background preloader

Métiers

Facebook Twitter

Surveillante pénitentiaire. © Lou Oates - Fotolia Le surveillant ou gardien de prison est un fonctionnaire de l’Etat.

Surveillante pénitentiaire

Il participe à l’application des décisions de justice, aux sentences pénales et au maintien de la sécurité publique. Il encadre les personnes détenues au sein des établissements pénitentiaires. Description métier Du lever au coucher, le surveillant pénitentiaire accompagne et surveille les détenus au cours de leurs déplacements et de toutes leurs activités : réveil, appel, promenade, exercice sportif, travail en atelier, activité socio-éducatrice, visite au parloir, douche… Chaque gardien a en charge de 20 à 40 détenus selon les activités pratiquées. Dans les maisons d’arrêt où sont enfermés les détenus pour des courtes peines ou en détention provisoire les déplacements qui mobilisent le gardien sont particulièrement nombreux : visite d’avocat, de famille, convocation au tribunal…

La veille. Petit rapport d’étonnement sur un débat vieux comme la veille, mais qui mérite encore quelques réflexions : la veille est un métier à part entière, pas une simple compétence de plus… Débat ravivé selon moi par le développement du web et de ses outils tous plus performants les uns que les autres ; mais qui sans méthodologie ne sont plus si performant que ça… Cet étonnement par de divers constats, échanges et lectures… Tout d’abord, un très bon billet écrit par Marie sur l’œil au Carré, et intitulé La veille, son métier et ses idées reçues.

La veille

Car sans le détailler, Marie postule que la veille est un métier… Nous pourrions déjà débattre de cette question, mais ici, aujourd’hui, c’est parti pris, donc oui : la veille est un métier. Alors qu’est-ce qui peut bien (me) faire douter que cette vision métier de la veille et de la recherche d’informations n’est pas accepter de la même manière par tout le monde (en tout cas les personnes qui ont recours à de la veille) ?! Au final... Le débat est ouvert… Webplanner. Définition du métier Mettre en place une campagne publicitaire en ligne Comme pour le médiaplanning traditionnel, l'intervention d'un webplanner débute par une phase d'analyse : il s'agit de définir une campagne répondant à la problématique de l'annonceur, en s'appuyant sur son budget et sur la cible qu'il souhaite atteindre.

Webplanner

Dans l'univers du Web, il s'agit de sélectionner les meilleurs sites en termes de profil des visiteurs, de fréquentation et de contenu. Mais cette fonction comprend aussi une partie commerciale : il faut en effet présenter la campagne au client et le convaincre de son bien-fondé, mais aussi négocier les tarifs des emplacements publicitaires (bannières, pop-up, partenariats).

La campagne est ensuite réalisée (ou adaptée à partir d'une campagne classique) par une équipe de créatifs (infographistes, concepteurs-rédacteurs...). Le webplanner supervise la mise en ligne effectuée par les traffic managers des sites concernés. Webmestre. Définition du métier "Dans ce métier récent, la fonction recouvre des aspects variés : technicité et travail éditorial quelquefois.

Webmestre

Le webmestre fait naître et vivre un site. Après en avoir défini l'architecture, les rubriques et la mise en place, il veille à son fonctionnement et à sa mise à jour. Hormis, la veille technologique, il gère les relations avec des graphistes, des webdesigners et des développeurs. S'il est responsable du contenu du site, il peut être amené à rédiger des articles, à en commander à des journalistes, à créer des rubriques' Selon la taille de l'entreprise ou du service, il travaille sous la responsabilité d'un chef de projet ou responsable de site Internet ou il assume lui-même cette fonction. Aucune offre de "Webmestre" n'est disponible actuellement sur emploi.com. Webmaster. Chef de projet informatique. Auteur. Chef de projet marketing NTIC. Directeur de communication. Aujourd’hui plus qu’hier, pour se distinguer de ses concurrents, une entreprise doit miser sur une stratégie de communication spécifique… et efficace !

Directeur de communication

Celle-ci est définie par un homme (ou une femme) : le directeur de communication. En étroite collaboration avec la direction générale, il détermine l’image de l’entreprise à mettre en avant, les valeurs à promouvoir, les modes de communication à privilégier, les partenaires à associer… Pour l’aider dans sa tâche, il est épaulé par une équipe, pouvant compter jusqu’à une vingtaine de personnes dans les grandes sociétés (chargés de communication, journalistes institutionnels, attachés de presse…). Le “dircom’” est donc bien plus qu’un fin stratège et un excellent créatif : il est aussi un meneur d’hommes.

Garant de l’image de l’entreprise, il peut être amené à la “défendre” lors de conférences de presse ou tout autre type d’événement.