background preloader

Veilleeconomiecollaborative

Facebook Twitter

Les circuits courts de l'Economie Sociale et Solidaire. La consommation collaborative. Parmi les nouvelles tendances de consommation qui se sont développées ces dernières années et qui sont favorisées par la crise économique actuelle, la consommation collaborative est certainement l’une des plus intéressantes. Elle a même été citée par le très sérieux Time Magazine comme l’une des dix idées qui vont changer le monde ! L'économie collaborative peut-elle faire baisser la dépense publique ? Emploi et politiques sociales L’économie du partage est en train de bouleverser, en quelques années seulement, plusieurs secteurs économiques.

L'économie collaborative peut-elle faire baisser la dépense publique ?

Désormais devenu incontournable pour de nombreux consommateurs, l’économie collaborative prend un poids considérable et est en train de bouleverser notre façon de consommer, de nous loger et de voyager. D’autant que cette dernière ne se cache pas de venir concurrencer sur leurs terrains, les acteurs de l’économie traditionnelle, pour proposer des services la plupart du temps moins chers aux utilisateurs. L’économie du partage, quel potentiel et à quelle condition ?

Aujourd’hui on compterait 9.000 « starts up » (bien que certaines soient déjà devenues des leaders dans leurs domaines) de l’économie du partage dont 276 créées ou implantées en France et dont 76% ont été créées après 2008. Source : PWC, L’économie collaborative appliquée au service public ? Crowdfunding : l’Américain Kickstarter franchit le milliard de dollars levés. Le pic d’utilisation a été atteint le 13 mars dernier avec 4 millions de dollars levés La plateforme américaine de crowdfunding Kickstarter annonce avoir franchi aujourd’hui la barre du milliard de dollars de fonds engagés auprès de 5,7 millions de contributeurs.

Crowdfunding : l’Américain Kickstarter franchit le milliard de dollars levés

Parmi ces derniers, plus de 1,6 million ont soutenu plusieurs projets, et un peu moins de 16 000 aficionados ont participé à plus de 50 d’entre eux. La société précise que la moitié de ce montant a été levée dans les 12 derniers mois, alors qu’elle a démarré son activité il y a quatre ans. Un piuc a même été atteint le 13 mars dernier avec plus de 54 000 internautes et 4 millions de dollars levés en une seule journée.

En tête du classement des pays les plus donateurs, on retrouve les Etats-Unis (plus de 600 millions de dollars financés), suivis, loin derrière, du Royaume-Uni (54 millions de dollars). 100 sites de consommation collaborative. Le crowdsourcing, tout le monde en parle… mais de quoi s’agit-il vraiment ? Un changement de paradigme économique et de comportements consommateurs Economie participative, collaboration, crowdfunding, crowdsourcing, échange, réseaux sociaux… En 2013, une étude Ademe Ipsos, Les Français et les pratiques collaboratives, révèle que de plus en plus de clients prennent part à l’économie participative.

Le crowdsourcing, tout le monde en parle… mais de quoi s’agit-il vraiment ?

Ces consommateurs n’ont pas de profil type, mais la majorité d’entre eux sont des ménages avec des enfants tandis que les retraités sont sous-représentés. Se prêter des livres entre particuliers, une fraude pour l'industrie du livre. Les fondateurs de Booxup, application de partage de livres papier, ne s'attendaient certainement pas à une telle visite.

Se prêter des livres entre particuliers, une fraude pour l'industrie du livre

Leur application permet d'enregistrer sa bibliothèque personnelle et de consulter celle des autres utilisateurs : dès lors qu'un titre intéresse, il suffit d'entrer en contact avec l'utilisateur, et de le rencontrer pour un éventuel emprunt. Un inspecteur de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes s'est présenté à la porte du bureau, et pas pour emprunter un livre... Le numérique et la fraude, un vieux refrain (GotCredit, CC BY 2.0) Économie du partage : enjeux et opportunités pour la transition écologique.

Connecting the Collaborative Economy. Économie collaborative : Pourquoi Jeremy Rifkin se plante sur toute la ligne. Par Eric Raymond.

Économie collaborative : Pourquoi Jeremy Rifkin se plante sur toute la ligne

J’ai reçu une note de l’éditeur de Jeremy Rifkin m’indiquant que l’auteur a procédé lui-même à une demande afin qu’il m’adresse une copie de son dernier livre intitulé La nouvelle société du coût marginal zéro. La raison en est très claire : comme j’ai écrit sur l’économie des logiciels libres, il pense que je lui fournis l’un des cas paradigmatiques de son livre, à savoir la destitution des marchés de biens rares par la production à coût marginal nul. L’ouvrage de Rifkin est le prolongement de l’argument selon lequel cette production à coût marginal nul est une tendance émergente qui va non seulement faire tomber en désuétude le capitalisme tel qu’on le connait mais, en plus, va entraîner avec elle toutes les formes de propriétés privées. Hélas pour M. Se prêter des livres entre particuliers, une fraude pour l'industrie du livre. How To Design For The Sharing Economy.

The definition of ownership is changing.

How To Design For The Sharing Economy

We are becoming less interested in owning products and accumulating wealth through long-term purchases. Instead, we crave experiences, seeking out things without much of a financial or time investment, and have a newfound appreciation of bargains and second-hand possessions (a song about thrifting is leading the Billboard charts as I am writing this).

We increasingly consume products and services through renting, sharing, and purchasing subscriptions. Being “socially connected” is no longer just about having a lot of people to share your news with; these days, it’s about having a lot of people to share your stuff with--either for free or at a fraction of the market fee. It’s about collaborative consumption. Les Scop - Sociétés coopératives et participatives. Peers - Welcome to the Sharing Economy.