background preloader

Une école qui porte haut les valeurs de la République

Une école qui porte haut les valeurs de la République
Une école au cœur de la République Cette grande mobilisation de l’École pour faire vivre les valeurs de la République est le commencement d’une ambition renouvelée pour l’École de la République qui s’achèvera sur des mesures opérationnelles lors la prochaine rentrée. Toutes les compétences et l’engagement de ce ministère sont mobilisés pour que vive, à l’École, l’esprit du 11 janvier, cet attachement profond aux valeurs républicaines et cette exigence de citoyenneté qui sont le cœur même de l’École de République. Najat Vallaud-Belkacem 22 janvier 2015 Le plan de grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République élaboré à la suite des attentats de janvier 2015 a prévu 11 mesures pour renforcer la transmission des valeurs de la République. Les 11 mesures pour la grande mobilisation de l'École s'articulent autour de trois axes prioritaires : la laïcité, avec des formations liées à l'enseignement moral et civique et aux usages des technologies numériques et des réseaux sociaux.

La République française et ses valeurs expliquées aux enfants Choisissez votre Atelier Canopé préféré Vous pourrez ainsi : Visualiser rapidement les horaires et coordonnées de votre Atelier Canopé Découvrir les événements et services proposés près de chez vous Bénéficier de la livraison gratuite dans votre Atelier Canopé Atelier préféré Canopé is disabled.Authorize cookies to access this functionality. Pour choisir votre Atelier Canopé, sélectionnez votre académie ou saisissez votre code postal Sélectionnez votre académie Sélectionnez votre académieAix-MarseilleAmiensBesançonBordeauxCaenClermont-FerrandCorseCréteilDijonGrenobleGuadeloupeGuyaneLa RéunionLilleLimogesLyonMartiniqueMayotteMontpellierNancy-MetzNantesNiceNouvelle-CalédonieOrléans-ToursParisPoitiersReimsRennesRouenSt-Pierre-et-MiquelonStrasbourgTom Polynésie FrançaiseTom Wallis et FutunaToulouseVersailles Valider list

Au Maroc, Mohammed VI appelle à prier pour la pluie Le roi du Maroc s’intéresse aux questions climatiques. Et pas seulement à la COP21. Ce vendredi 11 décembre, toutes les mosquées du royaume accomplissent la prière de l’Istisqa pour conjurer la sécheresse. En avril 2013, en pleine tempête Cahuzac, François Hollande effectuait une visite d’Etat au Maroc. Un siècle après Lyautey, la pluie demeure une donnée première de l’agenda politique du royaume chérifien. Ensemencement des nuages Dans un ouvrage emblématique de la littérature coloniale, préfacé par le maréchal Lyautey, Essai de folklore marocain : croyances et traditions populaires (1926), la doctoresse Françoise Légey rapportait ainsi ses impressions : « La grande prière de l’Istisqa, du verbe ska [il a arrosé], est une prière pour la pluie qui est prescrite par le sultan, quand le manque de pluie est une vraie calamité publique. « Concurrence dans le champ religieux » A longueur d’interviews, Benkirane explique, depuis, que son équipe est bénie de Dieu.

Les bustes de Marianne « Marianne-Mère » Honoré Daumier La République Esquisse présentée au concours ouvert en 1848 par la Direction des Beaux-Arts Musée d'Orsay, donation Étienne Moreau-Nélaton, 1906 Maurice Agulhon Marianne-Mère, c'est le terme que suggérait Gaston Bonheur. Si Marianne est une mère, la question est alors de savoir si son succès relatif, en idéal ou en représentation, dans la France méditerranéenne, peut être mis en rapport avec une psychologie différentielle des cultures régionales. [...]. Marianne cependant, fontaines mises à part, n'a pas séduit seulement nos régions du Midi. A condition - répétons-le - que l'on valide ces dernière conventions, l'effigie de Marianne convient mieux en effet à l'idéal théorique de la démocratie républicaine, tandis que les droites monarchique, militaire ou fasciste lui préfèrent évidemment une mâle figure de chef. Marianne au pouvoir, Flammarion, 1989 (pages 348 et 349)

La Révolution française. Dynamiques, ... - La Cliothèque En 1901, Alphonse Aulard publiait chez Armand Colin une somme d’histoire politique de la Révolution française de 1789 à 1804, qui connut six éditions. La chronologie était alors justifiée par le choix d’étudier à la fois les origines et le développement de la démocratie et de la république, du déclenchement de la Révolution à l’avènement de l’Empire. Les auteurs suivent approximativement la même chronologie, mais la démarche est tout autre : Alphonse Aulard inscrivait son étude dans le cadre du débat et des événements politiques en laissant de côté l’histoire militaire, diplomatique et financière ; les auteurs élargissent le sujet aux années qui précèdent la Révolution et à la résonance internationale des idées démocratiques depuis la Déclaration d’Indépendance américaine, suivant en cela la tendance historiographique actuelle qui entend replacer le phénomène révolutionnaire dans un contexte européen. La Révolution eut-elle une « politique culturelle » ? Copyright Clionautes

Les Chinois pleins d'espoir, les Français au fond du trou Pensez-vous que le monde va aller mieux, plus mal, ou ni l’un ni l’autre ? 18 235 adultes de dix-sept pays ont répondu à cette question posée en ligne par l’institut de sondage YouGov en novembre et décembre 2015. Selon les résultats de cette étude, les Chinois interrogés sont les champions de l’optimisme : 41% d’entre eux ont répondu que le monde allait aller mieux, soit presque deux fois plus que les Indonésiens (23%), deuxièmes sur le podium. L’optimisme semble plus répandu dans le désert, puisque l’Arabie Saoudite (16%) et les Emirats arabes unis (10%) devancent le Danemark et la Norvège (8%). On s’attendait à trouver la France, réputée râleuse, dans le bas du tableau. La France emporte en plus le pompon du pessimisme, puisque seuls 11% des Français interrogés ont répondu que le monde allait aller ni mieux ni plus mal, l'immense majorité (81%) affirmant que tout va aller en s'aggravant. Laurence DEFRANOUX

Citoyenneté - Les valeurs de la République L'École transmet les valeurs de la République : liberté, égalité, fraternité ; laïcité ; refus de toutes les discriminations. Les élèves étudient les grands textes qui les fondent. Il appartient à l'ensemble des adultes qui interviennent auprès des élèves dans l'exercice de leurs fonctions de faire partager ces valeurs. « Outre la transmission des connaissances, la Nation fixe comme mission première à l'école de faire partager aux élèves les valeurs de la République. Le droit à l'éducation est garanti à chacun afin de lui permettre [...] d'exercer sa citoyenneté. » (loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'École du 23 avril 2005 - art.2). Valeurs républicaines et enseignements Les valeurs de la République sous-tendent l'ensemble des disciplines, chacune leur donnant sens dans le champ du savoir qui est le sien. Valeurs républicaines et vie scolaire L'École est un lieu de vie collective où s'apprennent les valeurs de la République. Valeurs républicaines et actions éducatives

Liberté, Egalité, Fraternité Héritage du siècle des Lumières, la devise " Liberté, Egalité, Fraternité " est invoquée pour la première fois lors de la Révolution française. Souvent remise en cause, elle finit par s'imposer sous la IIIème République. Elle est inscrite dans la constitution de 1958 et fait aujourd'hui partie de notre patrimoine national. Estampe du XVIIIème siècle, représentantla devise de la République française ©Rmn Associées par Fénelon à la fin du XVIIème siècle, les notions de liberté, d'égalité et de fraternité sont plus largement répandues au siècle des Lumières. Lors de la Révolution française, " Liberté, Egalité, Fraternité " fait partie des nombreuses devises invoquées. A partir de 1793, les Parisiens, rapidement imités par les habitants des autres villes, peignent sur la façade de leurs maisons les mots suivants : "unité, indivisibilité de la République; liberté égalité ou la mort" mais ils sont bientôt invités à effacer la dernière partie de la formule trop associée à la Terreur.

Study Finds Children of Immigrants Embracing ‘Frenchness’ Photo PARIS — The children of immigrants are doing their part to become French. The challenge for French society is to let them finish the job. That was the conclusion of a long-awaited, 615-page report released this month by the National Institute of Demographic Studies about how immigrants and their descendants are integrating into French society. On a positive note, contrary to popular assumptions, researchers found that a majority of those whose parents came to mainland after World War II, mostly from former French colonies, embrace their French identity. Less encouraging were findings that show many of these second-generation French are blocked by barriers — in education, housing and employment — that point to persistent discrimination against the so-called visible minorities, mainly those of African origin. The study skirted repeated legal and political obstacles thrown in its path, notably a Constitution-based ban on the collection of information about ethnicity, race and religion.

3ème conseil d’école – Mardi 6 juin 2017 | Groupe Scolaire République Le troisième et dernier conseil d’école de l’année aura lieu le mardi 6 juin. Les représentants de parents d’élèves élus seront présents pour porter votre voix. N’hésitez pas à vous rapprocher des parents délégués si vous avez des choses à faire remonter au conseil d’école. Le conseil d’école est l’instance qui vote en particulier le règlement intérieur de l’école, donne des avis et des suggestions sur le fonctionnement de l’école primaire. Sont invités au conseil : l’équipe éducative, l’inspecteur de l’Education Nationale, les représentants de parents d’élèves, un représentant de la municipalité, et un délégué départemental de l’Education Nationale. Vous pouvez consulter les compte rendu des précédents conseils, pour vous faire une idée des questions qui peuvent y être abordées. Compte rendu du 1er conseil d’école 2016-2017 Compte rendu du 2ème conseil d’école 2016-2017 WordPress: J'aime chargement…

Mémoire et histoire - La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 La Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen de 1789 La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 aout 1789, rédigée au début de la Révolution française, pose les bases juridiques de la nouvelle société française. Ses rédacteurs, empreints des idées des philosophes des « Lumières », affirment les droits et libertés dont doit disposer tout être humain dès sa naissance, consacrant ainsi solennellement la disparition des inégalités de l'Ancien régime. Ce texte, universellement connu, est un pilier de notre système juridique, politique et social. Le contexte historique La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen est l'œuvre collective de l'Assemblée constituante, représentant la Nation depuis que les députés du Tiers-état aux Etats généraux de 1789, rejoints par des membres du clergé et de la noblesse, ont bravé les ordres du roi et juré de ne pas se séparer avant de doter le royaume de France d'une constitution. Le contenu de la Déclaration Parmi elles :

Deltombe : « L’islamophobie, un instrument de pouvoir qui permet de reformuler le racisme d’antan » Après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher en janvier 2015, le nombre d’actes islamophobes en France s’est sensiblement accru. Dans ce pays où vivent quelque cinq millions de musulmans, soit la plus grande communauté musulmane d’Europe, le nombre d’actes islamophobes au premier semestre 2015 a augmenté de 281 %, selon les chiffres de l’Observatoire national contre l’Islamophobie (ONCI). Depuis les attentats du 13 novembre, 222 actes islamophobes ont été enregistrés par le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF). Pourtant, si ces chiffres indiquent un regain inquiétant, l’islamophobie qu’ils supposent n’est en rien un phénomène nouveau. MEE : L’année 2015, au cours de laquelle la France a été frappée par deux attentats importants commandités par des groupes se réclamant de l’« islam », marque-t-elle une rupture en ce qui concerne les représentations publiques de l’islam et des musulmans en France ?

François Hollande rendra hommage à Jules Ferry - Le Parisien Les premiers pas d'un président investi ont vocation à marquer les mémoires, voire l'histoire. Ainsi, en 1981, François Mitterrand s'était incliné sur les tombes de Jean Jaurès, de Jean Moulin et de Victor Schoelcher au Panthéon. François Hollande a, lui, notamment choisi d'honorer la mémoire de Jules Ferry en prononçant un discours aux Tuileries, devant la statue de l'ancien ministre de l'Education de la IIIe République. Un geste qui ne doit rien au hasard pour celui qui a, au cours de sa campagne, fait de l'éducation et de la jeunesse ses priorités. Selon Vincent Peillon, dont le nom est cité comme possible ministre de l'Education, c'est bien le Jules Ferry «des grandes lois scolaires, de la lettre aux instituteurs, de la scolarité obligatoire, de la laïcité, de la gratuité de l'école» qui sera honoré ce mardi. Déjà des voix s'élèvent pour rappeler la part d'ombre du personnage. Nicolas Sarkozy s'était emparé de cette figure de la gauche

Related: