background preloader

« Il faut écouter ceux qui disent “Je ne suis pas Charlie”»

« Il faut écouter ceux qui disent “Je ne suis pas Charlie”»
LE MONDE | • Mis à jour le | Par Alexandre Piquard Malgré ses désaccords passés avec le journal satirique sur son traitement de l’islam, Abdelkrim Branine, rédacteur en chef de Beur FM, a témoigné dès mercredi son soutien à Charlie Hebdo. Quelques heures après le drame, il a participé à une soirée « contre la haine, pour la liberté », organisée au siège de Mediapart. Se définissant comme musulman à la tête d’un média laïc dont une part importante du public est de culture musulmane, il disait alors toutefois craindre le risque d’amalgame visant les musulmans. Vendredi soir, l’animateur de l’émission « Les Z’informés » s’indignait sur Twitter, à propos de la marchedu 11 janvier, de « la plus grande récupération politique de l'histoire de l'humanité ». Vous êtes finalement allé à la manifestation, avez-vous dépassé vos réticences ? Oui. Quel a été l’état d’esprit des musulmans que vous connaissez ou du public de Beur FM ? Avez-vous senti d’autres arguments dans votre public ? Oui.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/13/il-faut-ecouter-ceux-qui-disent-je-ne-suis-pas-charlie_4554861_3224.html

Related:  Etre ou ne pas être CharlieCharlie hebdoÀ lire

Les religions sont contre les femmes Beaucoup d’émotions ces derniers jours autour de Charlie Hebdo. Une émotion dont s’est emparé le gouvernement de Valls et Hollande lors d’une manifestation d’unité nationale, malgré une ligne politique raciste et anti-ouvrière qui ne fait que poursuivre celle de Sarkozy. En prime, des cartons d’invitation conviant des responsables politiques de plusieurs Etats qui limitent pourtant gravement les droits et les libertés individuelles de leurs populations : Netanyahu &Bennett, Abbas, Lavrov, Orban, Erdogan, Davutoglu, Bongo, Rajoy… etc, tous étaient Charlie ce jour là. Même un pigeon qui a laissé sa trace sur l’épaule du Président. Une émotion dont s’est immédiatement emparé le FN ainsi que des militants d’extrême droite multipliant les actes contre des Mosquées. Une émotion demandant aux musulmans de se désolidariser des attentats islamistes pour « éviter » tout amalgame.

Présidents africains à Paris : pourquoi pas une telle mobilisation contre Boko Haram ? L’Afrique était bien représentée à la marche historique du 11 janvier contre le terrorisme à Paris, avec six chefs d'Etats du continent présents. Mais la presse africaine leur reproche de ne pas se mobiliser autant contre les massacres de Boko Haram. Le Malien Ibrahim Boubacar Keïta, le Nigérien Mahamadou Issoufou, le Sénégalais Macky Sall, le Béninois Thomas Boni Yayi, le Togolais Faure Gnassingbé et le Gabonais Ali Bongo ont marché hier à Paris, avec des millions de Français.

Schlomo Sand : « Je ne suis pas Charlie » Précision pour les charlistes, non-charlistes, anti-charlistes, réductionnistes, simplificatistes et tutti-quantistes, publier un texte n'a jamais signifié un accord total avec ce texte. mardi 13 janvier 2015 par Shlomo Sand site de l'UJFP Rien ne peut justifier un assassinat, a fortiori le meurtre de masse commis de sang-froid. Ce qui s’est passé à Paris, en ce début du mois de janvier constitue un crime absolument inexcusable. Dire cela n’a rien d’original : des millions de personnes pensent et le ressentent ainsi, à juste titre. « Je suis Charlie », c’est lui Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Frédéric Potet Simple et puissant. Mercredi 7 janvier, en apprenant l’attentat contre « Charlie Hebdo » Joachim Roncin, 39 ans, publie un message graphique sur Twitter. Depuis, son « Je suis Charlie » a fait le tour du monde. Et est devenu incontournable dans les rangs des défilés de soutien au journal satirique. Il est, lui aussi, l’un des hommes les plus « recherchés » du pays, en tout cas par les médias de France, mais aussi d’Allemagne, de Grande-Bretagne, des Etats-Unis, « de la Terre entière », dit-il… Joachim Roncin, 39 ans, est le créateur du slogan « Je suis Charlie » qui, depuis l’attentat terroriste commis mercredi 7 janvier dans les locaux de Charlie Hebdo, a été repris à travers le monde en signe de soutien aux caricaturistes assassinés.

« Aidez cette jeunesse qui ne demande qu’à faire partie de la société » Par Luc Besson, réalisateur, producteur et scénariste français Mon frère, si tu savais combien j’ai mal pour toi aujourd’hui, toi et ta belle religion ainsi souillée, humiliée, montrée du doigt. Oubliés ta force, ton énergie, ton humour, ton cœur, ta fraternité. C’est injuste et l’on va ensemble réparer cette injustice. On est des millions à t’aimer et on va tous t’aider. Commençons par le commencement. Nous sommes tous des hypocrites Nous sommes tous des hypocrites. C’est peut-être ça, ce que veut dire « Je suis Charlie ». Ça veut dire : nous sommes tous des hypocrites. La pédagogie de l’urgence ne libère que de l’écume Donnez leur et donnez-nous du temps. Depuis quelques jours se multiplient les échos alarmistes des écoles des quartiers populaires dans lesquelles les mômes se seraient lamentablement vautrés dans l’apologie des criminels qui ont tué à Charlie-Hebdo et porte de Vincennes. « Les territoires perdus de la république » n’auraient donc pas retrouvé le bon chemin , leurs habitants restant englués dans leur défiance de la France, embrigadés par des communautés religieuses, fanatisés par un antisémitisme aveugle. Echec de l’Ecole ? Echec de la société ? Tandis que les urgentistes multiplient les analyses, il faudrait peut-être rappeler modestement que nous ne sommes qu’à 6 jours du premier massacre.

A-t-on le droit de ne pas aimer Charlie Hebdo On l'accuse de verser des larmes de crocodile. Le dessinateur italien Vauro (bien connu des lecteurs de Courrier international) s'est retrouvé du jour au lendemain montré du doigt, considéré comme persona non grata dans le concert des condoléances à l’égard des victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo. On lui reproche de pleurer Charlie et d'avoir, dans le même temps, eu quelque réserve quant à la position éditoriale de l'hebdomadaire. Le 9 janvier, le dessinateur italien est invité sur un plateau de télévision ; il apparaît avec un tee-shirt : "Je suis Charlie".

A force de déni, la France a créé ses propres monstres  SOCIÉTÉ - Comme une grande partie de mes concitoyens, je me souviendrai, sans doute toute ma vie, de ce que je faisais lorsque j'ai appris qu'une partie de l'équipe de Charlie Hebdo avait été assassinée de sang-froid par des individus cherchant à "venger le prophète". Ce crime inimaginable jusqu'alors m'a glacé d'effroi. Je milite depuis des années contre la haine raciale et pourtant, jamais je n'aurais imaginé qu'un massacre aussi abominable se déroulerait dans les locaux d'une rédaction française. Deux jours plus tard, un autre djihadiste autoproclamé tuait les clients juifs d'une épicerie cacher.

L’école, Charlie et les autres : entrer dans la boîte noire des classes Dossier présenté par Laurence De Cock et Vincent Casanova Avec les contributions majoritairement des collègues du collectif Aggiornamento, mais aussi de APSES et de Questions de classes. Suzanne Citron, Maryse Broustail, Laetitia Léon-Benbassat, Servane Marzin, Laurence De Cock, Vincent Casanova, Vincent Mespoulet, Laurent Fillion, Bernard Girard, Marie Gloris Bardieu Vaïente, Elisabeth Hervouet, Grégory Chambat, Laurent Gayme, Farida Gillot, Vanessa Mercier, Eric Fournier, Gabriel Kleszewski, Philippe Olivera, Simon Grivet, Samuel Kuhn, Olivier Le Trocquer, Isabelle Bourdier-Porhel, Christophe Naudin, Geneviève Royer, Mathieu Ferradou, Sophie Gaujal, Olivier Barberousse, Jean-Charles Buttier, Axel Berra-Vescio, Carine Gabayet, Défendin Détard, Stéphanie Maffre, Louisa Martin-Chauvin « Après que » : Le présent s’en ressent et s’emballe doublement : frénésie médiatique et fièvre herméneutique vont de pair. Ils ont été classés par ordre de leur apparition sur la liste.

Frédéric Lordon : Charlie à tout prix Ce texte est tiré d’une intervention à la soirée « La dissidence, pas le silence ! », organisée par le journal Fakir à la Bourse du travail à Paris le 12 janvier 2015. Lorsque le pouvoir de transfiguration de la mort, ce rituel social qui commande l’éloge des disparus, se joint à la puissance d’une émotion commune à l’échelle de la société tout entière, il est à craindre que ce soit la clarté des idées qui passe un mauvais moment. Il faut sans doute en prendre son parti, car il y a un temps social pour chaque chose, et chaque chose a son heure sociale sous le ciel : un temps pour se recueillir, un temps pour tout dire à nouveau. Mais qu’on se doive d’abord à la mémoire de ceux qui sont morts n’implique pas, même au plus fort du traumatisme, que toute parole nous soit interdite. « Je suis Charlie ».

Charlie « J’essaie de me rassurer en me disant que lesgens pleurent davantage l’assassinat d’une partie de leur enfance (RécréA2) qu’un torchon réac ». J’espérais me débarrasser de mon malaise en 140 caractère et pouvoir retourner à mon code, mais comme je vois que tout le monde a retrouvé aujourd’hui le mode d’emploi de son carnet, je m’en voudrais de ne pas apporter ma voix à la cacophonie. Les histoires d’A… Quelques Livres en PDF sur la Permaculture Voici une liste de Livres au format PDF, réputés dans l’univers de la Permaculture pour la qualité de leur contenu. Leurs auteurs, Bill Mollison, David Holmgreen Mansobu Fukuoka… défendent et promeuvent une agriculture naturelle, plus saine et plus respectueuse des lois de la nature. Sur un autre registre, mais toujours au plus près de la nature, les deux derniers ouvrages, d’Alain Saury et de John Seymour sont eux aussi des références dans leur domaine, le retour à la nature. Ces fichiers au format électronique sont ici disponibles gratuitement, dans le but de partager les connaissances et les savoirs.

Aux fossoyeurs de tous bords - Comité de rédaction d'Article11 Pendant quarante ans Charb n’est pas Gébé. Tignous n’est pas Reiser. Philippe Val n’est pas Choron.

Related: