background preloader

Harcèlement & agressions

Facebook Twitter

Le trottoirgate ou comment la peur vint aux femmes. J'ai lancé sur twitter quelques conseils aux hommes qui souhaitaient participer au combat féministe.

Le trottoirgate ou comment la peur vint aux femmes

L'un de ces conseils a suscité énormément de réactions, il disait quelque chose comme ; "la nuit, si vous êtes derrière une femme seule, changez de trottoir et accélérez pour lui montrer que vous n'êtes pas un agresseur". Je ne vais pas ici revenir sur ce conseil j'en parlerai dans un prochain article, mais plutôt sur les réactions qu'il a suscitées. Je vous propose de relire cet article Tu sera violée ma fille qui avait déjà, quand je l'avais écrit, suscité une grosse vague de réactions. Je vais y revenir brièvement. Les femmes sont éduquées dans la peur ; cela ne veut pas dire que toutes ont peur mais que toutes subissent des injonctions à avoir peur, injonctions qui sont pour la plupart irrationnelles. Les femmes ont donc affaire à des injonctions fortes où revient en permanence la peur du viol. Certains d'entre vous ont dit que je cautionnais "la résignation".

L’agression sexuelle dans les lieux publics : vos réactions. J'ai récemment demandé sur twitter qui avait déjà été "peloté" (je n'aime pas cette expression qui minore la réalité mais elle est bien comprise par tous et toutes) par un-e inconnu-e dans un espace public.

L’agression sexuelle dans les lieux publics : vos réactions

J'ai eu énormément de réponses, par twits, DM et emails et nous allons tenter de les analyser. J'emploierai le terme "peloter" dans le texte car c'est avec ce terme que la question a été posée et certain-e-s peuvent souhaiter en conserver la symbolique pour des raisons qui leur appartiennent. Il ne s'agit évidemment pas de culpabiliser ou d'établir qu'il y a de bonnes réactions face à ce type de comportements. 21 hommes ont témoigné avoir été pelotés. Trois l'ont été par des femmes. 123 femmes ont témoignées avoir été pelotées dans l'espace public. 33 ont réagi, 90 n'ont pas réagi et ont eu "peur", ont été "surprises", ont été "sidérées".

Dans certains cas, la réaction des gens autour a été favorable ; ils ont sorti l'agresseur du métro. Le harcèlement. J’ai un truc qui me démange, sur la langue un goût étrange, comme une crampe à la phalange.

le harcèlement

Hey ! Oui je me plains tout le temps. Déjà, il paraît que c’est un sport national, ensuite, c’est quand même la base quand on est de gauche. Par ailleurs, c’est nécessaire, voire épidermique, quand on est féministe. C’est vous dire si j’ai des circonstances atténuantes. Alors je fais pas la tête dure pour faire genre. . « Bon il s’est passé quoi (encore) ? Une histoire banale C’est l’histoire banale d’une jeune femme, Alex (j’ai changé le nom), dans les rues de Toulouse. L’histoire ne raconte pas non plus la taille de la jupe. Comme on s’y attend, cette femme se baladant dans la rue se prend des remarques qu’elle tente tant bien que mal d’ignorer. Elle pense à sa jupe, naturellement. Mais ce que l’histoire n’aurait pas dû dire non plus c’est sa tenue. Parce que ce n’est pas la question. C’est quoi ton problème ?