background preloader

Peut-on comparer Dieudonné et Charlie Hebdo

http://www.playbacpresse.fr/documents/charlie/actu_charlie_6.pdf

Related:  Charlie Hebdo, janvier 2015 : en parler avec les jeunesLiberté d'expression : des outils pour débattre avec les élèvesAttentats de janvier 2015 : publications des médias jeunesseCharlie Hebdo / Dieudonné : ce qu'il faut savoirLiberté d'expression

On ne peut pas comparer "Charlie" et Dieudonné : la liberté d'expression a des limites Dieudonné, le 11 janvier 2014 (M. EULER/SIPA). Depuis le 7 janvier, à chaque jour suffit sa peine, et son débat, autour de la liberté d’expression. Alors que les hommages se déroulent encore, et que les cérémonies n’ont pas encore eu lieu, il y en a un qui n’a pas tardé à sortir du bois pour se rappeler à notre souvenir, surfant sur la triste actualité pour revendiquer sa part de liberté d’expression. Certains commentateurs se sont engouffrés dans la brèche : si "Charlie Hebdo" incarne la liberté d’expression, pourquoi censure-t-on Dieudonné ? Attentat à Charlie Hebdo : comment parler du drame aux enfants ? - 08/01/2015... Après l’attentat meurtrier perpétré mercredi dans les locaux de Charlie Hebdo à Paris, une journée de deuil national a été instaurée en France. Partout, l’émotion est forte. Dans les écoles comme ailleurs, une minute de silence a été observée ce jeudi.

Le Charlie des survivants sort en kiosque Depuis l’attentat qui a frappé Charlie hebdo, les membres de la rédaction qui ont survécu préparent leur journal, bien décidés à le publier. Le journal paraît aujourd’hui à 3 millions d’exemplaires ! Mercredi 14 Janvier, avant le lever du jour, des personnes font la queue pour acheter Charlie hebdo. © Geoffroy Van der Hasselt / Anadolu Agency / AFP. « Charlie hebdo doit continuer » ont assuré, la semaine dernière, tous les journalistes et dessinateurs du journal qui ont survécu à l'attentat. Aujourd'hui, mercredi 14 janvier, le journal sort, comme tous les mercredis depuis sa création. Pourquoi ce nom, Charlie ?

«Charlie Hebdo», «Charlie Coulibaly»: Où commence et où s'arrête la liberté d'expression? SOCIÉTÉ Comment différencier l’humour des unes de l'hebdomadaire satirique et les provocations de Dieudonné poursuivies par la justice?... Oihana Gabriel Google+ Dieudonné en garde à vue. 54 procédures pour «apologie du terrorisme» après les attentats sanglants qui ont endeuillé la France. Alors que les Français sont massivement descendus dans la rue pour scander «Li-ber-té d’ex-pre-ssion», ces procédures soulèvent de nombreuses questions sur l’encadrement de cette même liberté. Retour ses principes et ses limites en France…

«Distinguer les idées qui choquent de l’incitation à la haine» «Que peut faire le droit après ce qui s’est passé ? Je vais essayer de répondre en reprenant le titre d’un de mes livres (1) : le droit peut permettre de résister, de responsabiliser et d’anticiper. Ou en tout cas y contribuer. L'islamophobie est-elle punie par la loi ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Delphine Roucaute et Madjid Zerrouky Lundi à Cologne, l'écrivain français Michel Houellebecq s'est défendu d'avoir écrit, avec son roman Soumission, un « livre islamophobe » mais a estimé qu'on en avait « parfaitement le droit ». Rien n'est moins sûr. Quelle définition ? Le terme « islamophobie » suggère à l'origine une peur collective de la religion musulmane. Mais il s'impose depuis quelques années comme l'ensemble des réactions de rejet vis-à-vis des personnes musulmanes (ou supposées telles).

La liberté d’expression oui ! Mais jusqu’où La question de la liberté d’expression agite la société. Les « jusqu’où ? » ont même parfois conduit dans les classes à des « oui mais... » qui ont ébranlé les enseignants. 3 infos sur l'attentat contre “Charlie Hebdo” Jeudi 8 janvier 2015 à 15h46 par La rédac Mercredi 7 janvier, des hommes armés se sont introduits dans les locaux de l'hebdomadaire “Charlie Hebdo”, à Paris. Ils ont tué 10 membres de la rédaction et 2 policiers. Que s'est-il vraiment passé ? « Charlie », Dieudonné… : quelles limites à la liberté d'expression ? « Pourquoi Dieudonné est-il attaqué alors que Charlie Hebdo peut faire des “unes” sur la religion » ? La question est revenue, lancinante, durant les dernières heures de notre suivi en direct de la tuerie à Charlie Hebdo et de ses conséquences. Elle correspond à une interrogation d'une partie de nos lecteurs : que recouvre la formule « liberté d'expression », et où s'arrête-t-elle ? 1.

FADBEN - l'après charlie Au sein de la communauté éducative, beaucoup de professeurs documentalistes se sont identifiés à Charlie en exprimant leur solidarité. Ils l’ont manifesté dans le cadre de leur travail avec des kiosques médias en deuil, en exposant des dessins de presse créés après l’événement, ou en construisant, parfois dans l’instant, des séquences pédagogiques, avec des collègues d’autres domaines d’enseignement. Un travail pédagogique mené dans l’urgence donc, mais à partir de réflexions et de publications existantes sur ce sujet du dessin de presse et de la caricature, objet d’enseignement qui n’est pas nouveau pour les professeurs documentalistes, de même que ceux plus larges de la liberté d’expression et de la liberté de la presse. La FADBEN observe avec intérêt l’ouverture de réflexions et de discussions internes aux services centraux du Ministère de l’Éducation nationale, avec le CLEMI, la DGESCO ou la Direction du numérique par exemple. 1.

«Charlie»: éthique de conviction contre éthique de responsabilité Le 14 janvier, l’interview de Caroline Fourest sur Sky News au sujet des attaques contre Charlie Hebdo s’est brutalement interrompue au moment où, à l’insu de son hôte, l’invitée a brandi le dernier exemplaire du journal pour en montrer la couverture au public britannique. La journaliste Dharshini David s’est alors excusée auprès des téléspectateurs qui auraient pu être «offensés» en rappelant que la politique de sa chaîne était de ne pas montrer les caricatures du Prophète. Cette censure a immédiatement déclenché des réactions d’indignation de la part des médias français et l’intéressée a parlé «d’une violence inouïe et d’une hypocrisie absolue». L’épisode s’inscrit dans un contexte plus large où deux pratiques éditoriales s’opposent. Les uns, notamment en France, considèrent qu’il est important de montrer pour défendre le droit d’expression. Le sociologue allemand Max Weber peut nous aider sur ce plan.

Lettres : Après Charlie : Quand les élèves s’expriment « La minute de silence au collège ou au lycée apparaît en définitive comme une fausse bonne idée. (…) L’école doit rester le lieu où l’on parle, non où l’on se tait », écrit Yves Stalloni. Dans de nombreux établissements, les élèves ont dessiné, parlé, écrit pour témoigner en action de leur attachement à la liberté d’expression. A Glanges, dans le Limousin, les écoliers se sont fait à leur tour dessinateurs pour rendre hommage aux caricaturistes. Au collège Rabelais de Saint-Maur-des-Fossés dans le Val de Marne, des sixièmes, sur leur site le Rablog, ont écrit un texte sur « la Marche », enregistré et partagé le poème « On vit donc dans ce monde ?

Michel Renaud, départ d’un grand voyageur Lundi 12 janvier 2015 à 15h55 par Nicolas Martelle Carnet de voyage, Charlie Hebdo Hommage de la carnettiste Stéphanie Ledoux à Michel Renaud, fondateur du Rendez-vous du carnet de voyage, victime de l’attentat à la rédaction de Charlie Hebdo (© Stéphanie Ledoux). "Charlie Hebdo" et les caricatures : le blasphème est un droit sacré, il doit être garanti Marche Républicaine Manif Charlie Hebdo Paris 11 janvier 2015 (LaurentVu/SIPA) Au lendemain de notre deuil national, il nous faut nous rassembler, nous unir, mais également nous interroger. Avons-­nous toujours indéfectiblement été les partisans de la liberté d’expression face à la satire religieuse ?

Related: