background preloader

Principat et empire

Facebook Twitter

Rethinking Nero. Underneath Rome’s Oppian Hill, today a modest public park marred by unclever graffiti, where young men idly kick around a soccer ball, elderly couples walk their dogs, and transients build charcoal fires, part of the greatest palace in the history of the Eternal City lies buried.

Rethinking Nero

The palace is called the Domus Aurea, or Golden House, erected by and for Nero. When the 30-year-old emperor’s crazed world exploded in A.D. 68, and he ordered a subject to drive a knife through his throat, gasping, so they say, “What an artist dies in me,” his palace may not even have been completed. The next few emperors reconfigured or ignored it, and in 104 Trajan reused the palace’s walls and vaults to create a suitable foundation for his famous baths.

For the next 1,400 years the entombed palace was utterly forgotten. Around 1480 a few excavators began digging on the Oppian Hill and found what they thought were the ruins of the Baths of Titus. A painting depicts Rome in flames on July 18, A.D. 64. Hadrian: The Roamin' Emperor. Anecdotes croustillantes - Les Césars. Visite virtuelle : Le forum et le temple - Le temple du culte impérial. Culte impérial. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Culte impérial

Le culte impérial est une manière d'habituer les habitants de l'Empire, si dissemblables par la culture et les croyances, à respecter le pouvoir de Rome à travers un empereur divinisé. Des cérémonies sont organisées en l'honneur de l'empereur. C'est l'occasion pour la communauté de se retrouver dans des processions devant des sacrifices, des banquets et toutes sortes de spectacles, théâtres, etc.

Auguste et l'instauration du culte impérial[modifier | modifier le code] Les évolutions du culte impérial au second siècle[modifier | modifier le code] La diversité des cultes impériaux et le problème de leur interprétation historique[modifier | modifier le code] Outre le culte des Divi organisé à Rome, le culte des empereurs se décline sous des formes diverses dans l'Empire. Au niveau des provinces, le culte impérial est à la charge de l'assemblée des cités de la province : concilium provincae en Occident, koinon dans l'Orient grec[7]. LA DYNASTIE DES JULIO-CLAUDIENS. LA DYNASTIE DES JULIO-CLAUDIENS (-27 à 68) : CAIUS JULIUS CAESAR OCTAVIANUS AUGUSTUS dit AUGUSTE (né en -63, mort en 14).

LA DYNASTIE DES JULIO-CLAUDIENS

Premier Empereur romain en -27. Petit-neveu de CAIUS JULIUS CAESAR qui l'adoptera en -45. Octave Auguste - Textes et documents. Chronologie d'Octave Auguste, et mise en évidence des techniques de propagande. Et l’empereur devint auguste. En -27 avant J-C, le 16 janvier, le premier empereur romain, Octave, se voit décerner le surnom d’Auguste par le Sénat, surnom qui sera transmis à tous ses successeurs, quelle que soit leur dynastie.

Et l’empereur devint auguste

Auguste, donc, mais également César, ou encore imperator. Difficile, en définitive, d’identifier tel prince parmi tel autre puisque tous semblent porter les mêmes noms ou titres, à l’image de nos Louis, rois de France (ou des français pour le dernier d’entre eux)… Les sources ou documents publics romains, au premier rang desquels figurent les monnaies et les inscriptions sur les statues, nous permettent de mieux appréhender la désignation officielle (dans l’usage courant, l’empereur est appelé par son nom de famille officiel : César) de chacun.

Cette suite de noms et titres, appelée titulature, nous renseigne, en premier chef, quant au nom du prince et sa nature exceptionnelle, puis nous instruit sur la base légale de ses pouvoirs. Plus précisément : Anthony Astaix. Exposition "Moi Auguste, empereur de Rome" : visite virtuelle. Affiche exposition Moi Auguste empereur de Rome...

Exposition "Moi Auguste, empereur de Rome" : visite virtuelle

Pour commémorer la mort de l’empereur Auguste (63 av. J.C. - 14 ap. Dialogus / César Auguste. Vegalajoueuse : Extrait de l'appli La Fabrique ... Empereurs romains - Auguste sur la Toile. Ara Pacis - page d'accueil. L'Ara Pacis Augustae à Rome. L'Ara Pacis augustae était constitué d'un autel de sacrifices entouré d'une enceinte à ciel ouvert de 6 mètres de hauteur, avec une entrée principale et frontale, et une entrée à l'arrière.

L'Ara Pacis Augustae à Rome

Les dimensions globales du périmètre étaient d'à peu près 12 x 11 mètres. Autel, enceinte intérieure et extérieure étaient en marbre blanc et couverts de bas-reliefs de facture classique d'une qualité tout à fait remarquable, qui font de cet ensemble le chef d'œuvre absolu de l'art augustéen. Retour à la simplicité rustique des premiers âges Retour aux origines mythiques de Rome et de la gens Julia Sur la façade de l'entrée, de part et d'autre de l'accès à l'espace intérieur du sacrifice, deux bas-reliefs rappellent la relation affichée par Auguste entre sa famille et les héros des âges mythiques.

Mise en scène des valeurs augustéennes : Pietas et Familia Célébration du retour de l'Age d'Or Dans cette mise en scène, les enfants sont mis en avant de manière systématique. Et sur la toile. Ara Pacis.