background preloader

Comment parler d’un drame de l’actualité aux enfants

Comment parler d’un drame de l’actualité aux enfants
Related:  Liberté d'expression, liberté de la presseDes mots pour le dire : conseils aux parents

Espagnol : El humor o la muerte « Hasta la victoria siempre » et « el humor o la muerte », sont les deux bulles que le dessinateur et directeur de Charlie Hebdo, Stéphane Charbonnier, alias Charb, avait écrites lors de la réalisation de sa propre caricature durant une interview du quotidien espagnol El Mundo. Alors que El Mundo présente Charlie Hebdo comme une revue, créée par François Cavanna en 1992, à la ligne éditoriale osée et irrévérencieuse, et qui sera considérée blasphématoire par les musulmans, eldiario.es fait le choix de la présenter comme l´hebdomadaire français qui a toujours été très critique vis-à-vis des différentes religions, aussi bien à l´égard de Ratzinger, que de Mahoma ou encore des rabbins juifs. Il propose donc un article reprenant sept unes satiriques concernant différentes religions. Les confrères des revues satiriques espagnoles ne manquent évidemment pas à l´appel pour couvrir l´événement tragique ayant eu lieu au siège de Charlie Hebdo en ce 7 janvier 2015. Viñeta de Malagón Viñeta de Kap

Allemand : « Ich bin Charlie » La presse allemande et notamment la ‘ZeitOnline’ retrace quasiment en temps réel l’émoi suscité par l’attentat perpétré contre les journalistes de Charlie Hebdo. Sur les réseaux sociaux, c’est sous le Hashtag #JeSuisCharlie que se manifeste un élan de solidarité international, notamment sur Twitter. Les commentaires reprennent fréquemment la citation du britannique Edward Bulwer-Lytton : « The pen ist mightier than the sword » ou en allemand : « Der Stift ist stärker als das Schwert », comme le décrit un article de la ‘Zeit’. Pour sa part, le ‘Spiegel Online’ se fait l’écho des principaux responsables politiques internationaux, notamment de la chancelière Angelika Merkel qui dénonce un « acte abominable ». La presse autrichienne se fait également l’écho de la tragédie. Sur Facebook , c’est l’ancien politicien Jürgen Todenhöfer qui vient de publier son livre ‘Du sollst nicht töten’ qui partage sur sa page FB une affiche contre le terrorisme et la xénophobie. Christophe Jaeglin

Comment parler des attentats à ses enfants ? Vous avez le droit d'être tristes, et même de pleurer. A la suite des attentats du 7 janvier, la journaliste Nadia Daam racontait comment elle avait parlé des événements à sa fille. Comment d'autres pouvaient en parler à leurs enfants. Nous le republions à l'issue des attentats du 13 novembre. Ce soir là, je suis rentrée. Douze personnes avaient été exécutées et parmi elles, Charb, avec qui je travaillais parfois et à qui on disait, en le voyant se pointer au travail avec ses deux gardes du corps «Fais gaffe! Alors, à ma fille qui me demande pourquoi je chiale, je réponds «parce que c'était une journée triste. J'ai vu ce genre de tweets, et je me suis dit que c'est vrai ce serait bien, un mode d'emploi. Pourtant, il y a bien une marche à suivre, des écueils à éviter, des mots à choisir. On ne se cache pas pour pleurer D'abord, et c'est peut-être le plus important: on a le droit de pleurer devant nos gosses. En 2013, la psychologue Nancy S. Non, évidemment. Que taire? Nadia Daam

Anglais : Parler de l'attaque de Charlie Hebdo Les enseignants de la liste eteachnet ont rapidement réagi à cette attaque. En plus de la minute de silence qui sera organisée nationalement, voici des suggestions pour les cours à venir : des infos et un travail autour de la liberté de la presse et de Rockwell. Béa Manigat de Lomé au Togo propose deux liens qui peuvent alimenter la discussion et renforcer l’hommage: - The Guardian: « Fight intimidation with controversy » - John Kerry’s reaction to the Paris attacks. Marise Graziosi de l'académie de Lille propose "une jolie façon de faire écho, de rendre hommage, de provoquer des discussions" en présentant aux élèves "le discours de Roosevelt sur "the four freedom"que l'on peut trouver sur You Tube, accompagné des illustrations de Rockwell qu'on trouve sur la page "Four Freedom" de Wikipedia. Le cours et la fiche L'audio du discours (01:28) Les illustrations Christine Reymond

Liberté de conscience, liberté d'expression : outils pédagogiques pour réfléchir avec les élèves Comment parler d'un drame de l'actualité aux élèves ? Quelques principes Moduler son attitude pédagogique selon l'âge des élèves : à l'école maternelle, du début à la fin de l'école élémentaire, au collège...Accueillir l'expression de l'émotion des élèves, sans sous-estimer, y compris chez les très jeunes enfants, leur capacité à saisir la gravité des situations ;Rassurer les élèves : l'école est un espace protégé ; l'évènement s'est déroulé dans un lieu et un temps circonscrit, même si les média en parlent et diffusent plusieurs fois les images ;Etre attentif au « niveau de connaissance » que les élèves ont de l'évènement : certains élèves peuvent n'en avoir aucune connaissance ; d'autres ne disposer que d'éléments partiels, voire erronés, provenant de sources variées. Pour aller plus loin : Aborder un événement collectif violent Quelques repères pour agir à l'école primaire Aujourd'hui, le périmètre touché est beaucoup plus important. Distinguer les situations S'appuyer sur le collectif

Attentat à "Charlie Hebdo" : que dire à vos enfants ? Par Bastien Hugues Mis à jour le , publié le Si vous avez des enfants, vous vous êtes sans doute posé la question : faut-il parler avec eux de l'attentat meurtrier perpétré au siège du journal Charlie Hebdo, mercredi 7 janvier à Paris ? Et, plus précisément, que leur dire ? Aborder le sujet avec eux "Avant de parler aux enfants, veillez à digérer vous-même l'information, conseille toutefois la psychologue Syrine Slim, sur le site Magic Maman. Ensuite, l'important est de ne pas éviter le sujet : accompagnez-les face à l'actualité. Puis questionnez vos enfants. Répondre à leurs questions et les rassurer Principal problème auquel sont confrontés les parents : résumer aux enfants ce qui s'est passé, dans des mots simples mais pas réducteurs. Il faut aussi se montrer rassurant. Leur parler de liberté et de respect de l'autre Dans un second temps, les spécialistes conseillent unanimement de poursuivre la discussion, en l'élargissant à des thèmes de société. Leur proposer des supports adaptés

Racisme et terrorisme. Points de repères et données historiques pour aborder le massacre perpétré à « Charlie Hebdo » L’attentat contre Charlie Hebdo suscite à juste titre un électrochoc dans la société française qui ne manquera pas d’avoir de nombreuses répercussions dans les classes, plongeant parfois les enseignants dans l’embarras pour ne pas dire davantage. Faut-il pour autant tenter d’éviter le problème ? Évidemment non, au contraire. Quand j’ai commencé ma carrière d’enseignant en septembre 2001 dans un collège de « banlieue », à Chanteloup-les-Vignes, où des adolescents de plus de quarante nationalités se côtoyaient, la situation oscillait entre un soutien latent de quelques-uns à Oussama ben Laden et la crainte d’autres jeunes que l’un des nombreux avions qui passaient au-dessus de leur ville ne vienne s’écraser sur leur tour. La précarité économique va évidemment de pair avec la fragilité sociale… et politique. Racisme français et mémoire algérienne Concernant le phénomène de stigmatisation, le racisme français a connu plusieurs périodes. De la stigmatisation à la revendication

Salon du livre et de la presse jeunesse Suite aux attentats meurtriers commis à Charlie Hebdo, puis à Montrouge et Vincennes, le Salon du livre et de la presse jeunesse a ouvert ses pages aux réactions des auteurs et illustrateurs jeunesse qui ont souhaité témoigner, pour ne laisser s’installer ni le silence, ni les peurs, ni la haine. En hommage à Frédéric Boisseau / Philippe Braham / Franck Brinsolaro / Cabu / Elsa Cayat / Charb / Yohan Cohen / Yoav Hattab / Honoré / Clarissa Jean-Philippe / Bernard Maris / Ahmed Merabet / Mustapha Ourrad / Michel Renaud / François-Michel Saada / Tignous / Georges Wolinski. Tous les dessins sont réunis sur notre page facebook ici Lire tous les témoignages écrits Oui… nous sommes tous Charlie, alors vous n’êtes pas seuls, nous serons à vos côtés pour ne pas mourir avec Cabu et ses amis…. Bernadette GASPERMENT Merci de nous permettre de partager notre peine, notre colère, notre incompréhension… et de laisser encore et surtout toutes les expressions s’exprimer !!! Lionel Lafontaine Joselyne Rousseau

#JeSuisCharlie : comment en parler aux enfants Dessin de Maxime Blazy, 10 ans (Martinique) Avant hier, je faisais le vœu que nous n’écoutions pas trop nos peurs, pour ne pas en encombrer nos enfants…. Et voilà qu’hier, la peur nous submerge et que nous plongeons dans l’horreur avec l’assassinat de douze personnes au magazine Charlie Hebdo. Stupeur, sidération, les enfants nous ont vus décomposés et muets devant l’énormité de l’événement. Mais il faut bien sortir du silence, qui les angoisse plus que tout et leur parler, avec les mots les plus adaptés en fonction de leur âge, de leur maturité, de leur propre questionnement. Car si les plus petits n’ont pas bien compris, ils ont ressenti à coup sûr les émotions de leurs proches, la peur, la tristesse, le dégoût. Et puis bien sûr, il faut s’efforcer d’expliquer, de façon simple, à ceux qui sont trop grands pour être épargnés et trop petits pour tout saisir, le fanatisme de certains qui tuent au nom de leurs croyances. Béatrice Copper-Royer Signaler ce contenu comme inapproprié

Où est Charlie ? Au collège et au lycée, comment interroger l’actualité avec distance et raisonnement Le massacre perpétré le mercredi 7 janvier au siège du journal satirique Charlie Hebdo continue à être largement médiatisé par l’ensemble des supports de communication qui irriguent et alimentent notre quotidienne représentation du monde : presse, télévision, Internet, réseaux sociaux. L’onde de choc produite par l’événement hante ainsi le mur d’images dont sont nourris une majorité d’élèves aujourd’hui. La force symbolique de la vue des drapeaux en berne, de la minute de silence établie en l’honneur des douze victimes de l’attentat, comme des différents rassemblements républicains très médiatisés, contribue à inscrire l’événement dans l’espace public. Les nombreux hommages rendus aux victimes par les anonymes du monde entier, comme par les personnalités politiques, culturelles ou médiatiques en général, accentuent encore cette présence de l’événement. Ramener l’événement dans le temps long La haine qu’il suscitait chez certains a conduit à son assassinat. Le traitement par les médias 1.

Dessinateurs et médias rendent hommage à « Charlie Hebdo » Peu après l'attaque terroriste des locaux du journal satirique Charlie Hebdo, mercredi 7 janvier, faisant au moins 12 morts, plusieurs dessinateurs se disaient sous le choc. Suivre la situation en direct « Je suis abasourdi, horrifié, a réagi Aurel, dessinateur au Monde. Quant à Plantu, dessinateur au Monde, il a publié un dessin, en soutien à Charlie Hebdo : De son côté, Pascal Gros, dessinateur à Marianne, s'est dit « par terre, comme quelqu'un qui connaît potentiellement des tas de gens qui ont été butés par des connards. Lire notre synthèse : « Charlie Hebdo » visé par une attaque terroriste, la rédaction décimée Parmi les douze victimes figurent les dessinateurs Charb, Cabu, Wolinski et Tignous. Lire aussi : Charb, Cabu et les autres, assassinés dans leur rédaction Martin Vidberg, dessinateur blogueur sur Le Monde.fr, a fait de même : Le dessinateur Zep a également publié un post sur son blog du Monde.fr : Le dessinateur Joan Sfar salue le courage sur son compte Instagram :

Charlie Hebdo : comment parler d'un tel drame aux enfants ? Mettre des mots sur l'horreur. L'indicible. Se rassembler, parler avec d'autres pour combler l'angoisse et résister au sentiment d'impuissance. Alors que les images et les informations affluent sur les réseaux sociaux notamment, comment aborder un tel évènement traumatique avec les enfants ? Ne pas minimiser les faits Claude Halmos, psychanalyste, est claire : pas besoin de chercher les bons mots, car il n'y en pas. "Ce que fantasment les enfants, c'est toujours beaucoup plus grave que la réalité" Minimiser les faits, c'est risquer que l'enfant sente qu'on lui ait menti ou pas tout dit. Et puis informer les enfants, c'est aussi et surtout les écouter : "savoir ce qu'ils savent, ce qu'ils ont compris, comment ils s'imaginent, surtout s'ils sont petits, parce que des enfants, à partir d'une information prise à la volée, peuvent inventer des choses dont nous n'avons pas idée, nous adultes". Claude Halmos, psychanalyste Raconter, expliquer, rassurer... Alors comment faire ? Dessiner, aussi...

Related: