background preloader

Are All Terrorists Muslims? It’s Not Even Close

Are All Terrorists Muslims? It’s Not Even Close
Motorcycles and minibuses, fake IDs and frantic calls. This is how a former spy and battlefield commander leaves the Islamic State. For all the attention paid to ISIS, relatively little is known about its inner workings. But a man claiming to be a member of the so-called Islamic State’s security services has stepped forward to provide that inside view. This series is based on days of interviews with this ISIS spy. Read Part One here, Part Two here, and Part Three here. Part Four: Escaping the Islamic State ISTANBUL — Abu Khaled looked at me across the outdoor hookah café table in the touristy Laleli district of Istanbul. Even though ISIS terror had struck inside Turkey the week before, the organization calling itself the Islamic State, al-Dawla al-Islamiya, felt very far away. “People started feeling bad about all the lying,” he said. They see themselves as superior—holier than thou in the proper definition. Abu Khaled was told that if he kept talking like that, he’d lose his head.

http://www.thedailybeast.com/articles/2015/01/14/are-all-terrorists-muslims-it-s-not-even-close.html

Related:  WorldSocial issuesCharlie Hebdo 3Islamophobie

Charlie: une manif à Angoulême pour le prof de Poitiers suspendu [vidéo] Mise à jour mardi à 9h: Les appels se multiplient pour soutenir le prof de philo de Poitiers suspendu, alors que des parents d'élèves l'accusent d'avoir perturbé la minute de silence dans son établissement. De nombreux élèves, actuels ou anciens, de Jean-François Chazerans, incrédules, témoignent de l'excellence de son enseignement et de son honnêteté sur un groupe Facebook qui a été créé.

x Siyakha Traoré #ZyedEtBouna C’est à Clichy-Montfermeil que nous avons rencontré Siyakha Traoré, le grand frère de Bouna. Bouna Traoré et son ami Zyed Benna sont morts le 27 octobre 2005, électrocutés alors qu’ils tentaient d’échapper à un contrôle de police. S’en sont suivies trois semaines d’émeutes.

Poitiers : les explications de Jean-François Chazerans après sa suspension par le rectorat - France 3 Poitou-Charentes polémique Le professeur de philosophie du lycée Victor Hugo de Poitiers a-t-il tenu des "propos inadmissibles" lors de la minute de silence demandée en hommage aux morts de Charlie Hebdo ? Suspendu, il fait l'objet d'une enquête pour "apologie d'actes de terrorisme". Voici son témoignage.

Le port du voile n’est pas « une menace contre l’institution universitaire » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Matteo Maillard Le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (Cneser) l’affirme : le port du voile à l’université n’est pas « une menace contre l’institution universitaire ». A 37 voix pour, 3 abstentions et un refus de prendre part au vote, ce comité consultatif auprès du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a adopté, lundi 18 mai, cette motion soumise par la conférence des présidents d’université. Rappelant la jurisprudence du Conseil d’Etat et de la Cour européenne des droits de l’homme, le texte voté précise que « l’interdiction du port du voile ou tout autre signe religieux visible par des étudiants à l’université n’a pas de base légale (à l’exception de cas concernant la sécurité ou l’hygiène) ». Si menace il y a, le comité estime que celle-ci résiderait « dans le risque d’intrusion des religions et d’idéologies diverses dans la science, le contenu des enseignements ou des champs de recherche ».

Charlie Hebdo ou le Check Point symbolique Le 11 janvier, il était entendu que nous étions tous Charlie, ou presque. Certes, mais lequel ? Est-ce le Charlie héritier de Hara Kiri, sans Dieu ni maître, anarchiste, libertaire, tirant à boulets rouges sur toute forme de sacré, qu’il soit religieux ou séculier ? Je suis Charlie, oui mais lequel ? Ou alors étions nous sommés d’être le Charlie de Philippe Val [1] ?

"Après coup" : la lettre de Mourad Benchellali, ex-détenu de Guantanamo Une semaine après les attentats de Paris, l’ex-détenu de Guantanamo, le Vénissian Mourad Benchellali, a écrit une lettre ouverte que nous publions sous forme de tribune. Mourad Benchellali photographié en août 2014 à Vénissieux. ©LB/Rue89Lyon Making ofMourad Benchellali a décidé de prendre la plume dans un double contexte. L’écrivaine Nancy Huston tacle les dessinateurs de Charlie Hebdo : «Ils avaient un problème avec leur virilité» - 29/01/2015 - LaDepeche.fr L’écrivaine et essayiste franco-canadienne Nancy Huston, présente mercredi à Lausanne pour faire la promotion de son nouvel ouvrage Le Club des miracles relatifs, a donné son point de vue très féministe sur les attentats qui ont frappé Paris début janvier et sur les caricatures de Charlie Hebdo. Selon elle, « sans du tout les renvoyer dos à dos avec les extrémistes, les dessinateurs de Charlie Hebdo avaient aussi un problème avec leur virilité ». Interrogée par RTS, Nacy Huston a déclaré : « J'ai toujours détesté l'image des femmes et des homosexuels qui transparaissaient dans les dessins de Charlie Hebdo, comme j'ai détesté le fait qu'il publie les caricatures islamiques. Je trouve que c'est un humour qui trivialise, agresse, banalise, blesse ». Et d’ajouter : « Je n'ai sincèrement jamais vu l'utilité d'être bête et méchant. Je ne peux pas dire que ce sont mes valeurs, puisque mes valeurs sont exactement le contraire de ça ».

Toulouse : une femme voilée et enceinte agressée à cause de sa religion - 26/03/2015 - LaDepeche.fr Une femme de religion musulmane a été agressée par un individu mardi matin à Toulouse. Enceinte, elle a été hospitalisée. et a déposé plainte. Son mari dénonce cet acte islamophobe. «Ma femme venait de poser nos deux filles à l'école, l'une à la maternelle, l'autre en primaire. Au moment de repartir, elle a croisé deux jeunes hommes. L'un d'eux lui a agrippé les cheveux, a tiré sur son voile tout en l'insultant : pas de ça chez nous ! Charlie Hebdo : être aimé par des cons, c'est dur, être haï par des amis, c'est pire Charlie Hebdo : être aimé par des cons, c'est dur, être haï par des amis, c'est pire Vendredi, 30 Janvier 2015 Depuis trois semaines, je dois me taire. Mariée à un dessinateur de Charlie Hebdo, Luz, je suis dans «l’oeil du cyclone».

Le bureau d'Aspasie: Comprendre Daesh et l'islamisme J'avais prévu de ne pas parler d'histoire contemporaine sur ce blog, mais j'ai assisté il y a deux jours (vendredi 20 mars 2015) à une conférence sur la manipulation politique des fondements de l'islam aujourd'hui, et il m'a paru intéressant de relayer ce que j'y ai appris : ces quelques informations sont d'une grande utilité pour comprendre le contexte géopolitique d'aujourd'hui au Moyen Orient, et la place de l'islam en France aujourd'hui. Autre nouveauté, en plus de l'histoire contemporaine : cet article a été écrit en collaboration avec mon amie Milena, qui a aussi assisté à la conférence (et qui a aussi le bon goût d'être médiéviste). La conférence à laquelle nous avons assisté est la première d'un cycle sur la laïcité et les fondamentalismes religieux en France. Ce cycle est organisé par des étudiants en histoire, qui ont décidé d'inviter des professeurs d'histoire. Sa problématique se résumait à quatre questions : qu'est-ce que l'islamisme ?

Le Festival d'Angoulême décerne un Grand Prix spécial à « Charlie Hebdo » Comme prévu, le Festival d'Angoulême a décerné jeudi 29 janvier un Grand Prix spécial à Charlie Hebdo. Alors qu'un collectif d'auteurs réclamait que le Grand Prix soit décerné d'office et exceptionnellement à Charlie Hebdo cette année, la direction du festival est finalement restée sur son projet initial : la création d'un « prix de la liberté d'expression », dont le premier lauréat sera évidemment le journal satirique. Lire aussi (édition abonnés) : Après l'attentat contre « Charlie Hebdo », la BD solidaire En outre, le festival a organisé plusieurs événements afin de rendre hommage aux victimes, dont Cabu et Wolinski, qui ont inspiré toute une génération de caricaturistes. Une grande exposition, montée dans l'urgence, retrace jusqu'à dimanche l'histoire du journal satirique, de sa genèse jusqu'au numéro « des survivants » du 14 janvier avec une caricature de Mahomet en « une ». Voir : Katsuhiro Otomo enfin sacré à Angoulême

Stop! Mon corps ne vous appartient pas C'est le mois de mars, un mois pendant lequel, en tant que femme, noire, musulmane, je dois célébrer certaines journées : d'abord le 8, qui est la journée internationale du droit des femmes, puis le 15, c'est le triste anniversaire du vote de la loi du 15 mars 2004 excluant de l'école publique les filles qui portent le foulard et enfin le 21 qui est la journée internationale contre le racisme. Nous sommes le 14 mars 2015, une semaine après le 8 mars, journée internationale du droit des femmes et la veille du onzième anniversaire du vote de la loi du 15 mars 2004. Je décide d'aller, avec une amie, au festival du film de femmes de Créteil voir Je ne suis pas féministe, mais..., un film de Florence et Sylvie Tissot sur le parcours de la féministe Christine Delphy. J'y vais, toute contente, pensant que ce serait un espace safe (de sécurité) pour moi. J'arrive un peu en retard et rate le début du film. Mais le cauchemar n'est pas fini.

Des questionnements « insupportables »... et néanmoins pertinents Partie précédente : Commémorer sans discuter « Pourquoi on ne dit pas tout cela à la télé, Madame ? » Voilà ce que m’ont demandé mes élèves après que nous ayons ensemble discuté des événements de la semaine dernière.

Related: