background preloader

Décembre

Facebook Twitter

Anne-Marie Garat : « Les GAFA ne créent aucun lectorat, aucune émulation intellectuelle, ils siphonnent juste la librairie indépendante » Quand oiseaux, insectes et vermisseaux expirent, que fondent banquise et glaciers, s’érodent les dunes, il nous reste encore quelque trois mille librairies indépendantes – le chiffre repart même à la hausse, dit-on : quel autre pays au monde en compte autant, de quoi nous plaignons-nous avec tant de nouveautés, la virevolte de titres sur les tables, le prix du livre unique ?

Anne-Marie Garat : « Les GAFA ne créent aucun lectorat, aucune émulation intellectuelle, ils siphonnent juste la librairie indépendante »

De ce que le marché amazonard, champion de la distribution et de la livraison express, prescrive l’achat sur plates-formes et par cookies de livres à la tonne, stockés en entrepôts robotisés, débit optimal des meilleures ventes de papier traité en marchandise, consommation de masse du prédigéré sur le mode industriel. Bientôt sera proposée la lecture en accéléré comme des séries sur Netflix. Copies d’écran sur les réseaux sociaux, la guerre est déclarée. Cyril Petit pousse ce matin un coup de gueule contre ceux, de plus en plus nombreux, qui prennent des photos ou font des copies d’écran d’articles de journaux payants et les diffusent gratuitement sur les réseaux sociaux.

Copies d’écran sur les réseaux sociaux, la guerre est déclarée

C’est du piratage ! Au JDD, cette chasse est une de nos activités du dimanche, mais nous ne sommes pas les seuls. Il y a quelques semaines, plusieurs titres de presse régionale ont rejoint le combat que beaucoup de journaux mènent désormais ! La rédactrice en chef de La Montagne, Sandrine Thomas, a interpellé sur Twitter des éleveurs bovins ayant diffusé un article en intégralité: "Retirez svp ces copies d’écrans et invitez vos followers à acheter La Montagne. Vous ne distribuez pas vos animaux gratuitement après les avoir élevés.

Les politiques sont spécialistes de ce piratage, heureux d’offrir gratuitement leur interview alors que le journal est à peine en vente. Deux catégories de gens qui font ce “photopillage” illégal. Instagram lance sa propre plateforme pour mettre en relation les marques et les influenceurs. Facebook va ouvrir sa plateforme de "Collaborations de marques" à Instagram pour mettre en relation les influenceurs et les annonceurs.

Instagram lance sa propre plateforme pour mettre en relation les marques et les influenceurs

Une nouvelle de taille qui risque de sérieusement impacter le business de l'influence. Jamais à court d’idées quand il s’agit de monétisation, Facebook vient d’annoncer la mise en place d’une immense base de données d’influenceurs Instagram. Facebook disposait déjà d’un « Brand Collabs Manager » qui permettait de trouver des créateurs Facebook afin de travailler avec eux sur des opérations de brand content.

L’outil est maintenant étendu à Instagram, qui est l’espace le plus propice aux opérations d’influence. La plateforme permettra aux créateurs de partager des données sur leur audience et leur contenu aux marques, et d’être mis en relation avec elles. Dans le petit milieu opaque de l’influence, cette annonce est une grosse nouvelle pour plusieurs raisons. IGEN-IGAENR-Note-2019-055-Devoirs-faits_1216935. La culture au berceau. Aujourd’hui nous parlons de la culture pour les tout-petits… En effet, si l’offre pour les 0-3 ans se développe à travers de multiples formes artistiques, certains enfants grandissent dans de véritables "déserts culturels".

La culture au berceau

L’enjeu serait majeur - notre invitée, Sophie Marinopoulos, parle de "santé culturelle", et après la remise de son rapport, que nous allons largement évoquer, le ministre de la culture Franck Riester s'est engagé à œuvrer dans ce sens auprès des jeunes enfants et des familles. Quelle rôle donc pour les institutions culturelles mais aussi pour les parents (on parle d’enfants avant 3 ans), pour poser les bases d’une appétence, d’une curiosité et du plaisir à lire un album, à visiter des musées et des lieux dédiés à la culture, à aller au théâtre ?

Avec : (20+) Félix Tréguer : «L’informatique accentue les rapports de pouvoir plus qu’elle n’égalise les rapports de force» Google BERT : comprendre ce qui va changer sur le moteur de recherche en 5 questions. Avec la mise à jour BERT, Google entend mieux comprendre les requêtes des internautes, en saisissant le sens des mots utilisés et le contexte dans lequel ils sont employés.

Google BERT : comprendre ce qui va changer sur le moteur de recherche en 5 questions

Déjà déployée pour la langue anglaise, BERT s'ouvre désormais au français. Qu’est-ce que BERT ? BERT (acronyme de « Bidirectional Encoder Representations from Transformers ») est le surnom donné par Google à un changement majeur dans la manière dont fonctionne son moteur de recherche. Avec cette mise à jour, l’entreprise américaine souhaite répondre plus efficacement aux requêtes des internautes, en tenant compte des mots-clés utilisés et surtout de la manière dont ils sont agencés les uns aux autres. Fondamentalement, BERT doit permettre de comprendre le « sens » d’une requête et, donc, la signification des mots qui sont utilisés dans un contexte précis.

Ecouter de la musique permettrait d'avoir un meilleur niveau en orthographe. INFOGRAPHIE.

Ecouter de la musique permettrait d'avoir un meilleur niveau en orthographe

Selon le dernier baromètre Voltaire, qui mesure le niveau en orthographe de la population, la musique aurait une influence positive sur les compétences en langues. Varier les styles que l’on écoute et apprendre le solfège seraient notamment bénéfiques. Depuis cinq ans, le baromètre Voltaire mesure le niveau en orthographe de la population française. En 2019*, il s’est concentré tout particulièrement sur les scores des 15–25 ans.