Dans la soute des « rentiers du pétrole » en Libye, il y avait, jusqu’il y a peu, un million et demi d’Africains noirs, se partageant les tâches les plus ingrates avec des Asiatiques, parmi lesquels de nombreux ressortissants des Philippines. Employés dans le secteur de la construction, l’agriculture, l’industrie pétrolière, les services, ces migrants représentaient un volant de main d’œuvre aussi utile que soumis aux aléas de la conjoncture économique ou politique. La plupart des étrangers d’origine asiatique ont réussi à fuir dans les premiers jours du soulèvement, souvent aidés par leurs gouvernements respectifs. Les Africains noirs, eux, ont été pris dans un double piège : dans les zones demeurées sous le contrôle de Kadhafi, beaucoup ont été enrôlés de force. D’autres, qui tentaient de fuir vers la Tunisie ou l’Egypte, ont été stoppés à la frontière et refoulés sans ménagements: le printemps arabe s’arrête encore à la couleur de la peau. Libye: le calvaire des “soutiers” noirs | le carnet de Colette Braeckman Libye: le calvaire des “soutiers” noirs | le carnet de Colette Braeckman
L’implacable ascension d’Alassane Ouattara | le carnet de Colette Braeckman Il y a plus de vingt ans qu’Alassane Dramane Ouattara, « Ado » pour ses intimes comme pour ses adversaires, suscite les passions en Côte d’Ivoire. En 1990 cependant, lorsque le président Félix Houphouet Boigny, qui cumule le prestige du chef traditionnel, du planteur de cacao et du fidèle allié de la France, appelle Ouattara pour en faire son Premier Ministre, nul ne se méfie de cet économiste peu connu, dont le père, un commerçant prospère, vivait entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. Voix posée, costumes bien coupés, Ouattara, formé à l’Université de Pennsylvanie, a été directeur du département Afrique du FMI puis gouverneur de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest de 1988 à 1990. L’implacable ascension d’Alassane Ouattara | le carnet de Colette Braeckman
Mayotte, le chouchou de la France | le carnet de Colette Braeckman Mayotte, le chouchou de la France | le carnet de Colette Braeckman A raison d’un milliard d’euros par an, la France veut faire de Mayotte, la petite île de l’Océan Indien qui fait partie de l’archipel des Comores, une « vitrine » de la métropole. Une vitrine artificielle, sur laquelle s’écrasent chaque année des milliers de « boat people » venus des rivages africains (Mozambique, Madagascar). Les Comoriens, eux, sont refoulés comme des clandestins, alors qu’à leurs yeux, Mayotte fait historiquement partie des quatre îles qui composent leur pays. Le 1er avril prochain, la distance se creusera encore, puisque la France compte transformer Mayotte en département d’outre mer et lui faire bénéficier par l’Union européenne du statut de région ultrapériphérique.
Recherche Articles Afrique 1

Qu'est-il arrivé à Me Brice Nzamba, opposant au régime congolais, porté disparu cinq jours avant de réapparaître très affaibli ce lundi? Entre le 16 et le 22 février au matin, l'agenda de cet avocat du barreau de Paris est marqué d'un grand point d'interrogation. Sa famille refuse de livrer les clés du puzzle. "Dieu merci, on l'a retrouvé vivant", se contente de commenter sa compagne. Le conseil aurait été retrouvé lundi "dans Paris" par "des policiers" qui l'auraient immédiatement conduit dans un établissement hospitalier. L'opposant congolais Brice Nzamba est "toujours en danger" L'opposant congolais Brice Nzamba est "toujours en danger"
L'opposant congolais Brice Nzamba a été retrouvé vivant Des nouvelles rassurantes pour Brice Nzamba. L’avocat au barreau de Paris et opposant congolais qui avait disparu depuis mercredi dernier a été retrouvé et «sa vie n’est pas en danger», a indiqué ce lundi à 20minutes.fr Sarah Morris, membre de son comité de soutien. «Il n’est pas en grande forme, mais il est entier», a-t-elle ajouté, précisant que la compagne de Brice Nzamba était à ses côtés dans un hôpital dont le nom est tenu secret. Aucune autre information n’a pu être apportée pour le moment. Selon les proches de l’avocat, sa disparition pourrait avoir eu «un lien avec ses activités politiques». Après avoir quitté son cabinet parisien en milieu d’après-midi mercredi dernier, il avait téléphoné en début de soirée à sa femme pour lui dire «qu’il avait très peur et qu’il se sentait menacé». L'opposant congolais Brice Nzamba a été retrouvé vivant
Comment Bolloré et Bouygues soutiennent Gbagbo (Le Monde) Comment Bolloré et Bouygues soutiennent Gbagbo (Le Monde) 600 entreprises françaises sont implantées en Côte d'Ivoire, elle assurent à elles seules 40 % des recettes de l'Etat. Parmi elles, Bolloré, qui gère le port d'Abidjan, Bouygues, qui contrôle la distribution de l'électricité et de l'eau, Orange et ses 5 millions de clients ivoiriens, Accor, la Société générale ou encore Total. Selon le Monde, les chefs d'entreprise souhaitent rester neutres dans le conflit qui oppose le président sortant, Gbagbo, au président élu, Allassane Ouattara.
Trois mois après son départ du Quai d’Orsay, Bernard Kouchner vit toujours aux frais de la princesse. Comme l’a révélé le site lesinrocks.com, Kouchner dispose, en effet, d’un bureau, d’une secrétaire et d’un chauffeur au ministère. Pas directement au Quai d’Orsay, c’est là toute la subtilité de la manœuvre, mais dans une annexe du ministère des Affaires étrangères, au 27, rue de la Convention, dans le XVe arrondissement de Paris. « L’usage républicain veut que les anciens ministres du Quai d’Orsay disposent de ces avantages pendant 6 mois », fait valoir le ministère. Guinée: Kouchner s'essaye au bénévolat... Guinée: Kouchner s'essaye au bénévolat...
Chronique d'une disparition redoutée... Selon une source crédible, un témoin-clé de l'assassinat de Floribert Chebeya, fondateur de l'ONG congolaise La Voix des Sans-Voix et figure de proue du combat pour les droits de l'homme en République démocratique du Congo (RDC), aurait été enlevé le 26 novembre dernier à Kampala, capitale de l'Ouganda par des agents au service du régime de Joseph Kabila. En fuite depuis la découverte à la périphérie de Kinshasa, le 2 juin dernier, du corps sans vie de Chebeya, le commissaire-adjoint Amisi Mugangu avait admis avoir participé à la "mise à mort" par "étouffement" de ce militant intransigeant, bête noire du pouvoir kinois depuis le maréchal-président Mobutu. RDC: la disparition troublante d'un témoin-clé de l'affaire Chebeya RDC: la disparition troublante d'un témoin-clé de l'affaire Chebeya
LE MONDE pour Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Béatrice Gurrey L'homme fort de la Côte d'Ivoire s'appellerait-il Simone Gbagbo ? Samedi 15 janvier, devant près de 5 000 personnes survoltées qui se pressaient au Palais de la culture, au bord la lagune Ebrié, à Abidjan, elle en a quasiment fait la démonstration. Côte d'Ivoire : la "dame de fer" Simone Gbagbo met sa poigne au service de son mari Côte d'Ivoire : la "dame de fer" Simone Gbagbo met sa poigne au service de son mari
Les faits vrais et la vérité des faits | le carnet de Colette Braeckman Les faits vrais et la vérité des faits | le carnet de Colette Braeckman Qu’il s’agisse de ses succès en matière de santé publique, de lutte contre la corruption ou d’engagement au sein des troupes onusiennes, le Rwanda se veut un pays modèle. Mais le passé rattrape cruellement le bon élève : le rapport publié par l’ONU relate des faits bien réels, la traque impitoyable des réfugiés hutus rwandais qui n’avaient pas pris le chemin du retour, les tueries de civils congolais par l’armée rwandaise ou par ses supplétifs locaux. La paix, la sécurité que tous souhaitent retrouver dans la région ne s’édifieront pas sur la négation de la souffrance des victimes ; les charniers du Congo doivent être rouverts au même titre que l’ont été les fosses communes du Rwanda : tous les peuples ont droit à la vérité, seule la mémoire assumée, la réparation, sinon le châtiment des coupables peuvent être des gages de guérison et de réconciliation.
Le Rwanda récuse le rapport de l’ONU | le carnet de Colette Braeckman ]Relayant les critiques virulentes de la ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikwabo, son compatriote le député Denis Polisi de passage à Bruxelles, nous a redit le mal qu’il pense du rapport de l’ONU<sur les crimes commis au Congo de 1993 à 2003. Une accusation Survenue à la veille des présidentielles, la fuite dans la presse de la version préliminaire était un acte intentionnel, destinée à frapper l’opinion…» Aux yeux du Rwanda, le terme «actes de génocide» est totalement inacceptable : «]Pour nous, le mal est fait. Comment peut-on nous accuser de génocide à l’encontre des Hutus alors qu’en 1996, au lendemain de l’offensive contre les camps de réfugiés, près de deux millions d’entre eux sont rentrés au pays sans être inquiétés ?
L’ONU publie son rapport sur les crimes commis au Congo | le carnet de Colette Braeckman Malgré la levée de bouclier des pays mis en cause, qui ont menacé de retirer leurs contingents militaires mis à la disposition des Nations unies en Somalie et au Soudan, le Haut-commissariat pour les droits de l’homme (HCDH) de l’ONU a tenu bon: son rapport publié vendredi sur les massacres commis au Congo de 1993 à 2003 – des dizaines de milliers de morts –, reprend, de manière pratiquement inchangée, le véritable catalogue de l’horreur dont une première version avait déjà été révélée fin août dernier. Dressant l’inventaire des atrocités commises dans l’ex-Zaïre, devenu République démocratique du Congo, le rapport définitif atténue cependant, dans un bel exercice de litote onusienne, l’accusation d’actes de génocide commis par la coalition menée par les forces rwandaises, accusation qui avait provoqué la fureur de Kigali.
Rwanda. Enfin, une enquète de terrain | le carnet de Colette Braeckman Pour la première fois depuis le 6 avril 1994, des experts crédibles, dont les compétences scientifiques sont reconnues par toutes les parties, ont passé huit jours au Rwanda, enquêtant sur les circonstances de l’attentat contre l’avion du président Habyarimana. Cet événement, considéré comme l’élément déclencheur d’un génocide depuis longtemps préparé, a depuis seize ans, alimenté la polémique et suscité des interprétations différentes : d’après le juge français Jean-Louis Bruguière, qui avait été chargé de l’enquête à la demande des membres français de l’équipage du Falcon 50, l’avion avait été abattu par deux missiles tirés depuis la colline de Masaka par un commando du Front patriotique rwandais. Cette accusation avait permis au juge de délivrer dix mandats d’arrêt contre le hauts responsables rwandais, une inculpation qui avait provoqué la rupture des relations diplomatiques entre Paris et Kigali.
Rwanda : le rapport qui contredit la justice française Dans son livre sur le déclenchement du génocide rwandais, Rwanda. Trois jours qui ont fait basculer l’histoire, l’universitaire belge Filip Reyntjens avait dénombré pas moins de huit hypothèses sur les auteurs de l’attentat du 6 avril 1994, qui avait coûté la vie au président Juvénal Habyarimana et entraîné le déclenchement des violences qui ont conduit au massacre de quelque 800 000 Tutsis et Hutus démocrates. En fait, deux grandes thèses s’affrontent. L’une, incarnée par l’enquête du juge d’instruction français Jean-Louis Bruguière, saisi dans le cadre d’une information judiciaire ouverte à Paris en 1998 à la suite des plaintes des familles de l’équipage français qui pilotait le Falcon 50 du président rwandais : elle impute l’attentat au Front patriotique rwandais (FPR), la rébellion tutsie rwandaise dirigée à l’époque par Paul Kagame, actuel chef de l’Etat du pays.
barril-899-LG.pdf (Objet application/pdf)
barril-900_0.pdf (Objet application/pdf)
barril-901.pdf (Objet application/pdf)
Françafrique : comment Sarkozy a échoué à sauver Pierre Falcone Rue89 publie les bonnes feuilles de l’excellent « Le Justicier, enquête sur un Président au-dessus des lois » de la journaliste de l’AFP Dorothée Moisan, qui sort ce jeudi aux éditions du Moment. En 1993, l’Angola est dévasté par l’une des guerres civiles les plus sanglantes du XXe siècle. Le président José Eduardo Dos Santos cherche à acheter des armes pour terrasser les rebelles de l’Unita.
Côte d'Ivoire : ces « conseillers blancs » qui soutiennent Gbagbo
Les responsabilités de la France dans la génocide - [Alternative
Fadjri
Rwanda : Paul Kagamé verrouille la présidentielle
Colette Braeckman et l’avenir du Congo. Où voit-elle les perspec
Colette Braeckman: New York and Kigali
RWANDA • Paul Kagamé, un dictateur en voie de réélection
France-Rwanda: les Renseignements lâchés sur les médias - une vidéo Actu et Politique
Togo : la politique de l'autruche de la France et de l'UE
L'acte d'accusation de 10 ans de crimes au Congo RDC
Eugene Rwamucyo
CONTRE-ENQUÊTE : INFO LEPOINT.FR - Affaire Philippe de Dieuleveu
Togo : des militants racontent leur calvaire à la gendarmerie :w
Falsche Fährte - Colette Braeckman
Rwanda, retour sur un aveuglement international, par Colette Bra
La « blanche fureur » de Pierre Péan - Les mots sont importants
Colette Braeckman
La Conscience - LETTRE OUVERTE A COLETTE BRAECKMAN (L. De Temmer
Lumumba, un crime d’État par Colette Braeckman