background preloader

Moins de gachis, plus d'économies!

Moins de gachis, plus d'économies!
Related:  Anti Gaspi

Bruxelles-ville tente de lutter contre le gaspillage des denrées alimentaires Pratiquement, lorsque les 30 grands magasins du territoire de la ville de Bruxelles voudront renouveler leur permis d'environnement (tous les 15 ans), ils devront rendre des comptes sur leur manière de gérer les invendus alimentaires. « D’un côté, on jette plein de denrées alimentaires qui sont encore consommables ; de l’autre, on a des gens qui ont encore faim, déclare Ahmed El Ktibi (échevin de l'Environnement). On essaie donc d’encourager, de sensibiliser. » Encourager, c'est bien là la limite du texte communal. Autrement dit, il n’y aura pas d’obligation. « Il est difficile pour la commune de contraindre une enseigne à le faire. Le texte, adopté à la quasi-unanimité (avec des abstentions du FDF et de la N-VA), restera-t-il un recueil de bonnes intentions sans le moindre effet? Barbara Boulet

Pl@ntNet : l'application smartphone qui identifie les végétaux- 7 août 2014 SMARTPHONE. Qui, lors d’une ballade, ne s’est jamais demandé quel nom pouvait bien porter telle fleur, telle herbe, tel arbre ? Aujourd’hui, la réponse est dns la poche, ou plutôt dans le téléphone. L’application Pl@ntNet la fourni en une photo et quelques clics. Pl@ntnet est le fruit d’une collaboration de trois ans entre l'INRIA, l’Inra, le Cirad et l’IRD (agronomie tropicale), l’Inria (Informatique et sciences du numérique) et le réseau de botanistes amateurs Tela Botanica. BASE DE DONNÉES. "Les images sont alors passées à la moulinette d'un algorithme qui va les déformer (rotations, changements d'échelle...) afin d'en extraire les invariances" explique Alexis Joly, chercheur à l'INRIA Sophia-Antipolis, en charge du développement de ce programme. "Si la photo est floue ou ambigüe, le serveur donne plusieurs solutions, de la plus ressemblante à la plus éloignée" Alexis Joly chargé de développement de l'application APPRENTISSAGE. COLLABORATION.

Un projet-pilote pour réduire le gaspillage dans les cantines de Watermael Parmi les diverses remarques notées par les observateurs de Bruxelles-Environnement, il y a ce premier élément: les cuisiniers préparent trop à manger de peur de tomber à court. Du coup, maintenant, tout a été recalculé. Les cuisiniers s'en tiennent à des quantités plus proches de ce qui est vraiment servi aux enfants. Et puis, autre observation : les enfants ne finissent pas leur assiette. La quantité de nourriture servie est trop grande. Et on sait généralement qu’une assiette trop remplie est de nature à décourager les enfants… Une diététicienne a planché là-dessus. Et puis, il y a aussi les plats qui ne plaisent pas... L'expérience a aussi montré que la collation de 10 heures était trop proche du repas, et qu'on ne laissait pas assez de temps aux enfants. Une fois formulées et prises en considération, ces remarques ont-elles permis de réduire le gaspillage ? Par contre, les retours d'assiettes sont toujours là... Barbara Boulet

YesWeGreen C’est un mouvement citoyen qui met en valeur toutes les femmes et les hommes qui agissent dans leur quotidien pour un mode de vie plus positif. Que vous soyez célèbre, ou seulement reconnus par vos amis, que vous soyez membre d’une association internationale ou de votre quartier, que vous fassiez partie d’un collectif de la carotte locale ou de triporteurs, yeswegreen c’est pour vous et bien pour vous ! GreenRaid porte l’opération YesWeGreen pour rassembler et encourager ceux qui, aujourd’hui, font déjà autrement et qui comptent le montrer. Grâce au site Internet et l’application mobile YesWeGreen vous pouvez découvrir les adresses en bas de chez vous qui vous permettent d'adopter un mode de vie plus durable. Toutes ces pépites sont précieusement choisies, et c’est ce qui fait notre différence! Vous aussi, vous connaissez probablement une précieuse adresse qui mérite d’être partagée avec les autres GreenRaiders, n’hésitez pas à nous la proposer, on s’occupe du reste !

Gaspillage mondial: gifle pour les 870 millions de victimes de la faim Plus d'un milliard de tonnes de nourriture, soit un tiers de la production mondiale, n'arrive pas à destination. Il y a les pertes naturelles quasi inévitables. Par exemple, quand le blé est moissonné, il reste toujours des épis au sol. Avant il y avait les glaneurs. Mais c'est le passé. Ces épis restent désormais au sol. Cependant, cela n'explique pas qu'un tiers de la production disparaisse. Une situation insupportable qui dure pourtant depuis un demi-siècle Un seul exemple: rien que pour la Chine, le Japon et la Corée du Sud, ce sont 200 kilos de légumes et céréales par habitant et par an qui sont gaspillés. Ce gaspillage est non seulement insupportable face à la faim dont souffrent près d'un milliard d'humains dans le monde mais elle a aussi un coût pour l'environnement. Car produire des aliments nécessite par exemple beaucoup d'eau. Mais son cri d'alarme est prononcé avec une voix un peu rauque. Michel Lagase avec Julien Vlassenbroek

Partage Ton Frigo: initiative innovante pour lutter contre le gaspillage Rédaction RTBF Plus d'un milliard de tonnes de nourriture gaspillée chaque année dans le monde, c'est le constat dressé en septembre 2013 par l'organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Si ce constat n'est pas neuf, six jeunes français ont décidé de se mobiliser pour lutter contre ce gaspillage au travers d'une nouvelle association dénommée Partage Ton Frigo. "Sensibiliser le grand public au gaspillage alimentaire en proposant des solutions innovantes", c'est le principal objectif de cette association qui a vu le jour en mars 2013. Leur site, mis en ligne au début du mois de décembre 2013, propose une application (fonctionnant sur web, tablette et mobile) visant à faire partager le surplus du contenu de son frigo. Ce partage peut se faire gratuitement ou contre une légère contribution financière, à déterminer au moment de la mise en ligne de son annonce. Les apéros frigo et les frigos collectifs C.

Gaspillage: les nouvelles règles TVA profitent aux banques alimentaires Pour montrer les premières conséquences de cette mesure, la Banque Alimentaire Bruxelles-Brabant avait invité le ministre des Finances, Koen Geens. Dans cet entrepôt, situé à Anderlecht, 4000 tonnes de marchandises transitent chaque année à destination des plus démunis. Au lieu d'être jetés, tous ces invendus ont été donnés. Un don qui n'était pas nécessairement encouragé jusqu’il y a peu : "Auparavant, la destruction pure et simple était plus avantageuse pour le producteur et le distributeur que la donation à une institution de banque alimentaire", rappelle Koen Geens. Ce qui rendait la destruction plus avantageuse que le don, c'est une règle sur la TVA. Elle était valable lorsque les aliments étaient jetés et pas lorsqu'ils étaient distribués. "La TVA qui avait été payée en amont dans tout le circuit qu’avait suivi ce produit n’était pas récupérable. Les banques alimentaires ont longtemps plaidé pour cette modification du régime TVA sur les dons. C.B. avec B.

Habitudes alimentaires des Belges: début d'une enquête à grande échelle 1200 personnes âgées de 3 à 64 ans ont été sélectionnées au hasard, tirées au sort dans les registres nationaux. La nouveauté de cette étude 2014 : les adolescents et les enfants participent aussi. "Il y a une relation très étroite entre l’alimentation et l’activité physique. Chez les enfants, on va aussi faire appel à des petits instruments qui vont mesurer exactement le niveau d’activité physique pendant une semaine", explique le docteur Jean Tafforeau, responsable scientifique de cette étude. Les enquêteurs (ils sont 64 au total, tous professionnels et spécifiquement formés) seront envoyés pendant un an sur le terrain pour rencontrer les Belges qui ont accepté volontairement de se prêter à l’étude. "On va rendre visite aux gens et on leur demande très précisément tout ce qu’ils ont mangé au cours des dernières 24 heures. Avec F.

Gaspillage alimentaire: 5000 repas gratuits servis au Marché aux Herbes Choux, carottes, champignons, haricots... Les clarks arrivent au compte-goutte, chargés de dizaines de caisses. "Tous ces légumes auraient été jetés – Nikki Charalampopoulou (de l'opération le Banquet des 5000) – car ils ne répondent pas aux règles esthétiques mises en place par les grandes surfaces." L'association a ainsi récupéré auprès d'un grossiste près de 800 kilos de fruits et légumes qu'il faut maintenant traiter... "Là, on est en train de les nettoyer puis on va les découper", explique Adrien. Une dizaine de bénévoles se relaient ici toute la journée. Les associations qui militent contre le gaspillage alimentaire estiment qu'au niveau mondial 1/3 de la production de nourriture est gâchée. "Le plus grand gaspilleur, ce sont les ménages. D'où cette manifestation aujourd'hui destinée au grand-public. Des solutions positives et simples, applicables au quotidien comme par exemple planifier ses repas avant d'aller faire ses courses. Pierre Vandenbulcke

Un mois sans gaspi: des défis pour ménager la planète Philippe Gendebien, coordinateur de l'ASBL, précise l'objectif de leur démarche: "On n'a pas envie de se lamenter sur le réchauffement climatique, on a envie de faire des actions positives...". Et puis, explique-t-il, "c'est plus motivant de savoir qu'on est plusieurs milliers à se lancer dans l'aventure et que ces actions permettent aussi d'influencer les proches, les voisins, les collègues et peut-être à terme les politiques". Cette année, 1250 familles ont participé à ce défi, 420 tonnes de CO2 ont été épargnées. De plus, ceux qui participent à ce défi font aussi des économies; ainsi, la famille Fobe a épargné 50 euros. Ils sont quatre (papa, maman, deux filles de 2 ans 1/2 et 11 mois), se chauffent habituellement au gaz et habitent un appartement de 90 m2. Une journée sans... Ils nous ouvrent leur porte à 7 heures du matin; il fait encore nuit; il y a 18 degrés dans leur appartement. Un médecin dans le métro Cinquante euros d'économie Dominique Burge

Related: