin de pallier un manque de Soleil. Projets[modifier | modifier le code] Sunrise I[modifier | modifier le code] Le premier avion propulsé à l'énergie solaire est le Sunrise I, prototype sans pilote créé en 1974. Réalisé par un américain, Robert J.

Une tempête de sable endommage Sunrise I. Sunrise II[modifier | modifier le code] Le futur de l'aviation : l'avion électrique | Sciences, environnement, technologies. Avion solaire. Pourquoi l'avion électrique E-Fan d'Airbus est un sacré défi - 25 avril 2014. L'avion électrique serait-il déjà prêt à décoller ? Deux semaines après la présentation de Solar Impulse 2, l'avion solaire dans lequel l'aventurier Bertrand Piccard tentera un tour du monde en mars 2015, Airbus Group a lancé officiellement ce 25 avril à Mérignac (Gironde) son programme de petit avion 100% électrique E-Fan, destiné aux écoles de pilotage et aéro-clubs. L'appareil, de 9,5 mètres d'envergure, n'a rien d'un concept plane : il a déjà effectué son premier vol le 11 mars.

Désormais, Airbus Group, associé à une solide équipe de partenaires – Safran, Zodiac Aerospace, Dassault Systèmes, Saft, Daher-Socata, mais aussi le CEA et Supaéro –, vise l'étape suivante : la production en série. "L'idée est de passer d'un rêve de chercheur à un projet industriel", résume Emmanuel Joubert, directeur du projet E-Fan au sein d'Airbus Group. La feuille de route du projet – un des 34 plans industriels d'Arnaud Montebourg – est ambitieuse. Un bon technologique difficile à franchir. HY-BIRD l'avion électrique de LISA. LISA Airplanes continue d’écrire les futures pages de cette aviation différente. Des territoires nouveaux sont explorés pour des styles de vie plus ouverts. Technologies Multi-Access, respect de l’environnement, raffinement des Design, équipements de confort, avions de tailles supérieures sont les axes de développement de LISA Airplanes.

HY-BIRD : un avion à énergies renouvelables et à motorisation électrique ... en conservant, bien sûr, les atouts de l’AKOYA et avec l’ambition de faire un Tour du Monde par étapes. Le développement de l’HY-BIRD passe par une première étape, l’HY-BIRD-E. Cet avion, tout comme l’HY-BIRD, aura la structure de base de l’AKOYA. Il fera un premier vol électrique, muni uniquement de batteries rechargées grâce à des cellules solaires. Ce premier vol de courte durée aura pour objectif de valider une première phase technique et l’intégration de ces nouveaux composants électriques. Airbus en piste pour un avion électrique de 100 places en 2030. L'avion électrique : c'est l'un des 34 plans industriels présenté par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg à François Hollande pour partir à la reconquête industrielle de la France. Le groupe européen de l'aéronautique et de l'espace (EADS), la maison-mère d'Airbus dont elle va prendre le nom l'an prochain, est évidemment au cœur de ce projet très ambitieux qui vise à créer un avion plus économique en énergie, plus « écologique », et moins coûteux en maintenance. « Les avions électriques sont un élément central de notre recherche pour le futur de l'aéronautique", déclarait au dernier salon aéronautique du Bourget le président d'EADS Tom Enders.

Et de rappeler le défi que les constructeurs doivent relever pour les prochaines décennies: « une chose est certaine: l'aéronautique va devoir voler avec toujours moins de carburant et toujours moins d'émissions polluantes et de bruit ». Partenariat avec Siemens Un biplace de 9,50 mètres Création d'une société "Green taxiing"