background preloader

Zoroastrisme

Zoroastrisme
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le zoroastrisme est une religion monothéiste où Ahura Mazdâ (pehlevi : Ohrmazd) est seul responsable de l'ordonnancement du chaos initial, le créateur du ciel et de la Terre. Le zoroastrisme est une réforme du mazdéisme[1], réforme prophétisée par Zarathoustra, dont le nom a été transcrit en Zoroastre par les Grecs (Ζωροάστρης, Zōroastrēs). Cette réforme est dite classiquement être intervenue au cours du Ier millénaire av. J. Histoire du zoroastrisme[modifier | modifier le code] Le zoroastrisme, une des premières religions monothéistes, est instituée par révélation dans des livres qui enseignent que Dieu est à l'origine de l'univers et créateur de l'ordre survenant du rien initial, créateur des mondes (cf. Zoroastre prêchait parmi l'Humanité la morale, c'est-à-dire l'ensemble des jugements et des règles légitimes reposant sur le dualisme primordial opposant le Bien et le Mal, transcendance immatérielle provenant de Dieu créateur. Related:  Dualismes

Le shivaïsme du Cachemire La Bonne Nouvelle : voici le Livre de Vie de l'Agneau, Le manuscrit Cette saisissante immolation par le feu Chaque jour ou presque, la même information tombe comme un couperet. Quelqu’un, quelque part dans le monde arabe, est mort ou a tenté de mettre fin à sa vie en s’aspergeant d’essence puis en se transformant en torche humaine. Un boulanger en Egypte, une femme à Sidi bel-Abbès, plusieurs adolescents à Alger, un homme d’affaires à Nouakchott (capitale de la Mauritanie)… La liste de ces tentatives de suicide par le feu ne cesse de s’allonger. publicité Des suicidés pas comme les autres Ces immolations par le feu me bouleversent et me désorientent. Dans nos pays, la jeunesse mais aussi ses aînés se tuent par manque d’espoir et de perspectives. Les uns se jettent des ponts en se jouant des grillages de protection, les autres succombent à des surdoses de médicaments ou à des mélanges de psychotropes et d’alcool. Mais ce recours aux brûlures fatales est une nouveauté déstabilisante. Cela fait des siècles que des théologiens s’étripent à propos de l’influence du zoroastrisme sur l’islam.

Zoroastre. Zoroastre, en persan Zerdust, est l'auteur ou le réformateur du Magisme ou Mazdéisme, religion des anciens Perses, des Parthes et des Guèbres, naquit probablement en Médie, dans l'Aderbaïdjan (l'anc. Atropatène ), sous le règne d'un prince du nom de Gouchtasp (qu'on a voulu à tort identifier avec Hystape, père de Darius I). La religion des Mèdes était chargée de pratiques superstitieuses: Zoroastre entreprit de la réformer. Selon les traditions des Perses, il passa la première partie de sa vie à voyager pour conférer avec les sages les plus illustres, Puis il s'enferma dans une grotte pour méditer, fut enlevé au ciel, vit Ormuzd face à face, et reçut de lui mission d'aller prêcher à l'Iran (Perse) une doctrine nouvelle. Il se présenta à la cour de Gouchtasp, qui régnait à Bactres (Balkh ), en Bactriane (La parole vivante). Excessivement âgé, Zoroastre se retira sur le mont Albordj; c'est là qu'il mourut, on ne sait à quelle époque. , lors delà grande irruption des hordes du Touran

Daech fait renaître le zoroastrisme de ses cendres au Kurdistan irakien Effet secondaire de la poussée djihadiste en Irak, le zoroastrisme, religion originaire du Kurdistan, connaît un renouveau. Le plus ancien monothéisme planétaire enregistre un afflux de nouveaux fidèles en réaction aux atrocités de l’organisation de l’Etat Islamique. Un phénomène inverse du temps où les zoroastriens se convertissaient à l’islam pour fuir les contraintes de leur propre religion. Née il y a environ 4.000 ans au Kurdistan irakien, la toute petite et première religion monothéiste du monde compte toujours aujourd’hui quelque 200.000 adeptes, répartis essentiellement entre l’Inde, l’Iran et le Kurdistan. Une cérémonie antique Mise en veilleuse par l’expansion musulmane, la doctrine de Zoroastre «fondée sur la bonne pensée, la bonne parole et la bonne action», avait fini par sombrer dans les oubliettes de la théologie, mais pas ses derniers adeptes.

Jaïnisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une statue d'Ajitnath, deuxième Tîrthankara, « créateur de chemin », du cycle du temps jaïn actuel. Le jaïnisme ou jinisme (du sanskrit Jina, « vainqueur ») est une religion qui aurait probablement commencé à apparaitre vers le Xe siècle ou IXe siècle avant notre ère[1], dont les origines sont peu connues, qui serait venue de l'animisme et qui prend ses racines dans la plus haute antiquité[2]. Histoire[modifier | modifier le code] La communauté[modifier | modifier le code] Si d'époque en époque les Acharyas jaïns ont enseigné la foi, cette religion vit surtout à travers ses rituels religieux réunissant laïcs et moines-ascètes itinérants. La philosophie jaïne[modifier | modifier le code] Symbole officiel du Jaïnisme représentant la Cosmographie jaïne et sa devise : Parasparopagraho Jivanam (« les vies se doivent un mutuel respect »). Symbole Jaïn ; le svastika est un symbole majeur du jaïnisme. Les cinq vœux majeurs des jaïns sont :

Le Journal Intégral Self-immolation Self-immolation refers to setting oneself on fire, often as a form of protest or for the purposes of martyrdom. It has centuries-long traditions in some cultures, while in modern times it has become a type of radical political protest. Michael Biggs compiled a list of 533 "self-immolations" reported by Western media from the 1960s to 2002, though in this work his definition is generalized to any intentional suicide "on behalf of a collective cause. Etymology[edit] The English word immolation originally meant (1534) "killing a sacrificial victim; sacrifice" and came to figuratively mean (1690) "destruction, especially by fire." History[edit] The Buddhist god of healing, the "Medicine King" or "Medicine Buddha" (Bhaisajyaguru) was associated with auto-cremation. Self-immolation has a long history in Chinese Buddhism. Following Fayu's example, many Buddhist monks and nuns have used self-immolation for political purposes. James A. In her article "Can the Subaltern Speak?"

Related: