background preloader

Jouets stéréotypés : «Ce ne sont pas les inégalités qui perdurent mais la différence des sexes»

Jouets stéréotypés : «Ce ne sont pas les inégalités qui perdurent mais la différence des sexes»
FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN- Un rapport remis au Sénat préconise d'en finir avec les jouets sexistes. Juste combat ou entreprise idéologique? Décryptage avec Bérénice Levet auteur d'un essai remarqué sur la théorie du genre. Bérénice Levet est docteur en philosophie et professeur de philosophie à l'Ecole Polytechnique et au Centre Sèvres. Son dernier livre «La théorie du genre, ou le monde rêvé des anges» a été publié chez Grasset (Novembre 2014, 202 p., 18 €). FigaroVox: Un rapport, remis au Sénat, propose de lutter contre les stéréotypes de genre présents dans les jouets, qui alimenteraient les inégalités hommes/femmes. Bérénice LEVET: Non, et l'expérience le prouve: les pères d'aujourd'hui qui se consacrent toujours plus aux tâches domestiques et familiales n'ont pas reçu pour cadeaux des poupons, des dînettes et des poussettes. Quelle est cette idéologie? Beauvoir disait encore «on ne naît pas femme, on le devient». Peut-on forcer les garçons à jouer aux poupées? Bien évidemment.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/12/19/31003-20141219ARTFIG00323-jouets-stereotypes-ce-ne-sont-pas-les-inegalites-qui-perdurent-mais-la-difference-des-sexes.php

Related:  Le jeu et les stéréotypes du genreofelivincent

Des stéréotypes de genre omniprésents dans l'éducation des enfants Un Bulletin officiel de l’éducation nationale [2][2] www. education. gouv. fr/syst/egalite Ministère de... révèle qu’en matière d’orientation, huit filles sur dix se regroupent dans les quatre spécialités du service : secrétariat, comptabilité, commerce, sanitaire et social, tandis que les garçons font des choix plus diversifiés. Seule une filière est identifiée comme spécifiquement féminine : les sciences médico-sociales où l’on ne compte que 5 % de garçons. Elle note aussi que le fossé se creuse entre les femmes elles-mêmes du point de vue de l’échelle sociale avec d’un côté, le salariat d’exécution du secteur tertiaire (vendeuses, caissières, aides ménagères…) souvent à temps partiel non choisi et de l’autre, nombre de diplômées d’université qui accèdent à des carrières de magistrate, professeure, ou médecin : « des emplois qualifiés anciennement masculins et qui ne se sont pas dévalorisés en se féminisant [3][3] Sciences Humaines, Hors série : Femmes, combats et... ».

Jouets : la première initiation à l'égalité 1.- Liste des personnes auditionnées 2.- Comptes rendus des auditions Annexe 1 Liste des personnes auditionnées Annexe 2Comptes rendus des auditions Nouveaux jouets : ce que les enfants identifient comme “ jouets de garçons ” et “ jouets de filles ” Chez l’enfant, le jeu constitue une occasion développementale importante qui sert de base à la socialisation de la connaissance culturelle. L’interaction avec des jouets peut être considérée comme un aspect important de la socialisation des enfants et du développement cognitif pendant la petite enfance. Pendant la socialisation, que ce soit par les parents, les amis ou les enseignants, les enfants commencent à développer les rôles sexués et les stéréotypes de genre. Selon Fagot et Leinbach (1989), les enfants habitent un monde stéréotypé qui dirige leurs comportements et les rôles sexués. Très tôt dans la vie, les enfants déterminent les comportements appropriés ou non à leur sexe.

Jouets garçons / filles : Comment en est-on arrivé à ces stéréotypes? EDUCATION - Un rayon rempli de rose et de pastels pour les cadeaux destinés aux filles, un autre où règne un camaïeu de bleus, des rouges et du noir pour les jouets à offrir aux garçons. La distinction peut sembler exagérée mais elle est pourtant bien réelle dans les magasins en ces fêtes de fin d'année. Critiquées par les associations féministes, ces pratiques ont même attiré l'attention du Sénat. Ce jeudi 18 décembre, sa délégation aux droits des femmes présidée par Chantal Jouanno (UDI) a publié un rapport listant dix recommandations dans le but de lutter contre ces stéréotypes dans le monde du jouet.

Jouets : les 10 recommandations des sénateurs contre les stéréotypes Un logo sur les catalogues de jouets soucieux de l'égalité des sexes ou un "prix citron" stigmatisant les pratiques contestables : des sénateurs font dix recommandations visant à lutter contre les stéréotypes dans le monde du jouet, dans un rapport publié ce jeudi. Les sociologues considèrent comme "déterminant le rôle des jeux en tant qu'instruments d'apprentissage et de développement des compétences", rappelle ce rapport de la délégation sénatoriale aux droits des femmes, rendu public par sa présidente Chantal Jouanno (UDI). Or, la séparation des univers de jeu des filles et des garçons s'est accentuée au début des années 90: aux garçons les jouets poussant à l'action et à la réussite, permettant un apprentissage technique, aux filles les jouets tournés vers la sphère domestique, un monde de "magie et de glamour".

"Marre du rose" : nouvelle campagne contre les jouets stéréotypés ux filles les robes de princesse, aux garçons les super-héros : à l'approche de Noël, des associations féministes s'insurgent une nouvelle fois contre les jouets "genrés", leur reprochant de véhiculer des stéréotypes sexistes. Elles ont lancé une campagne baptisée "Marre du rose". Des militantes d'Osez le Féminisme et des Chiennes de garde distribueront samedi des tracts devant des magasins de jouets à Paris et dans plusieurs villes de France. Elles invitent aussi le grand public à interpeller l'industrie du jouet, en envoyant sur les comptes Facebook de grandes enseignes de distribution et de fabricants un message disponible sur leur site. "Halte aux stéréotypes dans vos rayons !", dit ce message, demandant l'abandon des rayons séparés filles/garçons et de "toute référence au sexe de l'enfant à qui le jouet est destiné, en particulier tout code-couleur rose/bleu".

Catalogues de jouets et stéréotypes sexistes : enfin les chiffres Robes de princesse pour les filles, petites voitures pour les garçons. Chaque année, les catalogues de jouets pour Noël égrènent les mêmes clichés. Comme le rapporte Rue89, Astrid Leray, qui a créé le cabinet d’études Trezego sur les questions liées à l’égalité hommes-femmes, a décortiqué 10 catalogues de jouets pour enfants afin de mesurer la différenciation entre les sexes à l’oeuvre dans ces publications. Les chiffres mis en avant dans cette étude en disent long. 50% des filles en rose Par exemple, d’après l’étude Trezego, la moitié des petites filles en photo dans les catalogues sont vêtues de rose, alors que seulement 35% des garçons portent du bleu.

Jouets de garçons, jouets de filles : faut-il aller contre les stéréotypes Thinkstock Dis-moi à quoi tu joues, je ne te dirai pas qui tu es « Peu importe à quoi l’enfant joue, l’essentiel c’est qu’il joue ! A Paris, les féministes dénoncent les jouets stéréotypés de Noël Après la taxe rose, c'est au tour des jouets sexués d'être visés par les collectifs féministes. Pour lutter contre le stéréotype sexiste des poupées pour les filles et des épées pour les garçons, une dizaine de militantes des efFRONTé-e-s, des Femens, ou encore de la Barbe ont pénétré dans un Toys "r" us, ce samedi à Paris, avant d'être repoussées. Finalement cantonnées sur le trottoir, elles ont distribué des tracts aux clients intitulés "Princesse un jour, boniche toujours". "Une régression choquante"

Jouets genrés : comment ils influencent les goûts et capacités de vos enfants Des enfants dans un magasin de jouets, à Paris, le 30 novembre 2011 (P.VERDY/AFP) "Princesse un jour… boniche toujours !" Scandé le 13 décembre dernier devant un magasin Toys’R’Us du 13e arrondissement de Paris, ce slogan s’inscrit dans une action menée à l’appel de plusieurs associations féministes visant à informer les client-e-s sur les conséquences sociales du sexisme dans l’industrie et le commerce du jouet. Les parents furent à l’occasion invité-e-s à faire preuve de vigilance : "Voulez-vous conditionner vos filles à prendre en charge tous les travaux domestiques et vos garçons à les leur déléguer ?"

La fin des «jouets de fille» et des «jouets de garçon» Les jouets non sexués finiront par prouver que filles et garçons ne sont pas si différents. En cette période de fêtes, la police féministe suédoise est en train de prouver qu’à ses yeux, rien n’est sacré, pas même Noël. Non contente de prôner l’utilisation de pronoms neutres —«hen» au lieu de il et elle, ou de demander aux hommes de s'asseoir pour faire pipi— elle a persuadé l’équivalent du 60 Millions de consommateurs suédois (association de défense des consommateurs) de convaincre Top Toys, principal distributeur de jouets du pays, d’arrêter de publier des catalogues arborant des «stéréotypes périmés». Pourquoi suis-je prête à sacrifier ce petit garçon? Dans la bataille qui fait rage autour de la différence entre les sexes biologiques, où chaque camp cherche à prouver que certaines caractéristiques chez les filles ou les garçons sont innées ou acquises, les jouets sont pour l’instant ce qui se rapproche le plus d’une preuve concrète. Les fausses preuves des voitures et des poupées

Jouets, habits, sports : filles et garçons ne sont pas à égalité Petit garçon à vélo, 2004, et petite fille avec une poupée Corolle, 2011, Paris (A.SEL, M.GIRAULT/SIPA - Montage le Plus) Que les parents emmènent spontanément leur petit garçon au square pour jouer davantage que leur petite fille n’est pas si étonnant. Que ce soit à travers les institutions (la famille, la crèche, l’école jusqu’à l’orientation professionnelle) ou les représentations (livres, médias, manuels scolaires, jeux, pubs, etc.), les enfants vont être poursuivis par des stéréotypes. L’éducation qui leur sera donnée, les sports auxquels on les pousse et même l’orientation professionnelle qu’ils vont choisir (ou plutôt qu’on les incite à choisir) sont différents selon leur sexe. La menace du stéréotype Fille ou garçon, les enfants partent avec un potentiel identique.

Des sénateurs veulent s'attaquer aux stéréotypes dans le monde du jouet Paris (AFP) Un logo sur les catalogues de jouets soucieux de l'égalité des sexes ou un "prix citron" stigmatisant les pratiques contestables: des sénateurs font dix recommandations visant à lutter contre les stéréotypes dans le monde du jouet, dans un rapport publié jeudi. Les sociologues considèrent comme "déterminant le rôle des jeux en tant qu'instruments d'apprentissage et de développement des compétences", rappelle ce rapport de la délégation sénatoriale aux droits des femmes, rendu public par sa présidente Chantal Jouanno (UDI). Or, la séparation des univers de jeu des filles et des garçons s'est accentuée au début des années 90: aux garçons les jouets poussant à l'action et à la réussite, permettant un apprentissage technique, aux filles les jouets tournés vers la sphère domestique, un monde de "magie et de glamour".

Related: