background preloader

Après les tueries à Paris (Le Monde diplomatique, 15 janvier 2015)

Après les tueries à Paris (Le Monde diplomatique, 15 janvier 2015)
Les attentats contre le journal « Charlie Hebdo » et la supérette casher de la porte de Vincennes ont provoqué une vague d’émotion sans précédent, en France comme à l’étranger. Une semaine après les évènements règne encore une certaine confusion, où se chevauchent différents niveaux d’analyse : géopolitique et religieux, social et politique. Voici une sélection d’archives, classées par thèmes, pour tenter d’en démêler les fils.

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2015-01-15-tueries-paris

Related:  charlie et les autresà lirele monde diplomatiqueAnalyses diverses

"Il faut tuer Zineb El Rhazoui" : une journaliste de Charlie menacée sur Twitter Des appels au meurtre et des menaces précises contre la journaliste franco-marocaine Zineb El Rhazoui et son mari se multiplient sur Twitter. Un hashtag "Il faut tuer Zineb ElRhazoui pour venger le Prophète" a ainsi été repris plusieurs milliers de fois depuis mardi. Mais qui est derrière ce hashtag ? Et que fait Twitter pour lutter contre sa prolifération ? Choisir ses combats, par Serge Halimi (Le Monde diplomatique, février 2015) Août 1914 : l’union sacrée. En France comme en Allemagne, le mouvement ouvrier chancelle ; les dirigeants de la gauche politique et syndicale se rallient à la « défense nationale » ; les combats progressistes sont mis entre parenthèses. Difficile de faire autrement alors que, dès les premiers jours de la mêlée sanglante, les morts se comptent par dizaines de milliers. Qui aurait entendu un discours de paix dans le fracas des armes et des exaltations nationalistes ? En juin, en juillet peut-être, il restait possible de parer le coup. Un siècle plus tard, nous en sommes là.

Facebook, Google, Apple : merci, mais la solidarité, c'est payer ses impôts en France Connus pour leur réactivité, les géants américains du web n’ont pas tardé à exprimer leur compassion après les attentats du 13 novembre. Le soir des attaques, Facebook est le premier à se faire le champion de cet élan de solidarité. Les membres du réseau social résidant en région parisienne sont aussitôt invités à se signaler « en sécurité » d’un simple clic. Charlie : la direction publie les montants des dons et recettes Opération transparence. Une semaine après la polémique déclenchée par la mise à pied d'une journaliste de Charlie Hebdo, Zineb El Rhazoui, et alors que cette dernière a émis des doutes sur l'utilisation des dons reçus par le journal, la direction contre-attaque en donnant les chiffres exacts des dons et des recettes perçus depuis janvier. Un communiqué dans Charlie, un entretien au Petit journal et un autre sur Europe 1. Les principaux actionnaires de Charlie Hebdo, le dessinateur Riss et le directeur financier Eric Portheault (possédant respectivement 40% et 20% des parts du journal, le reste étant détenu par les parents de Charb, mort le 7 janvier) sont montés au front en dévoilant le montant des dons reçus par le journal ainsi que la manière dont ils allaient être distribués. Riss, sur Europe 1, le 20 mai 2015 Concrètement, le journal a reçu 4,3 millions d'euros, provenant de 36 000 donateurs.

VIDÉO : un programme web envoie 3 jeunes blogueurs mode dans une usine de confection textile au Cambodge... Ils sont jeunes, ils sont beaux, et ils vont s'en prendre plein la figure. Le pitch fait saliver : 3 jeunes blogueurs mode norvégiens se retrouvent au Cambodge, plongés pendant un mois dans la peau de travailleurs de l’industrie textile. Une caméra suit leurs aventures sur 5 épisodes de 10 minutes environ. On les retrouve alors attablés devant une machine à coudre, dormant par terre chez l’habitant, perdus au supermarché… dans le jus, en somme. Ce qui commence alors comme une vraie télé-réalité de situation grotesque, où l’on plonge un caractère particulier dans un contexte qui lui est totalement étranger (et qui du coup peut s’avérer très drôle), change très rapidement de ton et est bientôt rattrapé par une réalité catastrophique.

Charlie à tout prix Ce texte est tiré d’une intervention à la soirée « La dissidence, pas le silence ! », organisée par le journal Fakir à la Bourse du travail à Paris le 12 janvier 2015. Lorsque le pouvoir de transfiguration de la mort, ce rituel social qui commande l’éloge des disparus, se joint à la puissance d’une émotion commune à l’échelle de la société tout entière, il est à craindre que ce soit la clarté des idées qui passe un mauvais moment. Il faut sans doute en prendre son parti, car il y a un temps social pour chaque chose, et chaque chose a son heure sociale sous le ciel : un temps pour se recueillir, un temps pour tout dire à nouveau.

« Avec nous, ou avec les terroristes » : les éditorialistes-faucons sont de retour Au-delà de l’évidente condamnation de ces actes ignobles et de l’expression de la solidarité avec les victimes et leurs proches, certaines organisations et certains individus ont tenté de faire entendre une voix discordante, refusant de s’identifier de manière acritique à la politique française, qu’elle soit étrangère ou intérieure. Ces voix discordantes ont-elles raison ? Là n’est pas la question. Il s’agit plutôt de savoir si elles ont le droit de s’exprimer dans l’espace public et, singulièrement, dans l’espace médiatique. Iran : douze ans de prison pour une caricaturiste Contenu reconnu d'Utilité Publique Ce contenu a été voté "d'utilité publique" par nos abonnés, ou sélectionné par la rédaction pour être gratuit. Il est temporairement accessible à tous, abonnés et non abonnés Ce contenu est accessible gratuitement pendant 24 heures. Partagez-le ! Atena Farghadani est une dessinatrice iranienne de vingt-huit ans qui réalisa, il y a quelques mois, une caricature montrant les membres de l'assemblée consultative islamique iranienne (c'est-à-dire le parlement) avec des têtes d'animaux.

Bourg-en-Bresse: Une «violente» mutinerie fait gronder plusieurs heures une prison Afin d'être publiée, votre note : - Doit se conformer à la législation en vigueur. En particulier et de manière non exhaustive sont proscrits : l'incitation à la haine raciale et à la discrimination, l'appel à la violence ; la diffamation, l'injure, l'insulte et la calomnie ; l'incitation au suicide, à l'anorexie, l'incitation à commettre des faits contraires à la loi ; les collages de textes soumis au droit d'auteur ou au copyright ; les sous-entendus racistes, homophobes, sexistes ainsi que les blagues stigmatisantes. - De plus, votre message doit respecter les règles de bienséance : être respectueux des internautes comme des journalistes de 20Minutes, ne pas être hors-sujet et ne pas tomber dans la vulgarité.

Sur les sentiers escarpés de la lutte armée, par Laurent Bonelli « Aujourd’hui, derrière chaque mort, je vois une personne, un individu. Toutes ces victimes, même indirectes, je les porte en moi. Car je suis de ceux qui ont proposé, décidé, émis les sentences. Ma responsabilité est judiciaire, politique et morale.

Related: