background preloader

Lire le XVIe siècle

Facebook Twitter

01-01-02. 01-01-01. Entre 1450 et 1550, période de la Renaissance dans l'Occident chrétien, l'Europe va poser les bases de son hégémonie tant économique que politique.

01-01-01

La fin du Moyen Age a été marquée en Europe par une accumulation de fléaux : famines, guerres et retour de la peste ont mis à mal le continent. Le temps de la Renaissance est donc celui d'une reprise générale, démographique aussi bien qu'économique. Ainsi, dans ce siècle qui suit la fin de la guerre de Cent Ans, la France, qui n'avait plus qu'une dizaine de millions d'habitants, double sa population, qui retrouve ainsi son niveau démographique d'avant les crises. Albrecht Dürer, La Peste Raphaël, Platon et Aristote Détail de L’École d’Athènes. Le Moyen Age laisse l'impression d'une époque remarquablement homogène.

Humanisme

Gargantua de Rabelais - NRP Lycée. Gargantua de Rabelais est au programme du Bac L.

Gargantua de Rabelais - NRP Lycée

Une œuvre riche, complexe qui n’est pas toujours facile à analyser dans son ensemble. Mireille Huchon, professeur de littérature à Paris IV- Sorbonne, seiziémiste et spécialiste de Rabelais, nous propose quelques pistes de réflexions. Son propos s’axera entre autre sur la diversité des sens et les références dans Gargantua. Regardez la conférence de Mireille Huchon Comment aborder l’œuvre ? Une lecture allégorique de Gargantua Les différents niveaux de lecture de l’épisode : « Comment le moine de Seuillé sauva le clos de l’abbaye du sac des ennemis » Retour sur le prologue de Gargantua, parallèle avec La Nef des fous de Sébastien Brant et introduction à la notion de « satire » Et toujours en ligne la conférence de Dominique Rabaté sur À la lumière d’hiver de Philippe Jaccottet.

Loxias. L’Adolescence clémentine se présente comme une œuvre de gaieté, d'une gaieté sereine, où le rire a sa place.

Loxias

Mais de quel rire s'agit-il ? Et d'autre part, que signifie ce rire ? 1NB : L’article paru dans Clément Marot et l’Adolescence clémentine, textes réunis par Christine Martineau-Génieys, Centre d’Etudes Médiévales, Association des Publications de la Faculté des Lettres de Nice, CID diffusion, Paris, 1997, pp. 21-37, a été refondu pour devenir un chapitre de l’ouvrage de Frank Lestringant, Clément Marot, de l’Adolescence à l’Enfer, Padoue, Unipress « Biblioteca francese », 1998, 126 p.

C’est ce chapitre que nous publions ici, en remerciant l’auteur et l’éditeur. 2Dans l'épître liminaire qu'il adresse à ses « Frères en Apollo », Clément Marot compare son recueil à un « petit jardin », où « ne verrez un seul brin de souci ». Le rire n'est pas une émotion : il est un signe, mais qu'on ne sait pas toujours interpréter1. 4Le rire est libérateur. 11Contre ces « Faulx Envieulx » qui. Loxias. La notion de poésie amoureuse, qui en général n’est pas difficile à cerner, est un peu plus problématique chez un poète tel que Clément Marot.

Loxias

S’agit-il de dire l’amour ou bien d’en parler, voire d’en faire la théorie - et de quelle sorte d’amour ? Pour répondre à cette dernière question, Marot a une doctrine aussi belle que sage, mais ce grand classificateur est aussi grand traverseur de ses propres distinctions, dont il joue, sans toutefois les brouiller. Il nous invite à chercher de quelle façon, en toute révérence pour l’amour sacré, le plaisir du texte y trouve son compte. 1[Cet article est paru dans Clément Marot et l’Adolescence clémentine, textes réunis par Christine Martineau-Génieys, Centre d’Etudes Médiévales, Association des Publications de la Faculté des Lettres de Nice, CID diffusion, Paris, 1997, pp. 7-20] 2La notion de poésie amoureuse, qui en général n’est pas difficile à cerner, est un peu plus problématique chez un poète tel que Clément Marot. Loxias.

Véronique Montagne : « L’épître à son ami Lyon » de Marot ou la douce persuasion Résumé « L’épître à son ami Lyon » de Marot est une lettre de requête impliquant de ce fait l’humilité de son destinateur.

Loxias

Mais elle se distingue par le fait d’être adressée à une personne connue et amie. En prenant appui sur les traités de l’époque définissant le genre, il s’agit ici, à travers l’analyse des particularités de la fable animalière et de la position éthique du demandeur, de montrer comment l’épître marotique s’inscrit dans le concept de suavitas cher à la première moitié du XVIe siècle. Index.