background preloader

Dessinateurs et médias rendent hommage à « Charlie Hebdo »

Dessinateurs et médias rendent hommage à « Charlie Hebdo »
Peu après l'attaque terroriste des locaux du journal satirique Charlie Hebdo, mercredi 7 janvier, faisant au moins 12 morts, plusieurs dessinateurs se disaient sous le choc. Suivre la situation en direct « Je suis abasourdi, horrifié, a réagi Aurel, dessinateur au Monde. J'attends des nouvelles de copains et suis partagé entre le fait d'aller chercher moi-même des informations et d'attendre. On espère tous que ce genre d'événement n'arrive jamais. Les gens de Charlie Hebdo étaient protégés. Quant à Plantu, dessinateur au Monde, il a publié un dessin, en soutien à Charlie Hebdo : De son côté, Pascal Gros, dessinateur à Marianne, s'est dit « par terre, comme quelqu'un qui connaît potentiellement des tas de gens qui ont été butés par des connards. Lire notre synthèse : « Charlie Hebdo » visé par une attaque terroriste, la rédaction décimée Parmi les douze victimes figurent les dessinateurs Charb, Cabu, Wolinski et Tignous. Lire aussi : Charb, Cabu et les autres, assassinés dans leur rédaction Related:  Autour de Charlie Hebdo et de la liberté de la presse

«Charlie Hebdo», des unes en deuil - Libération Beaucoup de noir, des journaux qui se rebaptisent «Charlie» et le mot liberté qui revient souvent, les quotidiens français et internationaux, affichent tous ce jeudi des unes graves et dramatiques au lendemain de l'attentat qui a fait douze morts au siège de Charlie Hebdo. À lire aussi :Nous sommes tous Charlie, l'édition spéciale de Libération de ce jeudi. Pour le Figaro, «la liberté [a été] assassinée». Pour son édition de jeudi, le quotidien se drape de noir, en deuil des douze personnes mortes dans la fusillade contre Charlie Hebdo. Le même titre se retrouve à la une de l'Humanité. Les quotidiens régionaux aussi ont bousculé leurs unes... Solidaires, Paris Normandie se renomme pour l'occasion Charlie Normandie, et Le Dauphiné empile les couverture de Charlie Hebdo. Les journaux pour enfants Mon petit quotidien, Mon Quotidien (auquel collaborait Charb) et L'Actu expliquent les attentats à leurs jeunes lecteurs. A l'étranger aussi, la presse titre sur l'attentat contre Charlie Hebdo.

Fiche pédagogique sur Scoop En matinée mercredi 7 janvier, alors que la salle de rédaction était bondée, les bureaux du journal français Charlie Hebdo ont été investis par des hommes, possiblement 3, lourdement armés qui ont abattus dix personnes parmi le personnel, en plus d’en blesser sérieusement plusieurs autres. Deux policiers sont aussi tombés sous les balles. Mais que s'est-il passé? Qui en voulait à cette publication, et pourquoi? Voici quelques idées d’activités pour en parler avec les jeunes et les aider à mieux comprendre les enjeux. Vous pourrez en choisir quelques-unes selon votre degré de confort avec cet événement. N’hésitez pas aussi à proposer d’autres idées d’activités ou ressources pertinentes à l’aide du formulaire de commentaire à la fin de cette fiche. Objectifs Suggestions d’activités ACTIVITÉ 1 : Que se passe-t-il? Introduisez les activités en commençant par une discussion avec les élèves. Voici quelques questions pour favoriser la discussion : - Que s’est-il passé? 1.

Charlie Hebdo : pourquoi des dessinateurs de presse ont-ils été assassinés ? | La p@sserelle -Histoire Géographie- Emmanuel Grange Ce mercredi 7 janvier est un jour noir pour la presse et la démocratie françaises. Deux hommes ont attaqué les locaux du journal satirique Charlie Hebdo avant de prendre la fuite. À l’heure où j’écris ces lignes le bilan est de 12 morts, une vingtaine de personnes sont blessées dont certaines très grièvement. Comprendre : quelques éléments d’explication Charlie Hebdo est un journal satirique où travaillent des caricaturistes. C’est quoi un journal satirique ? La presse satirique utilise la satire comme moyen d’expression et d’information. Que fait un caricaturiste ? Le but du dessinateur de presse est passionnant : avec un angle de vue et un trait d’humour, il faut commenter le plus simplement du monde une actualité parfois complexe. Clique sur ce lien pour écouter Charb, directeur de publication de Charlie Hebdo tué hier, qui expliquait en 2013 sa conception de la liberté d’expression (source : Attentat contre Charlie Hebdo : huit ans de caricatures et de menaces, Le Point)

Eduscol - Liberté de conscience, liberté d'expression : outils pédagogiques pour réfléchir avec les élèves Comment parler d'un drame de l'actualité aux élèves ? Quelques principes Moduler son attitude pédagogique selon l'âge des élèves : à l'école maternelle, du début à la fin de l'école élémentaire, au collège...Accueillir l'expression de l'émotion des élèves, sans sous-estimer, y compris chez les très jeunes enfants, leur capacité à saisir la gravité des situations ;Rassurer les élèves : l'école est un espace protégé ; l'évènement s'est déroulé dans un lieu et un temps circonscrit, même si les média en parlent et diffusent plusieurs fois les images ;Etre attentif au « niveau de connaissance » que les élèves ont de l'évènement : certains élèves peuvent n'en avoir aucune connaissance ; d'autres ne disposer que d'éléments partiels, voire erronés, provenant de sources variées. Pour aller plus loin : Aborder un événement collectif violent Quelques repères pour agir à l'école primaire Aujourd'hui, le périmètre touché est beaucoup plus important. Distinguer les situations S'appuyer sur le collectif

Fini de rire - Documentaire d'Arte "Si vous voulez un baromètre de la liberté d’expression et comprendre les tabous dans un pays, il faut aller voir les dessinateurs de presse." Ce conseil de Plantu, Olivier Malvoisin l'a suivi à la lettre : Fini de rire revient sur les événements qui ont jalonné le début de ce XXIe siècle à travers les dessins et les témoignages de dessinateurs de presse des quatre coins du monde : de Plantu à Avi Katz (Israël), en passant par Danziger (États-Unis), Kroll (Belgique), Rainer Hachfeld (Allemagne), Khalil (Palestine)... Au fil du récit, le film trace les contours des tabous contemporains et pose la question suivante : où en est la liberté d’expression aujourd’hui ? L’affaire des caricatures de Mahomet en 2006 a soulevé bruyamment la question de la représentation religieuse.

Où est Charlie ? Au collège et au lycée, comment interroger l’actualité avec distance et raisonnement Le massacre perpétré le mercredi 7 janvier au siège du journal satirique Charlie Hebdo continue à être largement médiatisé par l’ensemble des supports de communication qui irriguent et alimentent notre quotidienne représentation du monde : presse, télévision, Internet, réseaux sociaux. L’onde de choc produite par l’événement hante ainsi le mur d’images dont sont nourris une majorité d’élèves aujourd’hui. La force symbolique de la vue des drapeaux en berne, de la minute de silence établie en l’honneur des douze victimes de l’attentat, comme des différents rassemblements républicains très médiatisés, contribue à inscrire l’événement dans l’espace public. Les nombreux hommages rendus aux victimes par les anonymes du monde entier, comme par les personnalités politiques, culturelles ou médiatiques en général, accentuent encore cette présence de l’événement. Ramener l’événement dans le temps long La haine qu’il suscitait chez certains a conduit à son assassinat. Le traitement par les médias 1.

Le bruit du silence Avec humilité, prudence et tristesse, le signataire de ces lignes invitait il y a peu, dans un court texte, les professeurs à engager le dialogue avec leurs élèves pour aider à comprendre la barbarie criminelle de ces derniers jours et à en surmonter la charge émotionnelle. Les directives ministérielles ont, dans un premier temps, encouragé la démarche, jugée nécessaire d’un point de vue psychologique autant que pédagogique. Depuis, d’autres instructions ont préconisé d’observer dans les classes une très symbolique « minute de silence ». Sur les stades, dans des entreprises ou des administrations, au cours de diverses manifestations ou cérémonies, cet instant de recueillement a été souvent observé, tel un dérisoire, mais digne, hommage aux victimes. La ferveur collective ne se décrète pas La mesure, toutefois, n’a pas eu l’effet escompté dans les établissements scolaires. La ferveur collective ne se décrète pas. L’école doit rester le lieu où l’on parle, non où l’on se tait Yves Stalloni

pistes pedagogiques Bibliographie actualisée le 10/10/2015 BARIDON (L.) L et GUEDRON (M.), L'Art et l'histoire de la caricature, Citadelle et Mazenod, réédition 2009 BAUR (A.), Le dessin de presse, coll. CAILLAUD-ROBOAM (L.), Les figures de style illus­trées par des des­sins de Plantu, éditions Hatier, octobre 2011 DOIZY (G.), Jean Jaurès, apôtre de la paix - une vie en images, Hugo Image, 2014 DOIZY (G.) et PORTE (D), Présidents, poil aux dents ! DOIZY (G.) et HOUFRE (J), Bêtes de pouvoir, Caricatures du XVIe siècle à nos jours, Nouveau monde éditions, 2010 DOIZY (G.) et HOUFRE (J), Marianne dans tous ses états, La République en caricatures de Daumier à Plantu, Alternatives, septembre 2008 DUPRAT (A.), Histoire de France par la caricature, Larousse,1999 ERRE (F.), Le règne de la poire. FEUERHAN (N.), Traits d'impertinence, Histoire et chefs d'œuvre du dessin d'humour, Somogy/Centre Georges Pompidou, Bibliothèque publique d'information, 1993 RAGON (M)., Le dessin d'humour, PointVirgule, Seuil, 1992 (épuisé)

Racisme et terrorisme. Points de repères et données historiques pour aborder le massacre perpétré à « Charlie Hebdo » L’attentat contre Charlie Hebdo suscite à juste titre un électrochoc dans la société française qui ne manquera pas d’avoir de nombreuses répercussions dans les classes, plongeant parfois les enseignants dans l’embarras pour ne pas dire davantage. Faut-il pour autant tenter d’éviter le problème ? Évidemment non, au contraire. Quand j’ai commencé ma carrière d’enseignant en septembre 2001 dans un collège de « banlieue », à Chanteloup-les-Vignes, où des adolescents de plus de quarante nationalités se côtoyaient, la situation oscillait entre un soutien latent de quelques-uns à Oussama ben Laden et la crainte d’autres jeunes que l’un des nombreux avions qui passaient au-dessus de leur ville ne vienne s’écraser sur leur tour. La précarité économique va évidemment de pair avec la fragilité sociale… et politique. Racisme français et mémoire algérienne Concernant le phénomène de stigmatisation, le racisme français a connu plusieurs périodes. De la stigmatisation à la revendication

Related: