background preloader

Les templiers - La fin des templiers

Les templiers - La fin des templiers
Jacques de Molay, avec ses grands prieurs, était toujours en prison. Ayant rétracté les aveux que leur avaient arraché les supplices, Jacques de Molay et le « Prince Dauphin » sont déclarés, par Philippe le Bel, relaps. Et le même jour, 11 mars 1314, ils montent sur un bûcher dressé dans l'île de la Cité, à l'endroit même où se trouve aujourd'hui sur le terre-plein du Pont Neuf, la statue de Henri IV. Il faut ajouter qu'une autre tradition veut que, dans la nuit qui suivit l'exécution du Grand Maître, sept Templiers déguisés en maçons, se glissèrent jusqu'au bûcher et recueillirent pieusement les cendres du supplicié. Mentionnons encore que de sombres récits coururent sur la fin tragique des deux chevaliers qui avaient dénoncé l'Ordre du Temple. Un grand mystère enveloppa, tant qu'ils vécurent, les Templiers, leur vrai caractère et leur vraie croyance... Related:  TempliersProcès

Compilhistoire - Les Templiers. L'Ordre du Temple Le Templier : moine, bâtisseur et chevalier (dessin de Viollet-Leduc). A la Saint-Jean d’hiver de l’an 1118, Hugues de Payns et Godefroy de Saint-Omer fondent à Jérusalem une milice pour protéger les pèlerins affluant d'Occident depuis la reconquête de Jérusalem : la Milice des Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon, une communauté qui va pendant 3 siècles gérer une grande partie des richesses de l'Europe. C’est d’abord un groupe de 9 chevaliers ("miles Christi" = soldat du Christ), installé par Baudouin II (couronné roi de Jérusalem, à Noël, dans l’église de Bethléem) dans la partie méridionale du Temple de Salomon : Hugues de Payns (ou Payens) de la Maison des comtes de Champagne (chevalier du Saint-Sépulcre), Godefroy de Saint-Omer, André de Montbard (oncle de saint Bernard), Payen de Montdidier, Geoffroy Bissol, Archambault de Saint-Amand, Rolland, Gondemare et Roral. Le patron des Chevaliers du Temple est saint Georges. 1140 : les Templiers s’installent à Paris.

13 octobre 1307 - Arrestation des Templiers Au matin du vendredi 13 octobre 1307, tous les Templiers de France, soit plusieurs milliers au total, sont arrêtés sur ordre du roi Philippe IV le Bel (le petit-fils de Saint Louis). Cet acte de violence arbitraire met fin à un ordre original de moines-soldats, vieux de près de deux siècles, qui s'est illustré en Terre sainte et s'est acquis puissance et richesse, s'attirant ainsi la jalousie des féodaux et la convoitise des souverains. Richard Fremder raconte... les Templiers Richard Fremder raconte l'histoire d'un ordre religieux et guerrier, puissant, prestigieux et redouté, de son ascension à sa chute dramatique : Écouter (50 minutes) : Un ordre monastique prestigieux L'ordre du Temple est né en Terre sainte, en 1119, après la première croisade, à l'initiative du chevalier champenois Hugues de Payns qui voulait protéger les pèlerins se rendant à Jérusalem. La huitième et dernière croisade s'achève par la mort tragique du roi Saint Louis devant Tunis en 1270. Qu'à cela ne tienne.

Les Templiers - Histoire du Monde TEMPLIERS (ordre des) sceau du temple L’ordre du Temple était un ordre religieux et militaire international issu de la chevalerie chrétienne du Moyen-Âge. Il fut créé le 13 janvier 1129 à partir d’une milice appelée les Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon. Il œuvra pendant les XIIe et XIIIe siècles à l’accompagnement et à la protection des pèlerins pour Jérusalem dans le contexte de la guerre sainte et des croisades. Après la perte de la Terre sainte, il fut victime de la lutte entre la papauté et la monarchie française et fut dissout par le pape le 22 mars 1312 lors d’un procès en hérésie. templiers Légendes autour de l’ordre du Temple Il est nécessaire de commencer par un avertissement aux lecteurs : les légendes diverses et variées nées autour de l’ordre du Temple sont apparues après sa dissolution et n’ont pas de rapport avec l’histoire de l’ordre, mais avec l’histoire des mythes (voir l’article sur les légendes au sujet des Templiers). La reconnaissance La croix rouge

Archives nationales (France) - Base de données Archim < Portail internet des Archives nationales < Accueil Archim Procès des Templiers ; les archives du Trésor des chartes > > consulter la base de données L'affaire des templiers : les archives du Trésor des chartes (J 413 à 417) S'il est une affaire qui a excité les imaginations et fait couler beaucoup d'encre, c'est à coup sûr l'arrestation des templiers et la suppression de l'ordre du Temple. Tout bien considéré, il reste peu de traces du suivi du dossier par le gouvernement et l'administration royale. Les Archives nationales en donnent ici une reproduction de qualité, qui permet de retrouver facilement les interrogatoires de chacun des templiers questionnés par l'Inquisition, qu'il s'agisse des dignitaires, de frères sergents ou d'un simple berger. Edition du procès-verbal d'interrogatoire de Paris (J 413, n° 18) : Jules Michelet, Le procès des templiers , Paris, tome 2, 1851.

L'ORDRE DU TEMPLE: les 10 années clés Nous l'avons vu dans la présentation générale, l'ordre du Temple est officiellement né en Terre Sainte en 1118. Néanmoins, nous allons constater que la reconnaissance officielle de l'Ordre en 1118 n'est que le prolongement d'une "mission" ou d'une "enquête" commencée près de 10 ans plus tôt... Il a été démontré et accepté par tous les historiens que Hugues de Payns a effectué au moins deux voyages en Orient au lendemain de la première Croisade, en 1104-1105 et en 1114-1115, les deux fois en compagnie du Comte Hugues de Champagne. Il convient de s'arrêter un instant sur le personnage du Comte de Champagne. Les liens sont si étroits qu'Etienne Harding fait venir à Citeaux un moine de l'Abbaye de la Chaise-Dieu, spécialiste des textes hébraïques en 1115. La même année, le même Comte de Champagne prend sous sa protection directe un jeune Moine de Citeaux, Bernard, en lui offrant une terre située sur les territoires qu'il contrôle, à Clairvaux. Récapitulons brièvement la chronologie:

L'ordre des Templiers : histoire et procès Intrigues, batailles et pouvoir, l'ordre des Templiers fascine autant qu'il dérange. Placée entre l'Église et la royauté, cette troisième puissance bouleverse les codes établis. Formation de l'ordre des Templiers Les Templiers forment un ordre religieux et militaire qui a été fondé en 1118, à Jérusalem, par le chevalier Hugues de Payns. Les moines-soldats logent les premiers temps dans une aile de la mosquée d'Al-Aqsa (ancien temple des Hébreux, aujourd'hui connu sous le nom de Temple de Jérusalem, d'où le nom de l'ordre). Les Templiers avaient pour but de défendre les croyants en pèlerinage vers la Terre sainte, des assauts des Sarrasins. Richesse et patrimoine des Templiers Peu de temps après, des commanderies s'érigèrent un peu partout en Europe (on en compte près de 9.000 lors de l'arrestation des chevaliers, dont 1.700 en France). Arrestation des Templiers Procès des Templiers Le 14 avril 1307, le pape s'installe à Poitiers.

La fondation de l'ordre des Templiers (13 janvier 1129) La Première croisade a permis la prise de Jérusalem par les Croisés en 1099. Mais le pèlerinage guerrier achevé, beaucoup de combattants s'en sont retournés chez eux. Il fallait pourtant veiller sur les Etats latins, nouvellement créés, et surtout sur les Lieux Saints récupérés pour relancer le pèlerinage vers la Ville Sainte en toute sécurité. La naissance des Templiers L’origine de l’Ordre du Temple est relativement incertaine et provoque encore beaucoup de débats. Un rôle central et « légendaire » Les Templiers, moines guerriers, sont nommés ainsi car ils sont logés dans une partie de ce qui est considéré comme l’ancien Temple de Salomon. La fortune des Templiers s’accroît en même temps que leur puissance politique et ils deviennent incontournables en Terre Sainte, fer de lance de l’armée croisée contre le réveil musulman. Ils n’empêcheront cependant pas la chute des Etats latins, et ils devront quitter la Terre Sainte. Pour aller plus loin : - A. - A. - M. - J. - G.

Une hérésie d’État. Philippe le Bel, le procès des « perfides templiers » et la pontificalisation de la royauté française E. Renan, « Guillaume de Nogaret », dans Histoire littéraire de la France, t. XXVII, Paris, 1877, p. 298. Cette approche prévaut, par exemple, dans les publications récentes de B. Principales éditions de ce type de source : L. Principales éditions de ce type de source (la répartition des titres entre cette catégorie et la précédente est évidemment approximative ; plusieurs ouvrages contiennent les deux types de document) : P. La synthèse de référence sur l’histoire du procès demeure celle de M. W. Sur le rôle structural des instances judiciaires dans la construction de la « commune voix et renommée », voir J. G. Sur ce célèbre conflit, auquel Pierre Dupuy, au xviie siècle, a donné le nom de « Grand différend », voir entre autres P. J. Les enquêtes criminelles de la papauté contre les prélats accusés d’« excès » souvent dits « énormes »furent fréquentes à partir du pontificat d’Innocent III. A. J. Ainsi B. Voir à ce sujet, en dernier lieu, T. A. J. Ibid., p. 116. Ibid., p. 115-116. A. B.

Ordre du Temple Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article traite des Templiers d'un point de vue strictement historique. Pour plus de détails sur les légendes et les théories aujourd'hui non validées sur l'ordre du Temple voir l'article Légendes au sujet des Templiers L'ordre du Temple était un ordre religieux et militaire issu de la chevalerie chrétienne du Moyen Âge, dont les membres étaient appelés les Templiers. Naissance de l'ordre du Temple[modifier | modifier le code] Le contexte religieux et politico-militaire[modifier | modifier le code] Au XIe et XIIe siècle, le renouveau du monachisme chrétien vit la fondation de nombreux ordres religieux avec notamment les convers qui privilégiaient le travail manuel, et la rénovation de la vie canoniale qui adopta la Règle de saint Augustin, les chanoines s'engageant à la différence des moines dans des activités hospitalières (Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, Ordre de Saint-Lazare de Jérusalem) ou dans la vie paroissiale.

1314 : DERNIER EPISODE DE LA LUTTE MENEE PAR PHILIPPE LE BEL CONTRE LES TEMPLIERS Bibliothèque nationale de France direction des collections Mars 2014 département Philosophie, histoire, sciences de l’homme 1314 : DERNIER EPISODE DE LA LUTTE MENEE PAR PHILIPPE LE BEL CONTRE LES TEMPLIERS Bibliographie sélective L’ordre du Temple est un ordre religieux et militaire fondé à Jérusalem vers 1118 et organisé par le Concile de Troyes en 1128. Il connaît une grande prospérité aux XIIe et XIIIe siècles, notamment en Terre sainte et devient également un important acteur économique et financier de l’Occident chrétien. Son influence dans l’Orient latin cesse avec la perte de Saint-Jean d’Acre et la chute du royaume latin de Jérusalem en 1291. Le refus du grand maître Jacques de Molay de réformer l’ordre du Temple, indispose à la fois le pape Clément V et le roi de France Philippe le Bel. Ce dernier fait arrêter les Templiers le 13 octobre 1307 et l’ordre est aboli par le pape sur sa demande en 1312. Bibliogr. p. 353-384. THIERRY, Julien « Une hérésie d’état.

Histoire des templiers Près de sept cents ans se sont écoulés depuis que les bûchers allumés par le Pape Clément V, ont dévoré le premier ordre militaire que la Religion eût institué pour la conservation de ses plus chers, de ses plus augustes monuments. Dans ce long intervalle de temps, la vérité a été obscurcie, étouffée, et la voix des siècles est restée muette dans la crainte d'offenser de grands noms et un grand pouvoir, mais enfin leur innocence, attestée par les actes même ; de leur procès, n'est plus un problème et la Tragédie qui vient de consacrer ce grand événement par un grand spectacle, sera tout-à-la-fois un moment précieux pour la vertu opprimée et honorable pour les lettres. Comment se fait-il que des hommes instruits puissent avancer aujourd'hui que la destruction de l'Ordre des Templiers est l'un des plus obscurs évènements de l'histoire moderne ? Et que par une assertion semblable ils remettent pour ainsi-dire en question l'innocence de tant d'illustres victimes ? C'est, dit St.

Memento finis : Pense à ta fin, en chrétien… et Pense à ton but en soldat. Oeuvre de Fiction Le 10 juin 1179, les troupes de Salah-ad-Din remportent une victoire éclatante contre les Frères du Temple au Marj’ Ayun. Au cours de cette bataille, Eudes de Saint-Amand est fait prisonnier. L’histoire dit qu’il pérît quelques temps plus tard dans les geôles damasquines. 16 JUIN 1179, jour de la St Cyr, une bien triste nouvelle arrive à la Commanderie de Jérusalem où se trouvent les Frères. Les Frères sont tous réunis dans la Chapelle afin d’écouter la messe de Prime. Les quelques survivants présents sont immédiatement assaillis de questions de la part des Frères de la commanderie jusqu’à ce que Hélinand de Saint Omer exige le silence. Au cours de la journée, le Temple plongera dans la morosité la plus sombre. Après la messe de Vêpres, au cours de laquelle on recommandera l’âme du Frère Valfroy au Seigneur, le Commandeur Hélinand de Saint Omer demandera aux Frères de se réunir en la salle du Chapitre afin qu’il leur expose les décisions qu’il a prise.

La fondation de l'Ordre du Temple - Histoire du Monde La naissance C’est vers 1118 (date conventionnellement retenue) que naquit, sous l’impulsion d’Hugues de Payns et Geoffroy de St-Omer, la milice des Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon (en latin : pauperes commilitones Christi Templique Solomonici), qui avait pour mission de sécuriser le voyage des pèlerins affluant d’Occident depuis la reconquête de Jérusalem. La date de 1118 pour la création de cette milice est controversée car les références précises sont peu nombreuses, et le changement de calendrier (qui fait commencer l’année non plus en mars mais en janvier) complique encore les choses. Dans un premier temps, Payns et St-Omer se concentrèrent sur le défilé d’Athlit, un endroit particulièrement dangereux sur la route empruntée par les pèlerins. Le nouvel ordre ainsi créé ne pouvait survivre qu’avec l’appui de personnes influentes. Les chevaliers prononcèrent les trois vœux de pauvreté, chasteté et obéissance. Hugues de Payns Geoffroy de St-Omer André de Montbard

Related: