background preloader

Les effets de l'apprentissage et de l'enseignement sur le cerveau

Les effets de l'apprentissage et de l'enseignement sur le cerveau
Vous avez probablement souvent entendu cette phrase lors d'une discussion : « La recherche sur le cerveau dit que... ». La vulgarisation et la diffusion des résultats des récentes recherches sur le cerveau nous offrent l'opportunité de revoir les grands principes pédagogiques inhérents à l'apprentissage et à l'enseignement. Les précieuses informations issues des recherches nous obligent aussi à faire des liens avec les efforts déployés pour utiliser les TIC au profit des apprentissages en classe et à la maison. Tout pédagogue doit être à l'affut des avancées dans le domaine. Par contre, cet engouement pour les neurosciences engendre parfois certains neuromythes trop facilement véhiculés. Vous avez entendu parler des intelligences multiples? « Il y a quelques années, la pertinence de s'intéresser au cerveau en éducation était plutôt limitée. Trois grandes découvertes sur le cerveau ont été présentées par Steve Masson lors de cette présentation : Découverte no 1 Découverte no 2 Ressources :

http://recit.qc.ca/article/les-effets-de-lapprentissage-et-de-lenseignement-sur-le-cerveau

Related:  Module 1 : être un bon tuteurneuroscienceMOOCs

Éducation, plasticité cérébrale et recyclage neuronal - Psychologie cognitive expérimentale - Stanislas Dehaene - Collège de France - 06 janvier 2015 09:30 Dans le domaine de l’apprentissage, il est vain d’opposer l’inné et l’acquis, l’environnement et l’hérédité. Dès 1949, le psychologue canadien Donald Hebb l’énonce : Deux facteurs déterminent la croissance intellectuelle : un potentiel inné, absolument indispensable, et un environnement stimulant, tout aussi indispensable. Il est inutile de se demander lequel est le plus important. On pourrait supposer que l’intelligence croît jusqu’à la limite fixée par l’hérédité ou par l’environnement – le minimum des deux. Dans un environnement parfait, c’est la structure innée qui donne le rythme ; mais en partant d’une hérédité de génie, c’est l’environnement qui domine.

Neurosciences et éducation : peut-on les marier ? Inspiré du titre d’un article de Francis Schrag (professeur en philosophie de l’éducation) paru en 2013, la question du mariage entre neurosciences et éducation est au cœur des débats que suscite l’éventuelle application des résultats neuroscientifiques dans la salle de classe. Neurosciences de l’éducation, esprit, cerveau et éducation ou encore neuro-éducation, le vocabulaire ne manque pas pour désigner cette « jeune science », dont l’objectif est de mieux faire connaître le cerveau et les processus cognitifs qui lui sont attachés. La fascination qu’exercent les images du cerveau, les animations 3D ou toutes approches déclarées « brain-based » (basée sur ce que l’on sait, ou croit savoir, du fonctionnement cérébral) engendrent malheureusement de nombreux malentendus. Mais quels sont ses véritables apports au monde éducatif ? Peut-on demander aux neurosciences de déterminer des méthodes efficaces d’enseignement ? Gaussel Marie & Reverdy Catherine (2013).

5 astuces pour utiliser encore mieux Spotify ! Vous utilisez Spotify ? Si oui, connaissiez-vous ces 5 astuces qui vous permettront d’utiliser pleinement les fonctionnalités proposées par cet outil ? 1. Ce que les enfants devraient savoir sur leur cerveau à l'école Les neurosciences apparaissent comme un domaine réservé aux meilleurs étudiants en sciences. Or une étude américaine a démontré que Au plus tôt on apprend à l’école comment fonctionne notre cerveau, au mieux c’est. Suite à une étude menée sur des enfants de 4 à 13 ans, les psychologues Peter Marshall et Christina Comalli ont découvert que les jeunes enfants ne connaissent ni les fonctions ni le fonctionnement de leur cerveau. Les scientifiques attribuent cet état de fait à plusieurs facteurs : 1. les parents et les enseignants ne mentionnent que très rarement le cerveau quand ils apprennent aux enfants comment leurs corps fonctionnent.

Neurosciences : le mystère des surdoués... par accident SYNESTHÉSIE. La vie de Jason Padgett, un ancien vendeur de meubles de Tacoma (État de Washington, États-Unis), a pris une étrange tournure un soir de 2002, alors qu’il sortait d’un bar à karaoké. Violemment agressé dans la rue, il est victime d’une sévère commotion cérébrale dont il garde des séquelles : un syndrome de stress post-traumatique, une anxiété sociale et… un talent nouveau pour le dessin ! Le jeune homme se met en effet à représenter des figures géométriques complexes et affirme vivre une expérience de synesthésie (mélange des sens) inexpliquée : il "voit" les équations mathématiques prendre forme dans son esprit. Le mystère du "syndrome savant acquis"

Mon cerveau, ce héros... et ses mythes De "l'effet Mozart' à la croyance que l'on n'utilise que 10% de son cerveau, les neuro mythes sont partout et particulièrement dans l'enseignement. Philosophe de formation mais chargée de mission à La main à la pâte et membre associée à l'Institut Nicod, Elena Pasquinelli nous invite à découvrir les neuro mythes et à les comprendre pour mieux les combattre. Un combat devenu nécessaire parce qu'ils justifient de façon banale le maintien de préjugés et qu'ils empêchent du coup l'Ecole de tirer parti des avancées scientifiques. "Ce voyage au royaume des mythes ne sera pas un voyage de tout repos et il présente des risques", écrit E Pasquinelli. En fait, son petit livre, publié aux éditions Le Pommier, se lit très agréablement.

Neurosciences et pédagogie Dans le monde de l'éducation, c'est une innovation : améliorer l'enseignement et l'apprentissage par ce qu'on connaît du fonctionnement du cerveau. Et cela s'appelle la neuropédagogie. Domaine de recherche relativement nouveau qui fait la jonction entre les neurosciences et les sciences de l'éducation, il s'intéresse aux processus biologiques en jeu dans l'apprentissage ainsi que les expériences sociales et émotionnelles.

Les mauvaises habitudes ruinent le sommeil des étudiants Les étudiants français ne sont pas épargnés par la phobie du réveil. A l'occasion de la 15e journée mondiale du sommeil, ce vendredi 27 mars, le point sur leurs habitudes et les façons d'améliorer la situation. Si l'on reprend une étude Harris Interactive pour la mutuelle étudiante Smerep, plus de neuf étudiants sur dix déclarent dormir moins de huit heures par nuit, temps de sommeil conseillé chez l'adulte. Pire : 18 % expliquent être en-deça de six heures quotidiennes. « Ils suivent leur rythme de vie, plutôt que leur rythme biologique », explique Pierre Faivre, responsable de prévention pour la Smerep. Mauvaises habitudes nocturnes Comment fonctionne le cerveau humain (et comment en tirer parti) Voici un livre dont j’attends la sortie française avec impatience. Brain Rules: 12 Principles for Surviving and Thriving at Work, Home, and School du docteur John Medina est un livre qui vulgarise le fonctionnement du cerveau humain et explique comment en tirer profit que ce soit dans notre vie professionnelle, privé ou bien à l’école. [Edit : la version Française du livre est sortie le 17 Novembre 2010 sous le titre Les 12 Lois du cerveau

Related: