background preloader

Pour une nouvelle démocratie

Facebook Twitter

Le budget participatif, nouvelle tendance des villes du monde. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Diane Jean « Je souhaite donner les clés du budget aux citoyens », a soutenu Anne Hidalgo, la maire socialiste de Paris, mercredi.

Le budget participatif, nouvelle tendance des villes du monde

Ce même jour, elle a lancé son opération de budget participatif, sur la place de la République. Mesure innovante pour la capitale, vecteur de démocratie directe, les arguments pleuvent pour justifier le démarrage d'une telle initiative à la mode. Qu'est-ce qu'un budget participatif ? « C'est un processus au cours duquel les habitants d'une ville vont décider d'une partie ou de l'ensemble des ressources publiques », explique Yves Cabannes, ancien coordinateur du Programme de gestion urbaine des Nations unies. « Ils vont prioriser des actions qui seront ensuite exécutées par les pouvoirs publics. » >> Lire le compte-rendu : Anne Hidalgo présente son projet de "budget participatif" Porto Alegre et Chengdu, championnes de la catégorie Dans une vidéo qui date du 5 avril 2012, M.

Chaque municipalité a ses règles du jeu. Comment fonctionnerait un parti appliquant les principes de la « sociocratie » ? (billet invité) La sociocratie est une modalité peu connue de démocratie au sein des organisations.

Comment fonctionnerait un parti appliquant les principes de la « sociocratie » ? (billet invité)

Je l’ai découverte par l’intermédiaire d’un ami, commentateur régulier de mon blog, Michel Martin. Il a accepté ma proposition de rédiger un billet d’introduction à la sociocratie, avec comme application le fonctionnement d’un parti politique qui se voudrait démocratique dans ses pratiques internes. Ce billet est aussi passionnant que (très) long. Pour ceux que cela risquerait de décourager, je résume en quelques lignes et à ma façon les principes de fonctionnement d’un tel parti.

La mesure sans doute la plus étonnante au regard des pratiques actuelles est L’ELECTION SANS CANDIDAT des personnes à des postes clés de l’organisation. La sociocratie ne résout pas tout, elle ne fait pas disparaître les conflits, mais elle apporte la plupart du temps des moyens de les résoudre sans générer d’autorité supérieure ni de processus de violence symbolique. 4) Le double lien.

Quelques références : Compte rendu table ronde observatoire des engagements. Projet pour une presse libre. À Saillans, les habitants réinventent la démocratie. - Saillans (Drôme), reportage L’eau vive descend droit des montagnes.

À Saillans, les habitants réinventent la démocratie

Assise au bord de la Drôme, Mireille se souvient de la rude bataille face au mépris des édiles. « Le maire nous disait : “C’est moi qui ai été élu, c’est moi qui décide.” On lui a prouvé le contraire », sourit-elle. Dans son dos, le massif des Trois-Becs culmine à 1.500 mètres, encerclé par la brume. Mireille a été parmi les premiers à se mobiliser contre le supermarché, en 2010. Les Trois-Becs. « On voulait garder le cœur du village vivant », raconte-t-elle. Des réunions publiques sont organisées à l’approche des municipales de 2014.

La mairie de Saillans. Trois idées fortes rassemblent le groupe d’habitants, poursuit Sabine : la transparence, « l’accès de tous à l’information », la collégialité au sein de l’équipe municipale « pour éviter que le maire et le premier adjoint s’accaparent le pouvoir » et la participation des citoyens à la gestion de la commune. « Le régime représentatif confisque la démocratie. Quelles élections pour une meilleure démocratie. Généralisation des primaires, possibilité de voter pour plusieurs partis, tirage au sort… Pour remédier à la crise de légitimité dont souffre le système électoral français, nous aurions tout à gagner, selon le sociologue Yves Sintomer, à nous inspirer d’expériences démocratiques passées ou en vogue ailleurs dans le monde.

Quelles élections pour une meilleure démocratie

Depuis le début des années 1960 et les débuts de l’élection au suffrage universel du président de la République, la France n’a pas changé fondamentalement les règles qui déterminent la façon d’élire les représentants et de prendre des décisions. Notre système repose sur quatre piliers. D’une part, les partis pèsent d’un poids déterminant dans la sélection des candidats, dans les scrutins uninominaux comme dans les scrutins de liste. D’autre part, chacune des élections (présidentielles, législatives, sénatoriales, européennes, régionales, départementales, municipales, d’agglomération) se déroule selon une procédure propre.