background preloader

Plantu : "Le dessin est un moyen de faire émerger les frustrations"

Plantu : "Le dessin est un moyen de faire émerger les frustrations"
Propos recueillis par Hervé Brusini Mis à jour le , publié le Dans le documentaire Caricaturistes, fantassins de la démocratie, on voit de drôles de choses. Certains, tel ce dessinateur russe, font le taxi de nuit pour survivre. D’autres, comme ce caricaturiste danois, ont bien failli y laisser leur peau. Incroyable comme un petit (ou grand) dessin peut attirer les foudres de celui qui ne supporte pas la liberté d’expression. Le documentaire est présenté hors compétition, au festival de Cannes, avant sa sortie en salles le 28 mai. Francetv info : Vous estimez que, même en France, nous devons rester vigilants sur la liberté d'expression de la presse. Plantu : En réalité, dans une démocratie comme la France, on a toutes les latitudes pour s’exprimer librement. Il y a quelque temps, j’ai participé à une émission sur la chaîne catholique KTO. Vous avez eu aussi récemment l’un de vos dessins "gommé", semble-t-il, par la direction du journal Le Monde... Pas du tout. Tout à fait. Bien sûr.

http://www.francetvinfo.fr/economie/medias/plantu-le-dessin-est-un-moyen-de-faire-emerger-les-frustrations_600825.html

Related:  La caricature, un genre subversifCaricature et dessin de presseCharlie hebdoCaricatures

Une de "Charlie Hebdo" sur Hollande : "Pour dédramatiser le sujet"- 14 janvier 2014 Une une (dé)culottée pour couvrir l'affaire Hollande-Gayet. La couverture de "Charlie Hebdo", à paraitre mercredi 15 janvier, est pour le moins osée : on y voit une caricature sur laquelle le chef de l'Etat a sa braguette ouverte, et où son sexe à l'air lâche la célèbre anaphore "moi président...". Un dessin de Luz qui fait beaucoup jaser cinq jours après les révélations de "Closer" sur la relation présumée entre François Hollande et l'actrice. Le directeur de la publication du journal satirique, Charb, nous explique ce choix de une.

Séance pédagogique: Le dessin de presse dans le journal - Académie de Versailles - CLEMI Temps : deux heures (pour travailler de façon confortable et laisser notamment du temps pour le feuilletage) Niveau : 3ème Pré-requis : «Une bonne caricature doit secouer le lecteur» interview d’Anette Gehring, directrice du Musée de la caricature de Bâle par Gabriele Ochsenbein (swissinfo.ch) - A lire sur le site Swissinfo.ch En matière de dessins de presse, il n’existe pas de tabous. C’est le credo d’Anette Gehring, directrice du Musée de la caricature de Bâle. Reste que dans le paysage médiatique actuel, la place dévolue à cet outil journalistique à part tend de plus en plus à se réduire comme peau de chagrin.

Classe média: séance sur les caricatures proposée par Claire Cassaigne, professeur-documentaliste au collège Gérard Philippe (Paris). Dans le cadre de la classe média, on ne pouvait pas passer à côté des événements tragiques de mercredi dernier. D’autant plus que dans le collège, nous avons eu certaines réactions très particulières, de type « bien fait pour eux » (pour rester soft). Toutes les classes ont bien entendu eu un moment d’explication et de recueillement jeudi, mais des incompréhensions demeures. Les élèves font des confusions, s’en tiennent à des brides d’informations. Bref, il reste du boulot.

L’outrance peut-elle être une stratégie de communication politique viable Les bisbilles fleuries et les dérapages verbaux ont toujours émaillé les débats politiques en France. En revanche, ces dernières semaines ont vu un seuil alarmant être franchi. Désormais, l’outrance et la caricature sont devenues le modus operandi des politiciens de droite comme de gauche. Islamorama et Castorama à la une du "Monde" : pourquoi le dessinateur Plantu s'est planté Dessin publié par Plantu en une du "Monde", daté du 1er octobre 2013 (Capture d'écran). Le dessinateur Plantu a publié à la une du "Monde" daté du mardi 1er octobre un dessin qui n’est vraiment pas au niveau de cet éditorialiste. Il y fait le parallèle entre deux communautés qui sont "intégristes" à ses yeux : les islamistes qui interdisent à leurs filles de se rendre à l’école et les syndicalistes de la CGT qui s’opposent au travail le dimanche. Sauf que, cette fois-ci, et tant pis si je m’attaque à une icône de la caricature française, Plantu, le militant de la paix au Proche Orient, le dénonciateur de tous les extrémismes en France et de tous les travers de nos politiques, s’est carrément planté. Pour au moins cinq raisons. 1.

Du drame de Boston à la mort de Thatcher: quand les caricaturistes se déchainent Signe des temps, reflet d’une époque ? Si la caricature et le dessin ont toujours accompagné l’actualité d’une plume trempée dans le curare, les récents évènements survenus à Boston, ainsi que la disparition de Margaret Thatcher, ont déchainé la toile et les médias où une légion de dessinateurs, au trait morbide, se sont multipliés en croquis assassins. Mais c’est la disparition de la Dame de fer qui a le plus inspiré ces fossoyeurs, dont le crayon est allé creuser sa tombe avec acidité. Florilège.

L’éthique de la caricature Les caricaturistes, sorte de fous du roi des temps modernes, ont une latitude beaucoup plus grande que les autres éditorialistes. Leur médium – le dessin – leur confère un statut à part, doublé d’une liberté unique; mais peuvent-ils pour autant rire de tout? Caricature d'André-Philippe Côté, Le Solei, 18 mai 2012 Comme le disait le caricaturiste du journal Le Monde, Jean Plantureux dit Plantu, si on veut connaître le degré de liberté d’expression d’un pays, on ne doit pas parler au premier ministre, mais aux dessinateurs de presse.

Caricatures de Mahomet: Les dessinateurs de presse romands sont partagés Caricatures de Mahomet De Burki à Ben en passant par Mix & Remix ou encore Barrigue, les avis des dessinateurs sont très contrastés sur la pertinence des dessins de Charlie Hebdo caricaturant Mahomet. La Une controversée du journal satirique. Image: AFP Articles en relation Charlie Hebdo et ses caricatures : « Il y a trente ans, c’était les cathos intégristes... » - Rue89 - L'Obs La une de Charlie Hebdo du 19 septembre 2012 Après la publication de nouvelles caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo, Guillaume Doizy, spécialiste de l’histoire des caricatures, revient sur la tradition française de satire des religions. Rue89 : Existait-il une tradition de caricaturer les musulmans en France avant la reproduction par Charlie Hebdo des caricatures de Mahomet publiées dans un journal danois en 2005 ? Guillaume Doizy : Non, pas vraiment.

Related: