background preloader

Eau

Facebook Twitter

A Palmyre, le temple de Baalshamin détruit à l’explosif par les djihadistes. Trois mois après la prise par l’organisation Etat islamique (EI) de Palmyre, l’un des plus importants sites archéologiques préislamiques de Syrie et du Proche-Orient, les premières annonces de destructions majeures commencent à arriver.

A Palmyre, le temple de Baalshamin détruit à l’explosif par les djihadistes

Un pommeau de douche pour « changer la manière dont les gens pensent à l’eau » Forte du soutien de grands noms de la Silicon Valley, une start-up ambitionne de « révolutionner le pommeau de douche » pour réduire drastiquement la consommation d’eau, un thème vendeur en pleine sécheresse en Californie.

Un pommeau de douche pour « changer la manière dont les gens pensent à l’eau »

Lancé mardi sur le site de financement participatif Kickstarter, le projet de la start-up californienne Nebia a atteint en quelques heures son objectif de levée de fonds de 100 000 dollars, et les promesses de financement dépassaient 1,38 million de dollars deux jours plus tard. Philip Winter, patron et cofondateur de Nebia, explique : « La campagne sur Kickstarter est incroyable, un déluge de soutien et d’intérêt en provenance du monde entier. [Nous voulons] changer la manière dont les gens pensent à l’eau dans leur vie quotidienne, en créant une expérience plus agréable et en économisant 70 % de l’eau ». Quatre milliards d’économie par an. Les toilettes, un luxe pour 2,5 milliards d’humains.

Enjeu de développement essentiel, question majeure de santé publique et de dignité : quel que soit l'angle mis en avant, les organisations non gouvernementales (ONG) sont de plus en plus nombreuses à se mobiliser, chaque 19 novembre, à l'occasion de la Journée mondiale des toilettes.

Les toilettes, un luxe pour 2,5 milliards d’humains

C'est une association de Singapour qui a eu cette idée il y a douze ans. Les toilettes, un luxe pour 2,5 milliards d’humains. Les fleuves espagnols toujours plus sollicités pour les terres agricoles. Avec près de cinq ans de retard sur le calendrier fixé par l'Union européenne, l'Espagne vient d'achever la refonte de ses bassins fluviaux.

Les fleuves espagnols toujours plus sollicités pour les terres agricoles

Ce délai n'est pas un hasard. Le sujet est un véritable casse-tête pour Madrid. Les grands fleuves espagnols traversent plusieurs régions autonomes, ce qui ne manque pas de provoquer des tensions entre administrations lorsqu'il faut définir les volumes d'extraction autorisés. Mais, surtout, l'Espagne manque d'eau pour l'usage intensif qu'elle en fait. Le projet de Grand Canal du Nicaragua cristallise la colère. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Frédéric Saliba (Mexico, correspondance) Les habitants d’El Tule et de Rivas, communes du sud du Nicaragua, ont baptisé leur réveillon « le Noël noir ».

Le projet de Grand Canal du Nicaragua cristallise la colère

Mercredi 24 décembre, ils se sont affrontés par centaines aux forces de l’ordre pour s’opposer au lancement des travaux du « grand canal interocéanique » entre le Pacifique et la mer des Caraïbes. Ce projet pharaonique, censé concurrencer le canal de Panama, menace la plus grande réserve d’eau douce d’Amérique centrale, la forêt tropicale et les populations vivant sur le tracé du chantier. « La police nous a attaqués avec des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes », a raconté à la presse Yader Francisco Sequeira, habitant d’El Tule, bourgade située à 260 km au sud-est de Managua, la capitale.

Au Maroc, les batailles pour préserver l’or bleu. Traque des fuites d’eau, gestion des eaux usées… Le royaume fait face au danger du déficit hydrique LE MONDE | • Mis à jour le | Par Martine Valo (Oujda, Maroc) A Oujda, capitale de la province marocaine de l’Oriental, un homme se concentre, casque sur les oreilles, sur le son de la canalisation d’eau potable souterraine.

Au Maroc, les batailles pour préserver l’or bleu

Il fait partie des brigades des chasseurs de fuites qui arpentent la ville de 470 000 habitants, auscultant ses 1 500 km de réseaux. Ici, sur 100 litres d’eau produite, 61 atteignent le robinet ; l’agglomération ambitionne de passer à 75. Un score honorable à l’échelle mondiale. L'eau potable est de bonne qualité mais les nappes phréatiques sont polluées. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Rémi Barroux Quatre-vingt-dix-huit pour cent des Français bénéficient d'une eau potable de bonne qualité, soit 280 000 consommateurs supplémentaires par rapport à 2012, note l'UFC-Que choisir dans une étude publiée mercredi 26 février.

L'eau potable est de bonne qualité mais les nappes phréatiques sont polluées

En Inde, les effets pervers d'une électricité gratuite. Le boom de l’énergie menace les ressources en eau. Un rapport des Nations unies s’inquiète des pressions sur la ressource hydrique provoquées par la croissance économique mondiale.

Le boom de l’énergie menace les ressources en eau

Pour rendre l'eau accessible – c'est-à-dire la pomper, la traiter, la transporter, la distribuer – il faut de l'énergie. Et, pour fournir de l'énergie, il faut de l'eau, beaucoup d'eau même : 600 milliards de mètres cubes par an. Ces deux ressources sont intrinsèquement liées « pour le meilleur et pour le pire », prévient l'ONU dans son cinquième rapport mondial sur « La mise en valeur des ressources en eau », rendu public le 21 mars, à Tokyo. Lire aussi : En Inde, les effets pervers d'une électricité gratuite. La crise de l’eau illustrée en 5 graphiques. L’ONU appelle, à l’avant-veille de la journée mondiale sur l’eau, à économiser cette précieuse ressource.

La crise de l’eau illustrée en 5 graphiques

Sans quoi le monde devra faire face à un déficit hydrique de 40 % dès 2030. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Martine Valo Y aura-t-il demain assez d’eau pour tous sur notre planète ? A sec, l’Etat de Sao Paulo est devenu « l’otage des pluies » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Nicolas Bourcier (Itu et Valinhos, Etat de Sao Paulo, envoyé spécial) Les signes extérieurs de sécheresse se nichent dans les détails.

A sec, l’Etat de Sao Paulo est devenu « l’otage des pluies »

Les voitures sont un peu plus poussiéreuses que d’habitude, une pancarte implore des restrictions d’hygiène sur les portes des toilettes et les cubitainers sont dissimulés derrière le comptoir des bars et cours d’immeubles : la ville d’Itu manque cruellement d’eau depuis des mois, mais donne l’impression de vouloir sauver les apparences. « J’ai honte, dit Rozinha, la cinquantaine grisonnante, énergique serveuse dans cette cité-dortoir, mais non sans charme, de 165 000 habitants, située à 90 km au nord de Sao Paulo. Les problèmes d’eau existent ici depuis que je suis née. Mais cette année, c’est du jamais-vu. » Itu est l’une des villes les plus touchées par la sécheresse exceptionnelle qui s’abat sur le centre et sud-est brésilien depuis le mois de janvier.

Le « fléau » des cratères de la mer Morte. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Marie de Vergès (Ein Gedi, Israël, envoyée spéciale) Les hauteurs du kibboutz d’Ein Gedi offrent une vue inoubliable sur la mer Morte, étendue d’eau bleu cobalt ourlée de concrétions de sel et bordée d’escarpements rocheux. Mais Yehuda Roth est accoutumé à ce paysage qu’il a le loisir de contempler depuis plus de quarante ans. C’est un autre aspect du panorama qui retient l’attention de l’ingénieur hydraulique, habitant historique du kibboutz. « Regardez, dit-il en désignant un large périmètre s’étendant au pied des falaises.

Le « fléau » des cratères de la mer Morte.