background preloader

Jean-Pierre Petit

Jean-Pierre Petit
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Petit. Jean-Pierre Petit Jean-Pierre Petit, né le , est un scientifique français spécialiste en mécanique des fluides, physique des plasmas, magnétohydrodynamique et en physique théorique ; il a été directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique et astrophysicien à l'observatoire de Marseille. Il est un pionnier d'un pan de recherche abandonné dans les années 1970, la magnétohydrodynamique et la magnétoaérodynamique. Il a notamment mis au point le principe de convertisseur MHD pariétal. Biographie[modifier | modifier le code] Parcours professionnel[modifier | modifier le code] Il est retraité du CNRS depuis avril 2003. Physique des plasmas et magnétohydrodynamique[modifier | modifier le code] À partir de 1975, il obtient différents résultats sur des accélérateurs MHD à écoulement externe : Astrophysique et cosmologie[modifier | modifier le code] Topologie[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Petit

Related:  Jean-Pierre Petit (astrophysicien)Les Savants en Astronomie & Astrophysique - A Classer

Antigravité Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’antigravité correspond à l'idée de la création d'un espace ou d'un objet libéré de la gravité. Il ne s'agit pas de contrer la force de gravitation par une force opposée d'une nature différente, tel que le fait un ballon gonflé à l'hélium ; l'anti-gravité exige plutôt soit la disparition ou l'inhibition, soit l'inversion, soit la diminution des causes fondamentales de la force de gravitation vis-à-vis de l'espace ou de l'objet visé, par un moyen technologique quelconque.

12/23 > BE Russie 57 > Lac Baïkal : une zone unique pour la recherche scientifique EnvironnementLac Baïkal : une zone unique pour la recherche scientifique Le lac Baïkal est le plus grand lac du monde en volume (23.000 km3), le plus profond (profondeur maximale de 1632 m) et le plus ancien (25 millions d'année). Il contient également 20% des ressources d'eau douce non gelée de la planète. L'écosystème du lac intéresse le monde entier, notamment pour sa faune et sa flore endémiques. Fusion non-polluante avec la machine Focus Fusion non-polluante, une autre filière possible ? La manip FOCUS Les résultats obtenus à ce jour n'ont pas le même niveau de fiabilité que ceux de la Z-machine de Sandia mais il nous paru intéressant d'évoquer ces expériences pour montrer la gamme très large que permet la MHD, s'agissant d'accroître la densité et la température d'un plasma. Sur ce plan la manip Focus est fort originale. Reste à savoir, dans ce cas, si les fortes températures mesurées à l'aide du flux de rayons X correspondent effectivement à la température du plasma ou à l'effet d'impact sur l'anode. E.

Un "google earth" des exoplanètes développé par la Nasa EYES ON EXOPLANETS. La Nasa met à disposition un logiciel qui permet d'explorer en 3D toutes les exoplanètes détectées jusqu'à présent. Une fois téléchargé, Eyes on Exoplanets permet de voyager dans un rayon de presque de 3000 années-lumières de distance situé dans le bras de la Voie lactée qui abrite notre Soleil. À l'exception des 715 planètes découvertes ces deux derniers mois, ce Google Earth des planètes extra-solaires permet de suivre les orbites de chacune d'entre elles dans tous les systèmes qui ont été surveillés par le télescope Kepler. Outre les quelque 1000 exoplanètes qu'il permet de "visiter", il est possible de s'approcher au plus près des principaux télescopes spatiaux comme Hubble ou Kepler, ou encore de la Station spatiale internationale. Le défunt télescope Kepler peut être observé sous toutes ses coutures.

Stratobus, des dirigeables stratosphériques entre drones et satellites Certaines missions confiées à des satellites (observation d’une zone au sol, surveillance des feux de forêt, relais de communication permanent ou temporaire…) pourraient être assurées par des structures gonflables stationnaires. Thales étudie ce Stratobus, que ses moteurs maintiennent immobile dans la stratosphère. © Thales Invitée à la deuxième édition des InnovDays de Thales, où une centaine d’innovations issues des équipes de Thales de 12 pays ont été exposées à plus d’un millier de clients du groupe, la branche spatiale de Thales a présenté trois projets dont celui d’une « plateforme stratosphérique géostationnaire et autonome » capable de porter une charge utile d’environ 300 kg et dotée d’une puissance électrique de 4 kW.

LA PRODUCTION D'ENERGIE ILLIMITEE NON POLUANTE Un système de production d'une énergie renouvelable et non polluante existe depuis 60 ans. Il y a de nombreux inventeurs qui découvrirent un moyen de produire de l'énergie renouvelable, sans le besoin d'être alimenté en permanence en combustible (comme les centrales nucléaires ou bien encore des centrales électriques fonctionnant encore au charbon ou au gaz). Un des inventeurs qui vît ses travaux couronné de succès, et fonctionnant parfaitement, fût entre autres John Searl.

En vidéo : test d'une capsule gonflable pour balades stratosphériques Le vol d'essai d'un modèle réduit (2 m de diamètre) de la capsule du projet Bloon de Zero2infinity réalisé en novembre 2012. Une belle vue sur la Terre... Ce jour-là, la nacelle a atteint 32 km d'altitude. Le ballon serait-il le futur moyen de transport touristique pour approcher l'espace ? © Zero2infinity En vidéo : test d'une capsule gonflable pour balades stratosphériques - 2 Photos LES ENGINS A ANTIGRAVITE: PRINCIPES ET REALISATIONS Les différents principes, d'après les théories de la Physique et les réalisations concrètes d'engins à antigravitation. Il y eu de nombreux inventeurs indépendants qui au cours de l'histoire, s'intéressèrent à la possibilité de pouvoir faire léviter des objets. Avec l'arrivée de l'aviation, dès le début du XXème siècle, plusieurs voulurent fabriquer des engins volants, utilisant comme technologie la propulsion "à antigravité". Mais voyons tout d'abord, au niveau de "la Physique", l'historique des différentes théories.

L'"affaire" Thomas Townsend Brown Chercheur atypique, Thomas Townsend Brown mérite que l'on s'attarde quelque peu sur son personnage. Né à Zanesville (Ohio – USA) le 18 mars 1905, Brown est l'un des premiers chercheurs à développer une théorie reliant l'électromagnétisme et la théorie de la gravitation formulée par Einstein, dont il était un ami. De 1922 à 1923, il étudie à l'Institut de Californie de Pasadena. En 1923, il dépose un premier brevet pour un dispositif capable de se déplacer en l'air sous l'effet d'un champ électromagnétique. Mais ce brevet restera totalement ignoré durant près d'un demi siècle. En 1927, alors qu'il occupe un poste de chercheur en astrophysique à l'observatoire de Swasey (Ohio), Townsend Brown poursuit ses expériences sur la force agissant sur les conducteurs électriques soumis à une charge dans son laboratoire de physique expérimentale privé.

Iode 131 : 634 milliards de becquerels rejetés par Budapest ! Les rejets radioactifs d'iode 131 proviennent de Hongrie. © Michael Kappel, Flickr, cc by nc 2.0 Iode 131 : 634 milliards de becquerels rejetés par Budapest ! - 2 Photos Où en est-on de l’affaire de l’iode 131 qui a survolé l’Europe il y a quelques jours ?

Related: