background preloader

Caricature, un dessin « chargé »

Caricature, un dessin « chargé »

http://www.reseau-canope.fr/tdc/tous-les-numeros/histoire-et-caricature/videos/article/caricature-un-dessin-charge.html

Related:  L'histoire du dessin satiriqueCaricature, Dessin satirique & Histoirenabbou

Une petite histoire du dessin de presse 1/2 - Texte de la conférence donnée par Guillaume Doizy le 26 septembre 2008 à la BPI (Beaubourg), à l’occasion d’une après-midi de réflexion sur le thème : « Quel avenir pour le dessin de presse ». Pour tout vous dire, je me demande encore si j’ai eu raison d’accepter de venir ici raconter l’Histoire du Dessin de presse. Evoquer l’œuvre de Daumier en trois quart d’heure serait déjà une gageure. Parler de l’Assiette au Beurre dans un temps si court, analyser plusieurs milliers de ses dessins et le travail de dizaines d’artistes ayant collaboré à la revue, relèverait du miracle.

Raoul Cabrol versus Hitler : l’affaire du Escher Tageblatt - Dessin de Raoul Cabrol, Escher Tageblatt du 15 septembre 1938. On connaît la célèbre affiche éditée par le Parti communiste et dessinée par Cabrol représentant Hitler un couteau entre les dents. Les données sur une autre de ses caricatures d’Hitler publiée cette fois au Luxembourg sont moins précises, et les publications en français ne présentent jamais le dessin original, mais des variations plus ou moins proches sur le fameux "Hitler spricht" (traduit par Hitler vociférant), comme c'est le cas par exemple dans le catalogue 3 Républiques vues par Cabrol et Sennep édité par la BDIC en 1996 ou plus proche de nous, dans la revue Papiers Nickelés n°28, 1er trimestre 2011, p. 5 que nous reproduisons ci-dessous.

Daumier La Révolution de 1789 va multiplier ces images (mille cinq cents gravures satiriques entre 1789 et 1792) et la demande suscitée par l'actualité va être à l'origine d'un appareil de production organisé. Des journaux hebdomadaires comme Les Révolutions de France et de Brabant de Camille Desmoulins ou les Révolutions de Paris de l'éditeur Prudhomme font une large place au dessin, satirique pour l'un, d'inspiration plus "reportage" pour l'autre. La presse royaliste publie de son côté des caricatures anti-révolutionnaires tandis qu'en 1793 le Comité de Salut Public demande au député David de "multiplier les gravures et les caricatures qui peuvent réveiller l'esprit public et faire sentir combien sont atroces et ridicules les ennemis de la liberté et de la république".Cité dans "La caricature, deux siècles de dérision salutaire", Historia, n° 651, mars 2000, p.52.

Des caricatures au service de la Réforme : le "Lectionum" de Johann Wolf En 2005, la BIU Lsh s’est enrichie d’une partie de la collection du médiéviste André Vernet, ancien directeur d'études à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes et professeur à l'Ecole des Chartes, décédé en 1999. Ce fonds, consacré à l’Antiquité et au Moyen Âge, touche principalement à l’histoire religieuse (avec de nombreuses éditions rares de textes apocryphes), à la littérature vernaculaire ou latine, et à la transmission des techniques et des savoirs. Parmi les livres anciens du fonds Vernet, le Lectionum memorabilium et reconditarum (1600) retient l’attention : écrit par le juriste allemand Johann Wolf, il rapporte, année après année, les faits et évènements dignes d’être retenus depuis la naissance du Christ. Fidèle à la conception de l’histoire alors en vigueur, l’auteur rassemble dans cette chronique aussi bien des faits historiques que des prodiges. Le monstre de Ravenne, p. 31.

Caricature par Gérard Pouchain, agrégé de l’Université, chercheur associé à l’université de Rouen, Vice-président de la Société des Amis de Victor Hugo On ne dira jamais assez l’importance de la presse française au xixe siècle, et plus particulièrement des journaux satiriques.Dès la période révolutionnaire, des périodiques ont publié, de temps en temps, des caricatures, mais c’est avec les premières années du xixe siècle que naît véritablement la presse illustrée satirique : la caricature fait son entrée dans l’univers des journaux. Jossot, Sauvages Blancs !, recueil d’articles de presse présentés et annotés par Henri Viltard, Finitudes, 176 p., 19 €. - Jossot, Sauvages Blancs !, recueils d’articles de presse présentés et annotés par Henri Viltard, Finitudes, 176 p., 19 €. Il faut parfois choisir entre mythe et réalité.

Charlie Hebdo : La France, terre de tradition des journaux satiriques Les caricaturistes assassinés hier sont les héritiers d'une tradition française du pamphlet qui remonte au siècle des lumières. La tristesse nationale provoquée par l'assassinat des talentueux dessinateurs de Charlie Hebdo nous rappelle que la caricature et la presse satirique montre l'attachement viscéral des français à la libre pensée. Héritier d'Hara-Kiri, le journal bête et méchant, créé en 1960 par François Cavanna et le professeur Choron, Charlie Hebdo est le continuateur spirituel des pamphlets qui sont nés au siècle des Lumières et qui ont fait flores pendant la Révolution française. Le point commun de tous ces journaux est le courage. Quelles que soient les idées défendues, ils ont eu à affronter la censure. La censure du pouvoir royal avant la Révolution, la censure du Comité de salut public sous Robespierre, la censure légale sous les différentes républiques.

Presse satirique La presse satirique connaît son apogée au XIXe siècle et son évolution est liée à celle de l'histoire de la censure. Trop souvent confondue avec la presse illustrée, son objet principal est de provoquer le rire des lecteurs en moquant en premier lieu les grands de ce monde. La politique puis les moeurs y sont critiquées à grands traits, avec férocité, et la représentation importe plus que la restitution factuelle. Son mode d'expression est la caricature, pour le meilleur et pour le pire. « Le Musée imaginaire de TIM » « Le Musée imaginaire de TIM » Tim ou le pouvoir du dessin de presse (2) La référence aux maîtres du passé : un exercice que l’on retrouve au musée et dans la presse par Stanislas Colodiet (Science Po Paris / Sorbonne Paris I) La question du pastiche, de la parodie et, en général, de la référence aux chefs d’œuvres du passé est bien étudiée par les historiens de l’art.

Exposition "Jean Jaurès - Caricatures" apôtre de la paix, tribun de légende - CARICADOC, iconographie, expositions et conférences pour professionnels de l'édition et de la presse Référence de l'image ci-dessus : CC_94943.jpg Contact 31 juillet 1914 : assassinat de Jaurès, déclenchement de la première guerre mondiale. Ces deux événements tragiques instituent la mémoire du tribun, ancrent sa postérité dans les imaginaires. Qui, aujourd’hui, ne se réclame pas du grand homme, du Front de gauche à l’extrême droite en passant par Nicolas Sarkozy lors de l’élection présidentielle de 2007 ? La panthéonisation de Jaurès s’est faite au prix d’un rejet intéressé de ses idées les plus radicales. Oublié son refus de la propriété privée, oublié son internationalisme, oubliés ses appels à la grève générale.

C’est quoi l’esprit « Charlie Hebdo » ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pierre Jaxel-Truer « On a tué Charlie Hebdo », se sont vantés les fuyards armés, après leur carnage. Mais peut-on rayer avec des fusils mitrailleurs plus d’un demi-siècle d’histoire et une institution de la presse française qui ne ressemble à aucune autre ? Une expression colle aux pages de l’hebdomadaire et à la peau de ses journalistes : « l’esprit Charlie ».

Satire et vexation : « La caricature a toujours maltraité les Présidents » - Rue89 - L'Obs Guillaume Doizy, spécialiste de l’histoire de la caricature, a « toujours eu un faible pour la satire politique » et « l’image satirique ». A quelques semaines de la présidentielle, il publie « Présidents, poils aux dents », un livre commenté par Didier Porte, qui retrace 150 ans de caricatures présidentielles, soit 23 Présidents passés à la moulinette des satiristes. Nostalgiques des grandes heures du dessin de presse, Guillaume Doizy retrace quelques grandes évolutions de la satire présidentielle. Au fil des présidences, l’humour évolue, le travail du satiriste aussi. Les grands débats d’idée désertent peu à peu la caricature : « Aujourd’hui, le commentaire prime. » Ces dernières décennies, la satire se polarise aussi à gauche :

Related: