background preloader

Dessine-moi un Charlie

Dessine-moi un Charlie
Mercredi 7 janvier 2015, plusieurs hommes lourdement armés ont attaqué le journal satirique français Charlie Hebdo, faisant douze morts, dont cinq caricaturistes : Charb, Cabu, Wolinski, Tignous et Honoré. Le même jour, le dernier dessin de Charb, étrangement prémonitoire, était publié dans le numéro Charlie Hebdo de la semaine. Les deux jours suivants, d'autres attentats porteront le bilan des victimes à 17. En réaction à ces évènements tragiques, des centaines de dessins sont apparus dans le monde et sur les réseaux sociaux pour donner de la voix à la liberté d'expression. Enseigner le français avec TV5MONDE vous propose de revenir sur l'utilisation du dessin comme arme d'expression. Ressources TV5MONDE Discours de Manuel Valls Quel diagnostic le Premier ministre français, Manuel Valls, pose-t-il sur l’état de la société française après les attentats de janvier 2015 ? Géopolitis Liberté de la presse : le dessin comme arme absolue ? Hommages des dessinateurs Rob Tornoe, dessinateur américain.

http://enseigner.tv5monde.com/fle/dessine-moi-un-charlie

Related:  La caricature, une rhétorique visuelle à exploiter en classepressedroits et libertésEMCPistes pédagogiques

Classe média : les caricatures Dans le cadre de la classe média, on ne pouvait pas passer à côté des événements tragiques de mercredi dernier. D’autant plus que dans le collège, nous avons eu certaines réactions très particulières, de type « bien fait pour eux » (pour rester soft). Toutes les classes ont bien entendu eu un moment d’explication et de recueillement jeudi, mais des incompréhensions demeures. Les élèves font des confusions, s’en tiennent à des brides d’informations. Quels nouveaux modèles économiques pour la presse écrite Un kiosque à journaux à Diyarbakir (Turquie) le 2 novemvre 2015 Stoyan Nenov © REUTERS - Actualités : 1/ Chine : le groupe géant Alibaba s’offre le South China Morning Post 2/ Au lendemain des régionales, comment repenser l’action publique ?

Théories du complot : 5 façons d'apprendre aux élèves à faire le tri sur internet "C'est sûr, le gouvernement nous ment", "Y en a qui disent que c'était un coup monté", "On ne sait pas qui croire"... Ces paroles de lycéens, recueillies par France 2, illustrent bien le malaise qui s'est emparé de l'institution scolaire à la suite des attentats contre Charie Hebdo, à Montrouge et à la porte de Vincennes. Pour y répondre, Najat Vallaud-Belkacem a lancé une concertation sur le numérique à l'école et devrait annoncer de premières mesures jeudi 22 janvier. Un défi immense pour la ministre de l'Education nationale, qui a affirmé sur RTL qu'un "jeune sur cinq adhère aux théories du complot". Un chiffre non étayé, mais qui pose question.

Parler de liberté d'expression et d'humour en classe de FLE La France est-elle toujours le pays de la liberté ? Découvrez l’évolution de la liberté d’expression depuis 1830. Discuter de la caricature (B2), déterminer les enjeux de la caricature (C1). Voix off Une poire pour contourner la censure. 1831 : le roi Louis-Philippe interdit qu’on le dessine, alors il devient l’homme à la tête de poire, sous la plume d’un caricaturiste, Honoré Daumier. Pour avoir croqué le souverain en Gargantua* volant l’argent du peuple, Daumier est jeté en prison, 6 mois. C’est à cette époque, dans la résistance, que la caricature gagne ses lettres de noblesse. Expliquer aux élèves pourquoi des dessinateurs de presse ont été assassinés Ce mercredi 7 janvier est un jour noir pour la presse et la démocratie françaises. Deux hommes ont attaqué les locaux du journal satirique Charlie Hebdo avant de prendre la fuite. À l’heure où j’écris ces lignes le bilan est de 12 morts, une vingtaine de personnes sont blessées dont certaines très grièvement. Parmi les victimes de cette attaque terroriste, deux policiers, quatre dessinateurs (Charb, Cabu, Tignous et Wolinsky) et le journaliste Bernard Maris. Même si cela est difficilement imaginable, des hommes sont morts pour des dessins en France.

Techniques et procédés de la caricature Il ne faut pas réduire la caricature au portrait charge, qui utilise la déformation physique comme métaphore d’une idée. Sous cette forme politique, elle joue un rôle analogue à celui du pamphlet. En exagérant les particularités physionomiques des personnages, les caricaturistes les ridiculisent, mais ils révèlent du même coup leur personnalité profonde, et dénoncent ainsi la corruption du système qu’ils incarnent. Les éléments du visage : front, œil, nez, bouche, dents deviennent alors des signes symboliques ou métaphoriques. Mais la simplification du graphisme peut parfois aller de pair avec la démagogie, quand les caricaturistes sacrifient l’effet à la vérité ou flattent les préjugés. Nombre d’entre eux furent réactionnaires ou antisémites.

La BD s'en va-t-en guerre Publié le: 21. 10. 2009 "Quand la BD rencontre la réalité, la guerre, la vraie, elle devient une nouvelle forme de journalisme qui propose, elle aussi, une fine compréhension des dimensions humaines des conflits, des génocides, des révolutions." « Dans un monde où Photoshop ne permet plus de distinguer le photographe du menteur, on peut autoriser les artistes à revenir à leur fonction originelle : le reportage ».Art Spiegelmann commentant le travail de Joe Sacco. A la suite d'Art Spiegelmann et de son Maus (Flammarion, 1987), une nouvelle génération d'auteurs s'est saisi de la réalité du monde, même la plus grave. Ainsi le jeune Joe Sacco, né en 1960 sur l'île de Malte et émigré aux Etats-Unis, publie Palestine, une nation occupée puis Palestine, dans la bande de Gaza (Vertige Graphic, 1996) pour lequel il recevra le prestigieux American Book Award.

De l'urgente nécessité d'un service civique Il y a exactement vingt ans, le discours politiquement correct applaudissait la fin du service militaire obligatoire. Il est vrai que ce système essoufflé était loin d'être idéal. On y acquérait parfois de bien mauvaises habitudes, comme de fumer et boire plus que de raison. Des jeunes plus fragiles y étaient victimes de maltraitance. De plus, n'étant obligatoire que pour les garçons, le service militaire créait une inégalité de fait. Ce système possédait pourtant des avantages dont nous aurions grandement besoin aujourd'hui. Dessins hommage à Charlie Hebdo Il y a des tops qu'on aurait préféré ne jamais faire. Ou ne jamais avoir à faire, et celui là en fait partie. Ou alors pas dans ces conditions, pas comme ça, pas après ce "truc", cette "chose" qu'on a du mal à nommer. Charlie Hebdo, et avant lui Hara-Kiri, mérite un hommage, c'est certain. Mais il aurait dû se faire avec le sourire et des rires étranglés devant une couverture de plus en se disant "rhooo". Pas comme ça.

Ecole : et maintenant on fait quoi ? Après la sidération, après l’émotion, doit venir le temps de la réflexion et des propositions. Depuis les attentats des 7 et 8 janvier, beaucoup de français sont restés dans une sorte de temps suspendu dont ils sortent lentement. Les marches et tous les hommages permettent de faire le deuil. Mais les questions qui se posent alors sont terribles. Sommes nous à la fin ou au début de quelque chose ? Va t-on vers le pire ou le meilleur ?

Rapide histoire de la caricature La Révolution de 1789 va multiplier ces images (mille cinq cents gravures satiriques entre 1789 et 1792) et la demande suscitée par l'actualité va être à l'origine d'un appareil de production organisé. Des journaux hebdomadaires comme Les Révolutions de France et de Brabant de Camille Desmoulins ou les Révolutions de Paris de l'éditeur Prudhomme font une large place au dessin, satirique pour l'un, d'inspiration plus "reportage" pour l'autre. La presse royaliste publie de son côté des caricatures anti-révolutionnaires tandis qu'en 1793 le Comité de Salut Public demande au député David de "multiplier les gravures et les caricatures qui peuvent réveiller l'esprit public et faire sentir combien sont atroces et ridicules les ennemis de la liberté et de la république".Cité dans "La caricature, deux siècles de dérision salutaire", Historia, n° 651, mars 2000, p.52.

Un kit pédagogique pour en finir avec les théories du complot L’agence de presse Premières Lignes, ancienne voisine des locaux de “Charlie Hebdo”, a mis en place des vidéos simples et efficaces à destination des professeurs et des collégiens pour démonter les théories du complot. Le 11-Septembre monté de toutes pièces. L'attaque de Charlie Hebdo et les attentats du 13 novembre aussi. Les théories du complot ont le vent en poupe partout sur Internet. Le sujet pourrait prêter à sourire si « un jeune sur cinq » n'y adhérait, comme l’avait annoncé Najat Vallaud-Belkacem en janvier 2015. Après Charlie justement, le Net a vu diverses théories laisser planer l’ombre d’un complot gouvernemental. Pakistan : au pays des crimes d’honneur «On les a tuées, viens t’occuper d’elles maintenant.» Au téléphone, les frères de Youcef lui annoncent tranquillement qu’ils viennent d’égorger leur mère et leurs deux jeunes sœurs, parce qu’ils jugeaient leur comportement «indécent». Trois mois plus tard, on s’attend donc à le voir horrifié et en larmes, mais Youcef reste calme et toujours «partagé» sur ce qu’il faut en penser… «Mes frères n’auraient pas dû tuer notre mère, mais c’est bien aussi d’avoir montré l’exemple à notre clan en préservant notre honneur, en montrant que les femmes ne peuvent pas se comporter comme ça», lance-t-il sur un ton cassant. Le fléau du «kalo kali»

Le Kopimisme reconnu comme religion par la Suède En décembre 2011, l'État suédois a reconnu l'Église Missionaire du Kopimisme comme religion. Le "Kopimisme" (qui vient du terme " kopimi", dérivé de l'anglais "copy me", "copiez-moi") est un mouvement religieux issu du parti pirate suédois, attaché à réformer les droits de la propriété intellectuelle (les lois du copyright, et le système des brevets). Retour sur cette drôle de religion analogique. Fondée en 2010 par un étudiant suédois en philosophie, Isak Gerson, l'Église kopimiste revendique 3000 membres dans une dizaine de pays. Après deux tentatives infructueuses, le gouvernement suédois a accepté la demande du mouvement d'être officiellement enregistrée, passant du statut de secte à celui de religion. Pour les Kopimistes, "l'information est sacrée et la copie est un sacrement.

« Dessine-moi un Charlie ». in BIGOT Yves (dir). TV5Monde [en ligne]. Paris : TV5Monde SA, [n.d.], [consulté le --/06/2016]. Disponible sur < > by mastermeefdocumentation May 20

Related: