background preloader

H2O - ARAL et AUTRES

Facebook Twitter

Situation interdisciplinaire dont technologie 5eme. YouTube. Main. Aral. L'eau, une source de conflits entre nations. Les perspectives en matière d’eau douce ne sont pas réjouissantes puisque, de l’avis général, sa raréfaction semble inéluctable.

L'eau, une source de conflits entre nations

Or, un pays qui manque d’eau est un pays qui ne peut ni nourrir sa population, ni se développer. D’ailleurs, la consommation en eau par habitant est désormais considérée comme un indicateur du développement économique d'un pays. Selon une étude des Nations Unies, l'eau pourrait même devenir, d'ici à 50 ans, un bien plus précieux que le pétrole. C’est dire toute l’importance de cette ressource que d’aucuns appellent déjà « l’or bleu ». Avoir accès à l’eau est donc devenu un enjeu économique puissant à l’échelle planétaire qui pourrait devenir, dans le siècle à venir, l'une des premières causes de tensions internationales.

La situation n'est pas récente. Une mer quasiment asséchée est en train de renaître. La mer d'Aral est-elle en train de ressusciter ?

Une mer quasiment asséchée est en train de renaître

En 50 ans, cette gigantesque étendue d'eau, qui représente deux fois la taille de la Belgique, avait quasiment disparu : elle avait perdu 75% de sa superficie et 90% de son volume, ce qui avait augmenté fortement la salinité de l'eau et tué quasiment toute forme de vie. En cause, l'irrigation intensive des champs de coton décidée par l'URSS dans les années 1960, irrigation qui a pendant un demi-siècle asséché la mer d'Aral. Deux affluents de la mer d'Aral sont ainsi détournés pour irriguer les cultures. Mais en 2005, dans un ultime effort pour tenter de sauver une partie du lac, le Kazakhstan construit un barrage entre la partie nord et la partie sud de la mer d'Aral. Le barrage condamne ainsi la partie sud de la mer, jugée impossible à sauver, à un assèchement certain. Il aura fallu pour cela une volonté politique, et des bailleurs de fonds internationaux qui ont déboursé des dizaines de millions de dollars pour sauver la mer d'Aral.

Conflits et risques de conflits liés à l’eau en Afrique. 1Quelle que soit la source consultée pour affiner la définition du mot « conflit », on trouve les racines latines confligere et conflictus, c’est-à‑dire le désaccord et l’affrontement.

Conflits et risques de conflits liés à l’eau en Afrique

Si l’on s’en tient au domaine de l’eau, les désaccords sont innombrables mais les affrontements peu nombreux. Les conflits qui y sont liés n’entrent donc pas dans la définition proposée par le SIPRI1 : affrontement armé ayant pour enjeu le gouvernement ou le territoire, dont l’une au moins des parties est un État, et ayant causé au moins 1 000 morts au combat au cours d’une année calendaire. Gestion de l'eau : entre conflits et coopération, par Philippe Rekacewicz & Salif Diop (Les blogs du Diplo, 14 janvier 2008) « Il est plus facile et plus équitable de se répartir les bénéfices de l’exploitation de l’eau que l’eau elle-même. » C’est par cette équation que M.

Gestion de l'eau : entre conflits et coopération, par Philippe Rekacewicz & Salif Diop (Les blogs du Diplo, 14 janvier 2008)

Aaron Wolf exprime le mieux le problème : pourquoi se faire la guerre pour s’approprier une ressource, si une gestion partagée en permet non seulement l’accès, mais aussi une exploitation économique qui « rapporte » ? Les exemples de coopération sont plus nombreux que les conflits lorsqu’il s’agit de partager l’eau. Bien que les divergences et les tensions entre Etats concurrents persistent, on est encore bien loin des « guerres de l’eau » dont on nous annonce l’imminence depuis quelques années. Si les données du problème restent simples, les pratiques politiques et les enjeux stratégiques compliquent souvent la lecture des situations régionales. En Asie centrale ex-soviétique, par exemple, les Etats ne se perçoivent pas en conflit les uns avec les autres. Quelques exemples de conflits régionaux A lire aussi P. Sites Internet.

D’où viennent les principales pollutions de l’eau ? - Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer. 20 janvier 2012 La pollution de l’eau vient essentiellement des activités humaines.

D’où viennent les principales pollutions de l’eau ? - Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer

Pollutions organiques Agriculteurs, particuliers et industriels rejettent des matières organiques (excréments, ordures ménagères animales ou végétales pour les particuliers ; déjections animales pour les exploitations agricoles ; déchets végétaux ou animaux pour les industries comme la papeterie, la tannerie ou les industries agroalimentaires). Or ces déchets, notamment les excréments, contiennent des microbes : bactéries, virus… : cette pollution peut donc entraîner des maladies (pollution microbiologique). Pollutions chimiques L’agriculture (culture et élevage) est une cause majeure de pollution des eaux souterraines, et importante pour les eaux de surface. (D’autres causes de pollution, naturelles, existent également : dissolution dans l’eau de matières organiques à cause de l’érosion ou de certains phénomènes naturels comme les éruptions volcaniques).