background preloader

Dessinateurs et médias rendent hommage à « Charlie Hebdo »

Dessinateurs et médias rendent hommage à « Charlie Hebdo »
Peu après l'attaque terroriste des locaux du journal satirique Charlie Hebdo, mercredi 7 janvier, faisant au moins 12 morts, plusieurs dessinateurs se disaient sous le choc. Suivre la situation en direct « Je suis abasourdi, horrifié, a réagi Aurel, dessinateur au Monde. J'attends des nouvelles de copains et suis partagé entre le fait d'aller chercher moi-même des informations et d'attendre. On espère tous que ce genre d'événement n'arrive jamais. Les gens de Charlie Hebdo étaient protégés. Quant à Plantu, dessinateur au Monde, il a publié un dessin, en soutien à Charlie Hebdo : De son côté, Pascal Gros, dessinateur à Marianne, s'est dit « par terre, comme quelqu'un qui connaît potentiellement des tas de gens qui ont été butés par des connards. Lire notre synthèse : « Charlie Hebdo » visé par une attaque terroriste, la rédaction décimée Parmi les douze victimes figurent les dessinateurs Charb, Cabu, Wolinski et Tignous. Lire aussi : Charb, Cabu et les autres, assassinés dans leur rédaction

http://www.lemonde.fr/attaque-contre-charlie-hebdo/article/2015/01/07/les-dessinateurs-horrifies-apres-l-attentat-contre-leur-copains_4550722_4550668.html

Related:  Autour de Charlie Hebdo et de la liberté de la presse

«Charlie Hebdo», des unes en deuil - Libération Beaucoup de noir, des journaux qui se rebaptisent «Charlie» et le mot liberté qui revient souvent, les quotidiens français et internationaux, affichent tous ce jeudi des unes graves et dramatiques au lendemain de l'attentat qui a fait douze morts au siège de Charlie Hebdo. À lire aussi :Nous sommes tous Charlie, l'édition spéciale de Libération de ce jeudi. Pour le Figaro, «la liberté [a été] assassinée». Pour son édition de jeudi, le quotidien se drape de noir, en deuil des douze personnes mortes dans la fusillade contre Charlie Hebdo. Le même titre se retrouve à la une de l'Humanité.

Salon du livre et de la presse jeunesse Suite aux attentats meurtriers commis à Charlie Hebdo, puis à Montrouge et Vincennes, le Salon du livre et de la presse jeunesse a ouvert ses pages aux réactions des auteurs et illustrateurs jeunesse qui ont souhaité témoigner, pour ne laisser s’installer ni le silence, ni les peurs, ni la haine. En hommage à Frédéric Boisseau / Philippe Braham / Franck Brinsolaro / Cabu / Elsa Cayat / Charb / Yohan Cohen / Yoav Hattab / Honoré / Clarissa Jean-Philippe / Bernard Maris / Ahmed Merabet / Mustapha Ourrad / Michel Renaud / François-Michel Saada / Tignous / Georges Wolinski. Tous les dessins sont réunis sur notre page facebook ici Plantu, Zep, Vidberg, leurs adieux à Charlie Hebdo Les dessinateurs français se mobilisent pour rendre hommage à leurs confrères de Charlie Hebdo, victimes d'un attentat qui a entraîné la mort de plusieurs d'entre eux. Cabu, Charb, Tignous, Wolinski, Honoré... Les cinq dessinateurs ont trouvé la mort aujourd'hui, avec sept autres personnes, lors d'une fusillade qui a éclaté ce matin dans les locaux de Charlie Hebdo.

Fiche pédagogique sur Scoop En matinée mercredi 7 janvier, alors que la salle de rédaction était bondée, les bureaux du journal français Charlie Hebdo ont été investis par des hommes, possiblement 3, lourdement armés qui ont abattus dix personnes parmi le personnel, en plus d’en blesser sérieusement plusieurs autres. Deux policiers sont aussi tombés sous les balles. Mais que s'est-il passé? Qui en voulait à cette publication, et pourquoi? Voici quelques idées d’activités pour en parler avec les jeunes et les aider à mieux comprendre les enjeux. Vous pourrez en choisir quelques-unes selon votre degré de confort avec cet événement.

Parler de la liberté de la presse à partir des Unes sur l'attentat à Charlie Hebdo La liberté d’expression été attaquée. Les journaux français et étrangers ont répondu par des Unes explicites, des hommages poignants et la réaffirmation de leur conviction dans la défense des principes de la démocratie. Ces documents constituent un excellent support pour aborder le drame du 7 janvier, aborder la liberté d’expression et au-delà engager une action d’éducation aux médias, à travers des comparaisons, des discussions, une réflexion. Il peut être intéressant de tenter de classer ces unes par type : symbolique, explicative, hommage, combattive, informative… Vous trouverez ci-dessous l’intégralité des unes des journaux de la PQR du 7 janvier : Parmi les supports pédagogiques disponibles, il est possible de se reporter à notre fiche sur les fonctions de l’illustration et celle consacrée à la comparaison des unes de quotidiens de la PQR .

“Charlie Hebdo” : de Salman Rushdie à Louis C.K., hommage d'artistes du monde entier Depuis mercredi 7 janvier, de nombreuses personnalités du monde de la culture rendent hommage à Charlie Hebdo. Salman Rushdie, l’auteur des Versets sataniques, qui a vécu sous le coup d’une fatwa lancée en 1989 par l’ayatollah Khomeini, a défendu dans un texte « l’art de la satire » : «La religion, cette forme médiévale de déraison, lorsqu'elle est combinée avec l'armement moderne, devient une véritable menace à nos libertés. Ce totalitarisme religieux a causé une mutation meurtrière dans le cœur de l'islam et nous en voyons les tragiques conséquences à Paris aujourd'hui. Je soutiens "Charlie Hebdo" comme nous devons tous le faire, pour défendre l'art de la satire qui a toujours été une force pour la liberté contre la tyrannie, la malhonnêteté et la stupidité. “Le respect pour la religion” est devenu une phrase codée signifiant “la peur de la religion”.

Charlie Hebdo : pourquoi des dessinateurs de presse ont-ils été assassinés ? Ce mercredi 7 janvier est un jour noir pour la presse et la démocratie françaises. Deux hommes ont attaqué les locaux du journal satirique Charlie Hebdo avant de prendre la fuite. À l’heure où j’écris ces lignes le bilan est de 12 morts, une vingtaine de personnes sont blessées dont certaines très grièvement. Allemand : « Ich bin Charlie » La presse allemande et notamment la ‘ZeitOnline’ retrace quasiment en temps réel l’émoi suscité par l’attentat perpétré contre les journalistes de Charlie Hebdo. Sur les réseaux sociaux, c’est sous le Hashtag #JeSuisCharlie que se manifeste un élan de solidarité international, notamment sur Twitter. Les commentaires reprennent fréquemment la citation du britannique Edward Bulwer-Lytton : « The pen ist mightier than the sword » ou en allemand : « Der Stift ist stärker als das Schwert », comme le décrit un article de la ‘Zeit’. Pour sa part, le ‘Spiegel Online’ se fait l’écho des principaux responsables politiques internationaux, notamment de la chancelière Angelika Merkel qui dénonce un « acte abominable ».

L'hommage des dessinateurs à «Charlie» Charlie Hebdo était, est, un journal de dessinateurs. C’est en dessins que de très nombreux dessinateurs, connus ou moins connus, français et étrangers, rendent hommage aux membres de la rédaction assassinés mercredi. Comme le dit Xavier Gorce, l'illustrateur des Indégivrables du Monde, «amis dessinateurs, après les mouchoirs, il va falloir sortir le stylo-bazooka !»

Eduscol - Liberté de conscience, liberté d'expression : outils pédagogiques pour réfléchir avec les élèves Comment parler d'un drame de l'actualité aux élèves ? Quelques principes Moduler son attitude pédagogique selon l'âge des élèves : à l'école maternelle, du début à la fin de l'école élémentaire, au collège...Accueillir l'expression de l'émotion des élèves, sans sous-estimer, y compris chez les très jeunes enfants, leur capacité à saisir la gravité des situations ;Rassurer les élèves : l'école est un espace protégé ; l'évènement s'est déroulé dans un lieu et un temps circonscrit, même si les média en parlent et diffusent plusieurs fois les images ;Etre attentif au « niveau de connaissance » que les élèves ont de l'évènement : certains élèves peuvent n'en avoir aucune connaissance ; d'autres ne disposer que d'éléments partiels, voire erronés, provenant de sources variées.

Espagnol : El humor o la muerte « Hasta la victoria siempre » et « el humor o la muerte », sont les deux bulles que le dessinateur et directeur de Charlie Hebdo, Stéphane Charbonnier, alias Charb, avait écrites lors de la réalisation de sa propre caricature durant une interview du quotidien espagnol El Mundo. Alors que El Mundo présente Charlie Hebdo comme une revue, créée par François Cavanna en 1992, à la ligne éditoriale osée et irrévérencieuse, et qui sera considérée blasphématoire par les musulmans, eldiario.es fait le choix de la présenter comme l´hebdomadaire français qui a toujours été très critique vis-à-vis des différentes religions, aussi bien à l´égard de Ratzinger, que de Mahoma ou encore des rabbins juifs. Il propose donc un article reprenant sept unes satiriques concernant différentes religions. Les confrères des revues satiriques espagnoles ne manquent évidemment pas à l´appel pour couvrir l´événement tragique ayant eu lieu au siège de Charlie Hebdo en ce 7 janvier 2015. Viñeta de Malagón

Fini de rire - Documentaire d'Arte "Si vous voulez un baromètre de la liberté d’expression et comprendre les tabous dans un pays, il faut aller voir les dessinateurs de presse." Ce conseil de Plantu, Olivier Malvoisin l'a suivi à la lettre : Fini de rire revient sur les événements qui ont jalonné le début de ce XXIe siècle à travers les dessins et les témoignages de dessinateurs de presse des quatre coins du monde : de Plantu à Avi Katz (Israël), en passant par Danziger (États-Unis), Kroll (Belgique), Rainer Hachfeld (Allemagne), Khalil (Palestine)... Au fil du récit, le film trace les contours des tabous contemporains et pose la question suivante : où en est la liberté d’expression aujourd’hui ? L’affaire des caricatures de Mahomet en 2006 a soulevé bruyamment la question de la représentation religieuse.

Related: