background preloader

Récit fantastique

Facebook Twitter

Le portrait ovale (1910) The Oval Portrait. Nouvelles Histoires extraordinaires/Le Portrait ovale - Wikisource. Le château dans lequel mon domestique s’était avisé de pénétrer de force, plutôt que de me permettre, déplorablement blessé comme je l’étais, de passer une nuit en plein air, était un de ces bâtiments, mélange de grandeur et de mélancolie, qui ont si longtemps dressé leurs fronts sourcilleux au milieu des Apennins, aussi bien dans la réalité que dans l’imagination de mistress Radcliffe.

Nouvelles Histoires extraordinaires/Le Portrait ovale - Wikisource

Selon toute apparence, il avait été temporairement et tout récemment abandonné. Nous nous installâmes dans une des chambres les plus petites et les moins somptueusement meublées. Elle était située dans une tour écartée du bâtiment. Sa décoration était riche, mais antique et délabrée. Les murs étaient tendus de tapisseries et décorés de nombreux trophées héraldiques de toute forme, ainsi que d’une quantité vraiment prodigieuse de peintures modernes, pleines de style, dans de riches cadres d’or d’un goût arabesque.

Mais l’action produisit un effet absolument inattendu. The Oval Portrait (animated short) LA MAIN (court-métrage) 4o3 27 05 20. Alexandre Dumas > Chapitre XI Le bracelet de cheveux. - Mon cher abbé, dit Alliette, j'ai la plus grande estime pour vous et la plus grande vénération pour Cazotte ; j'admire parfaitement l'influence de votre mauvais génie ; mais il y a une chose que vous oubliez et dont je suis, moi, un exemple : c'est que la mort ne tue pas la vie ; la mort n'est qu'un mode de transformation du corps humain. ; la mort tue la mémoire, voila tout.

Alexandre Dumas >

Si la mémoire ne mourait pas, chacun se souviendrait de toutes les pérégrinations de son âme, depuis le commencement du monde jusqu'à nous. . « Chère Bertha, Je vais mourir, mais je ne veux pas me séparer de toi tout entier. Fais-toi faire un bracelet des cheveux qu'on vient de me couper et que je fais mettre à part. Porte-le toujours, et il me semble qu'ainsi nous serons encore réunis. Puis il avait remis cette lettre à un troisième exprès, à qui il avait ordonné de partir aussitôt qu'il serait expiré. Chapitre précédent | Chapitre suivant. FcIQymibupw8Ee6F9BygshwqC0o. GÉRARD DE NERVAL LE MONSTRE VERT. 2 1 I LE CHÂTEAU DU DIABLE Je vais parler d'un des plus anciens habitants de Paris ; on l'appelait autrefois le diable Vauvert.

GÉRARD DE NERVAL LE MONSTRE VERT

D'où est résulté le proverbe : «C'est au diable Vauvert! Allez au diable Vauvert!» C'est-à-dire : allez vous... promener aux Champs-Élysées. Les portiers disent généralement : «C'est au diable aux vers!» Pour exprimer un lieu qui est fort loin. 3 Il semble d'abord avoir habité le château de Vauvert, qui était situé au lieu occupé aujourd'hui par le joyeux bal de la Chartreuse, à l'extrémité du Luxembourg et en face des allées de l'observatoire, dans la rue d'enfer. 4 Ils allèrent prévenir le lieutenant de police, qui envoya quelques archers. 5 que jamais. 6 Enfin, un sergent de la prévôté, plus hard que les autres, offrit de pénétrer dans la cave maudite, moyennant une pension reversible, en cas de décès, sur unecouturièrenomméemargot. 7 Le spectacle le plus extraordinaire l'attendait en touchant le sol de la cave. 9 Son ironie était amère.

HUGO, Victor – Le Diable chiffonnier. Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Nouvelles Le Rhin (1842) comprend 39 Lettres à un ami.

HUGO, Victor – Le Diable chiffonnier

Elles sont souvent fort longues, telle la vingt et unième consacrée à La Légende du beau Pécopin et de la belle Bauldour dont est extrait ce passage mystique, fantastique et humoristique (très voltairien) qui nous révèle pourquoi le Diable est bossu et boiteux ! « Puisque vous voulez absolument des histoires pour vos petits enfants, en voici une, mon ami. C’est une légende que du moins vous ne trouverez dans aucun légendaire. Je vous l’envoie telle que je l’ai écrite sous les murailles même du manoir écroulé, avec la fantastique forêt de Sonn sous les yeux, et, à ce qu’il me semblait, sous la dictée même des arbres, des oiseaux et du vent des ruines. [...] » > Consulter la version texte de ce livre audio..

Victor Hugo Le diable chiffonnier.